Application de l'Indice de développement humain des Nations Unies aux Indiens inscrits du Canada, 2006-2016

Format PDF (403 ko, 1 page)

Table des matières

Nos motivations

L'Indice de développement humain (IDH) est publié par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) depuis 1990. Il fournit un cadre pour examiner les progrès des pays selon 3 composantes : une vie longue et d'une bonne santé, avoir accès au savoir et bénéficier d'un niveau de vie décent. Le Canada se classe parmi les pays les mieux classés selon l'IDH, avec des niveaux de développement humain « très élevés ». Des applications antérieures de l'IDH ont permis de constater des écarts importants dans les valeurs de l'IDH entre les Indiens inscritsNote de bas de page1 et les autres CanadiensNote de bas de page2.

À la demande de l'Assemblée des Premières Nations, Services aux Autochtones Canada (SAC) a commandé la mise à jour de l'application de l'IDH aux Indiens inscrits au Canada en 2006 et en 2016.

Ce que nous avons fait

On a dû adapter la méthodologie de l'IDH du PNUD de 2018 au contexte canadien pour comparer le développement humain des Indiens inscrits aux autres Canadiens en se fondant sur les 3 composantes de l'IDH entre 2006 et 2016 :

Les valeurs des composantes et la valeur de l'IDH national ont été mis à l'échelle pour permettre des comparaisons internationales. Ces comparaisons ont mis en évidence le classement des Indiens inscrits (tant à l’intérieur des réserves qu'à l'extérieur) par rapport aux autres Canadiens, parmi 189 autres pays en 2018.

En raison de nombreux changements dans le calcul de l'IDH par le PNUD, de ses composantes et des sources de données disponibles, ce rapport ne peut pas être comparé aux valeurs ou classements précédents de l’IDH.

Ce que nous avons constaté

Bien que les valeurs nationales de l’IDH pour tous les groupes aient augmenté entre 2006 et 2016, l'écart entre les valeurs de l’IDH des Indiens inscrits et des autres Canadiens est demeuré stable (voir la figure 1).

Les plus faibles valeurs de l'IDH des Indiens inscrits étaient au Manitoba et en Saskatchewan, tandis que les plus élevées étaient au Québec, dans la région de l'Atlantique et dans les territoires. Les valeurs de l'IDH des Indiens inscrits ont légèrement augmenté ou sont restées stables dans toutes les provinces, sauf au Manitoba.

En examinant chacune des composantes de l'IDH au cours de cette période pour les Indiens inscrits, la plus grande amélioration constatée a été celle du revenu. Peu de changements ont été observés en ce qui concerne l'éducation et la santé.

Figure 1. Valeurs de l’IDH en 2006 et 2016, Indiens inscrits et autres canadiens
Description de la figure 1. Valeurs de l’IDH en 2006 et 2016, Indiens inscrits et autres canadiens

Figure 1 est intitulée « Valeurs de l’IDH 2006 et de l’IDH 2016, Indiens inscrits et autres Canadiens ». Il s'agit d'un graphique à barres qui indique les valeurs de l’IDH pour les Indiens inscrits, les populations dans les réserves, les populations hors réserves et autres Canadiens. Dans ce contexte, « autres Canadiens » comprend les non-Autochtones ainsi que les Métis, les Inuits et les Premières Nations non inscrites. L’indice de l’IDH va de 0 à 1,0.

La valeur de l’IDH pour les Indiens incrits était 0,71 en 2006, et de 0,73 en 2016.

La valeur de l’IDH pour la population dans les réserves était 0,66 en 2006 et de 0,69 en 2016.

La valeur de l’IDH pour la population hors réserve était 0,74 en 2006 et de 0,76 en 2016.

La valeur de l’IDH pour les autres Canadiens étaient 0,82 en 2006 et de 0,84 en 2016.

Malgré l'amélioration des composantes individuelles, les écarts entre les Indiens inscrits et les autres Canadiens sont demeurés stables (revenu, scolarité) ou se sont élargis (santé) entre 2006 et 2016.

Alors que le Canada se classait au 12e rang international en 2016, la population indienne inscrite se classait au 52e rang des pays ayant un développement humain « très élevé », comparativement à un classement au 63e rang en 2006. La population indienne inscrite hors réserve se classait au 42e rang en 2016 parmi les pays ayant un développement humain « élevé », comparativement à un classement au 47e rang en 2006. La population indienne inscrite vivant dans les réserves en 2016 se classait au 78e rang, alors que la population vivant dans les réserves en 2006 se classait au 89e rang, parmi les pays ayant un développement humain « élevé ».

Ce que ça signifie

Les valeurs de cette étude sont semblables à celles d'autres études comme l'Indice du bien-être des communautés. Bien que la qualité de vie de tous les Canadiens se soit légèrement améliorée entre 2006 et 2016, l'écart entre les Indiens inscrits et les autres Canadiens n'a pas diminué.

Pour plus d’information

Pour obtenir une version PDF du rapport complet Cooke, M. (2019). Application of the United Nations Human Development Index to Registered Indians in Canada, 2006–2016. Ottawa : Service aux Autochtones Canada, ou pour toute autre demande de renseignements, veuillez envoyer un courriel à la Direction de la recherche stratégique et des statistiques à : aadnc.recherche-research.aandc@canada.ca

Date de modification :