Le point sur les études de sol à Ndılǫ, dans les Territoires du Nord-Ouest

Depuis 2001, le niveau d'arsenic dans le sol à Ndılǫ et ses environs a été évalué à plusieurs reprises afin de prendre en compte les préoccupations de la communauté au sujet de la contamination associée à l'exploitation de l'ancienne mine Giant.

Deux échantillons de sol prélevés dans le cadre d'une évaluation réalisée en 2012 ont soulevé d'importantes préoccupations puisqu'ils contenaient des niveaux d'arsenic plus élevés que dans des échantillons similaires prélevés en 2001.

Les experts ont conclu qu'il fallait pousser la recherche. Cela s'est traduit notamment par :

La Première Nation des Dénés Yellowknives a commandé les études, et Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada les a financées.

La Première Nation des Dénés Yellowknives a embauché Det'on Cho Environmental pour faire l'étude et l'analyse de 2018. Det'on Cho s'est associé à Hemmera Envirochem Inc. pour réaliser le programme d'échantillonnage et l'analyse. Ensemble, ils ont produit un rapport, 2018 Ndılǫ Soil Report, en septembre.

Dans le cadre de l'étude de 2018, les consultants ont recueilli des échantillons à la surface et sous la surface du sol, dans une aire qui présentait des niveaux élevés d'arsenic en 2012. Ils ont recueilli des échantillons de sol supplémentaires afin d'établir la taille de la zone fortement contaminée à l'arsenic. Ils ont également recueilli des échantillons autour du terrain de jeu parce que la communauté avait exprimé des préoccupations concernant cette zone.

L'étude de 2018 a permis de conclure ce qui suit :

Les échantillons relevés en 2018 dans les zones préoccupantes cernées par la Première Nation des Dénés de Yellowknives contenaient des taux de contamination de 19,0 mg/kg à 64,2 mg/kg.

Selon les consultants, aucune mesure supplémentaire n'est requise.

Dans son analyse, Det'on Cho Environmental suggère que les deux niveaux de contamination élevés sont des données aberrantes. De nombreux échantillons ont été prélevés dans ces zones depuis 2012 et aucun n'a reproduit les résultats trouvés dans le cadre de cette étude.

Les consultants ont conclu que cela peut être le produit d'un « effet de pépite ». L'« effet de pépite » se produit lorsque les métaux mesurés sont très densément regroupés en un endroit (pépite) : trouver une pépite dans un échantillon représentatif peut signifier que les niveaux ont été surestimés.

De plus, comme l'échantillon a été évalué en 2012, un certain nombre de processus naturels se sont produits, comme de la pluie et une perturbation du sol, ce qui a possiblement mené à une perturbation de l'arsenic. Cela pourrait expliquer pourquoi les échantillons ne présentent pas tous un niveau élevé depuis ce temps.

Il est important de souligner que, même en tenant compte des résultats de l'étude du sol de 2012, l'évaluation des risques pour la santé humaine et l'environnement réalisée dans le cadre du projet d'assainissement de la mine Giant a conclu que les risques pour la santé humaine associés à la présence d'arsenic dans le sol à Ndılǫ étaient faibles.

Date de modification :