Regard vers l’avenir - Calendrier 2018-2019 - Présenté par le Comité pour l’avancement de l’emploi autochtone et le Réseau des Autochtones du Pacifique

QS-B060-000-FF-A1
© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, 2017

Format PDF (8047 Ko, 40 pages)

 

Table des matières

Message des cadres du Comité pour l'avancement de l'emploi autochtone de la Colombie-Britannique et du Réseau des Autochtones du Pacifique

Les cadres du Comité pour l'avancement de l'emploi autochtone (CAEA) de la région de la Colombie-Britannique et du Réseau des Autochtones du Pacifique (RAP) sont heureux de présenter la huitième édition du calendrier du CAEA. Nous sommes particulièrement fiers de collaborer au calendrier et de promouvoir le thème de cette année : « Regard vers l'avenir ». Sous ce thème, nous continuerons à soutenir le recrutement, le maintien en poste et l'avancement des employés autochtones au sein de la fonction publique fédérale, et à faire mieux connaître l'histoire et la culture des peuples autochtones du Canada.

Nos deux réseaux continuent de jouer un rôle actif de soutien aux activités visant à améliorer le milieu de travail des employés autochtones dans les bureaux du gouvernement fédéral de la Colombie-Britannique. Les deux groupes se réunissent régulièrement avec leurs membres pour discuter des possibilités d'amener une transformation véritable de nos milieux de travail, de communiquer les pratiques exemplaires, et de cerner les domaines d'intérêt commun dans lesquels nous pouvons collaborer et avancer. Nous organisons diverses activités culturelles et liées à l'emploi dans les ministères fédéraux (au sujet desquelles nous vous invitons à vous renseigner en lisant le calendrier) et nous y participerons.

Nous tenons à adresser nos remerciements sincères aux nombreuses personnes qui ont participé à la préparation du calendrier et à toutes celles qui ont appuyé les initiatives du CAEA de la C.-B. et du RAP pour atteindre nos buts et nos objectifs, ou qui y ont contribué.

Cadres du CAEA de la C.-B. et du RAP

Haut (de gauche à droite) : Marion McLarty (Cadre du RAP), Leanne Newman (Cadre du CAEA), Ruby Langan (Cadre du CAEA)
Bas (de gauche à droite): Quentin Laporte (Cadre du CAEA), Tanya Duncan (Cadre du CAEA), Tracey Brussard (Cadre du CAEA)

Bill Guerin

Bill Guerin (Champion du CAEA)

Terry Geddes

Terry Geddes (Cadre du CAEA)

Tim Low

Tim Low (Cadre du RAP)

Comité pour l'avancement de l'emploi autochtone (CAEA)

Le CAEA a pour mission d'examiner, d'explorer et de recommander des moyens d'accroître le nombre d'employés autochtones au Ministère, d'assurer leur maintien en poste et d'améliorer la qualité de l'emploi. À cette fin, le CAEA collabore avec la haute direction afin de recommander et de faciliter des changements aux politiques et aux programmes d'emploi des Autochtones au Ministère, et de tenir compte des préoccupations exprimées par les employés autochtones. Le CAEA joue également un rôle important dans la sensibilisation aux réalités que vivent les peuples autochtones, au moyen entre autres d'ateliers, d'activités culturelles et de conférences avec des orateurs invités. Le travail de sensibilisation du CAEA appuie les efforts que déploie le Ministère pour faire mieux connaître et respecter la culture et l'histoire des peuples autochtones du Canada.

Réseau des Autochtones du Pacifique (RAP)

Le RAP a été créé en 2006 à titre de ressource interministérielle pour les employés autochtones de la région de la Colombie-Britannique. Le réseau compte à présent 165 employés qui représentent plus de 19 ministères et organismes.

L'objectif du RAP est d'offrir un milieu accueillant où les employés autochtones soient reconnus, respectés et soutenus grâce au partage de ressources, d'idées, d'informations et de lignes directrices. Il faut aussi établir des liens et collaborer avec des comités ministériels comme le CAEA afin de renforcer les activités et la coopération en ce qui a trait aux initiatives et aux enjeux communs.

Le RAP, qui est un comité permanent du Conseil fédéral de la Colombie-Britannique (CFCB), collabore d'une part avec le Conseil aux initiatives de soutien aux fonctionnaires fédéraux autochtones en Colombie-Britannique, et d'autre part avec les ministères responsables, dans le cadre des activités que mènent ces derniers pour recruter et maintenir en poste les employés autochtones.

Affaires autochtones et du Nord Canada, un ministère en pleine transformation

Comme premier ministre, j'ai signalé clairement qu'aucune relation n'était plus importante pour moi et pour le Canada que la relation avec les peuples autochtones. Il est temps de renouveler la relation de nation à nation avec les peuples autochtones afin qu'elle repose sur la reconnaissance des droits, le respect, la collaboration et les partenariats.

Le premier ministre Justin Trudeau

Le 28 août 2017, dans le cadre d'un remaniement ministériel, le premier ministre a annoncé son intention de créer deux nouveaux ministères :

  • Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord, qui assure la promotion des objectifs de réconciliation et prend en charge les programmes du Nord et la politique pour l'Arctique,
  • Services aux Autochtones, qui a pour fonction d'améliorer la prestation des programmes et des services, mener la réforme de ces services et contribuer à réduire les écarts socioéconomiques.
Ministre Bennett et Ministre Philpott

Une transformation institutionnelle d'une telle ampleur prend du temps et représente une nette avancée dans le renouvellement de la relation avec les peuples autochtones. La transformation d'Affaires autochtones et du Nord Canada (AANC) se fera par étapes et entraînera des modifications législatives.

Le 4 décembre 2017, le gouvernement du Canada a franchi une étape importante en ce qui concerne des changements dans la façon dont il offrira des services aux Autochtones en annonçant la création du ministère des Services aux Autochtones Canada (MSAC). Parallèlement, la ministre des Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord (RCAAN) poursuit son travail de consultation pour déterminer la structure définitive que devraient prendre les ministères des Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord et des Services aux Autochtones Canada.

C'est un moment enthousiasmant pour travailler à la réconciliation tandis que le gouvernement du Canada continue de tracer la voie vers un Canada réconcilié.

Historique du calendrier

calendriers des années passées

Le CAEA a publié son premier calendrier en 2006. Le calendrier lui a permis de faire avancer son mandat, qui consiste à accroître le nombre d'employés autochtones au Ministère, à les maintenir en poste et à améliorer la qualité de leur emploi.

Le calendrier 2018-2019 en est à sa huitième édition. Au fil des ans, les calendriers ont présenté les récits, les aspirations et les conseils de plus de 90 employés autochtones, ainsi que des messages de dirigeants autochtones et des données sur la sensibilisation culturelle, et énuméré les principaux événements historiques. Les calendriers ont été distribués dans des bibliothèques et des établissements d'enseignement, ou diffusés à l'occasion d'événements culturels tels que la Journée nationale des Autochtones ou les Jeux olympiques et paralympiques d'hiver 2010 à Vancouver.

Cette année, le CAEA a poursuivi sa collaboration avec le RAP sous l'angle de la réévaluation de la conception du calendrier pour qu'il puisse servir d'outil de recrutement. Grâce à ce partenariat, il a été possible de présenter les parcours d'étudiants autochtones dans plusieurs ministères, le but étant d'inciter d'autres Autochtones à faire carrière dans la fonction publique.

Message des sous-ministres

Nous félicitons le Comité pour l'avancement de l'emploi autochtone (CAEA) de la région de la Colombie-Britannique pour la publication de son huitième calendrier. Un grand merci également aux étudiants qui y sont présentés et ont accepté de nous faire part de leurs expériences dans la fonction publique.

Le thème du calendrier de cette année, « Regard vers l'avenir », met l'accent sur les étudiants, et souligne ainsi une initiative importante que nous sommes fiers de soutenir : l'Initiative du sous-ministre sur la main-d'œuvre autochtone (ISMMA), laquelle cible le recrutement, le maintien en poste, le perfectionnement et la promotion des employés autochtones. Coprésidée par le CAEA et la direction, l'ISMMA vise à faire du gouvernement fédéral un employeur de choix pour les peuples autochtones.

Nous savons que les étudiants, par leur énergie et leur enthousiasme, renforcent notre organisation. Leur vision et leur dévouement font progresser nos efforts de réconciliation et contribuent à la création d'un effectif solide, dynamique et diversifié. Nous avons la conviction que les témoignages des étudiants motiveront ceux qui parmi nous travaillent déjà au gouvernement du Canada, et nous espérons qu'ils inciteront d'autres personnes à envisager une carrière future dans la fonction publique.

Hélène Laurendeau

Hélène Laurendeau,
Sous-ministre, Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord

Diane Lafleur

Diane Lafleur,
Sous-ministre déléguée, Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord

Jean-François Tremblay

Jean-François Tremblay,
Sous-ministre, Services aux Autochtones

Sony Perron

Sony Perron,
Sous-ministre délégué, Services aux Autochtones

Message de la directrice générale régionale de la Colombie-Britannique

Beaucoup de fonctionnaires ont commencé leur carrière comme étudiants, ou peu de temps après avoir obtenu leur diplôme. Se tourner vers les étudiants pour bâtir l'avenir de la fonction publique est donc une tradition bien ancrée dans le temps. C'est pourquoi je suis ravie que le CAEA ait choisi de mettre en avant, dans la huitième édition de son calendrier, les perspectives et les idées nouvelles des étudiants travaillant au gouvernement fédéral. Les témoignages qu'ils présentent sur leurs expériences sont source non seulement de réflexion, mais également de réjouissance.

Le thème de la présente édition, « Regard vers l'avenir », revêt une signification particulière pour le Ministère puisque nous avons pour mandat de favoriser la réconciliation et une relation renouvelée de nation à nation avec les peuples autochtones. Pour parvenir à un changement réel, nous devons mobiliser l'imagination et les rêves des jeunes Autochtones, et les inciter à envisager de faire carrière dans la fonction publique.

Au service du gouvernement fédéral depuis 26 ans, je peux vous assurer que cette carrière est une vocation. Être fonctionnaire, c'est défendre les valeurs et l'éthique du Canada et répondre à tous les Canadiens. Sans doute, comme dans n'importe quel autre travail, on traverse des périodes difficiles, mais la récompense est le sentiment d'avoir un but commun et de contribuer à bâtir un meilleur avenir pour tous les Canadiens. C'est aussi avoir du plaisir et nouer des relations importantes, comme vous pourrez vous en rendre compte en parcourant le calendrier.

Toutes mes félicitations aux étudiants qui ont participé au calendrier, ainsi qu'au CAEA et au RAP pour avoir produit cette publication qui est utile, belle, instructive et véritablement stimulante.

Catherine Lappe

Catherine Lappe,
Directrice générale régionale, Services aux Autochtones, région de la Colombie-Britannique

Offrir une vie meilleure aux générations à venir — Conseils émis par sʔəyəɬəq Larry Grant, aîné de la Première Nation Musqueam et
professeur adjoint à l'Université de la Colombie-Britannique

Zoe Craig Sparrow et l'aîné Larry Grant

Chez eux à Musqueam : L'étudiante Zoe Craig Sparrow en conversation avec l'aîné Larry Grant

Larry Grant, aîné de la Première Nation Musqueam, enseigne la langue et la culture non seulement dans sa collectivité d'origine, mais aussi à titre d'aîné résident de la Maison du savoir de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC) et de professeur adjoint du programme des langues en péril des Premières Nations. Larry enseigne à l'UBC depuis plus de 18 ans et attribue aux étudiants son amour de l'enseignement.

« Quand on enseigne une langue, on observe la lumière briller dans les yeux des étudiants qui se mettent à comprendre. C'est aussi un moyen de transmettre beaucoup d'éléments historiques qu'ignore la jeune génération. J'aide les étudiants à progresser et je leur montre aussi comment porter en soi toute l'histoire généalogique et politique de leur patrimoine. »

Or cette histoire est ce que Larry Grant ne veut absolument pas que les étudiants oublient. En tant qu'aîné et enseignant, il a une perspective unique sur la manière de guider les étudiants sur la bonne voie et de leur faire comprendre le rôle que joue le passé dans la construction d'un meilleur avenir. Selon lui, pour qu'un peuple avance, il faut que la société progresse. Et c'est par les jeunes Autochtones qu'il faut commencer pour faire bouger les choses.

« Tout est beaucoup plus vaste que dans le microcosme qu'est la réserve. Si nous ne sortons pas voir le monde, nous allons nous confiner au style de vie vécu dans ces limites. Et ce n'est pas ce que souhaitaient pour nous nos aïeux; bien au contraire, ils voulaient que l'horizon soit pour nous le territoire entier et que nous demeurions engagés en permanence. L'expérience de nos aînés, depuis l'époque de la Confédération, illustre les luttes qui ont été menées. C'est pourquoi, si nous n'élargissons pas notre horizon, nous ne pourrons pas dépasser ces luttes. Et si nous sommes incapables de le faire comprendre aux jeunes, nous serons contraints de rester figés dans cette mentalité de la réserve. Nous ne devons pas oublier qui nous sommes, d'où nous venons et qui nous a précédés. Il s'agit de naviguer entre les différences sociétales qui existent aujourd'hui. »

Il peut s'avérer difficile de savoir apporter un changement réel tout en restant fidèles à sa culture, ou même d'apprendre à mieux la connaître, mais selon Larry Grant, la fonction publique est un excellent point de départ.

« Nous avons besoin d'étudiants autochtones dans la fonction publique. Il est impossible de changer les choses de l'extérieur. Une fois sur place, on peut apprendre à manœuvrer à l'intérieur du système pour faire apprécier la valeur personnelle des Autochtones à l'ensemble du Canada. Cherchez toujours à bâtir une vie meilleure pour les générations futures. Pensez à l'améliorer et à être vous-même une bonne personne, et n'oubliez jamais qui vous êtes et d'où vous venez. »

Possibilités d'emploi au gouvernement du Canada

Programmes pour étudiants

Le gouvernement du Canada administre des programmes qui ciblent les étudiants, tant ceux du secondaire que du postsecondaire, qui souhaitent travailler dans la fonction publique fédérale pendant qu'ils poursuivent leurs études ou au cours de leur congé estival.

Le Programme fédéral d'expérience de travail étudiant (PFETE) offre aux étudiants la possibilité de travailler dans un milieu qui les encourage à découvrir ce qui les intéresse et à acquérir de nouvelles compétences. Des emplois à temps plein ou à temps partiel sont proposés pour lesquels il n'est pas obligatoire d'avoir une expérience de travail antérieure.

Le Programme d'enseignement coopératif ou d'internat est un autre moyen qui s'offre aux étudiants d'acquérir une expérience pratique dans leur domaine d'étude au sein d'organisations du gouvernement fédéral. Commencez par vous inscrire à un Programme d'enseignement coopératif ou d'internat auprès de votre établissement d'enseignement, et consultez les panneaux d'affichage de postes au bureau de placement du programme ou au centre de carrières de votre campus.

Le Programme des adjoints de recherche (PAR) s'adresse aux étudiants postsecondaires qui souhaitent acquérir une expérience en recherche. Ils sont normalement recrutés pour participer à des activités de recherche en cours dans des établissements de recherche du gouvernement fédéral. Les programmes de recherche sont structurés de façon à faciliter l'acquisition de connaissances particulières et de compétences en recherche dans leur domaine d'étude.

Pour de plus amples renseignements sur les programmes susmentionnés, veuillez consulter canada.ca/fr/commission-fonction-publique/emplois/services/recrutement/etudiants.html

Programmes pour diplômés

Le Programme de recrutement postsecondaire (PRP) est une passerelle virtuelle pour les diplômés des collèges ou des universités. Si vous venez d'obtenir votre diplôme ou si vous avez déjà une expérience de travail, vous pouvez progresser dans votre carrière grâce au PRP.

Le programme de Recrutement de leaders en politiques (RLP) vise le recrutement de candidats exceptionnels, ayant à leur actif des réalisations et des réalisations diversifiées, à des postes de niveaux intermédiaires et supérieurs dans la fonction publique fédérale. La raison d'être du programme est d'attirer des professionnels et des diplômés possédant la motivation et le potentiel voulus pour façonner le paysage futur des politiques publiques au Canada.

Pour de plus amples renseignements sur les programmes susmentionnés, veuillez consulter canada.ca/fr/commission-fonction-publique/emplois/services/recrutement/diplomes.html

Autres possibilités d'emploi

Beaucoup de ministères et organismes fédéraux proposent des programmes de recrutement spécialisés aux étudiants et aux diplômés. Renseignez-vous sur ces programmes à canada.ca/fr/commission-fonction-publique/emplois/services/recrutement/programmes-recrutement-specialises.html

Emplois GC (canada.ca/fr/commission-fonction-publique/emplois/services/emplois-gc.html) affiche les emplois du gouvernement fédéral qui sont ouverts au public, aux étudiants, aux diplômés et aux professionnels. Vous pouvez affiner votre recherche d'emploi de plusieurs manières, notamment en précisant l'endroit ou vous préférez travailler, le salaire souhaité et les types d'emplois.

10 bonnes raisons de vous joindre à la fonction publique du canada

1. Une carrière à la hauteur de votre passion

Enjeux de justice sociale? Développement international? Mode de vie sain? Sciences de la mer? Peu importe votre passion ou vos intérêts, la fonction publique pourrait avoir une occasion à vous offrir. Consultez le site Web emplois.gc.ca.

2. Faire la différence

Le travail à la fonction publique a des effets bien tangibles sur la vie des Canadiennes et des Canadiens. Ce que nous faisons est important, qu'il s'agisse de repousser les limites de la science, de sauver des vies ou de contribuer à la sécurité mondiale. Visitez canada.ca/servir-canadiens pour plus de renseignements.

3. Diversité et dimension humaine

La diversité de notre population et les idées qui en émanent sont notre force. Parmi nos valeurs fondamentales figure le traitement de chaque personne avec respect, dignité et équité, où l'engagement et l'inclusion composent un milieu de travail sain.

4. Faites-nous part de vos idées

La fonction publique subit en ce moment d'importants changements afin d'instaurer une culture qui favorise plus d'innovation, de nouvelles idées et approches, ainsi qu'une meilleure collaboration et mobilisation. Contribuez à l'établissement d'une fonction publique moderne.

5. Emplacement, emplacement, emplacement

Les emplois dans la fonction publique ne se trouvent pas qu'à Ottawa – en fait, la majorité des emplois se trouvent à l'extérieur de la région de la capitale nationale. Il y a des emplois dans toutes les provinces et partout dans le monde. Vous pouvez travailler sur terre, en mer ou dans les airs.

6. Créez votre carrière

Vous avez l'occasion de faire progresser votre carrière au sein de la fonction publique en mettant à profit des réseaux, des formations en cours d'emploi, des programmes de mentorat, de la mobilité de l'emploi et d'autres outils de perfectionnement professionnels. Nous appuyons l'apprentissage continu, et nous disposons même de notre propre École de la fonction publique du Canada afin de vous permettre de vous perfectionner tout au long de votre carrière.

7. Bons salaires et avantages sociaux

Nous offrons des salaires et avantages sociaux concurrentiels, lesquels comprennent un régime d'assurance-maladie complémentaire, un régime de soins dentaires et des congés annuels généreux.

8. Conciliation travail-vie personnelle

La fonction publique offre des modalités de travail souples, des congés parentaux et d'autres congés spéciaux comme le congé avec étalement du revenu et le congé auto-financé.

9. Faites partie d'une institution de renommée mondiale

La fonction publique du Canada figure parmi les meilleures au monde. Pour maintenir cette réputation, nous avons besoin de nouvelles personnes talentueuses, compétentes et passionnées par leur travail.

10. Vous pouvez l'essayer

Il y a plusieurs façons de savoir si la fonction publique vous convient. Nous sommes le plus important employeur au pays. L'année dernière, nous avons embauché plus de 11 000 étudiants. Rédigez votre curriculum vitæ en consultant l'un de nos programmes d'embauche, comme le Programme fédéral d'expérience de travail étudiant ou le Programme postsecondaire d'enseignement coopératif/d'internat. Créez votre carrière en participant à la campagne de recrutement postsecondaire ou à d'autres programmes de recrutement.

Stratégie d'emploi 50 pour cent autochtone

La Stratégie d'emploi 50 pour cent autochtone découle d'une lettre d'entente signée en 1996 entre le Ministère (connu légalement sous le nom de « ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien ») et l'Assemblée des Chefs du Manitoba. La lettre d'entente établit l'engagement à se doter d'un effectif à majorité d'employés d'ascendance autochtone, également répartis dans tous les groupes et à tous les niveaux, y compris aux postes de direction. La Stratégie a été pensée comme suit :

Compte tenu de son mandat unique et de sa relation particulière avec les Premières Nations, le ministère des Affaires indiennes et du Développement du Nord canadien a pour objectif à long terme d'avoir une majorité d'employés d'ascendance autochtone. Le Ministère fera tous les efforts raisonnables pour atteindre l'objectif de 50 % d'embauche d'Autochtones jusqu'à ce que le Ministère atteigne son objectif ultime. Le Ministère s'engage à faire tous les efforts nécessaires pour que les Autochtones soient équitablement représentés dans tous les groupes professionnels et à tous les niveaux du Ministère, y compris les postes de direction.

En décembre 2016, AANC a adopté un nouveau Cadre de recrutement et de maintien en poste des employés autochtones axé sur trois thèmes majeurs : mesures de promotion du recrutement autochtone, intensification des activités de sensibilisation externe et mesures de maintien en poste des employés autochtones. La Cadre appuie les engagements pris par le Ministère à l'égard de la création d'un milieu de travail qui tient compte des différences culturelles et soit représentatif de communautés autochtones.

Initiatives de recrutement régionales

Le gouvernement du Canada porte son regard vers l'avenir dans les initiatives de recrutement autochtone. Le Conseil fédéral de la Colombie-Britannique (CFCB) s'est associé avec le Conseil des ressources humaines de la Colombie-Britannique pour concevoir une stratégie régionale de recrutement et de maintien en poste axée sur les candidats autochtones.

En collaboration avec la Commission de la fonction publique (CFP), le CFCB a créé un bassin de candidats autochtones à l'échelle de la fonction publique et mis en œuvre un plan d'action pour le recrutement, dans le dessein de toucher les collectivités autochtones.

En outre, la CFP a créé un poste autochtone en Colombie-Britannique afin de compléter l'effectif de son Centre d'expertise autochtone national et de faire connaître les diverses possibilités de carrière qui s'offrent aux Autochtones déjà en poste dans la fonction publique.

Présentation : Employés autochtones au gouvernement du Canada

Les fonctionnaires fédéraux qui s'identifient comme Autochtones proviennent de toutes les régions du Canada. Près de 12 000 Autochtones travaillent au sein de la fonction publique fédérale.

Brandon Bob

Brandon Bob a commencé à travailler à l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) en 2001 dans le cadre du Programme fédéral d'expérience de travail étudiant (PFETE). Il a cherché à entrer au gouvernement du Canada après avoir constaté qu'un grand nombre de programmes et d'initiatives ciblaient les Autochtones. Cela lui a ouvert d'autres perspectives et possibilités de croissance. En 2010, il est passé à Citoyenneté et Immigration Canada et en 2016, à AANC, où il est aujourd'hui agent de politiques et de programmes. « Je crois que pour un Autochtone, le travail dans la fonction publique fait partie du processus de réconciliation. Cela profite autant à la collectivité autochtone qu'au gouvernement du Canada. »

Coldwater – Salish des terres intérieures • Agent des politiques et des programmes de logement

Isabel Jackson

Isabel Jackson travaille au ministère de la Justice depuis 2001. De plus, elle enseigne le volet Histoire autochtone lors des séances de sensibilisation aux cultures autochtones destinées aux fonctionnaires. Selon elle, le gouvernement du Canada doit intégrer cette sensibilisation au quotidien, et non pas seulement à l'occasion de la célébration de la Journée nationale des peuples autochtones. « Il y a toujours d'immenses lacunes dans la connaissance et la compréhension de l'histoire et de la culture des peuples autochtones. Je comprends que les gens se sentent touchés par les effets de la colonisation, mais ce n'est pas de sympathie dont les Autochtones ont besoin : c'est de respect. » Elle espère qu'un plus grand nombre de jeunes Autochtones qui optent pour une carrière dans la fonction publique contribuent à combler ces lacunes.

Gitxsan • Avocate, Section du droit applicable aux Autochtones du ministère de la Justice

Rod Cunningham

Rod Cunningham a joint le gouvernement fédéral il y a 25 ans. « C'est une chance de pouvoir partager mon savoir et mon expérience avec le personnel et les gestionnaires, qui sont susceptibles de ne pas être très au fait de différences et de nuances culturelles importantes, ce qui est indispensable pour entretenir des relations fructueuses avec les collectivités que nous servons. »

Rod appuie en particulier le recrutement de jeunes Autochtones dans la fonction publique fédérale. Selon lui, les membres autochtones des équipes contribuent directement à la sensibilisation aux cultures autochtones au sein du milieu de travail, lequel offre une possibilité d'apprentissage continu tout au long de la vie. » Nous jouons tous un rôle essentiel en nous attaquant à des questions pressantes telles que la formation et l'emploi, la santé ou l'itinérance, les problèmes environnementaux et le développement économique. »

Cri des bois • Agent principal de développement à Service Canada

Hilary Lawson

Hilary Lawson travaille à Transports Canada depuis 25 ans. Elle estime avoir eu une carrière enrichissante, avec de bons avantages sociaux qui l'ont aidée, elle et ses enfants, et une pension qui lui permet de planifier sa retraite. Ses collègues sont des gens qui ont un souci réel des autres et du partage. Malgré tous ces avantages, Hilary affirme qu'elle n'avait pas pensé à la fonction publique avant d'être recrutée. « C'est un coup de chance! En fait, je cherchais à me renseigner sur l'assurance-emploi et on m'a dirigée vers un entretien d'embauche pour un poste auquel j'étais admissible et depuis, je n'ai jamais quitté le Ministère! »

Heiltsuk/Nisga'a • Agent de la sécurité nautique, Sécurité maritime, Transports Canada

Sherry Wright

Sherry Wright est entrée au gouvernement du Canada il y a trente ans. Elle estime que le travail dans la fonction publique est très important. « L'intégrité, la confiance et le professionnalisme sont des valeurs que j'attends du gouvernement et ce sont ces valeurs qui ont défini ma carrière. » En dehors du travail, sa famille est ce qui occupe le plus de place pour elle. Récemment, elle a animé des ateliers de sensibilisation aux cultures autochtones qui comportent une information sur la vision du monde des Autochtones. Elle adore partager ces connaissances. Sherry appartient au clan Grenouille, et son nom héréditaire est « 'Woks Je Jan », de la maison des Nisto'o de Gitsegukla, en Colombie-Britannique.

Gitxsan • Projets spéciaux, Services publics et Approvisionnement Canada

En tant que groupe axé sur la collaboration, le Groupe consultatif des Autochtones de la Défense (GCAD) participe à diverses coutumes traditionnelles et conseille la haute direction sur les questions autochtones en milieu de travail. Le groupe contribue à l'équité en emploi et à l'adoption d'une approche efficace des problèmes qui profitent à tout l'effectif. Basés à Esquimalt et à Comox, les membres du GCAD proviennent de différents territoires du Canada, notamment ceux des Anishinaabe, des Wet'suwet'en, des Cris, des Métis et des Nuu-chah-nulth. Le GCAD a pour mission de relier les employés autochtones entre eux et avec leurs cultures. Grâce à ces liens et au soutien administratif apporté à ces collectivités, il est bon pour les Autochtones de travailler dans un ministère fédéral.

Groupe consultatif des Autochtones de la Défense (GCAD)

Sur la photo, de gauche à droite :

  • Base des Forces canadiennes de Comox
    • Tania Woodbeck - Crie, bande d'Ochapowace
    • Jeff Foss
    • Sheila Thompson - Première Nation Chawathil
    • Caporal JB Swartz
    • Lynne McDonnell - Métisse
    • Adjudant-maître JSS Harvey
    • Josh Bowles
    • Sergent Nina Usherwood
    • Jasmine Hart - Crie
  • Base des Forces canadiennes d'Esquimalt
    • Caporal-chef Nikki Ducharme - Métisse
    • Elijah Buffalo - Nation crie de Samson
    • Lisa deWit - Première Nation Wet'suwet'en
    • Kim Cameron - Première Nation Anishinaabe / de Long Plain
    • Bill Stewart - Ahousaht

Contribuer à une relation fructueuse et respectueuse

Bien que les Autochtones constituent un segment grandissant de la population canadienne et qu'ils contribuent de façon importante au développement social et économique du Canada, de nombreux Canadiens ne sont pas très au courant des questions qui concernent les Autochtones.

Le CAEA et le RAP jouent un rôle important dans l'amélioration de la sensibilisation aux questions autochtones, à leur culture et à leur histoire dans la fonction publique.

En particulier, bon nombre de membres du CAEA et du RAP animent des ateliers de sensibilisation aux cultures autochtones 101 à l'intention de leurs collègues. Les animateurs encouragent les participants dans leur apprentissage continu sur les peuples autochtones au Canada en partageant leurs connaissances sur l'histoire, les valeurs, les coutumes, les aspirations, les croyances et la diversité des Premières Nations de la Colombie-Britannique, et sur les problèmes auxquels ils se heurtent aujourd'hui. Des ressources sont mises à la disposition des fonctionnaires pour les aider à communiquer et à travailler efficacement avec les collectivités autochtones, et favoriser ainsi le respect et la compréhension des cultures et des valeurs autochtones.

Depuis sa création en 2005, l'atelier a été donné aux employés de nombreux ministères fédéraux, à des étudiants et à des enseignants d'établissements postsecondaires, ainsi qu'à des organismes sans but lucratif.
Dans les pages suivantes, nous donnons des exemples de l'information que nous communiquons à nos collègues.

Conseils en matière d'étiquette et de protocole

  • Reconnaissez l'apport de la Première Nation et, le cas échéant, son territoire, au début d'une nouvelle relation et régulièrement par la suite au besoin.
  • Observez les Autochtones à l'amorce d'une nouvelle relation : vous entendrez souvent la question « D'où venez-vous? ». Elle ne porte pas sur le lieu où vous habitez maintenant, mais concerne vos liens de parenté. Vous pouvez dire quelques mots à votre sujet et préciser d'où vous venez.
  • Les gens peuvent être mal à l'aise qu'on leur demande de décider pour le groupe. Certaines collectivités fonctionnent par décisions collectives ou avec permission.
  • Dans les cultures autochtones traditionnelles, certains comportements, par exemple, se montrer patient et éviter la critique et la confrontation directe, sont fondamentaux pour préserver l'honneur et la dignité de chacun et du groupe.
  • Vous devez être prêt à vous retrouver dans des situations à forte intensité affective en travaillant avec les Autochtones. Les réunions sont parfois chargées d'émotions à cause de griefs historiques non résolus. Non seulement vous ne devez pas l'ignorer, mais vous devez écouter pour comprendre ce que les Autochtones ont à dire.
  • Vous devez demander à votre interlocuteur comment il souhaite être nommé : Indien? Première Nation? Autochtone? Indien inscrit? Indien des traités? Dans la plupart des cas, tout dépend de la personne : c'est un choix personnel.
  • Est-ce un ornement ou une tenue cérémonielle? Puis-je y toucher? Chaque culture autochtone a des traditions différentes à cet égard. Tous ces objets (vêtements, masques ou autres) ne sont pas des « déguisements » : ils sont porteurs de significations et de valeurs culturelles. Certaines cultures peuvent avoir des règles voulant que certaines personnes seulement soient autorisées à toucher (et même voir) des objets considérés comme sacrés. Le mieux est de demander respectueusement si vous pouvez le faire.
  • Demandez la permission avant de prendre une photo.
  • Laissez les gens terminer leurs phrases. Ne vous sentez pas obligé de fournir une réponse à chaque question soulevée. Soulignons qu'il peut y avoir des pauses très longues entre les échanges..

Quelques données statistiques

Selon le recensement de 2016 :

  • 270 585 personnes en Colombie-Britannique déclarent être des Autochtones.
  • 5.9% de la population de la Colombie-Britannique s'identifient en tant qu'Autochtones.
  • 2.8% de la population de la Colombie-Britannique ont le statut d'Indien inscrit.
  • 40.1% des personnes ayant le statut d'Indien inscrit en Colombie-Britannique vivent dans des réserves.

Glossaire

Peuples autochtones (Amérindiens)
Ce sont les descendants des premiers habitants de l'Amérique du Nord. La Constitution canadienne de 1982 reconnaît trois groupes de peuples autochtones : les Indiens, les Inuits et les Métis. Ce sont trois groupes distincts, avec des patrimoines, des langues, des habitudes culturelles et des croyances qui leur sont propres. « Amérindiens » est un autre générique utilisé pour décrire les gens dont les ancêtres sont autochtones.
Droits ancestraux
Il s'agit de droits détenus par des peuples autochtones au Canada du fait de l'utilisation et de l'occupation des terres durant une longue période par leurs ancêtres. Les droits de certains peuples autochtones en matière de chasse, de piégeage et de pêche sur les terres ancestrales sont des exemples de droits ancestraux reconnus par des traités ou des ententes officielles. Les droits ancestraux varient d'un groupe à l'autre, selon les coutumes, les pratiques et les traditions qui participent de la culture distincte du groupe.
Bande
Un groupe de Premières Nations au profit duquel des terres ont été mises de côté et la Couronne détient des sommes d'argent. Chaque bande possède son propre conseil de bande, lequel est généralement formé d'un chef et de plusieurs conseillers. Le chef et les conseillers sont choisis par les membres de la collectivité, par suffrage ou selon les coutumes. Les membres de la bande partagent généralement des valeurs, des traditions et des pratiques enracinées dans leur langue et leur patrimoine ancestral. Aujourd'hui, de nombreuses bandes préfèrent être désignées Premières Nations.
Aîné
Une personne dont on reconnaît la sagesse en matière de spiritualité, de culture et de vie. Les aînés ne sont pas tous nécessairement des « personnes âgées ». La collectivité et les personnes autochtones demandent des conseils et de l'aide aux aînés concernant en général des questions traditionnelles, ainsi que des questions contemporaines.
Première Nation
L'emploi de ce terme s'est répandu dans les années 1970, lorsqu'il a remplacé le terme « Indiens », que certains trouvaient offensant. Bien que l'expression « Première Nation » soit largement utilisée, il n'en existe aucune définition juridique. Le terme « Première Nation » a également été adopté pour remplacer le mot « bande » dans le nom des collectivités.
Indien
Ce terme désigne les peuples autochtones du Canada qui ne sont ni Inuits ni Métis. Le terme « Indien » a d'abord été utilisé par Christophe Colomb en 1492, qui croyait alors qu'il était arrivé en Inde.
Autochtone
Bien qu'aucune définition officielle d' « Autochtone » n'ait été adoptée par une quelconque organisation de l'ONU, la compréhension actuelle du terme se fonde sur les éléments suivants :
  • Ceux qui se déclarent peuples autochtones et sont acceptés comme membres par la collectivité; appartiennent à une lignée de sociétés précoloniales, mènent une existence fortement liée aux territoires et aux ressources naturelles environnantes; disposent de systèmes sociaux, économiques ou politiques distincts; possèdent une langue, une culture et des croyances distinctes; constituent des groupes sociaux non dominants; et sont résolus à conserver et à reproduire leurs milieux et régimes ancestraux en tant que peuples et collectivités distinctives.
Inuits
Jusqu'à tout récemment, les Inuits étaient appelés « Esquimaux ». Le terme a été remplacé par « Inuits », un mot de la langue inuite les décrivant comme un peuple. On trouve les Inuits du Canada sur un territoire allant de la côte du Labrador jusqu'à l'ouest de l'Arctique dans les Territoires du Nord-Ouest. Les Inuits sont établis dans quatre pays circumpolaires : au Canada, aux États-Unis (Alaska), au Groenland et dans le nord de la Russie (Chukotka). On compte environ 150 000 Inuits dans le monde aujourd'hui.
Métis
Le terme « Métis » désigne les personnes qui ont à la fois des ancêtres des Premières Nations et des ancêtres européens. Ces personnes se considèrent elles-¬mêmes comme des Métis, se distinguant ainsi des peuples des Premières Nations, des Inuits et des non-Autochtones. Les Métis possèdent une culture unique, inspirée de leurs diverses origines ancestrales, notamment écossaises, françaises, ojibwées et cries.
Réserve
Terre mise de côté par le gouvernement fédéral, dans le cadre de la Loi sur les Indiens ou par la conclusion de traités, à l'usage d'une bande ou Première Nation particulière. Le conseil de bande dispose de « droits d'utilisateurs exclusifs » relatifs à la terre, mais la terre est « possession de la Couronne ». La Loi sur les Indiens prévoit que la terre en question ne peut être la propriété de membres individuels de la bande.
Indiens inscrits
Les Indiens inscrits sont autorisés à inscrire leur nom au Registre des Indiens, une liste officielle que gère le gouvernement fédéral. Quiconque s'inscrit au Registre des Indiens doit répondre à certains critères. Seuls les Indiens inscrits sont considérés comme des Indiens aux termes de la Loi sur les Indiens, qui définit un Indien, conformément à cette loi, comme « une personne inscrite à titre d'Indien ou qui a le droit de l'être ». Les Indiens inscrits bénéficient de certains droits et privilèges en vertu de la Loi.
Indiens non inscrits
Les Indiens non inscrits se considèrent comme des Indiens ou des membres d'une Première Nation, mais ils ne sont pas reconnus comme tels par le gouvernement du Canada, en vertu de la Loi sur les Indiens, soit parce qu'ils sont incapables de prouver leur statut, soit parce qu'ils ont perdu leur droit au statut. De nombreux Indiens au Canada, surtout des femmes, ont perdu leur statut d'Indiens en raison de pratiques discriminatoires en usage autrefois. Les Indiens non inscrits n'ont pas les mêmes droits et privilèges que les Indiens inscrits.
Indien visé par un traité
Les Indiens visés par un traité sont des Indiens inscrits qui appartiennent à une Première Nation signataire d'un traité avec la Couronne.
Conseil tribal
Un regroupement de Premières Nations partageant des intérêts communs qui se sont volontairement regroupées pour offrir des services aux Premières Nations membres.

Quelques événements historiques importants

1492

11 octobre : Les peuples autochtones d'Amérique du Nord font la rencontre de Christophe Colomb sur les rives de leur continent.

1763

7 octobre : Proclamation royale établissant les droits des Indiens, parfois appelée la « Grande Charte des Indiens ». Pour la première fois, un gouvernement reconnaît que les Autochtones ont certains droits sur les terres parce qu'ils en ont été les premiers occupants.

1844

21 octobre : Naissance de Louis Riel, futur chef des Métis.

1850

29 avril : Conclusion du Traité Douglas no 1 avec les Teechamitsa (Songhees).

30 avril : Conclusion des Traités Douglas nos 2 à 6 avec les Kosampson (Esquimalt), les Swengwhung (Songhees), les Chilcowitch (Songhees), les Whyomilth (Songhees) et les Chekonein (Songhees).

1er mai : Conclusion des Traités Douglas nos 7 à 9 avec les Soke (Sooke), les Kakyaakan (Beecher Bay) et les Chewhaytsum (Beecher Bay).

1851

8 février : Conclusion des Traités Douglas nos 10 et 11 avec les Queachkar (Kwakiutl) et les Quakeolth (Kwakiutl).

1852

7 février : Conclusion du Traité Douglas no 12 avec les South Saanich (Malahat).

11 février : Conclusion du Traité Douglas no 13 avec les North Saanich (Tsawout, Pauquachin, Tseycum, Tsartlip).

1854

23 décembre : Conclusion du Traité Douglas no 14 avec les Saalequun (Nanaimo, Nanoose).

1867

1er juillet : Le Canada devient un pays.

1876

11 avril : Adoption de la Loi sur les Indiens régissant les Indiens et leurs terres.

1885

1er janvier : La loi sur les potlatchs fait de la participation ou de la contribution à un potlatch un méfait.

16 novembre : Louis Riel est pendu à Régina pour trahison. Il sera exonéré de cette accusation à titre posthume et reconnu officiellement fondateur de la province du Manitoba. Le 16 novembre est considéré généralement comme la Journée de Louis Riel par la nation métisse.

1888

26 novembre : Adoption de la Loi sur les pêches – la pêche commerciale pratiquée par les Indiens est déclarée illégale.

1899

21 juin : Conclusion du premier Traité no 8 avec les Cris au Petit lac des esclaves.

1949

24 mars : Les Indiens obtiennent le droit de vote aux élections provinciales.

15 juin : Le chef des Nisga'a, Frank Calder, est élu à l'Assemblée législative de la Colombie-Britannique.

1951

20 juin : Première modification de la Loi sur les Indiens qui permet aux Premières Nations de s'organiser pour déposer une revendication territoriale, et qui permet aussi à leurs membres d'être admis à l'université sans que cela n'entraîne leur émancipation obligatoire (c'est-à-dire la perte de leurs droits liés au statut d'Indien inscrit).

1958

31 janvier : James Gladstone, membre de la Tribu des Blood en Alberta, est nommé au Sénat canadien. C'est le premier sénateur autochtone du Canada.

1960

31 mars : Les Indiens obtiennent le droit de vote aux élections fédérales.

1966

16 juin : Une loi du Parlement décrète la création du ministère des Affaires indiennes.

1971

19 octobre : Une cour fédérale décide que les femmes indiennes inscrites qui épousent des Indiens non inscrits conserveront désormais leur statut et leurs droits d'Indiennes.

1973

22 février : Décision Calder : la Cour suprême du Canada établit que les Nisga'a détenaient un titre autochtone avant l'arrivée des colons, mais les juges sont divisés quant au titre foncier.

1974

28 septembre : Les Amérindiens nés au Canada obtiennent le droit de traverser librement la frontière canado-américaine.

1977

10 avril : Willie Adams, de Rankin Inlet, est nommé sénateur pour les Territoires du Nord-Ouest. C'est le premier Inuit à siéger au Sénat.

1981

26 avril : Le Conseil mondial des peuples indigènes adopte le Pacte international relatif aux droits des peuples autochtones.

1985

28 juin : Le Parlement adopte le projet de loi C-31 visant à supprimer certains articles de la Loi sur les Indiens jugés inéquitables pour les femmes autochtones. Les modifications permettent à des milliers de membres de Premières Nations de retrouver le statut d'Indien.

1989

12 septembre : Signature de l'Accord-cadre avec les Nisga'a par le gouvernement fédéral.

1990

31 mai : L'arrêt Sparrow reconnaît le droit de pêche des Autochtones.

3 octobre : La province de la Colombie-Britannique ouvre des négociations tripartites avec les Nisga'a et le gouvernement du Canada.

1992

21 septembre : L'Accord établissant la Commission des traités de la C.-B. est signé par le très honorable Brian Mulroney et l'honorable Mike Harcourt, ainsi que par les représentants du Sommet des Premières Nations.

1995

6 décembre : Le défunt Elijah Harper, un député cri du Manitoba au Parlement du Canada, organise la première assemblée sacrée. Il s'agit d'un rassemblement de chefs spirituels canadiens autochtones et non autochtones.

1996

13 juin : Le gouverneur général du Canada déclare le 21 juin Journée nationale des Autochtones, une occasion pour l'ensemble des Canadiens de reconnaître la diversité culturelle et la contribution remarquable des membres des Premières Nations, des Inuits et des Métis.

21 novembre: Publication du Rapport final de la Commission royale sur les peuples autochtones. Ses 440 recommandations appellent à un changement radical des relations entre Autochtones, non-Autochtones et gouvernements au Canada.

1997

11 décembre : Décision de la Cour suprême dans l'affaire Delgamuukw.

1999

1er avril : Le Canada crée officiellement le territoire du Nunavut.

2000

13 avril : Ratification officielle du traité conclu avec les Nisga'a.

2007

19 septembre : La Convention de règlement relative aux pensionnats indiens, qui prévoit un Processus d'évaluation indépendant (PEI), est mise en œuvre. Ce processus non accusatoire est axé sur le demandeur et vise le règlement extrajudiciaire des allégations d'agressions sexuelles, de sévices physiques graves et d'autres actes préjudiciables commis dans les pensionnats indiens.

2008

11 juin : Le gouvernement du Canada présente des excuses aux anciens élèves des pensionnats indiens.

2009

3 avril : Le Traité avec la Première Nation de Tsawwassen entre en vigueur et devient le premier traité moderne négocié dans le cadre du processus régi par la Commission des traités de la Colombie Britannique.

2010

16 juin 2010 au 30 mars 2014 :
La Commission de vérité et réconciliation a organisé sept événements nationaux à travers le pays. Ces événements nationaux visaient à éduquer le public canadien et à le faire participer au dialogue engagé sur l'histoire des pensionnats indiens, l'expérience vécue par les anciens élèves et leurs familles, et les répercussions de ces institutions du passé dans les collectivités.

2011

1er avril : Le Traité des Premières Nations Maa-nulth entre en vigueur, c'est le deuxième traité moderne négocié dans le cadre du processus de la Commission des traités de la Colombie-Britannique.

2013

20 juin : La ville de Vancouver, en Colombie-Britannique, est la première municipalité canadienne à proclamer Année de la réconciliation la période allant du 21 juin 2013 au 20 juin 2014.

16 au 22 septembre : La Semaine de la réconciliation se déroule en Colombie-Britannique. Organisée par Réconciliation Canada, la semaine d'activités s'est terminée par l'événement national de la Commission de vérité et réconciliation en C.-B. Avec des activités telles que le Rassemblement de canots pour toutes les Nations et la Marche de la réconciliation, l'objectif des organisateurs était d'unir les points de vue de toutes les cultures de la C.-B. au cours de discussions sur la réconciliation.

1er octobre : L'Autorité sanitaire des Premières Nations (ASPN) de la Colombie-Britannique , la première du genre au Canada, assume la responsabilité des programmes, des services et des responsabilités antérieurement dévolues à la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits (SPNI) de Santé Canada – région du Pacifique.

2014

25 juin : La Cour suprême du Canada approuve une déclaration de titre ancestral pour plus de 1 700 kilomètres carrés de terres en Colombie-Britannique à la Première Nation Tsilhqot.

24 octobre : Christy Clark, première ministre de la C.-B, présente des excuses officielles pour la pendaison injustifiée de six chefs Tsilhqot'in en 1864-1865 et confirme que ceux-ci ont été totalement blanchis de tout crime ou méfait.

2015

2 juin : La Commission de vérité et réconciliation publie son rapport intitulé « Commission de vérité et réconciliation du Canada : Appels à l'action », comportant 94 recommandations pour corriger les torts causés par les pensionnats indiens et faire progresser le processus de réconciliation canadien.

4 novembre : Jody Wilson-Raybould prête serment comme ministre de la Justice et procureure générale du Canada, devenant ainsi la première Autochtone à occuper cette fonction dans l'histoire du pays.

2016

5 avril : Le traité des Tla'amins entre en vigueur.

10 mai : Le Canada appuie sans réserve la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

2017

14 juillet : Le gouvernement du Canada publie une série de Principes régissant la relation du Gouvernement du Canada avec les peuples autochtones, qui orientera l'examen des lois, des politiques et des pratiques opérationnelles. Dans la transformation de son travail en partenariat avec les peuples et les gouvernements autochtones et du soutien qu'il leur apporte, le gouvernement fédéral se fondera sur ces Principes.

28 août : Le gouvernement du Canada annonce des plans visant à dissoudre AANC et à le remplacer par deux nouveaux ministères, en vertu de l'engagement qu'il a pris d'établir une nouvelle relation de nation à nation avec les peuples autochtones.

4 décembre : Le gouvernement du Canada annonce la création du ministère des Services aux Autochtones Canada.

Avertissement : Ce calendrier ne présente pas la liste complète des événements de l'histoire autochtone de la Colombie-Britannique, mais un ensemble éclectique de dates et d'événements marquants proposés par les employés ministériels.

Gregory Miller – Nation Tsimshian

Agent de la mobilisation • Baccalauréat ès arts (Spécialisation en études sur les Premières Nations), Université Simon Fraser

Gregory Miller

Boîtes de bois cintré des Tsimshian, (approx) 19e siècle

Selon Gregory Miller, travailler sur les enjeux autochtones correspond parfaitement à son domaine d'études. « J'ai choisi AANC parce que les activités ont un rapport plus étroit avec ce que j'ai étudié. J'avais rédigé tellement de documents sur le Ministère et l'histoire de la relation entre la Couronne et les peuples autochtones que j'ai pensé que ce serait une bonne chose que de me familiariser avec les perspectives de ce côté-là. »

À son travail, Gregory a découvert un groupe de gens actifs et généreux. « Je suis membre du groupe chargée de la mobilisation qui fait un travail réellement efficace. Nous aidons à établir le dialogue entre les hauts dirigeants des Premières Nations et les représentants fédéraux tout en étant simplement des observateurs, ce qui est assez génial ». Gregory trouve très enrichissant de participer au prochain chapitre de la relation, au moment où la réconciliation pousse les gens à vouloir en savoir davantage.

Les Autochtones n'appartiennent pas au passé, aux livres d'histoire ou aux musées. Ils sont toujours présents et continuent de partager leur culture et leur histoire avec les Canadiens.

Gregory, dont l'objectif à plus long terme est d'obtenir un diplôme de droit, espère que son expérience et sa connaissance de la fonction publique l'aideront à faire avancer la relation de nation à nation.

janvier 2018
1

Jour de l'An

2  
3  
4  
5  
6  
7  
8  
9  
10  
11  
12  
13  
14  
15  
16  
17  
18  
19  
20  
21  
22  
23  
24  
25  
26  
27  
28  
29  
30  
31  
février 2018
1  
2

Jour de la marmotte

3  
4  
5  
6  
7  
8  
9  
10  
11  
12

Jour de la famille (C.-B.)

13  
14

Saint-Valentin

15  
16  
17  
18  
19

Jour de la famille (ALTA, ON, SASK)

Journée Louis Riel (Manitoba)

20  
21  
22  
23  
24  
25  
26  
27  
28

Journée du chandail rose

Samantha Martin-Ferris – Nation Gitksan

Adjointe au recrutement stratégique • Baccalauréat ès arts (Spécialisation en études sur les Premières Nations et les peuples autochtones), Université de la Colombie-Britannique

Samantha Martin-Ferris

Susan Point (Musqueam) : Poteau de maison, 1997

Samantha Martin-Ferris travaille actuellement à l'Agence du revenu du Canada dans le cadre du Programme fédéral d'expérience de travail étudiant. Pour elle, la fonction publique est un milieu qui permet de réfléchir à ce que l'on veut devenir et qui offre une foule de possibilités de croissance. Samantha peut offrir des conseils amicaux aux autres étudiants.

N'ayez pas peur de vos gestionnaires. Ce sont des êtres humains, eux aussi. Ils ne demandent qu'à vous écouter.

Samantha appartient à la Nation Gitksan et sa famille la soutient dans tout ce qu'elle entreprend. Elle a acquis une grande expérience du travail avec les collectivités autochtones et a toujours su qu'elle voulait collaborer avec elles. Elle s'est spécialisée en études sur les Premières Nations et les peuples autochtones à l'Université de la Colombie-Britannique après avoir quitté le Collège Langara.

Samantha est très enthousiasmée par les efforts que déploie le gouvernement pour attirer des étudiants autochtones. « Le fait qu'il soit disposé à accepter les avis des étudiants, et que nous souhaitions coopérer et nous acheminer vers ce but, est vraiment de bon augure. »

Selon elle, travailler au sein de la fonction publique peut aussi contribuer à ce que les collectivités autochtones aient un lien véritable avec le gouvernement. « Que des Autochtones puissent faire entendre leur voix dans la fonction publique est fondamental pour la diversité culturelle parce que cela nous permet de mieux représenter le Canada. »

mars 2018
1  
2  
3  
4  
5  
6  
7  
8

Journée internationale de la femme

9  
10  
11

Début de l'heure avancée

12  
13  
14  
15  
16  
17

Saint-Patrick

18  
19  
20

Équinoxe du printemps

21  
22  
23  
24  
25  
26  
27  
28  
29  
30

Vendredi saint

31

Jour national des langues autochtones

avril 2018
1

Dimanche de Pâques

2

Lundi de Pâques

3  
4  
5  
6  
7

Journée mondiale de la santé

8  
9  
10  
11  
12  
13  
14  
15  
16  
17  
18  
19  
20  
21  
22

Journée de la Terre

23  
24  
25  
26  
27  
28  
29  
30  

Rodman Joseph – Tribu de Gwawaenuk

Agent des communications subalterne • Baccalauréat ès arts (Spécialisation en communications), Université Simon Fraser

Rodman Joseph

Poteau de la parole des Kwakwaka'wakw, env. 1860

Étudiant en communications, Rodman Joseph, dit « Affaires autochtones et du Nord Canada n'était pas mon premier choix d'affectation comme étudiant au Programme d'enseignement coopératif. » En fait, cette possibilité ne figurait même pas dans ses trois premiers choix. Au départ, il voulait faire quelque chose de plus « m'as-tu-vu », comme la protection des frontières ou la sécurité publique, ou travailler dans des ministères qui s'intéressent davantage aux questions juridiques, pourtant, il a été ravi d'accepter cette offre. À son premier jour de travail, il a compris que c'était une chance.

Je pense que ce milieu de travail est tout simplement extraordinaire. J'ai eu d'autres emplois à temps partiel et aidé dans d'autres organismes, mais je dois dire que le travail à AANC est bien plus agréable. Et on est loin du cliché du travail de fonctionnaire ennuyeux!

Parmi ses expériences, celle qu'il a préférée est le soutien qu'il apporte à l'honorable Carolyn Bennett lorsqu'elle fait une annonce dans une collectivité de Première Nation. « Ce sont des choses voit aux nouvelles, mais ce n'est pas une expérience que l'on fait au cours de ses études. »

Rodman compte revenir dans la fonction publique lorsqu'il aura son diplôme, et il veut suivre des cours pour contribuer à bâtir l'avenir. « Personne ne peut prédire l'avenir, mais nous pouvons faire de notre mieux pour que les choses aillent dans la bonne direction. »

mai 2018
1  
2  
3  
4  
5  
6

Semaine de la sécurité civile (6-12)

7  
8  
9  
10  
11  
12  
13

Fête des Mères

14  
15  
16  
17  
18  
19  
20  
21

Fête de la Reine

22

Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones (22-26)

23  
24  
25  
26  
27  
28  
29  
30  
31  
juin 2018
1

Mois national de l'histoire autochtone (1-30)

2  
3  
4  
5  
6  
7  
8  
9  
10

Semaine nationale de la fonction publique (10-16)

11  
12  
13  
14  
15  
16  
17

Fête des Pères

18
19  
20  
21

Journée nationale des peuples autochtones

Solstice d'été

22  
23

Journée des Nations Unies pour la fonction publique

24

Saint-Jean-Baptiste (Québec)

25  
26  
27

Journée canadienne du multi-culturalisme

28  
29  
30  

Zoe Craig Sparrow – Bande indienne de Musqueam

Agente de liaison des Services • Baccalauréat ès arts (Spécialisation en science politique), Université de la Colombie-Britannique

Zoe Craig Sparrow

Poteau de maison des Tsimalano, Musqueam, env. 1890

Pour sa photo de calendrier du Musée d'anthropologie, Zoe Craig Sparrow a trouvé une pièce qui illustre son héritage et témoigne de l'identité dont elle est fière. « C'est extraordinaire d'avoir trouvé ce mât qui me parle et me représente comme personne », a-t-elle déclaré.

Pour Zoe, travailler à Affaires autochtones et du Nord Canada s'inscrit dans une tradition familiale. « Mes deux parents y ont travaillé, ma grand-mère aussi, et mes beaux-parents y sont toujours, bref, tout le monde dans ma famille a travaillé au AANC. »

Zoe souhaite faire carrière en droit autochtone, et elle apprécie l'expérience et la perspective qu'elle a pu acquérir au Ministère grâce au Programme fédéral d'expérience de travail étudiant.

La chose la plus importante que j'ai apprise au Ministère, c'est que nous sommes simplement des personnes qui en aident d'autres. Le gouvernement, ce n'est pas une personne au pouvoir qui tire toutes les ficelles, mais beaucoup de gens ordinaires comme moi qui mettent tout en œuvre pour faire évoluer les choses dans le bon sens.

Pour Zoe, cela donne l'occasion de travailler avec des gens avec lesquels elle peut communiquer sur le plan culturel. C'est ce qui a rendu son expérience si inoubliable : « Ils font tout pour améliorer la vie d'un si grand nombre de personnes, de familles et de collectivités. C'est vraiment bien de voir cela et de faire partie de ce groupe. »

juillet 2018
1

Fête du Canada

2  
3  
4  
5  
6  
7  
8  
9  
10  
11  
12  
13  
14  
15  
16  
17  
18  
19  
20  
21  
22  
23  
24  
25  
26  
27  
28  
29  
30  
31  
août 2018
1  
2  
3  
4  
5  
6

Fête de la Colombie-Britannique

7  
8  
9

Journée internationale des peuples autochtones

10  
11  
12

Journée internationale de la jeunesse

13  
14  
15  
16  
17  
18  
19  
20  
21  
22  
23  
24  
25  
26  
27  
28  
29  
30  
31  

Leyenda Pettit – Stó:lō

Adjointe aux ressources humaines • Baccalauréat ès arts (Double spécialisation en sciences humaines et en psychologie), Université Simon Fraser

Leyenda Pettit

Bill Reid (Haïda) et Doug Cranmer ('Namgis) : Mât totémique de façade de maison, 1959

Ancienne participante au Programme fédéral d'expérience de travail étudiant, Leyenda Pettit est maintenant employée à temps plein à Pêches et Océans Canada. Elle pense que l'emploi reflète son désir de croissance personnelle et ses valeurs.

Il est important de se souvenir d'où l'on vient; cela vous permet de rester humble et fort, ce qui compte au travail. Je respecte ce que je fais au quotidien et je respecte le cheminement individuel des autres, peu importe où ils en sont.

Pour Leyenda, c'est la relation établie avec ses collègues qui crée un milieu de travail qu'elle apprécie et dans lequel elle réussit. « Lorsque j'ai commencé, ils m'ont fait visiter le bureau et m'ont présentée à tout le monde. Maintenant, j'adore travailler avec mon équipe; si ce n'était d'elle, je ne serais pas heureuse au travail. »

Leyenda pense aussi que la force vient de la diversité et qu'il faut reconnaître les talents et les compétences des étudiants autochtones, parce que c'est un moyen d'instaurer le changement et un pas en direction de la réconciliation. « Les paroles que vous prononcez et vos actions ont un effet d'entraînement. Alors, faites profiter l'équipe de votre personnalité unique et ne laissez pas le manque de confiance faire obstacle à la réalisation de vos buts. »

septembre 2018
1  
2  
3

Fête du Travail

4  
5  
6  
7  
8  
9  
10

Journée mondiale de la prévention du suicide

11  
12  
13  
14  
15  
16  
17  
18  
19  
20  
21  
22

Équinoxe d'automne

23  
24  
25  
26  
27  
28  
29  
30

Journée du chandail orange

octobre 2018
1  
2  
3  
4  
5  
6  
7

Semaine de la prévention des incendies (7-13)

8

Action de grâces

9  
10

Journée mondiale de la santé mentale

11  
12  
13  
14  
15  
16  
17  
18  
19  
20  
21  
22  
23  
24  
25  
26  
27  
28  
29  
30  
31

Halloween

Neil Mannix – Première Nation Snuneymuxw

Agent du Système intégré de gestion de l'environnement • Doctorat en pharmacie, Université de la Colombie-Britannique

Neil Mannix

Susan Point (Musqueam): People Amongst the People, 2008

La plupart de ses camarades de classe ont choisi de travailler dans une pharmacie, mais Neil Mannix a opté pour le Programme d'enseignement coopératif au gouvernement fédéral. « J'étudie en pharmacie. Il est un peu étrange en effet que je me retrouve ici. » Ce n'est pas un problème pour lui, parce qu'il travaille en vue d'obtenir un poste à l'Autorité sanitaire des Premières Nations. « Ce serait plus lié à mes études et cela me permettrait de me familiariser avec les méthodes de travail du gouvernement, notamment la manière dont il soutient les Premières Nations. »

Ce que j'apprécie à AANC – et c'est une des raisons pour lesquelles j'ai commencé à travailler ici – c'est de me débrouiller et de comprendre les rouages du gouvernement.

Neil a toujours souligné son héritage culturel et il espère continuer à aider sa collectivité. « Mon père a été pagayeur de canot pendant plus de 20 ans. Alors, nous l'avons surtout suivi dans les expéditions en canot auxquels il participait. Nous l'applaudissions parmi la foule et nous le suivions dans sa navigation autour de l'île ». Son père n'est pas la seule source de savoir traditionnel. « Comme ma grand-mère est une guérisseuse, elle en faisait bien plus que nous. Lorsque c'était possible, nous participions. »

Neil est heureux avec son choix d'enseignement coopératif et il est prêt à encourager d'autres étudiants à envisager une carrière dans la fonction publique. « C'est un milieu de travail très accueillant où je ne ressens aucune pression. Alors, établissez des relations avec vos collègues et informez-vous sur les ressources que vous pouvez utiliser. »

novembre 2018
1  
2  
3  
4

Changement de l'heure avancée

5  
6  
7  
8  
9  
10  
11

Jour du Souvenir

12  
13  
14

Journée mondiale du diabète

15  
16  
17  
18  
19  
20

Journée nationale de l'enfant

21  
22  
23  
24  
25

Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes

26  
27  
28  
29  
30  
décembre 2018
1  
2  
3  
4  
5  
6

Journée nationale de commémoration et d'action contre la violence faite aux femmes

7  
8  
9  
10  
11  
12  
13  
14  
15  
16  
17  
18  
19  
20  
21

Solstice d'hiver

22  
23  
24

Réveillon de Noël

25

Noël

26

Après-Noël

27  
28  
29  
30  
31

Réveillon du jour de l'An

Bobbi Brewer – Bande indienne d'Okanagan

Adjointe du CAEA • Baccalauréat ès arts (Spécialisation en études sur les Premières Nations), Université Simon Fraser

Bobbi Brewer

Lyle Wilson (Haisla): Tsimshian Cosmos, 1996

Pour Bobbi Brewer, le partage des connaissances est un élément important de sa culture. « Au AANC, j'ai l'occasion rare de travailler, comme étudiante, à rendre le Ministère plus accessible à d'autres étudiants autochtones.

Nous, étudiants, représentons l'avenir parce que nous sommes des apprenants et que nous apportons les connaissances les plus diverses que nous avons acquises dans les différents domaines.

L'an dernier, Bobbi a fait appel à ses connaissances et ses expériences pour examiner les documents d'évaluation du recrutement dans le but d'atténuer les problèmes systémiques et de rendre les mécanismes plus inclusifs. « Nous essayons de corriger la situation afin de n'exclure aucun excellent candidat. »

Un autre volet de son travail concerne la sensibilisation communautaire. Elle était au kiosque d'information lors de la conférence Gathering Our Voices de Kelowna, qui a attiré plus d'un millier d'étudiants du secondaire et du postsecondaire. Elle a été étonnée de voir à quel point les jeunes étaient intéressés à l'idée d'un travail dans la fonction publique.

Selon Bobbi, « ils veulent voir les choses changer au gouvernement [et] ils croient que c'est par eux que cela se fera d'abord. »

Comme étudiante, Bobbi a pu constater que le Ministère offre un milieu de travail souple et positif, qu'elle se fait un plaisir de recommander à d'autres. « C'est vraiment merveilleux de pouvoir acquérir cette expérience et d'approfondir les choses, et d'avoir une meilleure idée d'où vous êtes et du rôle que vous avez à jouer au sein de la collectivité et de la société. »

janvier 2019
1

Jour de l'An

2  
3  
4  
5  
6  
7  
8  
9  
10  
11  
12  
13  
14  
15  
16  
17  
18  
19  
20  
21  
22  
23  
24  
25  
26  
27  
28  
29  
30  
31  
février 2019
1  
2

Jour de la marmotte

3  
4  
5  
6  
7  
8  
9  
10  
11

Jour de la famille (C.-B.)

12  
13  
14

Saint-Valentin

15  
16  
17  
18

Jour de la famille (ALTA, ON, SASK)

Journée Louis Riel (Manitoba)

19  
20  
21  
22  
23  
24  
25  
26  
27

Journée du chandail rose

28  

Richard Barry – Première Nation de Thessalon

Adjoint aux services financiers • Comptabilité, Collège Douglas

Richard Barry

Bill Reid (Haïda): Haida Bear, 1963

Richard Barry, qui a une plus grande expérience de la vie que la plupart des étudiants. Lorsqu'on lui a demandé d'expliquer ce qui l'a amené à travailler au Ministère, il a répondu : « C'est l'enthousiasme et le désir de faire avancer les gens et les collectivités des Premières Nations. »

Actuellement, Richard travaille à plein temps et étudie à temps partiel. Il veut obtenir un certificat de comptabilité du Collège Douglas afin de pouvoir se perfectionner et de profiter des perspectives. « Je suis très content de ce que je fais actuellement, mais je tiens également à terminer le programme de comptabilité et, plus tard, à passer à un poste de gestionnaire de projets afin d'intervenir plus directement auprès des collectivités des Premières Nations. »

J'ai beaucoup de chance de faire ce que je fais. J'ai eu des superviseurs et des collègues formidables pendant mes dix années de travail à AANC et mes six années de travail avec la Nation Wuikinuxv sur la côte centrale. Toutes ces personnes m'ont aidé à parvenir au point où j'en suis et je leur serai toujours très reconnaissant de ce qu'ils m'ont appris.

Richard a quelques conseils à offrir aux étudiants qui joignent la fonction publique. « Apprenez-en le plus possible sur le poste que vous occupez et n'oubliez pas que vous devez demeurer enthousiastes et motivés chaque jour. L'apprentissage est un processus qui n'a pas de fin. »

mars 2019
1  
2  
3  
4  
5  
6  
7  
8

Journée internationale de la femme

9  
10

Début de l'heure avancée

11  
12  
13  
14  
15  
16  
17

Saint-Patrick

18  
19  
20

Équinoxe du printemps

21  
22  
23  
24  
25  
26  
27  
28  
29  
30  
31

Jour national des langues autochtones

avril 2019
1  
2  
3  
4  
5  
6  
7

Journée mondiale de la santé

8  
9  
10  
11  
12  
13  
14  
15  
16  
17  
18  
19

Vendredi saint

20  
21

Dimanche de Pâques

22

Lundi de Pâques

Journée de la Terre

23  
24  
25  
26  
27  
28  
29  
30  

Jared Dunlop – Nation crie de Fisher River

Commis, comptabilité et finances • Baccalauréat en commerce (Spécialisation en finances), Université de Victoria

Jared Dunlop

Jim Hart (Haïda) : Poteau en l'honneur de Bill Reid, 2000

Jared Dunlop a des buts ambitieux pour l'avenir. « Je veux avoir ma propre entreprise, mener un projet qui se rapporte au bien-être et qui me permette d'aider les autres. La psychologie et la méditation me passionnent vraiment. » Poursuivant actuellement des études de commerce, il pense que ses études, son expérience professionnelle et ses intérêts se rejoignent tous, ce qui l'aide à se préparer à l'avenir.

J'ai toujours accordé une très grande importance à la spiritualité et j'ai toujours senti que j'avais un lien avec la nature, et même si je ne savais pas grand-chose sur ma culture autochtone, j'avais l'impression que cela faisait partie de moi. Et maintenant que je suis à AANC, j'aime la démarche holistique qu'elle insuffle aux employés, et je crois que cela s'accorde avec la manière dont j'essaie de vivre ma vie.

Cette démarche holistique comprend la formation d'équipes et les activités de bien-être qui ont permis à Jared de rencontrer ses collèges et de se lier à d'autres personnes en dehors du milieu de travail. Il aime assister aux cours hebdomadaires de méditation en milieu de travail et a même participé à « Just Dance », une compétition amicale de danse organisée pour tout le bureau.

Jared estime qu'il a profité de la perspective plus vaste que lui offrent ses expériences d'étudiant autochtone au Programme d'enseignement coopératif au Ministère. Il pense que les connaissances de la culture qu'il pourra apporter à la fonction publique, tout comme les étudiants autochtones qui y entreront, auront une grande influence sur la compréhension mutuelle.

mai 2019
1  
2  
3  
4  
5

Semaine de la sécurité civile (5-11)

6  
7  
8  
9  
10  
11  
12

Fête des Mères

13  
14  
15  
16  
17  
18  
19  
20

Fête de la Reine

21

Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones (21-25)

22  
23  
24  
25  
26  
27  
28  
29  
30  
31  
juin 2019
1

Mois national de l'histoire autochtone (1-30)

2  
3  
4  
5  
6  
7  
8  
9

Semaine nationale de la fonction publique (9-15)

10  
11  
12  
13  
14  
15  
16

Fête des Pères

17  
18  
19  
20  
21

Journée nationale des peuples autochtones

Solstice d'été

22  
23

Journée des Nations Unies pour la fonction publique

24

Saint-Jean-Baptiste (Québec)

25  
26  
27

Journée canadienne du multi-culturalisme

28  
29  
30  

Folisha Stevens – Nation Nisga'a

Adjointe aux services financiers • Baccalauréat ès arts (Spécialisation en criminologie), Université Simon Fraser

Folisha Stevens

Oyee (Nisga'a) : Poteau Aigle-Flétan de Laay', env. 1870

Folisha Stevens a fait bien des choses ces dix dernières années. Outre son travail à plein temps au Ministère, elle prépare son baccalauréat en criminologie tout en s'occupant de ses trois enfants. Et, comme loisir, elle fait de la danse traditionnelle! Selon elle, c'est sa culture qui oriente toute sa démarche, jusque dans ses relations avec ses collègues.

J'ai eu pour gestionnaires extraordinaires des membres des Premières Nations, ce qui m'a toujours vraiment inspiré. Il y a beaucoup de gens sympathiques, authentiques et merveilleux ici, au Ministère, et être aux premières loges pour voir le nombre de gens qui contribuent à aider toutes les Nations de la province, c'est incroyable.

Folisha est enthousiasmée à l'idée de travailler à réparer les torts causés par le colonialisme. Elle a aussi une vision très claire du rôle que le gouvernement du Canada doit jouer dans la guérison. « Le gouvernement doit montrer l'exemple. Je crois que les gens suivront une fois qu'ils verront que nous (les Premières Nations) sommes traités avec justice et respect. »

Folisha compte travailler comme agente de probation de la jeunesse. Entre-temps, elle tient à maintenir un bon équilibre : « Parfois, ce n'est pas facile, cela prend du temps, mais c'est faisable. Je suis convaincue qu'il est bon que mes enfants voient que je travaille dur tous les jours; ils me voient au travail, ils me voient essayer de terminer mes études et être une mère : je suis un modèle pour eux. »

juillet 2019
1

Fête du Canada

2  
3  
4  
5  
6  
7  
8  
9  
10  
11  
12  
13  
14  
15  
16  
17  
18  
19  
20  
21  
22  
23  
24  
25  
26  
27  
28  
29  
30  
31  
août 2019
1  
2  
3  
4  
5

Fête de la Colombie-Britannique

6  
7  
8  
9

Journée internationale des peuples autochtones

10  
11  
12

Journée internationale de la jeunesse

13  
14  
15  
16  
17  
18  
19  
20  
21  
22  
23  
24  
25  
26  
27  
28  
29  
30  
31  

Trevor Casey – Première Nation de Skidegate

Commis, comptabilité et finances • Baccalauréat en commerce (Spécialisation en immobiliser commercial), Université de la Colombie-Britannique

Trevor Casey

Mungo Martin (Kwakwaka'wakw) : Mât totémique, 1951

C'est le deuxième été passé par Trevor Casey comme étudiant à AANC. L'une des ses expériences les plus gratifiantes a été de constater les effets du travail qu'il a fait l'an dernier. « L'été dernier, nous avons planifié des activités de mobilisation dans plusieurs régions de la province, et cette année, j'entends des gens dire qu'ils y ont participé. C'est génial de planifier et d'être toujours ici pour voir les résultats. »

Ce que j'aime le plus dans le travail à AANC, ce sont les gens avec qui je noue des contacts. Nous venons tous d'endroits très divers et j'ai aimé entendre les témoignages de chaque personne. C'est un milieu de travail très diversifié et chacun en est à une étape différente de sa vie, pas seulement en âge, mais aussi dans sa carrière.

Trevor pense que son héritage autochtone lui donne un point de vue unique sur le rôle du Ministère et les dossiers que le Ministère traite.

Il recommande aux étudiants qui cherchent à travailler dans la fonction publique de garder l'esprit ouvert. « Au début, je plaçais tous les secteurs fédéraux dans la même catégorie, mais j'ai vite appris qu'il existe un très grand nombre de bureaux gouvernementaux, tous très différents : chacun peut y trouver sa place. »

Trevor espère qu'à l'avenir il aura, entre autres possibilités, celle d'en savoir plus sur la culture skidegate, de découvrir la nature de l'archipel Haïda Gwaii et de connaître ses habitants.

septembre 2019
1  
2

Fête du Travail

3  
4  
5  
6  
7  
8  
9  
10

Journée mondiale de la prévention du suicide

11  
12  
13  
14  
15  
16  
17  
18  
19  
20  
21  
22  
23

Équinoxe d'automne

24  
25  
26  
27  
28  
29  
30

Journée du chandail orange

octobre 2019
1  
2  
3  
4  
5  
6

Semaine de la prévention des incendies (6-12)

7  
8  
9  
10

Journée mondiale de la santé mentale

11  
12  
13  
14

Action de grâces

15  
16  
17  
18  
19  
20  
21  
22  
23  
24  
25  
26  
27  
28  
29  
30  
31

Halloween

Courtney Brown – Métisse

Conseillère technique • Diplôme d'études juridiques, Collège Douglas

Courtney Brown

Bill Reid (Haïda) : Canot, 1984

Courtney Brown pense qu'il est important d'aider les autres, ce qui explique son choix d'études et de carrière comme fonctionnaire. Elle vient d'obtenir un poste permanent à l'Agence du revenu du Canada après y avoir travaillé pendant quatre ans. Ce travail lui permet d'aider les gens à se sortir de situations souvent complexes et stressantes. « Je trouve qu'il est bon de pouvoir aider les gens à comprendre et de les accompagner dans les périodes difficiles. »

Courtney est diplômée en études juridiques du Collège Douglas. Elle pense qu'elle a de la chance d'avoir trouvé un travail enrichissant qui reconnaît l'importance du droit et d'être en compagnie de collègues extraordinaires.

Je n'ai probablement jamais ri autant qu'avec mes collègues, et ça, c'est vraiment formidable.

Pour Courtney, la souplesse d'un emploi au gouvernement, et l'équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle qu'elle a trouvé, expliquent que le travail ait été globalement une excellente chose pour elle. Elle incite d'autres étudiants autochtones à penser à la fonction publique comme moyen d'influer sur le changement. « Il y a beaucoup de gens qui veulent aider les autres et leurs collectivités, et pour cela, il faut faire des études et connaître le jeu et les règles du jeu. »

novembre 2019
1  
2  
3

Changement de l'heure avancée

4  
5  
6  
7  
8  
9  
10  
11

Jour du Souvenir

12  
13  
14

Journée mondiale du diabète

15  
16  
17  
18  
19  
20

Journée nationale de l'enfant

21  
22  
23  
24  
25

Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes

26  
27  
28  
29  
30  
décembre 2019
1  
2  
3  
4  
5  
6

Journée nationale de commémoration et d'action contre la violence faite aux femmes

7  
8  
9  
10  
11  
12  
13  
14  
15  
16  
17  
18  
19  
20  
21

Solstice d'hiver

22  
23  
24

Réveillon de Noël

25

Noël

26

Après-Noël

27  
28  
29  
30  
31

Réveillon du jour de l'An

Remerciements

Bobbi Brewer, Rodman Joseph, Zoe Craig

Quatsino Hansen (Kwakwaka'wakw) : Cadre d'intérieur de maison à poteaux, env. 1906

Au nom de l'équipe de production du calendrier du CAEA, nous aimerions d'abord souligner que la terre sur laquelle nous nous sommes réunis pour créer le calendrier est le territoire ancestral, traditionnel et non cédé des Musqueam, des Squamish et des Tsleil-Waututh.

Nous voulons remercier sincèrement les étudiants de nous avoir parlé de leurs histoires et de leurs expériences, et de nous avoir fait part de leurs conseils. Votre motivation et votre perspective unique en tant qu'étudiants autochtones ont fait du calendrier une création pleine de sens et de passion, tout particulièrement sous le thème de cette année : « Regard vers l'avenir ».

Le calendrier n'aurait pu être produit sans la générosité du Conseil fédéral de la Colombie-Britannique, du Réseau des Autochtones du Pacifique et de la Commission de la fonction publique. Nous voulons également remercier les membres de notre haute direction et de tous les secteurs de la fonction publique, en particulier du ministère des Pêches et des Océans et de l'Agence du revenu du Canada, d'avoir appuyé cette initiative. Compte tenu du rôle que les étudiants seront appelés à jouer à l'avenir, nous tenons à remercier très chaleureusement l'aîné Larry Grand de nous avoir fait le grand honneur de nous offrir ses sages conseils.

Nous savons gré à Tanya Duncan et à la direction du CAEA de nous avoir offert la possibilité de travailler à ce projet, et de leur confiance et de leur appui sans faille. Merci également au groupe des Communications de la région de la Colombie-Britannique d'avoir exprimé sa vision et d'avoir collaboré au projet. Travailler ensemble au calendrier nous a permis d'en apprendre beaucoup sur nous-mêmes, sur nos collègues étudiants et sur notre rôle futur. Nous espérons que le calendrier contribuera à inciter davantage de jeunes à présenter une demande d'emploi au gouvernement du Canada et à découvrir par eux-mêmes les avantages que cela représente.

Cordialement,
Bobbi, Rodman et Zoe

Le Musée d'anthropologie (MOA) de l'Université de la Colombie-Britannique

Le Musée d'anthropologie (MOA) de l'Université de la Colombie-Britannique est réputé dans le monde entier pour ses collections, ses recherches, ses programmes d'enseignement, ses programmes publics et ses liens communautaires. On l'admire aussi pour son architecture spectaculaire et son emplacement unique au sommet des falaises de Point Grey.

Inauguré en 1976, le MOA abrite l'une des plus admirables collections d'art des Premières Nations de la côte du Nord-Ouest, dans un édifice primé conçu par l'architecte canadien Arthur Erickson. Sa structure en béton et en verre s'inspire des constructions de poutres et de poteaux des Premières Nations du nord de la côte du Nord-Ouest. Dans le grand hall du musée, on peut voir d'immenses mâts totémiques, des plats de fête et des canots des peuples Kwakwaka'wakw, Nisga'a, Gitxsan, Haïda et Salish de la côte, tandis que les plus petites pièces en or, argent, argilite, bois et autres matériaux sont présentées dans d'autres salles du musée. À l'extérieur de l'édifice, l'aménagement paysager présente des plantes et des herbes indigènes, et offre une vue spectaculaire des montagnes et de la mer. Le complexe sculptural extérieur comprend deux maisons et plusieurs mâts totémiques haïda créés par certains des plus grands artistes contemporaines autochtones de la côte du Nord-Ouest. Le MOA abrite également la plus grande collection d'œuvres de l'artiste haïda Bill Reid.

L'équipe de production du calendrier du CAEA tient à adresser ses remerciements les plus sincères au MOA qui lui a ouvert ses portes et permis de reproduire certaines pièces dans le calendrier.

Membres du Comité pour l'avancement de l'emploi autochtone

Members of CANE

Merci (Français)
Thank You (Anglais)
Woliwon (Maliseet)
Kuk'chem (Shuswap)
Medu (Tahltan)
Kuks-chum (Nlaka'pamux)
Hay ch q'a' (Hul'q'umi'num')
T'oyaxsut 'nüün (Tsimshian)
Giaxsixa (Heiltsuk)
'Toyaxsii'niisim! (Gitxsan)
Quyanamiik (Inuktitut)
Kleco (Nuu-chah-nulth)
Giyanaca'ci (Wuikinuxv)
Ona (Mohawk)
Hay chxw q'u (Salish)
Marsee (Michif)
Mussi (Carrier)
Gilakas'la (Kwakwala)
How'aa (Haida)
Hi Hi (Cree)
Emote (Sliammon)
Meegwech (Ojibwe)
Tabi Mussi (Athapascan)

Le corbeau

Cette représentation du corbeau de la côte Nord-Ouest est l’emblème du Comité pour l’avancement de l’emploi autochtone (CAEA) de la Colombie-Britannique. Le corbeau est l’une des figures les plus importantes de la mythologie de la côte du Nord-Ouest. Filou-créateur, transformateur, maître, catalyseur et puissant esprit, Corbeau a le pouvoir de se transformer lui-même et de transformer les autres.

Le corbeau

Le saumon

Ce motif de saumon des Autochtones de la côte Ouest créé par l’artiste Richard Shorty est l’emblème du Réseau des Autochtones du Pacifique (RAP). Source de vie, le saumon est un pourvoyeur de nourriture pour tous les animaux et pour les êtres humains; il représente l’abondance, la fertilité, la prospérité et le renouveau. Il est souvent illustré en paires circulaires, symbolisant le cycle de la vie.

Le saumon
Date de modification :