Sommaires des traités pré-1975

L'image d'une carte des traités pré-1975 du Canada
Traités pré-1975 au Canada
Crédit : AADNC

Depuis les premiers contacts entre les explorateurs et les colonisateurs européens et les peuple autochtone de l'Amérique du Nord, la relation entre ces groupes a été créée grâce à des protocoles et traditions diplomatiques. Cette relation se déclare par des traités et des accords entre Autochtone et Européen.

Les traités négociés et conclus entre la Couronne et plusieurs des Premières nations au Canada constituent des événements fondateurs de l'histoire du pays et de son évolution car ils ont établi des relations de paix en période de guerre coloniale, donné naissance à un commerce prospère et rendu possible l'expansion du Canada. Sans ces traités, le Canada, tel que nous le connaissons aujourd'hui, serait très différent.

Apprenez-en davantage sur l'histoire des traités au Canada

Traités de paix et de neutralité (1701-1760)

Dans la luttes entre les Britanniques et les Français pour le terres de l'Amérique du Nord, les Européens ont transformé leurs alliances commerciales en alliances militaires cruciales qui ont fourni aux deux camps un soutien vital et en certains cas on conclus des traités, tel que l'accord d'Albany de 1701. À la fin de la Guerre de Sept ans, les commandants militaires britanniques ont conclues deux traités en 1760 : un, le traité de Swegatchy, avec la grande partie des alliés autochtones des Français, et l'autre, le traité Huron-britannique avec les Hurons de Lorette. Ces deux traités ont mis fin à la participation des alliés autochtones des Français au conflit en échange de droits de chasse et de pêche, la protection du territoire traditionnel des Algonquins, le droit de commerce et le maintien des pratiques traditionnelles des Hurons.

Apprenez-en davantage sur les Traités de paix et de neutralité (1760).

Traités de paix et d'amitié (1725-1779)

De 1725 et 1779, l'autorité britannique en Nouvelle-Écosse a signé une série de traités avec les Mi'kmaq et les Maliseet dans les Maritimes. Alliés des Français en Acadie de longue date, les Mi'kmaq et les Maliseet ont souvent porté les armes pour se défendre contres les forces militaires et les colons britanniques dans la colonie durant les différents conflits entre la France et le Royaume-Uni.

Apprenez-en davantage sur les Traités de paix et d'amitié (1725-1779).

Cessions de terres du Haut-Canada et les traités Williams (1764-1862/1923)

Dans la région des Grands Lacs, plus d'une trentaine de cessions de terre ont été négociés par les agents du Département des Indiens avec les habitants amérindiens des Grands Lacs de 1764 à 1862. Ces cessions, surtout des ventes directe du titre pour une somme fixe d'argents ou de biens, ont permis le développement du sud et de l'est ontarien.

En 1916, une commission d'enquête Ontario-Canada a proposé qu'un nouveau traité soit conclue dans la région entre la baie Géorgienne et la rivière des Outaouais au nord du lac Simcoe ainsi que les terres à l'ouest de la baie de Quinte. Les traités Williams de 1923, prenant le nom du commissaire, ont cédés ce territoire pour une somme d'argent fixe à l'autorité du Canada et de la province de l'Ontario.

Apprenez-en davantage sur les Cessions de terres du Haut-Canada et les traités Williams.

Les Traités Robinson et les traités Douglas (1850-1854)

En 1850, William Robinson a négocié deux traités avec les habitants autochtones, surtout des Ojibwa, un pour ceux du lac Supérieur et l'autre pour ceux du lac Huron. Ces traités sont différent des cessions du sud de la province en vertu des clauses assurant la réserve de terres pour les signataires, la conservation des droits de chasse et pêche sur les terres inoccupées et le paiement d'annuité en perpétuité.

Dans la même année, le facteur en chef de la Compagnie de la baie d'Hudson et plus tard gouverneur de la colonie de l'île de Vancouver, James Douglas, a entrepris le premier de quatorze traités avec certaines Premières Nations de l'île. Ces traités, le dernier signé en 1854, assurait la cession de terre près des postes de la Compagnie et de Victoria en échange du maintien des droits de chasse et pêche, une réserve et une somme fixe.

Apprenez-en davantage sur les traités Robinson et les traités Douglas.

Les Traités numérotés (1871-1921)

Avec l'acquisition de la terre de Rupert de la Compagnie de la baie d'Hudson et de la création de la province du Manitoba, le Dominion du Canada a entrepris la signature d'une série de traités entre 1871 et 1921 à fin d'éliminer le titre foncier autochtone dans l'ouest. Modeler sur les traités Robinson, onze traités ont été conclus couvrant toute la zone des prairies, les vallées de la rivière de la Paix et de la rivière Mackenzie, et le nord de l'Ontario.

Les Traités numérotés ont permis à l'expansion de colonisation agricole de l'ouest Canadien, la construction du chemin de fer transcanadien, et la confirmation de l'autorité du Dominion sur les Territoires du Nord-ouest.

Apprenez-en davantage sur les traités numérotés.