Le trioxyde de diarsenic et les problèmes souterrains à la mine Giant

Information à propos du trioxyde de diarsenic et des problèmes observés en sous-sol à la mine  Giant.

L'enjeu du trioxyde de diarsenic

L'arsenic existe sous de nombreuses formes et l'on en trouve dans un grand nombre des aliments que nous consommons régulièrement. Certaines formes d'arsenic peuvent être néfastes pour les êtres humains, les animaux ou les plantes. Les déchets d'arsenic qui ont été générés pendant l'extraction minière se trouvent sous une forme bien précise (et potentiellement toxique) appelée trioxyde de diarsenic.

Le principal enjeu associé au nettoyage de la mine la mine Giant porte sur les déchets de trioxyde de diarsenic, qui sont stockés en sous-sol. La mine Giant renferme la plus grande quantité de poussière de trioxyde de diarsenic au monde. En outre, elle se trouve près d'une zone peuplée et des rives d'un grand lac.

Un mineur examine un bassin d'eau souterrain au site de la mine Giant.

Une des priorités absolues d'Affaires autochtones et du Nord Canada (AANC) en ce qui concerne la mine est la gestion efficace de ces déchets à long terme. Il faut adopter une stratégie de longue durée afin de minimiser le risque que pose le trioxyde de diarsenic à la mine Giant. Même si les 237 000 tonnes de poussière de trioxyde de diarsenic sont actuellement confinées et gérées en toute sécurité, une quantité aussi importante de matières toxiques nécessite un plan détaillé visant à minimiser le risque.

AANC a passé plus de trois ans à faire des recherches et à consulter les collectivités, afin de déterminer le moyen le plus efficace de protéger la santé et la sécurité des résidents du Nord et de leur environnement. On a établi que la congélation des déchets de trioxyde de diarsenic était la meilleure option.

Il est important de noter que cette solution n'est pas permanente et définitive pour le gouvernement du Canada. En fait, il n'existe actuellement aucune solution de ce type. Toutes les autres méthodes de gestion du trioxyde de diarsenic que l'équipe du projet a examinées nécessitent le traitement et la surveillance de l'eau en permanence. Cela inclut les options consistant à extraire le trioxyde de diarsenic des gradins et des chambres, ce qui présenterait un autre risque, celui d'exposer les populations et l'environnement à cette substance.

En congelant la poussière de trioxyde de diarsenic dans les gradins et les chambres, on en confinera la majeure partie. Cependant, une petite quantité demeurera présente dans les autres ouvrages miniers souterrains. On traitera et on surveillera l'eau en permanence afin de garantir que cet arsenic ne quitte pas le site.

Pour en savoir plus :

Vous pourriez aussi vous intéresser aux sujets suivants :

D'où vient l'arsenic présent sur le site?

Le substrat rocheux de la région de Yellowknife, qui inclut le site de la mine Giant, contient de l'arsénopyrite. Ce minéral naturel est composé de fer, de soufre et d'arsenic. L'arsenic est présent dans l'arsénopyrite sous une forme stable. Il ne présente aucun danger pour la santé.

L'arsenic est un élément du tableau périodique. Il est présent naturellement dans les roches de l'ensemble de notre planète. L'arsenic ne se décompose pas avec le temps.

Lorsque la roche de la mine Giant a été concassée et exploitée, de l'arsenic a été rejeté dans l'environnement. D'importantes sections de la mine souterraine ont été remblayées à l'aide de déchets de roche et de stériles (ou résidus). La concentration d'arsenic dans ces sources est plusieurs centaines de fois inférieure à celle des déchets de trioxyde de diarsenic qui se trouvent dans les chambres de stockage. Par contre, parce qu'il y en a une grande quantité, ils pourraient aussi contaminer les eaux souterraines environnantes.

Certaines de ces zones seront congelées à l'aide de la méthode des blocs congelés. Mais l'eau de la mine qui entre en contact avec ces matières devra faire l'objet d'un traitement plus long.

Comment les déchets de trioxyde de diarsenic ont-ils été produits?

Les déchets de trioxyde de diarsenic ont été générés durant les opérations minières. Quand le minerai d'arsénopyrite a été grillé pour libérer l'or, l'arsenic a été lui aussi libéré sous forme gazeuse – le dioxyde d'arsenic. Quand ce gaz a refroidi, il a pris une forme solide pour devenir de la poussière de trioxyde de diarsenic. Le trioxyde de diarsenic présente un danger pour la santé; c'est pourquoi l'équipe du projet gère ces déchets avec le plus grand soin.

Durant la période d'exploitation de la mine, le processus de grillage a généré environ 237 000 tonnes de déchets de trioxyde de diarsenic, qui ont été recueillis et stockés dans 14 chambres et gradins souterrains. Aucune autre quantité de trioxyde de diarsenic n'a été produite depuis que la société Royal Oak Mines a fait faillite, en 1999.

La poussière stockée en sous-sol est composée à près de 79 % de trioxyde de diarsenic. Elle contient aussi d'autres minéraux comme le fer, l'antimoine et l'or.

Où est le trioxyde de diarsenic à l'heure actuelle?

Il y a onze chambres et cinq gradins épuisés à la mine Giant, aménagés pour stocker les déchets. Quatorze contiennent en tout environ 237 000 tonnes de déchets de trioxyde de diarsenic. Actuellement, le trioxyde de diarsenic est stocké en sous-sol en toute sécurité dans la mine Giant. Les chambres et les gradins sont entourés de roche solide, à une profondeur comprise entre 80 et 250 pieds (entre 25 et 78 mètres). Les chambres se trouvent toutes près du puits C. Des cloisons en ciment servent à obturer les ouvertures de ces chambres et gradins.

Le trioxyde de diarsenic est soluble dans l'eau, mais seulement modérément. Néanmoins, les pompes de la mine Giant maintiennent le niveau des eaux souterraines bien en dessous des chambres de stockage. Toute eau qui s'infiltre et entre en contact avec ces chambres est recueillie par le réseau hydrique de la mine, pompée jusqu'à la surface et traitée. On surveille régulièrement les eaux de la mine et les eaux de surface locales, afin de veiller à ce que le trioxyde de diarsenic ne s'échappe pas dans l'environnement.

Durant l'assainissement, on contiendra cette eau grâce à la méthode des blocs congelés.

Le trioxyde de diarsenic n'est pas stocké dans des fûts, et les chambres ne se trouvent pas sous le lac. De plus, il n'y a ni chambres ni gradins dans le sous-sol des collectivités de Ndilo, Dettah ou Yellowknife.

Il y a très peu de trioxyde de diarsenic dans les stériles. La majeure partie de l'arsenic présent dans les stériles est sous une forme stable, y compris dans l'arsénopyrite. L'équipe du projet a mené plusieurs études portant sur la contamination par l'arsenic en surface. On peut se les procurer au Bureau du projet.

Pourquoi ne peut-on pas simplement retirer l'arsenic et le transporter hors du site?

Il n'y a d'arsenic nulle part ailleurs. On n'en trouve qu'ici. Tout comme l'or, l'arsenic provient des roches locales. Par contre, AANC et ses conseillers techniques ont essayé de déterminer très précisément si l'on pouvait extraire le trioxyde de diarsenic et l'éliminer ailleurs en toute sécurité.

Cette alternative a été rejetée pour de nombreuses raisons; en voici certaines :

Une autre option a été examinée : la possibilité de retirer la poussière de trioxyde de diarsenic et de la placer dans un site d'enfouissement sûr, sur le terrain de la mine Giant. Cela éliminerait le problème des déversements accidentels durant le transport. Par contre, il faudrait créer un site permanent de stockage des déchets dangereux à la surface de la mine Giant. En outre, il serait impossible de retirer toute la poussière en raison de la nature irrégulière de la roche entourant les gradins et les chambres. Plusieurs milliers de tonnes de poussière de trioxyde de diarsenic demeureraient probablement en sous-sol. Il y aurait donc deux sites dangereux : un en surface et un en sous-sol.

Lors de l'analyse finale, on a constaté que toutes les autres méthodes consistant à retirer l'arsenic présentaient plus de risques pour les travailleurs, le public et l'environnement que la méthode des blocs congelés.

Quels autres problèmes souterrains faut-il régler?

Les ouvertures des zones souterraines vers la surface présentent un danger pour les êtres humains et la faune. Il est important qu'aucune personne ni aucun animal n'accède à ces ouvertures (en particulier par accident) une fois le site nettoyé. La plupart des ouvertures seront scellées durant les travaux d'assainissement, une fois qu'on ne les utilisera plus pour l'accès à la mine ou la ventilation. Des grilles et des verrous permettront de contrôler l'accès aux ouvertures de la mine par lesquelles on devra entrer à l'avenir.

Date de modification :