Rencontre 2015 – Rapport Sommaire

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les droits de reproduction, veuillez communiquer avec Affaires autochtones et du Nord Canada : CommunicationsPublications@aadnc-aandc.gc.ca

www.canada.ca/affaires-autochtones-nord
1 800 567-9604
ATS seulement 1-866-553-0554

QS-6368-100-FF-A1
Catalogue : R1-68F-PDF
ISSN : 2369-3398

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre des Affaires autochtones et du Nord, 2016

Téléchargez le PDF (2,005 Ko, 18 Pages)

Résumé

La Rencontre 2015, qui a eu lieu du 16 au 18 novembre 2015 à Vancouver, en Colombie-Britannique, était la quatrième rencontre annuelle des chefs et des administrateurs des Premières Nations de la Colombie-Britannique avec de hauts fonctionnaires d'Affaires autochtones et du Nord Canada (AANC). L'activité a été présentée conjointement par AANC et le Conseil des leaders des Premières Nations, constitué de représentants de l'Assemblée des Premières Nations de la Colombie-Britannique, du Sommet des Premières Nations et de l'Union des chefs indiens de la Colombie-Britannique.

Cette année, la Rencontre avait pour thème la collaboration. Dans son mot d'ouverture, l'honorable Carolyn Bennett a déclaré:

« Il est temps de renouveler la relation de nation à nation avec les peuples autochtones pour qu'elle soit fondée sur la reconnaissance des droits, le respect, la collaboration et le partenariat. Mon objectif primordial consiste à renouveler cette relation. J'attends de notre partenariat des progrès véritables dans les enjeux les plus importants pour les Premières Nations, comme le logement, l'emploi, les soins en santé physique et mentale, la sécurité communautaire et les services policiers, le bien-être de l'enfance et l'éducation. »
Participants de la rencontre

Son message a eu un effet indéniable sur les participants, qui ont fait preuve d'optimisme et d'espoir pendant toute la conférence.

Plus de 300 membres des Premières Nations, représentant 78 pour cent des 198 collectivités des Premières Nations de la Colombie-Britannique, ont assisté à cette rencontre de trois jours. Grâce à un sondage tenu au préalable, les Premières Nations ont pu suggérer des points à l'ordre du jour, qui ont porté sur le logement, les services à l'enfance et à la famille ainsi que le développement économique. En tout, quatre séances plénières, neuf séances de dialogue interactif ainsi qu'une discussion ouverte ont eu lieu. Les conférenciers principaux étaient le chef Robert Joseph, le grand chef Edward John, le grand chef Doug Kelly, le chef régional Shane Gottfriedson ainsi que le grand chef Stewart Phillip. En outre, une réception a été tenue le premier soir.

Le sujet des enseignements entre nations a été abordé pour la première fois cette année. Bon nombre des spécialistes et des présentateurs ont parlé au nom de leurs Premières Nations sur des thèmes tels que la mise en commun des réussites, les pratiques exemplaires et la création d'occasions pour les générations actuelles et futures. Tout au long de la conférence, les Premières Nations ont fait valoir la planification communautaire globale en tant que fACTEur de base commun pour améliorer le bien-être collectif dans toutes les régions. Ce changement de cap a également permis de réaliser l'un des engagements de la Rencontre 2014, soit d'instaurer le « mentorat en action » et de fournir davantage d'occasions de mentorat entre les nations.

Raison d'être du Rapport sommaire :

  • Résumer ce qu'ont dit les conférenciers, les présentateurs, les dirigeants des collectivités et les participants;
  • Exposer les évaluations et les observations des participants;
  • Énoncer les prochaines étapes et les mesures de suivi.

Le présent Rapport sommaire a été rédigé en collaboration avec le Conseil des leaders des Premières Nations et sera transmis à toutes les Premières Nations de la Colombie-Britannique, à AANC ainsi qu'à d'autres ordres de gouvernement.

Sommaire des points saillants de l'évaluation

En tout, 313 membres des Premières Nations et 92 délégués représentant des organismes nationaux et provinciaux de services à l'enfance et à la famille, le Conseil des leaders des Premières Nations, le gouvernement de la Colombie-Britannique et d'autres ministères fédéraux ont assisté à la Rencontre 2015. La représentation des collectivités des Premières Nations de la Colombie-Britannique a augmenté de 26 pour cent depuis 2012. En outre, plus de 95 membres du personnel ministériel étaient sur place pour écouter les discussions, faire des présentations et soutenir l'événement.

Les évaluations et les observations des participants ont été recueillies par un court questionnaire distribué à la fin de la troisième journée (61 questionnaires recueillis) et par un système de sondage en temps réel tout au long de la Rencontre. Le système de sondage, utilisé au cours de trois séances plénières et de deux séances de dialogue, a révélé un taux de satisfaction très élevé chez les participants. En effet, 93 pour cent d'entre eux ont indiqué que la Rencontre 2015 était « informative » ou « très informative ». Les observations indiquent aussi que trop peu de temps a été réservé à la discussion au cours des séances plénières et des séances de dialogue; les participants ont réclamé plus de temps pour faire connaître leurs expériences, poser des questions et écouter les réponses.

Participants de la rencontre
En effet, 93 pour cent d'entre eux ont indiqué que la Rencontre 2015 était « informative » ou « très informative ».

Conférenciers

La Rencontre 2015 a débuté par une reconnaissance du territoire ancestral commun des Nations de Musqueam, des Squamish et des Tsleil-Waututh, l'accueil culturel des aînés, des chefs et des autres dignitaires et une prière d'ouverture. Le mot d'ouverture de l'honorable Carolyn Bennett a par la suite été diffusé en direct par vidéo, suivi d'une séance de questions. Les trois représentants du Conseil des leaders des Premières Nations - le grand chef Edward John, Kukpi7 Judy Wilson et Kalila George-Wilson - ont ensuite prononcé un mot de bienvenue. Les coanimateurs Harold Tarbell et Jessie Hemphill ont ensuite livré un aperçu du programme de la Rencontre 2015.

La Rencontre 2015 a été marquée par la présence de quatre conférenciers principaux. Au cours de la première journée, le chef Robert Joseph, de Réconciliation Canada, a discuté de l'importance du rôle de la réconciliation et du besoin de tisser des liens solides entre les peuples autochtones et tous les Canadiens. Le grand chef Edward John était le conférencier de la deuxième journée. Il a discuté de son nouveau rôle en tant que conseiller principal en matière de bien-être des enfants autochtones au sein du ministère du Développement des enfants et des familles de la Colombie-Britannique. Sa présentation a porté sur le dossier prioritaire du bien-être des enfants autochtones, soulignant le besoin de trouver des logements permanents pour les enfants et les jeunes pris en charge. Les conférenciers de la troisième journée étaient le chef régional Shane Gottfriedson, de l'Assemblée des Premières Nations de la Colombie-Britannique, et le grand chef Stewart Phillip, de l'Union des chefs indiens de la Colombie-Britannique. Le chef régional Gottfriedson a fait part de ses réflexions sur l'amélioration de la qualité de vie à l'aide d'une stratégie économique nationale axée sur les collectivités. Lors de la clôture de la conférence, le grand chef Phillip a donné ses impressions de l'événement et a prononcé un mot de la fin teinté d'espoir, soulignant le ton positif de l'événement et le sentiment d'optimisme pour l'avenir.

Outre les conférenciers principaux, la Rencontre 2015 a réuni de nombreux spécialistes et présentateurs représentant les Premières Nations et les organismes connexes. Les conférenciers ont discuté de trois thèmes principaux : le logement, les services à l'enfance et à la famille et le développement économique. Les sujets suivants ont également fait l'objet de discussions : l'Accord-cadre tripartite sur l'éducation, la planification communautaire globale, les mesures liées aux traités ainsi que le développement des capacités de la fonction publique des Premières Nations.

Conférenciers

Foire des exposants

exposants
  • Association des agents financiers autochtones de la Colombie-Britannique
  • Services publics et Approvisionnements Canada
  • Réconciliation Canada
  • Statistique Canada
  • Emploi et Développement social Canada
  • Sommet des Premières Nations
  • Conseil du bassin du Fraser

Kiosque du personnel d'AANC

Kiosque du personnel d'AANC

Pour la première fois cette année, un kiosque offrait aux participants la chance de poser leurs questions à des employés d'AANC. Ces derniers répondaient aux questions et favorisaient les échanges entre les visiteurs et le personnel du Ministère sur différents sujets, allant des services de financement aux occasions de développement économique. Le personnel a répondu rapidement aux questions nécessitant un suivi et des représentants de tous les échelons étaient sur place pour répondre aux préoccupations des participants, que ce soit en personne, par courriel ou par téléphone. Le kiosque proposait également les présentations et les notes relatives à la conférence ainsi que des guides, des trousses d'outils et des histoires de réussite sur un large éventail de sujets.

Résumé - Logement

Le thème de la première journée de la Rencontre 2015 était le logement. Les principaux points abordés par les spécialistes, les présentateurs et les participants au cours des séances plénières et de discussion, ainsi que les mesures de suivi, sont résumés ci-dessous.

Séance plénière Ce qui a été ditMesures de suivi
Logement: mise en commun des réussites
  • S'ils veulent établir des logements durables, les dirigeants des collectivités doivent soutenir des politiques en matière de logement justes et équitables, que l'administration pourra mettre en œuvre.
  • Les Premières Nations doivent mobiliser les membres de la collectivité afin qu'ils établissent des priorités et qu'ils élaborent des politiques en matière de logement.
  • La région de la Colombie-Britannique étudiera les possibilités de réseautage au niveau de la direction et de la gouvernance, afin de diffuser les pratiques exemplaires quant aux rôles et aux responsabilités en matière de logement.
  • La région de la Colombie-Britannique continuera de promouvoir et d'offrir les séances d'information relatives à la nouvelle approche d'aide au logement dans le but de favoriser l'élaboration efficace de politiques au sein des Premières Nations.
Séance de discussion Ce qui a été ditMesures de suivi
Groupes de discussion relatifs aux défis:
Planification et mise en œuvre des politiques en matière de logement des Premières Nations, projets de logement financièrement viables, et rôles et responsabilités en matière de gouvernance
  • Cette séance de réseautage entre Premières Nations a favorisé la mise en commun de renseignements et de pratiques exemplaires, notamment en ce qui concerne les retards, l'acquisition de compétences et l'emploi, la rentabilité énergétique, l'entretien et la planification. La diffusion des pratiques exemplaires permettra des économies et l'adoption de solutions conçues par les Premières Nations. .
  • La région de la Colombie-Britannique sollicitera la participation des Premières Nations et de la Société canadienne d'hypothèques et de logement à des tribunes sur le logement à l'échelle de la province, adaptées aux besoins des participants quant à l'administration et aux capacités en matière de logement.
  • La région de la Colombie-Britannique continuera de promouvoir le réseautage et la mise en commun des pratiques exemplaires entre les Premières Nations.
Participants au cours des séances plénières et de discussion

Résumé - Services à l'enfance et à la famille

Le thème de la deuxième journée de la Rencontre 2015 était les services à l'enfance et à la famille. Les principaux points abordés par les spécialistes, les présentateurs et les participants au cours des séances plénières et de discussion, ainsi que les mesures de suivi, sont résumés ci-dessous.

Séances plénièresCe qui a été ditMesures de suivi
Services à l'enfance et à la famille : établissement de conditions pour le mieux-être dans les collectivités
  • Des solutions préventives sont requises pour traiter les traumatismes et favoriser la guérison au sein des collectivités des Premières Nations. Ces solutions devront être inspirées des enseignements, de la culture, de l'identité et des traditions culturelles des peuples autochtones.
  • Les jeunes Autochtones qui grandissent en marge des services ont souvent besoin d'acquérir des compétences de vie et les ressources nécessaires à une transition en douceur vers l'âge adulte.
  • La région de la Colombie-Britannique discutera avec les représentants fédéraux, provinciaux et des Premières Nations des possibilités d'élaborer des stratégies axées sur le bien-être global des enfants et des familles des Premières Nations en Colombie-Britannique.
  • La région de la Colombie-Britannique continuera de collaborer avec les Premières Nations et le gouvernement provincial en prévision d'une éventuelle transition vers une approche de financement des services à l'enfance et à la famille axée sur la prévention.
  • La région de la Colombie-Britannique cherchera des occasions de soutenir les collectivités des Premières Nations, les organismes autochtones délégués, le ministère du Développement des enfants et des familles de la
    Colombie-Britannique et d'autres partenaires dans l'élaboration de stratégies pour les jeunes qui vieillissent en marge des services.
Services à l'enfance et à la famille : collaboration
  • Il est nécessaire de clarifier les rôles et les responsabilités de tous les intervenants : le Ministère, le ministère du Développement des enfants et des familles de la Colombie-Britannique, les organismes autochtones délégués et les Premières Nations.
  • Toutes les parties doivent accélérer le partage de l'information et se concentrer sur la prévention.
  • Les Premières Nations ont besoin d'une communication et d'une responsabilisation claires quant au soutien et aux services offerts par le ministère du Développement des enfants et des familles de la Colombie-Britannique et les organismes autochtones délégués.
  • La région de la Colombie-Britannique continuera de travailler avec le ministère du Développement des enfants et des familles de la Colombie-Britannique à l'élaboration d'un cadre de responsabilisation bilatéral visant à clarifier les rôles et les responsabilités et à améliorer la prestation des services. La région informera les dirigeants des Premières Nations de ces travaux et verra avec eux si un accord semblable serait utile pour établir une relation tripartite.
  • La région de la Colombie-Britannique discutera avec les Premières Nations de la façon d'améliorer la communication et la gouvernance entre le ministère du Développement des enfants et des familles de la Colombie-Britannique, les organismes autochtones délégués et les collectivités sur les questions liées à l'enfance et à la famille.

Séance de discussion Ce qui a été ditMesures de suivi
Pratiques prometteuses en matière de services à l'enfance et à la famille : débat de spécialistes
  • Des pratiques prometteuses se font jour en matière de services à l'enfance et à la famille, comme des interventions axées sur la prévention et l'insistance sur la famille et la collectivité dans leur globalité.
  • Une communication plus ouverte est nécessaire entre les Premières Nations, le ministère du Développement des enfants et des familles de la Colombie-Britannique et les organismes autochtones délégués sur tous les aspects de la garde d'enfants à l'extérieur de leur collectivité. Les pratiques prometteuses en Colombie-Britannique et dans d'autres régions montrent qu'une communication ouverte est la clé de la réussite.
  • La région de la Colombie-Britannique mettra les présentations de la conférence à la disposition de tous les participants.
  • La région de la Colombie-Britannique favorisera la communication et la diffusion des connaissances et des pratiques exemplaires. Elle pourrait également réinviter dans la région les principaux intervenants des autres compétences pour approfondir la discussion sur les services à l'enfance et à la famille.
Participants au cours des séances plénières et de discussion

Résumé - Développement économique

Le thème de la troisième journée de la Rencontre 2015 était le développement économique. Les principaux points abordés par les spécialistes, les présentateurs et les participants au cours des séances plénières et de discussion, ainsi que les mesures de suivi, sont résumés ci-dessous.

Séance plénière Ce qui a été ditMesures de suivi
Développement économique : vision
  • Le programme de développement économique d'AANC doit suivre le rythme des affaires.
  • Les partenariats avec l'industrie sont essentiels à la réussite en matière de développement économique.
  • Les visions de réussite en matière de développement économique des Premières Nations doivent reposer sur la mobilisation collective.
  • La réussite en matière de développement économique nécessite un personnel compétent, une vision et un objectif défini. Il faudrait recruter des membres engagés de la population locale plutôt que d'embaucher des consultants.
  • Un sondage a montré que 30 pour cent des participants estiment que la capacité en ressources humaines est à la fois un objectif clé et un défi pour le développement économique; 36 pour cent des Premières Nations interrogées voient la foresterie comme leur principal moteur économique.
  • La région de la Colombie-Britannique reverra l'ordre de priorité et le classement des projets de développement économique en accordant la priorité au développement des ressources humaines.
  • La région de la Colombie-Britannique continuera de travailler avec le gouvernement provincial et le BC Aboriginal Business Council à l'élaboration d'une stratégie fédérale-provinciale globale axée sur la préparation et la mobilisation de la collectivité et le secteur des ressources, notamment le gaz naturel liquéfié.
  • La région de la Colombie-Britannique continuera de travailler avec Ressources naturelles Canada à promouvoir et à soutenir économiquement les activités forestières des Premières Nations.

Séances de discussionCe qui a été ditMesures de suivi
Projets réussis de mise en valeur des terres et de développement économique dans les réserves
  • Les Premières Nations ont accordé beaucoup d'importance à un plan d'utilisation des terres établissant les zones d'utilisation collective.
  • Les Premières Nations doivent être mieux informées sur les programmes de financement appuyant l'aménagement du territoire.
  • La communication entre les Premières Nations, les promoteurs, le Ministère et les autres intervenants constitue un atout pour le développement de projets dans les réserves.
  • La région de la Colombie-Britannique et les Premières Nations évalueront les besoins en matière de capacité et aideront celles qui sont prêtes à commencer l'aménagement du territoire et la planification du développement économique.
  • La région de la Colombie-Britannique fournira la trousse de communication des Premières Nations à celles qui entament des projets de développement économique.
Préparation à la gestion des terres
Préparation et développement des capacités pour la planification de la réussite dans le cadre de la Loi sur la gestion des terres des premières nations.
  • La Première Nation Stz'uminus a décrit ses pratiques exemplaires en matière de renforcement communautaire et de planification du développement économique :
    • Mobiliser les jeunes et les membres de la collectivité par des réunions de jeunes et des activités de liaison communautaire.
    • Les pratiques exemplaires des Premières Nations prospères indiquent que les structures organisationnelles de type municipal doivent refléter les valeurs culturelles de la collectivité et reposer sur son code foncier existant.
    • Les pratiques exemplaires montrent aussi que des processus politiques et organisationnels distincts sont essentiels à un développement économique durable.
  • Le financement opérationnel est versé aux Premières Nations selon la date d'entrée en vigueur du code foncier.
  • La région de la Colombie-Britannique et le Conseil consultatif des terres (CCT) communiqueront aux participants intéressés un complément d'information sur l'initiative de gestion des terres des Premières Nations dans le cadre de séances d'information communautaires (www.labrc.com).
  • La région de la Colombie-Britannique fera un suivi auprès des Premières Nations qui ont entrepris de présenter des projets d'aménagement du territoire.
  • La région de la Colombie-Britannique et le CCT rechercheront des occasions de mentorat en aménagement des terres entre Premières Nations.
  • Le Ministère renégociera la formule de financement opérationnel avec le CCT.
Accès au capital de croissance économique
  • L'accès au capital est un moteur essentiel de développement économique.
  • Il est nécessaire de continuer à fournir du capital aux nouveaux entrepreneurs, particulièrement ceux ayant peu d'antécédents en matière de crédit.
  • Le First Citizens Fund et le Business Equity Fund sont au nombre des programmes de financement offerts aux collectivités des Premières Nations et aux entrepreneurs autochtones.
  • Les institutions financières autochtones continuent de jouer un rôle important dans l'accès au capital pour les entrepreneurs autochtones.
  • Il existe un large éventail de sources de capital, allant des sources de fonds non remboursables aux autres formes de capital, comme les obligations. .
  • La région de la Colombie-Britannique, en collaboration avec les institutions financières autochtones, facilitera la coordination du financement pour les futurs entrepreneurs autochtones.
  • La région de la Colombie-Britannique s'emploiera, avec les institutions financières autochtones, à fournir un complément d'information sur le financement aux chefs et aux membres des conseils des Premières Nations ainsi qu'aux entrepreneurs autochtones.
Participants au cours des séances plénières et de discussion

Résumé - Séances de discussion supplémentaires

Tout au long de la Rencontre 2015, des séances de discussion supplémentaires ont porté sur différents sujets d'importance pour les dirigeants des Premières Nations.

Séances de discussionsCe qui a été ditMesures de suivi
Mesures liées à un traité favorisant le développement économique et le renforcement des capacités
  • À mesure que les Premières Nations progressent vers l'autonomie gouvernementale, les mesures liées à un traité sont utiles pour lever les obstacles aux traités.
  • Les mesures liées à un traité peuvent servir à renforcer les capacités de gouvernance et à soutenir le développement économique.
  • Il est important pour les Premières Nations de déterminer les projets qui seront les plus avantageux pour leur collectivité, compte tenu de leur état d'avancement dans le processus d'établissement du traité et des lacunes en matière de capacité que doivent combler leurs collectivités avant la mise en œuvre du traité.
  • Bien que des spécialistes de l'extérieur puissent compléter certains éléments du projet de mesures liées à un traité, il est important que les membres de la collectivité participent activement au projet, afin que la collectivité demeure unie et que les capacités de ses membres soient renforcées.
  • Tout au long du processus d'établissement du traité, le personnel de Traités et gouvernement autochtone – Négociations (Ouest) aidera les Premières Nations qui demandent une assistance dans l'élaboration de propositions de mesures liées à un traité.
  • Le personnel de Traités et gouvernement autochtone – Négociations (Ouest) s'efforcera de faciliter la communication de l'information sur les mesures liées aux traités à toutes les Premières Nations, et continuera d'offrir de l'aide aux Premières Nations qui désirent proposer des mesures liées aux traités, dans le cadre du processus de négociation des traités.
Accord-cadre tripartite sur l'éducation
  • Le Ministère a été invité à se rappeler que l'Accord-cadre tripartite sur l'éducation (ACTE) avait été conçu à titre de mesure provisoire vers l'établissement de la compétence des Premières Nations en matière d'éducation, et que les négociations en la matière devraient être reprises à la lumière de la nouvelle approche financière du gouvernement du Canada axée sur les ententes d'autonomie gouvernementale.
  • L'ACTE offre davantage de financement que le modèle précédent, mais il ne permet pas de tirer de comparaisons réalistes en matière de financement pour les Premières Nations. Celles-ci ont d'autres besoins en matière de langue et de culture, en plus des problèmes que pose le grand nombre de petites écoles.
  • Les Premières Nations souhaiteraient être mieux informées sur le processus d'examen de l'ACTE, et veulent notamment savoir à quoi servira l'information et qui dirige le processus.
  • Les membres de la collectivité veulent avoir voix au chapitre dans le renouvellement de l'ACTE.
  • La Direction générale de l'évaluation, de la mesure du rendement et de l'examen d'AANC évaluera les progrès accomplis dans la mise en œuvre de l'ACTE depuis sa signature, en 2012.
  • Le Comité de coordination de l'éducation des Premières Nations fournira aux Premières Nations des renseignements supplémentaires sur la collecte de données et la production de rapports dans les écoles des Premières Nations.
  • En collaboration avec les autres parties de l'ACTE, le Comité de coordination de l'éducation des Premières Nations rédige un document de gouvernance destiné aux chefs et aux conseils, qui servira à éclairer les dirigeants des Premières Nations sur la nature et la fonction de l'ACTE. Les parties de l'ACTE publieront, en projet pilote, un bulletin d'information sur les réalisations découlant de l'ACTE, qui pourra aussi informer les Premières Nations des résultats de l'examen de l'ACTE.
Planification communautaire globale et mentorat
  • La planification communautaire globale et le mentorat constituent un processus global qui encourage les membres des Premières Nations à participer à la planification et la mise en œuvre de la vision à long terme pour leurs collectivités.
  • Une fois mis en œuvre, un plan efficace peut habiliter la collectivité, améliorer le rendement et renforcer le travail d'équipe et les connaissances.
  • Le mentorat entre Premières Nations favorise l'échange des capacités dans les domaines de la formation, de la planification, de l'engagement communautaire et des communications.
  • Des participants se sont montrés intéressés à recevoir un soutien financier et un encadrement dans l'élaboration de plans communautaires globaux.
  • Pour être efficaces, tant le mentorat que la planification communautaire globale doivent demeurer axés sur les besoins de la collectivité.
  • La région de la Colombie-Britannique étudiera les demandes et évaluera les besoins des Premières Nations participantes afin de les jumeler à des mentors, dans le but de les soutenir dans le processus de planification communautaire globale.
  • La région de la Colombie-Britannique continuera de communiquer des renseignements aux Premières Nations qui souhaitent obtenir un soutien financier pour l'élaboration de plans communautaires globaux.
Développement des capacités de la fonction publique des Premières Nations
  • Les capacités de la fonction publique représentent un défi commun à bon nombre de Premières Nations.
  • Un renforcement des capacités est particulièrement nécessaire dans les domaines suivants:
    • Gestion des ressources humaines
    • Gestion financière
    • Gestion des dossiers et de l'information
    • Élaboration des politiques
  • Les Premières Nations ne connaissent pas toujours les outils servant au renforcement des capacités.
  • Les ressources et les outils doivent être mieux partagés afin que les Premières Nations puissent s'appuyer sur l'expérience des autres au lieu de partir de zéro.
  • Il serait utile que les ressources et les outils nécessaires au renforcement des capacités de la fonction publique des Premières Nations soient hébergés dans une organisation centrale.
  • L'Association des administrateurs et des gestionnaires des documents permettra le téléchargement de l'outil de gestion des documents et de l'information à partir du site Web du Sommet des Premières Nations (en vigueur le 30 novembre 2015; accessible à www.fns.bc.ca/fnps [en anglais seulement]).
  • La région de la Colombie-Britannique étudiera et appuiera les propositions du Programme de développement professionnel et institutionnel pour la réalisation de projets de gestion des dossiers et de l'information.
  • La région de la Colombie-Britannique appuiera l'atelier sur la gestion des dossiers et de l'information des Premières Nations qui aura lieu le 2 février 2016.
  • La région de la Colombie-Britannique facilitera le mentorat entre Premières Nations pour la gestion des dossiers et de l'information.
Discussion ouverte
  • Des questions sont posées au sujet des objectifs de la planification de projets de vie permanents pour les enfants autochtones. L'objectif est-il de réduire les budgets ou ce financement ciblé pourrait-il être réaffecté?
  • Des participants se disent en faveur du mentorat et de son utilisation élargie et estiment que ce sujet devrait être davantage diffusé.
  • Une réforme réglementaire est nécessaire pour les Premières Nations, tant au niveau de l'administration que des exigences en matière de production de rapports; cette réforme n'a pas eu lieu. Ce message avait également été communiqué au cours de la discussion ouverte de la Rencontre 2014.
  • La région de la Colombie-Britannique communiquera les points soulevés aux ministères fédéraux et provinciaux concernés ainsi qu'à d'autres parties intéressées.
  • La région de la Colombie-Britannique prolongera la période de discussion ouverte à la prochaine Rencontre.
Participants au cours des séances plénières et de discussion
Participants au cours des séances plénières et de discussion

Prochaines étapes

Au printemps 2016, les Premières Nations recevront un sondage sur l'orientation de la prochaine Rencontre et les sujets qui devraient y être abordés. Les participants ont clairement indiqué qu'ils souhaitent que les Premières Nations contribuent davantage à la planification des prochaines Rencontres et que l'activité continue d'avoir lieu chaque année.

Allyson Rowe, Directrice général régional par intérim, AANC – Région de la Colombie-Britannique

Dans leurs observations sur chacun des thèmes, les participants ont dit souhaiter en apprendre davantage sur les sujets suivants :

  • Logement :
    • Projets de logement financièrement viables
    • Accès au financement et financement du logement
    • Meilleur accès à l'information sur le logement détenue par le Ministère
  • Services à l'enfance et à la famille :
    • Amélioration du bien-être collectif par la guérison et les services de santé
    • Structures et modèles favorisant le bien-être appliqués dans d'autres régions du pays
    • Consultation des collectivités des Premières Nations au sujet d'une approche de prévention visant une prestation plus efficace des services à l'enfance et à la famille
  • Développement économique :
    • Comment combler l'aide financière limitée allouée aux programmes par le Ministère
    • Formation en planification opérationnelle et en rédaction de propositions pour les agents de développement économique et de gestion des terres
    • Exploitation des occasions de partenariats pour l'aménagement de terres de réserve
  • Considérations pour l'avenir :
    • Travailler aux mesures de suivi (c'est-à-dire accroître la communication et la mobilisation en ce qui concerne les services à l'enfance et à la famille, jumeler les mentorés et les mentors).
    • Intégrer les jeunes aux activités de la Rencontre en les invitant à titre de présentateurs, de mentorés, etc.

Le Conseil des leaders des Premières Nations et AANC, Région de la Colombie-Britannique, continueront de surveiller la progression des enjeux clés. Ensemble, nous exploiterons de nouvelles possibilités et prendrons des mesures pour favoriser le bien-être collectif ainsi que la prospérité économique des Autochtones, et promouvoir l'établissement de collectivités plus saines et plus autonomes.

Participants de la rencontre
Date de modification :