Mamawo Payiwak: Elles se réunissent au même endroit

2016-01-18 à 2016-05-27
Conservatrice : Michelle McGeough

À leur arrivée sur les terres maintenant appelées le Canada, les nouveaux colons ont remarqué le pouvoir et la position estimée des femmes dans les collectivités autochtones. Ils ne devaient pas sous-estimer le pouvoir de ces femmes. Elles étaient des décideuses, des personnalités influentes, des guérisseuses, des éducatrices et bien souvent, elles étaient considérées comme des partenaires égaux. Il existe de nombreux récits sur ces femmes chez les nations autochtones. Cela dit, les nouveaux colons ont rarement rapporté leurs exploits.

L'effet le plus dévastateur de la colonisation a été la marginalisation des femmes autochtones. Cette exposition témoigne de la force et du pouvoir des femmes dans nos collectivités. Elle met en valeur les œuvres d'art des artistes autochtones qui illustrent l'importance des femmes dans nos vies, donne de la visibilité à leurs histoires personnelles et aux rôles importants que jouaient et continuent de jouer les femmes dans nos collectivités. Quelques-unes de ces œuvres parlent des effets de la colonisation dans nos vies quotidiennes, alors que d'autres nous rappellent les positions que nous occupions dans nos sociétés. Les artistes elles-mêmes contribuent à transmettre cet héritage par leur participation continue dans leurs collectivités. Ces femmes ne sont pas seulement des artistes; ce sont des éducatrices, des mères, des filles, des avocats, des nièces, des grands-mères, des activistes, des cousines, des universitaires, des tantes et des guérisseuses. Ces femmes, tout comme celles qu'elles illustrent dans leurs œuvres, sont des modèles pour la prochaine génération de femmes autochtones.

Artistes

Daphne Odjig

 

Odawa Potawatomi

Daphne Odjig est considérée comme la mère fondatrice de l’école de peinture Woodland. Dans les années 1970, Odjig a ouvert la première galerie d’art appartenant à des Autochtones au Canada. C’est dans sa galerie que Madame Odjig et d’autres artistes autochtones, comme Norval Morrisseau et Alex Janvier, se sont rencontrés pour constituer éventuellement Professional Native Indian Artist (PNIA) Inc. Cette organisation a été créée en vue de promouvoir les artistes autochtones et leurs œuvres d’art contemporaines. Leurs efforts ont aidé à façonner et à constituer une fondation pour les conservateurs, les historiens de l’art et les artistes autochtones contemporains. Madame Odjig a reçu deux grades honorifiques. Elle est membre de l’Ordre du Canada et récipiendaire de la médaille du Jubilé d’argent du Canada. Elle est également membre de l’Académie royale des arts du Canada. En 2008, une grande rétrospective de ses œuvres, intitulée Les dessins et peintures de "Daphne Odjig : Une exposition rétrospective" a fait le tour du Canada et des États Unis.

Une comparaison d'expériences
1982
acrylique sur toile

Acquisition :
Acquisition d’œuvres d’art par un comité régional en 1983-1984

Freda Diesing 1925-2002

 

Haida

Freda Diesing a étudié la peinture à la Vancouver School Art. À l’âge de 42 ans, elle a commencé à apprendre la sculpture sur bois sous la direction de Tony Hunt, Robert Davidson et Bill Holm. Elle est considérée comme la première femme Haida à devenir sculpteure de mâts totémiques. Son travail illustre surtout des formes et des personnages féminins. Comme instructeur de la prestigieuse Kitanmax School of Art et dans le cadre d’ateliers en Alaska et en Colombie Britannique, Madame Diesing a influencé une nouvelle génération d’artistes autochtones. Elle a également été directrice de l’Indian Arts and Crafts Society of British Columbia. En 2002, elle a reçu un doctorat honorifique de l’Université de Northern British Columbia. Ses contributions à la communauté artistique autochtone ont été reconnues avec le Prix national d’excellence décerné aux Autochtones. En 2006, l’école des arts du Northwest Community College à Terrace (Colombie Britannique) a été nommée « The Freda Diesing School of Northwest Coast Art » en son honneur.

Masque à femme
1971
techniques mixtes sur bois

Acquisition :
Inconnu

Glenna Matoush

 

Anishnaabée

Les œuvres de Glenna Matoush ont été décrites comme « partie de la tradition où l’activité créative ne peut se distinguer du style de vie1. » Un grand nombre de ses premières peintures et gravures dépeignaient des membres de la collectivité crie du lac Mistassini, où elle vivait. Les peintures et les gravures de cette période saisissent les activités quotidiennes du peuple de cette collectivité du Nouveau Québec. Les plus récentes peintures de Madame Matoush illustrent les réalités sociales et politiques des Autochtones, notamment les enjeux environnementaux, le sida et la revitalisation des langues et des cultures autochtones.

Evadney au travail de laçage de raquette
1980 20/50
eau forte sur papier

Acquisition :
Exposition et acquisitions en 1981 1982: « Art Amerindian '81 »

Lauren I. Wuttunee

 

Crie des Plaines

Lauren Wuttunee allie une carrière en droit et dans les beaux arts. Après avoir obtenu un baccalauréat en beaux arts de l’Université de Calgary en 1980, trois ans plus tard elle a obtenu un baccalauréat en droit de l’Université de la Colombie Britannique. En 1989, Madame Wuttunee est retournée aux études pour obtenir une maîtrise en arts de l’Instituto Allende à San Miquel de Aliende (Mexique). Avec sa pratique en arts pour laquelle elle a reçu de nombreux prix, Madame Wuttunee maintient sa pratique du droit comme procureure de la Couronne.

Passé visionnaire
1988
techniques mixtes sur papier

Acquisition :
Alberta Indian Arts & Crafts Society en 1992-1993

Lee Claremont

 

Mohawk

Lee Claremont a obtenu son baccalauréat en beaux arts avec distinction de l’Université de la Colombie Britannique. Madame Claremont a enseigné au En’Owkin Centre, International Aboriginal College à Penticton (Colombie Britannique). Elle a agi comme conseillère à l’échelle nationale dans l’élaboration du programme et du guide pédagogique pour aider les artistes à faire avancer leur pratique professionnelle des arts. Elle a également servi comme juré et conseillère dans le cadre de nombreux comités communautaires.

Le cœur de la Femme du Ciel appartient à la tortue
2003
acrylique sur toile

Acquisition :
Acquisition d’œuvres d’art par un comité national en 2005-2006

Jurés :

Mireille Sioui
Huronne-Wendate | Hurons de Lorette, QC

Lee-Ann Martin
Mohawks of the Bay of Quinte, ON

Frederick R. McDonald
Cri des bois | Fort McKay First Nation, AB

Marianne Nicolson

 

Kwakwaka’wakw

Marianne Nicolson détient une maîtrise en arts visuels et une maîtrise en linguistique et en anthropologie. En 2013, elle a terminé un doctorat en linguistique et en anthropologie. Membre active de sa collectivité, elle a dirigé un programme d’arts d’agrément pour les enfants et a été directrice et membre fondatrice de la Nun’wa’kola Cultural Society

Portrait une mère et sa fille, « Portrait de Gik'anala »
2001
techniques mixtes

Acquisition :
Programme d’exposition et d’acquisition supervisé par un comité national en 2000-2001

Jurés :

Skawennati
Mohawk | Kahnawake First Nation, QC

Cathy Mattes
Métisse | Brandon, MB

Rosalie Favell
Crie Métisse | Winnipeg, MB

Rosalie Favell

 

Cree Métis

Rosalie Favell a reçu de nombreux prix, notamment la bourse Chalmers de recherche artistique, le prix Victor Martyn Lynch Staunton et plus récemment, le prix Karsh de la ville d’Ottawa. Ses œuvres font partie de collections de prestige dans l’ensemble du Canada et aux États Unis, notamment de la Musée des beaux arts du Canada. Madame Favell détient un baccalauréat en photographie du Ryerson Polytechnic Institute ainsi qu’une maîtrise en photographie de l’Université du Nouveau Mexique. Elle a enseigné au prestigieux Institute of American Indian Art et à l’Université du Manitoba. À titre de participante au Crossing Communities Art Project, Madame Favell a contribué au premier atelier international au Népal. Ce projet vise à réunir les voix des femmes et des jeunes marginalisés afin d’amorcer un changement à l’échelle locale et internationale. Elle est un membre actif du projet depuis 2001.

Annie
2011 1/10
épreuve au jet d'encre sur papier

Acquisition :
Acquisition d’œuvres d’art par un comité national en 2012-2013

Jurés :

Lee-Ann Martin
Mohawks of the Bay of Quinte, ON

Roy Kakegamic
Cri | Sandy Lake First Nation, ON

Heather Igloliorte | Inuite
Nunatsiavut, NL

Ruth Cuthand

 

Crie des Plaines

Les œuvres d’art de Ruth Cuthand ont toujours confronté les points de vue dominants sur le colonialisme et les relations historiques entre les peuples autochtones du Canada et les premiers colons. Ses œuvres d’art ont abordé et exploré les effets du colonialisme manifestés sous forme de racisme institutionnel et de sévices dans les pensionnats. Plus récemment, on a reconnu le rôle de l’artiste comme défenseure acharnée des Autochtones en choisissant cette peinture comme principal emblème de l’enquête nationale sur les femmes autochtones disparues et assassinées. Le plaidoyer de Ruth Cuthand pour les Autochtones est mis en évidence par ses travaux en vue de la création des premiers cours en histoire de l’art autochtone à l’Université de la Saskatchewan et à l’Université des Premières Nations du Canada, où elle a également enseigné. En 2013, Madame Cuthand a été honorée de recevoir le prix du lieutenant gouverneur de la Saskatchewan, qui lui a été remis en guise de reconnaissance de sa contribution et de ses réalisations.

Tout ce que l’on a oublié
1983
acrylique sur toile

Acquisition :
Acquisition d’œuvres d’art par un comité de la région de la Saskatchewan en 1984-1985

Jurés :

Maxine "Ioyan Mani" Noel
Santee Oglala Sioux | Birdtail Sioux First Nation, MB

Norman Zepp
Non Aboriginal | Regina, SK

Susan Whitney
Non Aboriginal | Regina, SK

Shirley Bear

 

Maliseet Wolastoq'kew

Shirley Bear a consacré sa vie à défendre les droits des femmes autochtones. Dans les années 1980, elle a milité activement pour que des modifications soient apportées à la Loi sur les Indiens, ce qui a donné lieu à l’adoption du projet de loi C 41. En plus d’être une artiste multimédia, Madame Bear est une écrivaine, une conférencière, une conservatrice et une herboriste traditionnelle. Elle a récemment écrit un recueil de poèmes intitulé Virgin Bones. Elle a conseillé les étudiants autochtones et pris leur défense en sa capacité de conseillère autochtone pour l’Emily Carr Institute of Art and Design et de directrice des Services autochtones de l’Institute of Technology de la Colombie Britannique. En 2011, Shirley Bear est décorée de l’Ordre du Canada..

Sogôie
c. 1985
huile sur toile de lin

Acquisition :
Acquisition d’œuvres d’art par un comité de la région de l’Atlantique en 1985-1986

Tania Willard

 

Secwepemc

Tania Willard a obtenu un baccalauréat en beaux arts de l’Université de Victoria. Elle s’est distinguée dans ses deux carrières, en tant qu’artiste et conservatrice. Elle est considérée comme l’une des étoiles montantes des conservateurs autochtones du Canada. Son plus récent projet dans ces fonctions, "Beat Nation – Hip Hop as Indigenous Culture" explore la façon dont les jeunes Autochtones ont adopté la culture hip hop. En 2009, Madame Willard a fondé sa propre entreprise, Red Willow Designs. Red Willow Designs est une entreprise d’art, de design et d’illustration qui travaille avec des clients sans but lucratif de la communauté autochtone. Elle a également été membre du conseil de la RedWire Native Youth Media Society.

Soit une bonne fille
2008 1/6
gravure sur bois coloriée

Acquisition :
Acquisition d’œuvres d’art par un comité national en 2012-2013

Jurés :

Lee-Ann Martin
Mohawks of the Bay of Quinte, ON

Roy Kakegamic
Cree | Sandy Lake First Nation, ON

Heather Igloliorte Inuit | Nunatsiavut, NL

Winnie Tatya

 

Inuite

Winnie Tatya est née dans la région de Garry Lake. Madame Tatya et son mari ont déménagé à Baker Lake, car sa famille ne pouvait plus maintenir son style de vie traditionnel sur la terre. À Baker Lake, elle a appris la gravure d’art et la gravure, mais ses habiletés en couture ont trouvé une nouvelle avenue avec la création de pièces murales. Elle est connue pour sa longue plume distinctive ou son point crétois serré pour couvrir entièrement les formes feutrées. Ses œuvres ont été présentées dans le cadre d’expositions nationales et internationales. En 1982, elle a eu droit à une exposition solo à l’Upstairs Gallery (Winnipeg). En 1989, sa pièce murale intitulée « Red Goose » ornait une carte de Noël de l’UNICEF.

Femmes aux oiseaux
1996
laine

Acquisition :
Acquisitions directes en 2006-2007

Zoey Wood Salomon

 

Odawa

Zoey Wood Salomon est une artiste autodidacte. Dans le style distinctif Woodland, ses peintures illustrent souvent la vie quotidienne et les traditions orales du peuple Odawa Ojibway. Au cours de ses vingt années de travail artistique, elle a vu des collections publiques et privées faire l’acquisition de ses œuvres. Madame Wood Salomon est active dans l’Association des femmes autochtones de l’Ontario et le Centre d’accueil indien. Elle donne également des conférences dans les écoles locales de Sault Ste. Marie, où elle habite actuellement.

Invité indésirable
2001
acrylique sur toile

Acquisition :
Acquisition d’œuvres d’art par un comité national en 2012-2013

Jurés :

Mireille Sioui
Huronne-Wendate | Hurons de Lorette, QC

Lee-Ann Martin
Mohawk of the Bay of Quinte, ON

Frederick R. McDonald
Cri des bois | Fort McKay First Nation, AB

Date de modification :