Huitième rencontre sur la définition des paramètres de l’enquête : les 19 et 20 janvier 2016, Halifax (Nouvelle-Écosse)

Dans le cadre de l'enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, le gouvernement du Canada a tenu sa huitième rencontre de mobilisation à Halifax, en Nouvelle-Écosse, les mardi et mercredi 19 et 20 janvier 2016. Des survivantes, des familles et des proches des victimes ont participé à cette rencontre préalable à l'enquête. Leur expérience, leurs opinions et leurs contributions serviront à définir les paramètres de l'enquête.

Vous trouverez ci-dessous un résumé de la rencontre. Ce résumé ne consiste pas en un compte rendu exhaustif des discussions. Il met plutôt en relief les principaux thèmes abordés lors de la rencontre. Vous pouvez également consulter le guide de discussion utilisé pour la rencontre ou remplir le sondage en ligne pour faire part de vos propres commentaires.

Choisir un sujet :

Aperçu

Tenue à Halifax, la rencontre de mobilisation s'est étalée sur deux jours. La première journée a été consacrée à l'inscription et à l'orientation des participants. Au cours de la seconde journée, les participants ont formé un cercle de partage avec les ministres pour discuter de la forme que devrait prendre une enquête sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

Comme les participants ont souligné l'importance de commencer l'orientation par des cérémonies, la première journée de discussion a été ouverte par une grand-mère, puis on a tenu une cérémonie de purification et on a joué, au tambour, des pièces musicales puissantes. Les participants ont ensuite pris part à une séance d'orientation lors de laquelle les survivantes, les familles et les proches des victimes ont été invités à parler de leur expérience et des situations vécues en lien avec la violence à l'endroit des femmes et des filles autochtones. Les participants ont parlé des effets à long terme de cette expérience, sur eux-mêmes, leurs familles et leurs collectivités. Ils ont aussi discuté de leur cheminement vers la réconciliation et la guérison ainsi que du soutien qui leur serait nécessaire dans ce processus.

La seconde journée a été consacrée à la définition des paramètres de l'enquête. Au début de la journée, la salle a été bénie et des cérémonies traditionnelles ont été exécutées par des aînées inuites et micmaques, qui ont aussi expliqué le sens de ces cérémonies pour les Autochtones de la côte est. Un groupe de femmes fortes et courageuses a joué une pièce au tambour. Les aînées, la ministre, l'animateur et des travailleurs de soutien ont prononcé des mots de bienvenue. Une bannière montrant des poupées sans visage représentait de manière saisissante les femmes assassinées ou disparues. Des vêtements traditionnels micmacs étaient aussi exposés.

Pendant ces deux jours, on a rappelé l'importance de faire participer les survivantes, les familles et les proches des victimes à chaque étape du processus d'enquête, et on a souligné la nécessité d'étudier les origines de la violence dans de nombreuses collectivités.

Les participants

Des survivantes, des membres des familles et des proches des femmes et des filles autochtones assassinées et disparues ont assisté à la rencontre préalable à l'enquête, ainsi que des représentants des organisations de première ligne. D'autres personnes étaient présentes :

Des fonctionnaires des deux ministères étaient sur place tout au long de la journée.

Les ministres ont souligné la nécessité de consulter d'abord les survivantes, les familles et les proches des victimes afin de « bien faire les choses ».

Près de 90 membres des familles et proches des victimes de plusieurs collectivités autochtones ont participé à la rencontre. Trois aînées et des travailleurs de soutien en santé étaient présents pour fournir de l'aide et créer un espace sécuritaire pour les discussions préalables à l'enquête.

Leadership et participation

Invités à se prononcer sur le choix des personnes qui devraient diriger l'enquête, les participants ont répondu ce qui suit :

Les participants ont aussi indiqué quels sont les groupes qui devraient avoir l'occasion de participer à l'enquête :

Les participants ont insisté sur l'importance de la participation des survivantes, des familles et des proches des victimes. À cette fin, ils ont formulé les propositions suivantes :

Priorités et questions clés

Les participants ont déterminé les questions que devrait aborder l'enquête pour mener à la recommandation de mesures concrètes.

Les participants veulent que le rapport final de l'enquête recommande des mesures concrètes, notamment :

Soutien et pratiques culturelles

Les participants ont souligné la nécessité d'intégrer des pratiques et des cérémonies traditionnelles au processus d'enquête L'enquête doit aussi comprendre des processus de guérison afin de reconnaître le traumatisme subi par les personnes touchées et de le surmonter.

Les participants ont recommandé les mesures suivantes pour favoriser l'inclusion des pratiques et des cérémonies culturelles :

Autres commentaires

Les participants ont été invités à formuler d'autres commentaires et opinions sur la définition des paramètres de l'enquête, outre les questions énumérées dans le guide de discussion. Les voici :

Date de modification :