Jeunes autochtones - Éducation postsecondaire et marché du travail

Format PDF (1,35 Mo, 4 pages)

Principaux résultats :

  • Bien que la proportion de jeunes autochtones de 15 à 29 ans ayant une attestation postsecondaire a augmenté de 2006 à 2011, passant ainsi de 19 à 21 %, la hausse, pour les jeunes non autochtones, a été plus élevée pendant la même période.
  • Par comparaison à la population non autochtone, la population autochtone a fait preuve de taux de fréquentation plus bas, en particulier parmi les groupes d’âge plus jeunes, de qui laisse entendre que les Autochtones ont passé moins de temps à l’école que les non-Autochtones.
  • Le taux d'emploi des jeunes autochtones a augmenté de pair avec l'attestation d'études. Par exemple, 24 % de ceux n'ayant aucune attestation occupaient un emploi, par comparaison aux 56 % de jeunes qui avaient un diplôme secondaire et aux 76 % qui avaient une attestation universitaire.

Introduction

La scolarité est essentielle pour le progrès social et économique. Des niveaux plus élevés de scolarité associés à de meilleures perspectives d'emploi et de revenu. Il façonne dans bien des cas les choix professionnels et de carrière d'un individu. Les différences au chapitre de l'emploi et du revenu entre les personnes ou les groupes diminuent en général lorsque le degré d'instruction augmente sous la forme d'un certificat ou d'un diplôme.

En raison du nombre croissant de jeunes autochtones, des lacunes de la scolarité des enfants et des jeunes autochtones et de l'importance de cette population en hausse au sein de la population active, le présent résumé porte sur les jeunes autochtones de 15 à 29 ans. C'est à ces âges que la plupart des jeunes terminent leur scolarité et font la transition au marché du travail. Les conclusions résumées ici sont tirées d'une étude plus vaste sur les études postsecondaires des Autochtones et sur le marché du travail réalisée pour Affaires autochtones et du Nord Canada.

Principales constatations

La proportion de jeunes autochtones effectuant des études postsecondaires était en hausse

De 2006 à 2011, le niveau de scolarité des jeunes autochtones âgés de 15 à 29 ans a augmenté. Par exemple, la proportion de jeunes autochtones ayant une attestation postsecondaire est passée de 19 à 21 %. En outre, la proportion des jeunes non autochtones ayant une attestation postsecondaire a grimpé, passant de 38 % à 41 % (figure 1)

Figure 1 : Proportion des 15 à 29 ans qui ont une attestation postsecondaire par identité, Canada, 2006 et 2011
Figure 1: Proportion des 15 à 29 ans qui ont une attestation postsecondaire par identité, Canada, 2006 et 2011
Description texte : Proportion des 15 à 29 ans qui ont une attestation postsecondaire par identité, Canada, 2006 et 2011

Ce diagramme à barres compare la proportion de jeunes autochtones et de jeunes non autochtones du Canada qui sont âgés de 15 à 29 ans et qui n'avaient aucune attestation postsecondaire en 2006 et 2011.

  • La première barre indique qu'en 2006, 38 % des jeunes non autochtones avaient une attestation postsecondaire, tandis que la deuxième barre précise que 19 % des jeunes autochtones avaient une attestation à cette année.
  • La troisième barre signale qu'en 2011, 41 % des jeunes non autochtones avaient une attestation postsecondaire, tandis que la quatrième barre indique que 21 % des jeunes autochtones avaient une attestation à cette année.
Source : Statistique Canada, Recensement de la population, 2006; Enquête nationale auprès des ménages, 2011.

Différences entre les groupes d'identité

On a observé des différences considérables entre des différents groupes d'identité de jeunes autochtones en ce qui concerne l'attestation postsecondaire. Lorsque 28 % des jeunes métis et 24 % des jeunes indiens non inscrits détenaient une attestation postsecondaire, seulement 17 % des jeunes indiens inscrits et environ 14 % des jeunes inuits avaient une. Par comparaison, 41 % des jeunes non autochtones détenaient une attestation postsecondaire.

Les différences entre les groupes d'identité étaient plus importantes pour les degrés d'attestation plus élevés, surtout pour l'attestation universitaire. Lorsque 9 % des jeunes métis et 7 % des jeunes indiens non inscrits avaient une attestation universitaire, tel était le cas pour seulement 3 % des jeunes indiens inscrits et 2 % des jeunes inuits. Par comparaison, 19 % des jeunes non autochtones détenaient une attestation universitaire (figure 2).

Figure 2 : Personnes de 15 à 29 ans qui ont une attestation postsecondaire par type et identité, Canada, 2011
Figure 2: Personnes de 15 à 29 ans qui ont une attestation postsecondaire par type et identité, Canada, 2011
Description texte : Personnes de 15 à 29 ans qui ont une attestation postsecondaire par type et identité, Canada, 2011

Ce diagramme à barres empilées indique le type et la proportion d'attestations postsecondaires selon l'identité autochtone en 2011.

La première barre décrit les attestations postsecondaires des Indiens inscrits, qui sont réparties ainsi :

  • Attestation de métier : 6 %
  • Attestation collégiale : 7 %
  • Attestation universitaire : 3 %
  • Total des attestations postsecondaires : 16 %

La deuxième barre décrit les attestations postsecondaires pour les autres Premières nations, qui sont réparties ainsi :

  • Attestation de métier : 7 %
  • Attestation collégiale : 10 %
  • Attestation universitaire : 7 %
  • Total des attestations postsecondaires : 24 %

La troisième barre décrit les attestations postsecondaires des Inuits, qui sont réparties ainsi :

  • Attestation de métier : 5 %
  • Attestation collégiale : 6 %
  • Attestation universitaire : 2 %
  • Total des attestations postsecondaires : 13 %

La quatrième barre décrit les attestations postsecondaires des Métis, qui sont réparties ainsi :

  • Attestation de métier : 7 %
  • Attestation collégiale : 12 %
  • Attestation universitaire : 9 %
  • Total des attestations postsecondaires : 28 %

La cinquième barre indique les attestations postsecondaires des non-Autochtones, qui sont réparties ainsi :

  • Attestation de métier : 7 %
  • Attestation collégiale : 15 %
  • Attestation universitaire : 19 %
  • Total des attestations postsecondaires : 41 %
Source : Statistique Canada, Enquête nationale auprès des ménages, 2011.

Hausse de la proportion de jeunes autochtones ayant une attestation collégiale ou universitaire

Il y avait une certaine croissance dans le pourcentage de jeunes autochtones avec tous les types de certificat d'études postsecondaires, incluant les métiers ou l'apprentissage (hausse de 0,8 %), le collège (augmentation de 0,4 %) et l'université (hausse de 0,8 %). En revanche, parmi la population non autochtone, la plus grande part de l'augmentation était dans la certification de niveau universitaire (figure 3).

Figure 3 : Changement de la proportion des 15 à 29 ans qui ont une attestation postsecondaire, par type et identité, Canada, 2006-2011
Figure 3: Changement de la proportion des 15 à 29 ans qui ont une attestation postsecondaire, par type et identité, Canada, 2006-2011
Description texte : Changement de la proportion des 15 à 29 ans qui ont une attestation postsecondaire, par type et identité, Canada, 2006-2011

Ce diagramme à barres indique le changement, de 2006 à 2011, de la proportion de jeunes autochtones et de jeunes non autochtones qui ont une attestation postsecondaire, par type et attestation.

  • La première barre indique que la proportion d'Autochtones qui avaient une attestation de métier a augmenté de 0,8 % de 2006 à 2011, tandis que la deuxième barre précise que la proportion de non-Autochtones qui avaient une attestation de métier a grimpé de 0,3 % pendant la même période.
  • La troisième barre révèle que la proportion d'Autochtones qui avaient une attestation de métier a augmenté de 0,4 % de 2006 à 2011, tandis que la quatrième barre indique que la proportion de non-Autochtones qui ont une attestation collégiale a demeuré stable avec aucune changement pendant la même période.
  • La cinquième barre précise que la proportion d'Autochtones qui avaient une attestation universitaire a grimpé de 0,8 % de 2006 à 2011, tandis que la sixième barre indique que la proportion de non-Autochtones qui ont une attestation universitaire a augmenté de 2,8 % pendant la même période.
Source : Statistique Canada, Enquête nationale auprès des ménages, 2011.

Le taux de fréquentation des Autochtones était bas

Comparativement à la population non autochtone, la population autochtone a eu des taux de fréquentation plus bas en 2010-2011, surtout pour les groupes d'âge des jeunes. Parmi la population des 15 à 19 ans, le taux de fréquentation des Autochtones était de 10 % inférieur au taux des non-Autochtones. Pour la population des 20 à 24 ans, la différence était de 22 %. La différence quant aux taux de fréquentation était moindre pour la population des 25 à 29 ans. Pour les personnes âgées de 30 ans et plus, le taux de fréquentation des Autochtones était quelque peu supérieur au taux de fréquentation des non-Autochtones. Ainsi, en moyenne, les Autochtones ont passé moins de temps à l'école que les non-Autochtones (figure 4).

Figure 4 : Proportion de la population qui fréquente une école, par identité et âge, Canada, 2010-2011
Figure 4: Proportion de la population qui fréquente une école, par identité et âge, Canada, 2010-2011
Description texte : Proportion de la population qui fréquente une école, par identité et âge, Canada, 2010-2011

Ce diagramme à barres compare la proportion d'Autochtones et de non-Autochtones qui fréquentent une école (tous les niveaux), par groupe d'âge, en 2010 et en 2011.

  • La première barre indique que 75 % des Autochtones de 15 à 19 ans ont fréquenté une école, tandis que la deuxième barre précise que 85 % des non-Autochtones ont fréquenté une école (tous les niveaux).
  • La troisième barre révèle que 33 % des Autochtones de 20 à 24 ans ont fréquenté une école, tandis que la quatrième barre précise que 55 % des non-Autochtones ont fréquenté une école.
  • La cinquième barre indique que 19 % des Autochtones de 25 à 29 ans ont fréquenté une école, tandis que la sixième barre précise que 24 % des non-Autochtones ont fréquenté une école.
  • La septième barre indique que 15 % des Autochtones de 30 à 34 ans ont fréquenté une école, tandis que la huitième barre révèle que 14 % des non-Autochtones ont fréquenté une école.
Source : Statistique Canada, Enquête nationale auprès des ménages, 2011

Les jeunes autochtones représentaient une partie croissante de la population active

La Au Canada, la population active des jeunes autochtones a grimpé rapidement. Par exemple, le nombre de jeunes indiens inscrits a augmenté de 14 % de 2006 à 2011, tandis que le nombre de jeunes non autochtones n'a connu qu'une hausse de 4 %. En 2011, 4 % des membres de la population active au Canada étaient des Autochtones. Par ailleurs, on remarquait des différences importantes selon les régions du pays. Par exemple, 49 % des jeunes membres de la population active de la région des territoires du Nord étaient des Autochtones. Au Manitoba et en Saskatchewan, 15 et 13 %, respectivement, des jeunes membres de la population active étaient des Autochtones (figure 5).

Figure 5 : Proportion des membres autochtones de la population active âgés de 15 à 29 ans, par région ou province et niveau d’attestation le plus élevé, Canada, 2011
Figure 5: Proportion des membres autochtones de la population active âgés de 15 à 29 ans, par région ou province et niveau d’attestation le plus élevé, Canada, 2011
Description texte : Proportion des membres autochtones de la population active âgés de 15 à 29 ans, par région ou province et niveau d’attestation le plus élevé, Canada, 2011

Ce diagramme à barres compare la proportion d'Autochtones de 15 à 19 ans qui font partie de la population active et qui ont ou pas une attestation, par province en 2011.

  • La première barre indique que dans les provinces de l'Atlantique, 5 % des jeunes autochtones avaient une attestation postsecondaire, tandis que la deuxième barre précise que 5 % des jeunes autochtones n'avaient aucune attestation.
  • La troisième barre indique qu'au Québec, 2 % des jeunes autochtones avaient une attestation postsecondaire, tandis que la quatrième barre révèle que 4 % des jeunes autochtones n'avaient aucune attestation.
  • La cinquième barre indique qu'en Ontario, 3 % des jeunes autochtones avaient une attestation postsecondaire, tandis que la sixième barre précise que 5 % des jeunes autochtones n'avaient aucune attestation.
  • La septième barre indique qu'au Manitoba, 15 % des jeunes autochtones avaient une attestation postsecondaire, tandis que la huitième barre révèle que 25 % des jeunes autochtones n'avaient aucune attestation.
  • La neuvième barre indique qu'en Saskatchewan, 13 % des jeunes attestations avaient une attestation postsecondaire, tandis que la dixième barre précise que 22 % des jeunes autochtones n'avaient aucune attestation.
  • La onzième barre indique qu'en Alberta, 6 % des jeunes autochtones avaient une attestation postsecondaire, tandis que la douzième barre précise que 12 % des jeunes autochtones n'avaient aucune attestation.
  • La treizième barre indique qu'en Colombie-Britannique, 6 % des jeunes autochtones avaient une attestation postsecondaire, tandis que la quatorzième barre révèle que 12 % des jeunes autochtones n'avaient aucune attestation.
  • La quinzième barre indique que dans les territoires, 49 % des jeunes autochtones avaient une attestation postsecondaire, tandis que la seizième barre préciser que 77 % des projets autochtones n'avaient aucune attestation.
Source : Statistique Canada, Enquête nationale auprès des ménages, 2011.

Les jeunes autochtones représentaient une plus grande partie de la population active sans attestation

Le pourcentage d'Autochtones était encore plus élevé pour ceux n'ayant aucune attestation. Dans la région des territoires du Nord, 77 % des jeunes membres de la population active sans attestation étaient des Autochtones. En 2011, au Manitoba et en Saskatchewan, 25 et 22 %, respectivement, des jeunes membres de la population active sans attestation étaient des Autochtones. En Alberta et en Colombie-Britannique, environ 12 % des jeunes membres de la population active sans attestation étaient des Autochtones (figure 5).

Le taux d'emploi des jeunes autochtones a augmenté considérablement pour ceux qui ont une attestation

Le taux d'emploi était la proportion de la population qui occupait un emploi. Le taux d'emploi des jeunes autochtones a augmenté de pair avec la hausse de l'attestation d'études. Le taux d'emploi des jeunes autochtones ayant une attestation d'études secondaires (56 %) était beaucoup plus élevé que le taux d'emploi de ceux n'ayant aucune attestation (24 %). Le taux d'emploi des jeunes autochtones a continué de grimper pour ceux qui font des études, et il était de 76 % pour ceux ayant un diplôme universitaire (figure 6).

Le taux d'emploi des jeunes autochtones était généralement plus bas que celui des jeunes non autochtones, mais les différences à cet égard étaient moindres lorsque le niveau d'instruction augmentait. Le taux d'emploi était pareil pour les jeunes autochtones et non autochtones ayant un diplôme universitaire.

Figure 6 : Taux d'emploi de la population des 15 à 29 ans, par identité et plus haut niveau d'attestation, Canada, 2011
Figure 6: Taux d'emploi de la population des 15 à 29 ans, par identité et plus haut niveau d'attestation, Canada, 2011
Description texte : Taux d'emploi de la population des 15 à 29 ans, par identité et plus haut niveau d'attestation, Canada, 2011

Ce diagramme à barres indique le taux d'emploi des jeunes autochtone de 15 à 29 ans, par identité et attestation en 2011.

  • La première barre indique que 33 % des non-Autochtones qui n'ont aucune attestation occupaient un emploi, tandis que la deuxième barre précise que 24 % des Autochtones qui n'avaient aucune attestation occupaient un emploi.
  • La troisième barre révèle que 61 % des non-Autochtones qui avaient une attestation d'études occupaient un emploi, tandis que la quatrième barre indique que 56 % des Autochtones qui avaient une attestation d'études occupaient un emploi.
  • La cinquième barre indique que 80 % des non-Autochtones qui avaient une attestation de métier occupaient un emploi, tandis que la sixième barre précise que 68 % des Autochtones qui avaient une attestation de métier occupaient un emploi.
  • La septième barre indique que 78 % des non-Autochtones qui avaient une attestation collégiale occupaient un emploi, tandis que la huitième barre indique que 72 % des Autochtones qui avaient une attestation collégiale occupaient un emploi.
  • La neuvième barre indique que 76 % des non-Autochtones qui avaient une attestation universitaire occupaient un emploi, tandis que la dixième barre précise que 76 % des Autochtones qui avaient une attestation universitaire occupaient un emploi.
Source : Statistique Canada, Enquête nationale auprès des ménages, 2011.

Conclusion

Les conclusions de l'étude sur les jeunes autochtones et l'éducation postsecondaire signalent les possibilités et les difficultés en cause au sujet de l'intégration des jeunes autochtones à la population active du Canada.

D'un côté, le niveau d'instruction des jeunes autochtones a grimpé de 2006 à 2011. De plus, une proportion élevée de jeunes autochtones a participé à des programmes postsecondaires. Ces jeunes autochtones qui ont reçu une attestation postsecondaire ont connu plus de succès sur le marché du travail. Cette population représentait une source de main-d'œuvre importante pour l'économie canadienne, en raison du nombre croissant de jeunes autochtones qui faisaient partie de la population active et de leurs niveaux d'instruction en hausse. C'était particulièrement le cas dans les provinces de l'Ouest et dans le Nord du pays.

D'un autre côté, le taux de fréquentation et les niveaux d'instruction des jeunes autochtones sont demeurés de beaucoup inférieurs à la moyenne canadienne. Bien qu'ils faisaient partie de la population active, de nombreux jeunes autochtones n'avaient pas l'attestation nécessaire pour connaître plus de succès sur le marché du travail.

À propos du chercheur

Ce résumé de recherches se fonde sur une étude réalisée en 2015 par Jeremy Hull, conseiller de recherche à Winnipeg. L'étude a été demandée afin de souligner l'importance de la scolarité postsecondaire afin d'assurer le bien-être des Autochtones et la santé de l'économie canadienne. Il s'agit de la cinquième d'un ensemble de rapports fondés sur les recensements de 1991, 1996, 2001 et 2006 et sur l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011. Le rapport complet, « Aboriginal Post-Secondary Education and Labour Market Outcomes in Canada Based on Data from the 2011 National Household Survey » (Scolarité postsecondaire des Autochtones et résultats sur le marché du travail du Canada, fondés sur les données de l'Enquête nationale auprès des ménages, 2011), est présenté au site GCpédia de la Direction de la recherche stratégique et à la bibliothèque d'Affaires autochtones et du Nord Canada.

Notes sur la méthodologie

Les données utilisées dans le résumé sont tirées de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 et du Recensement de la population de 2006. On a établi des comparaisons entre divers « groupes d'identité », qui ont été déterminés au moyen de l'identification volontaire, du statut d'Indien inscrit ou de l'appartenance à une Première Nation. Les groupes d'identité sont des Indiens inscrits, Indiens non inscrits, Métis, Inuit et non-Autochtones. L'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 indique que le niveau de scolarité postsecondaire comprend trois types principaux d'attestation : 1) un certificat d'apprenti ou d'une école de métiers; 2) un certificat ou un diplôme d'un collège, d'un cégep ou d'un autre établissement d'enseignement non universitaire; 3) un certificat ou diplôme universitaire. Le taux de fréquentation sont calculés en divisant le nombre de répondants qui ont indiqué participer à tout niveau d’un programme éducatif à tout moment au cours de l’année précédente par la population totale. Enfin, la population autochtone est plus jeune que la population non autochtone, qui est plus uniformément répartie entre les tranches d’âge définies pour les jeunes.

Date de modification :