Un million d’acres plus tard en Saskatchewan

La mise en œuvre des accords sur les droits fonciers issus de traités et sur le règlement des revendications particulières offre aux Premières Nations de la Saskatchewan la possibilité de progresser vers de meilleures conditions et d'investir dans leur avenir. Conformément à ces accords, de nouvelles terres de réserve en milieu rural aussi bien qu'en milieu urbain seront créées dans cette province; elles couvriront une superficie qui atteindra 2,4 millions d'acres.

La récente conversion du millionième acre représente pour les Premières Nations de la Saskatchewan aussi bien que pour tous les ordres de gouvernement une occasion de célébrer. Il s'agit là d'une étape importante dans un processus qui a permis jusqu'à maintenant aux Premières Nations d'accroître leur assise territoriale et qui a ouvert dans toutes les régions de la province de nouvelles perspectives de développement économique.

Download: Format MP4

Nous vous invitons à visionner d'autres histoires de réussite autochtones de partout au Canada.

Transcription : Un million d'acres plus tard en Saskatchewan

Narration avec voix hors champ :

Dans l'ensemble de la Saskatchewan, les Premières Nations créent des possibilités de développement économique pour les membres de leurs bandes et leurs collectivités.

Les règlements des revendications territoriales permettent aux Premières Nations de la Saskatchewan d'avancer et d'investir dans leur avenir… en mettant sur pied et en exploitant une grande variété d'entreprises.

Pendant de nombreuses années, le gouvernement du Canada et la province de la Saskatchewan ont collaboré avec les Premières Nations de la Saskatchewan au règlement des revendications territoriales en suspens.

Grâce aux règlements des revendications de droits fonciers issus de traités et des revendications particulières, jusqu'à 2,4 millions d'acres de nouvelles terres de réserve rurales et urbaines seront créés en Saskatchewan.

Un million d'acres de terres est déjà prêt. Il s'agit d'une étape importante, qui a permis de fournir aux Premières Nations de nouvelles terres et qui a ouvert la voie à des possibilités de développement économique dans l'ensemble de la province.

Page titre :

L'étape du millionième acre – Création de nouvelles terres de réserve en Saskatchewan

L'honorable Bill McKnight, c.p., ancien Commissaire aux traités de la Saskatchewan et ancien ministre des Affaires autochtones et du Développement du Nord Canada

L'accord sur les droits fonciers issus de traités a été signé par le Canada, la Saskatchewan et les Premières Nations de la Saskatchewan en 1992…

…et avait pour objectif d'acquitter une dette due aux Premières Nations depuis la signature du Traité…

…il y avait une certaine quantité de terres qu'elles n'avaient jamais reçues et qui leur revenaient en vertu des droits fonciers issus de traités.

Cliff Tawpisin, ancien chef, Nation crie du lac Muskeg

Avant la signature au début des années 1990, nous avons fait des recherches, le chef et le conseil de l'époque ont fait des recherches, et il était clairement défini que la Nation crie du lac Muskeg était une bande visée par des droits fonciers issus de traités…

…et ils ont acquis 35 acres de terres de réserve urbaines à Saskatoon, dans la région de Sutherland…

Selon eux, si nous examinons le développement économique, il faut alors commencer par accroître le développement commercial.

Nous avons 35 acres au centre commercial McKnight – la réserve urbaine…

Nous avons de nombreux immeubles qui appartiennent en totalité à la Nation crie du lac Muskeg – ou qui sont détenus en partenariat avec d'autres personnes… entreprises, organisations…

Mais nous avons également d'autres organisations qui louent nos terres… Il reste 15 acres et demi pour lesquels nous devons trouver des investissements… qui sont toujours à développer.

L'accord sur les droits issus de traités a fourni à notre collectivité les ressources et l'occasion nécessaires aux fins de l'élaboration de son cadre communautaire afin d'assurer la qualité de vie de ses membres et d'offrir des possibilités pour l'avenir du lac Muskeg.

Leila Nashacappo, directrice de Yellow Quill Holdings Inc

La Première Nation de Yellow Quill est située à deux heures et demie à l'est de Saskatoon.

Grâce aux règlements des revendications territoriales, Yellow Quill a pu acheter des terres, et nous avons ajouté plus de 16 000 acres à la réserve principale… et il s'agit entièrement de terres agricoles…

…Nous possédons également des terres à l'extérieur de Regina et de Saskatoon… qui seront possiblement transformées en réserves ultérieurement.

Nous avons une propriété de plus de deux acres au centre-ville de Saskatoon…

Ce qui nous permettra de bénéficier de tous les types de possibilités de développement économique…

Nous possédons un immeuble à neuf étages qui est actuellement en location. Un des locataires est la Banque des Premières Nations.

Nous détenons également un stationnement adjacent à l'immeuble au centre-ville et qui est actuellement loué par Imperial Parking.

Nous obtenons des revenus d'Imperial Parking tous les mois. Pour cette propriété, nous avons proposé d'établir un autre immeuble commercial et cherchons des locataires potentiels.

Le plus grand avantage est d'avoir une source de revenus à long terme pour la Première Nation de Yellow Quill…

La source de revenus nous permet de redonner à notre collectivité en offrant des programmes sociaux qui ne sont généralement pas financés.

Il s'agit d'une très bonne chose pour notre Première Nation…

Grâce aux possibilités de développement économique qui s'offriront à notre collectivité dans le cadre de ce projet, nos membres seront fiers de savoir que nous participons à l'économie.

Rob Harvey – directeur général régional associé – région de la Saskatchewan d'AADNC

Dans le cadre du processus de règlement des revendications de droits fonciers issus de traités et des revendications particulières et du processus d'ajouts aux réserves, nous avons vu beaucoup de Premières Nations tirer avantage de la possibilité d'acheter des terres à des fins de développement économique comme des stations d'essence dans les centres urbains ou à proximité de ceux-ci.

Il y a des stations d'essence qui appartiennent à des Premières Nations partout en Saskatchewan.

Nous avons assisté à la construction de tours de bureaux, de points de vente au détail…

D'autres Premières Nations ont saisi l'occasion pour construire des casinos et également des épiceries…

Certaines des Premières Nations ont acheté des terres agricoles qu'elles ont louées à des agriculteurs locaux afin de générer des revenus pour leur collectivité d'attache.

Trisha Delormier-Hill, directrice exécutive – Direction générale des terres et de la consultation – gouvernement de la Saskatchewan

La création d'une réserve d'un million d'acres a nécessité de nombreuses années de travail acharné de toutes les parties, et nous sommes fiers d'en faire partie…

Dans le cadre du processus de création de la réserve, la province examine toutes les terres sélectionnées par les Premières Nations pour déterminer les questions d'intérêts provinciaux à aborder avant de pouvoir donner le statut de réserve aux terres.

Bill McKnight :

On a reconnu une obligation, et que le transfert des terres permet maintenant aux Premières Nations de prendre part à l'économie…

…tout, de l'agriculture à la mine de potasse de Muskowekwan, au pétrole et au gaz de Carry the Kettle et aux développements résidentiels et commerciaux de Saskatoon, de Regina et d'autres centres.

Narration avec voix hors champ :

La conversion du millionième acre en Saskatchewan donne aux Premières Nations et à tous les ordres de gouvernement une raison de célébrer, mais il reste encore du travail à faire.

Grâce au 1,4 million d'acres qu'il reste à convertir, les collectivités des Premières Nations, ainsi que les municipalités et les villes partenaires continueront de bénéficier de possibilités et d'avantages économiques.

Depuis 1992, 51 réserves urbaines ont été créées en Saskatchewan. De plus, 53 Premières Nations de la Saskatchewan ont bénéficié d'ajouts aux réserves conformément au règlement de revendications territoriales, notamment :

Pour obtenir plus d'information : www.aadnc.gc.ca

Avis relatifs aux droits d'auteur et mot-symbole « Canada »

 
Date de modification :