Pour les étudiants du programme d’emploi de la bande indienne d’Okanagan, le succès est personnalisé

Printemps 2014
Cas de réussites les plus récents | Archive des cas de réussite

La bande indienne d’Okanagan et le Collège Okanagan ont mis beaucoup de soin et d’attention afin que son programme de préparation à l’emploi réponde aux besoins de ses membres. Ils savent que si les personnes réussissent, la collectivité dans son ensemble en profitera également.

L’animatrice principale Teresa Proudlove et la  recruteuse Jennifer Jack

L’animatrice principale Teresa Proudlove et la recruteuse Jennifer Jack aident à faire en sorte que le programme de préparation à l’emploi réponde aux besoins des membres de la bande indienne d’Okanagan.

Pour aider à faire en sorte que le programme de préparation à l’emploi réponde aux besoins communautaires, la bande indienne d’Okanagan et le Collège Okanagan cherchent continuellement à obtenir la rétroaction des intervenants de la bande, des étudiants ainsi que des anciens étudiants du programme. Le programme a récemment été agrandi pour inclure la formation sur les compétences essentielles, la certification d’employabilité et la formation de base des adultes grâce au financement de la part d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada et de la province de la Colombie-Britannique. Par conséquent, le programme du cours comprend non seulement les sujets habituels de préparation à l’emploi tels que l’évaluation des compétences et la rédaction d’un curriculum vitæ, mais également des ateliers qui mettent l’accent sur la culture autochtone, les compétences en communication, la gestion financière, une saine alimentation et la forme physique.

Cindy Brewer, travailleuse en développement social de la bande indienne d’Okanagan, Cindy Meissner, coordonnatrice de programme au Collège Okanagan, et Teresa Proudlove, animatrice principale, ont conçu le programme de préparation à l’emploi de façon à intégrer des ateliers autochtones fondamentaux dans l’ensemble du cours. « La travailleuse sociale Molly Brewer parle aux étudiants sur des sujets tels que les relations, les accoutumances et la gestion de la colère qui pourraient constituer des obstacles à l’emploi. L’Aînée Judy Goodsky anime des ateliers sur l’histoire autochtone et la roue médicinale pour aider les étudiants à en apprendre davantage sur leur patrimoine et comment demeurer équilibrés, a déclaré Mme Proudlove. De nombreux programmes d’emploi n’ont pas ces éléments culturels cruciaux qui renforcent l’honneur et la fierté des étudiants envers leur culture. »

Joshua Edwards, qui étudie actuellement dans le programme, a trouvé utile le vaste éventail de sujets. Les cours « ont étudié en profondeur certains aspects culturels, a déclaré Joshua. Je ne m’intéresse pas habituellement à ma culture, et c’était donc pas mal génial d’en entendre parler ». Kane Alexis, un autre étudiant, a été surpris du nombre de sujets discutés. « Je pensais que le cours ne porterait que sur l’acquisition de la scolarité requise, mais il portait davantage sur le développement des compétences sociales et l’acquisition de toutes sortes de compétences favorisant l’employabilité. »

Photo de la classe

Photo de la classe : Jimmy Marchand, Jimmy Fred, Joshua Edwards, Amber Fred, Andrea Gregoire, Jennifer Jack, Cheryl Clough, Jennifer Marchand, Inquala Dan Vedan, Yvonne Oppenheimer, Kane Alexis, Mick Houle et Teresa Proudlove

Jennifer Jack est la recruteuse et l’animatrice qui provient du bureau de la bande indienne d’Okanagan. Sa connaissance approfondie de cette collectivité très unie l’aide à déterminer les personnes qui profiteraient le plus de ce programme. Maintenant une fière mère de deux enfants, elle était auparavant une jeune femme bénéficiaire de l’aide sociale sans diplôme d’études secondaires et avec peu de possibilités d’emploi. Quand elle est tombée enceinte, elle a décidé de lutter pour obtenir une deuxième chance. Elle a fait les études nécessaires et a obtenu son diplôme en services à la personne et son grade en travail social.

Jennifer utilise son périple comme exemple pour garder les étudiants motivés. Elle aime rappeler aux membres de la collectivité qu’il n’est jamais trop tard. « Je pensais à peine être capable d’obtenir un diplôme, et encore moins un grade. C’était angoissant, mais je suis retournée aux études. »

Il est tout aussi important de créer un milieu où les gens souhaitent venir au cours tous les jours. « Le programme est ici à la bande indienne d’Okanagan. C’est réellement fantastique, et plus facile de se rendre aux cours, a déclaré Mme Proudlove. Le simple fait de se présenter en classe fait une différence, a-t-elle ajoutée. Que feriez-vous si vous ne vous étiez pas engagé à venir en classe tous les jours pendant cinq mois pour mettre l’accent sur votre carrière? »

Amber Phelan, une diplômée du programme qui étudie maintenant l’administration des affaires au Collège Okanagan, est d’accord. « Bien des étudiants ne viendraient jamais en ville pour participer à une activité de ce genre, principalement en raison du transport et de l’essence et de tout le reste. »

La présence de ce cours dans la collectivité aide également à rappeler aux gens que leurs amis et leur famille prennent des mesures concrètes en vue de bâtir leur avenir, a déclaré Amber. « La présence de ce programme ici est réellement géniale parce qu’il favorise la sensibilisation dans l’ensemble de la collectivité. Les parents en entendent parler et ils souhaitent que leurs enfants fassent quelque chose de leur vie. Il ouvre des portes pour bien des gens et incite les personnes à accomplir quelque chose de génial. »