Programme de surveillance de la qualité de l'air

Deux programmes distincts de surveillance de la qualité de l'air sont en cours à la mine Giant. Ces programmes comprennent un réseau pour l'ensemble du site et la surveillance d'une activité précise en lien avec le projet de décontamination et de démantèlement du complexe de grillage.

Le programme fournit des données permettant, en définitive, de prévenir les effets indésirables pour les gens et l'environnement causés par les émissions atmosphériques durant le projet en raison des activités d'assainissement en cours. On trouve de plus amples renseignements sur le programme de surveillance de la qualité de l'air, y compris des données en temps réel et des rapports hebdomadaires, dans le site du réseau de surveillance de la qualité de l'air des T.N.-O (site Web non disponible en français).

Réseau pour l'ensemble du site


Surveillance aux limites du
site : Cette carte indique où
se situent les stations de
surveillance de la mine Giant.

(Cliquez sur l'image pour une version pleine grandeur)

Visionner la version textuelle de cette image

L'image satellite illustre le site complet de la mine Giant, situé sur les rives du Grand lac des Esclaves. L'image identifie précisément le lieu des six stations de surveillance de la qualité de l'air qui constituent l'ensemble du réseau du site. Parmi ces stations, quatre d'entre elles, B, D, E et F, sont situées à l'extrémité sud, sud-est de la mine. Pour sa part, la station A est située à l'extrémité nord est et enfin, la station C est près du point le plus septentrional du site.




Surveillance dans la
collectivité : Cette carte
indique où se situent les
stations de surveillance de
la communauté.

(Cliquez sur l'image pour une version pleine grandeur)

Visionner la version textuelle de cette image

L'image satellite de la région de Yellowknife illustre le lieu des trois stations de surveillance de la qualité de l'air qui constituent le réseau de la collectivité. Les stations sont situées dans le secteur de la marina (nord de la ville), à Ndilo (nord est de la ville) et dans le centre-ville de Yellowknife.


Le programme de surveillance de la qualité de l'air pour l'ensemble du site comprend la surveillance dans la collectivité et des stations de surveillance aux limites du site. Ce réseau fournit des données sur la qualité de l'air liées aux activités sur le site et les effets possibles sur l'air ambiant.

Il permet à l'équipe de projet de s'assurer que les résidents ne sont pas exposés à des niveaux inacceptables de contaminants provenant des activités réalisées sur le site de la mine Giant.

Le réseau communautaire comprend les stations situées à la marina de la mine Giant, à N'Dilo et près du centre-ville de Yellowknife. Ce réseau permet une comparaison aux marqueurs de qualité de l'air du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO) et du projet pour assurer la protection de la santé. Les stations surveillent constamment la présence de matière particulaire de 10 micromètres et de 2,5 micromètres (PM10 et PM2.5), soit de la poussière pouvant être absorbée dans les poumons. (Aux fins de comparaison, un cheveu a un diamètre d'environ 75 micromètres.)

On procède par ailleurs à un échantillonnage intégré à chaque station tous les trois jours aux fins d'analyse en laboratoire des métaux (notamment l'arsenic, l'antimoine, le fer, le plomb et le nickel), de l'amiante et des particules (matières particulaires totales en suspension (MPT), PM10). L'échantillonnage intégré renvoie à deux types de données tirées du même filtre dans l'appareil de contrôle : on pèse le filtre pour détecter les MPT et les PM10 puis on procéde à l'analyse des métaux.

Aux limites du site, le programme mesure la poussière afin de s'assurer que cette poussière et les contaminants ne sont pas libérés du site du projet. Il vise à ce que normes indiquées dans les lignes directrices sur la santé ne soient pas dépassées dans la collectivité. Six instruments situés le long des limites du site fonctionnent constamment durant les heures normales de travail (environ de 7 h à 19 h). Ces instruments surveillent la présence de PM10 et de MPT.

Si les seuils, fondés sur les lignes directrices de Santé Canada, sont dépassés, les mesures à prendre sont notamment la pulvérisation d'un dépoussiérant et la modification des pratiques de travail afin de maintenir la poussière au sol. Des mesures sont prises si les niveaux dépassent 159 microgrammes par mètre cube pour les PM10 et 333 microgrammes par mètre cube pour les MPT pendant 15 minutes.

Réseau du complexe de grillage


Surveillance autour du
complexe de grillage : Cette
carte indique où se situent
les stations de surveillance
complexe de grillage.

(Cliquez sur l'image pour une version pleine grandeur)

Visionner la version textuelle de cette image

L'image satellite se concentre sur les édifices du complexe de grillage et des six stations de surveillance de la qualité de l'air qui constituent le réseau du complexe de grillage. Les stations 3, 4, 5 et 7 sont des stations tournantes qui se déplacent en trois points du complexe de grillage : à l'est, au sud et à l'ouest. Les stations 2 et 6 sont fixes et sont situées à l'extrémité nord du complexe.


Ce réseau surveille la qualité de l'air autour du périmètre de travail des activités de décontamination et de démantèlement du complexe de grillage. Il veille à ce que la poussière et les contaminants provenant du complexe ne sont libérés dans l'air à des niveaux inacceptables.

Quatre stations sont situées autour du site du complexe de grillage; une station est fixe et les autres peuvent être déplacées en fonction des vents. Les instruments surveillent constamment la présence de matières particulaires plus petites que 10 micromètres (PM10). Les données en temps réel sont utilisées pour déclencher les mesures de gestion de la poussière au site du complexe si les seuils sont dépassés. Si les seuils, fondés sur les lignes directrices de Santé Canada, sont dépassés, les mesures à prendre sont notammen le mouillage des bâtiments ou la modification des pratiques de travail afin de maintenir la poussière au sol.

L'échantillonnage intégré est effectué à deux endroits : une station fixe et une station en aval. L'échantillon est envoyé au laboratoire aux fins d'analyse pour détecter rapidement l'arsenic et les matières particulaires. L'assurance et le contrôle de la qualité sont réalisés en utilisant des échantillons doubles et des échantillons-témoins, ou des filtres non contaminés.