Fiche d’information : Enquête nationale auprès des ménages de 2011, données démographiques, niveau de scolarité et résultats sur le marché du travail des Autochtones

Données démographiques

  • En 2011, la population d’identité autochtone a atteint 1 400 685 personnes, ce qui correspond à environ 4 % de la population canadienne totale.
  • Les Indiens inscrits représentent 50 % de la population autochtone totale, tandis qu’ils en représentaient 53 % en 2006. La proportion d’Indiens non inscrits a quant à elle progressé pour passer de 11 % à 15 % entre 2006 et 2011, alors que les proportions de Métis et d’Inuits sont demeurées à 30 % et à 4 %.
  • Au total, 79 % des Autochtones habitent en Ontario et dans les quatre provinces de l’Ouest.
  • Plus de la moitié (56 %) des Autochtones vivent dans une région urbaine (82 % pour les non-Autochtones). Dans certaines des plus grandes villes canadiennes, la concentration de la population autochtone est supérieure à la moyenne nationale (4 %). La plus forte concentration est enregistrée à Winnipeg, où plus d’un habitant sur 10 est Autochtone (11 %), suivie de Regina (10 %) et de Saskatoon (9 %).
  • La population autochtone demeure plus jeune que le reste de la population canadienne. En effet, 46 % des Autochtones sont âgés de moins de 25 ans, contre 29 % des non-Autochtones (les proportions atteignaient 48 % et 31 %, respectivement, en 2006). L’âge médian de la population autochtone est de 28 ans, comparativement à 41 ans chez les non-Autochtones.
  • Dans l’ensemble, 48 % de la population autochtone appartient au groupe des 25 à 64 ans (c.-à-d. le groupe d’âge actif), par rapport à 56 % des non-Autochtones.

Scolarité

Autochtones

  • Près de la moitié (48 %) des Autochtones d’âge actif sont titulaires d’un diplôme d’études postsecondaires, par rapport à 65 % des non-Autochtones du même âge.
  • La population autochtone d’âge actif diplômée d’une université a progressé depuis 2006 (de 8 % à 10 %); cependant, elle traine toujours loin derrière la population non autochtone (26 %).
  • Parmi les 66 100 Autochtones âgés 25 à 64 ans titulaires d’un diplôme universitaire en 2011, 65 % étaient des femmes, alors que la proportion était de 54 % dans le reste de la population.
  • Chez la population d’âge actif, les Autochtones sont moins instruits que les non-Autochtones. De fait, 29 % des Autochtones n’ont pas terminé leurs études secondaires, comparativement à 12 % des non-Autochtones; toutefois, l’écart entre les deux groupes s’est réduit pour passer de 19 points de pourcentage en 2006 à 17 points de pourcentage en 2011.

Indiens inscrits

  • Des 671 380 Autochtones âgés de 25 à 64 ans vivant au Canada, près de la moitié (48 %) ont déclaré être des Indiens inscrits en 2011.
  • Environ 43 % des Indiens inscrits de 25 à 64 ans ont terminé des études postsecondaires (la proportion est de 48 % chez les Autochtones et de 65 % chez les non-Autochtones).
  • Environ 8 % des Indiens inscrits d’âge actif étaient titulaires d’un diplôme universitaire en 2011, mais la proportion était encore plus faible chez ceux vivant dans les réserves [Note 1], [Note 2], [Note 3], à 5 %.
  • Les femmes réussissent mieux que les hommes à terminer des études universitaires; des 26 900 Indiens inscrits d’âge actif diplômés d’une université, 70 % sont des femmes.
  • À l’échelle nationale, 35 % des Indiens inscrits d’âge actif n’ont pas de diplôme d’études secondaires. C’est dans les Prairies que l’on observe trois des quatre proportions les plus élevées, soit au Manitoba (50 %), en Saskatchewan (40 %) et en Alberta (39 %) (les Territoires du Nord-Ouest affichant une proportion de 43 %). La province ayant la proportion la plus faible est la Nouvelle-Écosse, à 22 %.

Indiens non inscrits

  • En 2011, la population d’Indiens non inscrits âgés de 25 à 64 ans se chiffrait à 99 500 personnes, ce qui représentait environ 15 % de la population autochtone de cet âge.
  • Plus de la moitié (52 %) des Indiens non inscrits âgés de 25 à 64 ans ont terminé des études postsecondaires.
  • Au total, 10 600 Indiens non inscrits âgés de 25 à 64 ans (11 %) étaient titulaires d’un diplôme universitaire en 2011. D’entre eux, 19 % vivaient dans des régions rurales, et 80 %, dans des centres de population [Note 4] (moins de 1 % habitaient dans les réserves).
  • Chez les Indiens non inscrits d’âge actif, les femmes sont également plus nombreuses que les hommes à achever des études universitaires et représentent 64 % des 10 600 diplômés.
  • Au Canada, 22 % des Indiens non inscrits d’âge actif n’ont pas de diplôme d’études secondaires. La proportion la plus élevée se retrouve à l’Île-du Prince-Édouard avec 36 %, suivie de près par la Saskatchewan (35 %) et le Manitoba (31 %). Le Yukon (16 % [Note 5]), la Colombie-Britannique (18 %) et la Nouvelle-Écosse (19 %) ont les proportions les plus faibles.

Métis

  • La population de Métis âgés de 25 à 64 ans se chiffrait à 219 635 personnes et représentait 33 % de la population autochtone totale en 2011.
  • Plus de la moitié (55 %) des Métis âgés de 25 à 64 ans ont terminé des études postsecondaires.
  • Au total, 26 620 Métis d’âge actif (12 %) sont titulaires d’un diplôme universitaire; 20 % d’entre eux vivent dans des régions rurales et 80 %, dans des centres de population (de ceux-ci, près des trois quarts habitent des régions métropolitaines de recensement).
  • Environ 20 % des Métis d’âge actif n’ont pas de diplôme d’études secondaires. Les proportions les plus fortes se retrouvent dans les provinces de l’Atlantique, les plus élevés étant observés dans l’ordre à l’Île-du-Prince-Édouard (30 %), à Terre-Neuve-et-Labrador (26 %) et au Nouveau-Brunswick (25 %). Le Yukon enregistre la proportion la plus faible (9 % [Note 5]), alors que la Nouvelle-Écosse et l’Ontario se classent ex aequo au deuxième rang (16 %).

Inuits

  • La population inuite âgée de 25 à 64 ans comptait 24 770 personnes en 2011 et représentait 4 % de la population autochtone totale.
  • Plus du tiers (36 %) de la population inuite d’âge actif a achevé des études postsecondaires.
  • Au total, 1 265 Inuits d’âge actif (5 %) sont titulaires d’un diplôme universitaire. D’entre eux, un peu plus du quart (26 %) vivent dans les régions de l’Inuit Nunangat, et le tiers, dans des régions métropolitaines de recensement [Note 6].
  • Des 1 265 Inuits d’âge actif diplômés de l’université, 68 % sont des femmes.
  • Environ 49 % des Inuits âgés de 25 à 64 ans n’ont pas de diplôme d’études secondaires. Les proportions sont plus élevées que la moyenne nationale dans seulement deux des territoires et provinces : le Nunavut (60 %) et le Québec (56 %).

Activité sur le marché du travail

Autochtones

  • La population autochtone âgée de 25 à 64 ans (c.-à-d. d’âge actif) a progressé de 21 % entre 2006 et 2011 pour atteindre 671 380 personnes, dont 481 325 participaient au marché du travail (72 %). En comparaison, le nombre d’autres Canadiens de ce groupe d’âge a augmenté de 5 % seulement au cours de la même période.
  • Le taux d’emploi des Autochtones d’âge actif demeure stable aux alentours de 63 % depuis 2006; par contre, il est toujours beaucoup plus faible que celui des non-Autochtones (76 %).
  • Le taux de chômage des Autochtones d’âge actif est plus de deux fois supérieur à celui des autres Canadiens du même groupe d’âge (13 % contre 6 %). Toutefois, l’écart entre les deux populations s’est légèrement resserré pour passer de 8 points de pourcentage en 2006 à 7 points de pourcentage en 2011.

Indiens inscrits

  • Des 321 820 Indiens inscrits de 25 à 64 ans, 213 975 font partie de la population active, ce qui correspond à un taux d’activité de 66 %. Le taux a perdu deux points de pourcentage depuis 2006 et se situe bien en deçà du taux d’activité des non-Autochtones du même groupe d’âge (81 %).
  • Le taux d’emploi des Indiens inscrits d’âge actif était de 55 % en 2011, inférieur de plus de 20 points de pourcentage à celui des non-Autochtones d’âge actif (76 %).
  • Le taux de chômage des Indiens inscrits d’âge actif est de 17 %, mais il est encore plus élevé chez ceux vivant dans les réserves, à 22 %.
  • Les Indiennes inscrites obtiennent de meilleurs résultats sur le marché du travail. Le taux de chômage des femmes âgées de 25 à 64 ans est de 15 %, contre 20 % pour les hommes. Des résultats similaires sont observés dans les réserves, où le taux de chômage des femmes est de 18 %, et celui des hommes, de 26 %.
  • C’est dans l’Est du Canada que les taux de chômage des Indiens inscrits d’âge actif sont les plus faibles : 13 % en Ontario suivi du Québec et de la Nouvelle-Écosse avec 16 %. Par contre, c’est au Yukon et au Nouveau-Brunswick qu’ils sont les plus élevés, à 25 % et à 24 %, respectivement.

Indiens non inscrits

  • Des 99 480 Indiens non inscrits de 25 à 64 ans, 73 530 faisaient partie de la population active en 2011, ce qui correspond à un taux d’activité de 74 %.
  • Le taux d’emploi des Indiens non inscrits d’âge actif était de 67 % en 2011 (stable depuis 2006), inférieur de neuf points de pourcentage à celui de la population non autochtone du même groupe d’âge.
  • Le taux de chômage des Indiens non inscrits d’âge actif est de 9 %; une faible différence est observée entre le taux des régions rurales (9,6 %) et celui des centres de population (9,1 %).
  • Chez les Indiens non inscrits d’âge actif, les femmes enregistrent un taux de chômage de trois points de pourcentage inférieur à celui des hommes (8 % contre 11 %).
  • Chez les Indiens non inscrits d’âge actif, trois des quatre taux de chômage les plus faibles sont observés dans les Prairies, soit en Saskatchewan et en Alberta (7 % dans les deux cas), et au Manitoba (8 %). Le taux de chômage au Québec est également de 7 %. Les taux de chômage les plus forts sont enregistrés dans les Territoires du Nord-Ouest (18 %) et à Terre-Neuve-et-Labrador (17 %).

Métis

  • Des 219 635 Métis âgés de 25 à 64 ans en 2011, 171 875 faisaient partie de la population active, ce qui correspond à un taux d’activité de 78 %.
  • Le taux d’emploi des Métis d’âge actif était de 72 % en 2011 (stable depuis 2006), inférieur de quatre points de pourcentage à celui de la population non autochtone du même groupe d’âge.
  • Chez les Métis d’âge actif, le taux de chômage global est de 9 %; il se situe à 10 % dans les régions rurales et à 8 % dans les centres de population.
  • Chez les Métis d’âge actif, le taux de chômage des femmes est d’un point de pourcentage inférieur à celui des hommes (8 % contre 9 %).
  • C’est au Manitoba et en Alberta que les taux de chômage des Métis âgés de 25 à 64 ans sont les plus faibles, à 6 % et à 7 %, respectivement. En revanche, Terre-Neuve-et-Labrador affiche de loin le plus fort taux de chômage, à 21 %, suivie du Nouveau-Brunswick, à 16 %.

Inuits

  • Des 24 770 Inuits âgés de 25 à 64 en 2011, 17 565 faisaient partie de la population active, ce qui correspond à un taux d’activité de 71 %, deux points de pourcentage de moins qu’en 2006.
  • Les Inuits d’âge actif enregistrent un taux d’emploi de 59 %, inférieur de 17 points de pourcentage à celui des non-Autochtones du même groupe d’âge.
  • Chez les Inuits âgés de 25 à 64 ans, le taux de chômage global est de 17 %, alors qu’il se fixe à 20 % dans les régions de l’Inuit Nunangat.
  • Chez les Inuits d’âge actif, les femmes enregistrent un taux de chômage beaucoup plus faible que les hommes (14 % contre 21 %).
  • Le taux de chômage des Inuits d’âge actif dépasse la moyenne nationale (17 %) seulement à Terre Neuve et Labrador (22 %), dans les Territoires du Nord-Ouest (21 %) et au Nunavut (21 %). Ces régions comprennent les territoires géographiquement circonscrits des régions visées par le règlement d’une revendication territoriale inuite du Nunatsiavut, de l’Inuvialuit et du Nunavut.





Notes en bas de page :

  1. L’expression « dans les réserves » désigne les réserves au sens de la loi, les établissements indiens, les autres types de terres créées par les ententes sur l’autonomie gouvernementale et les collectivités du Nord affiliées aux Premières Nations. Pour de plus amples informations, consulter le Dictionnaire de l’Enquête nationale auprès des ménages, 2011 (voir les sources ci-dessous). Les données sur la population vivant dans les réserves ne tiennent pas compte des différences qui pourraient s’expliquer par la participation de différentes collectivités aux recensements ou par la modification des limites géographiques des réserves. (retourner au paragraphe source)
  2. En 2011, 36 réserves et établissements n’ont pas participé à l’Enquête nationale auprès des ménages ou ont été partiellement dénombrés, comparativement à 22 lors du Recensement de 2006. Voici la répartition provinciale des réserves et des établissements partiellement dénombrés en 2011 : 7 au Québec, 22 en Ontario, 3 au Manitoba, 2 en Saskatchewan, 1 en Alberta et 1 en Colombie-Britannique. Les données des réserves et des établissements partiellement dénombrés ne sont pas disponibles et sont donc exclues du dénombrement de la population des réserves. (retourner au paragraphe source)
  3. Il convient de signaler que les données de 2011 sont de faible qualité pour un certain nombre de réserves. Statistique Canada considère de faible qualité les données provenant de réserves où le taux global de non-réponse est d’au moins 50 % (25 % en 2006). Il faudra réaliser une analyse plus approfondie pour déterminer l’ampleur des effets et les répercussions particulières. (retourner au paragraphe source)
  4. Depuis le Recensement de 2011, le terme « région urbaine » est remplacé par « centre de population », qui désigne une région ayant une population d’au moins 1 000 habitants et une densité de population d’au moins 400 habitants au kilomètre carré, d’après les chiffres du recensement actuel. Dans le cadre de cette analyse cependant, la population d’un centre de population se limite à celle vivant hors réserve. (retourner au paragraphe source)
  5. Les taux calculés pour le Yukon doivent être utilisés avec discernement étant donné la faible population du territoire. En 2011, la population d’âge actif était de 400 chez les Indiens non inscrits et de 385 chez les Métis. (retourner au paragraphe source)
  6. Les données portant sur la population inuite vivant à l’extérieur des régions de l’Inuit Nunangat, qui représente moins de 1 % de la population canadienne, doivent être utilisées avec discernement en raison de leur fiabilité inférieure. (retourner au paragraphe source)

Sources :

STATISTIQUE CANADA. Recensement de 2006. Tableaux d’AADNC.

STATISTIQUE CANADA. Enquête nationale auprès des ménages de 2011. Tableaux d’AADNC.

STATISTIQUE CANADA. Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011. Dictionnaire de l’ENM. Numéro de catalogue : 99-000-XWF.

Préparé par : Direction de la statistique et de la mesure, Direction générale de la planification, de la recherche et de la statistique, Secteur des politiques et orientation stratégique.