ARCHIVÉE - De nouvelles données géoscientifiques laissent entrevoir le potentiel des terres Bent Horn

Renseignements archivés

Cette page a été archivée dans le Web. Les renseignements archivés sont fournis aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Ils ne sont pas assujettis aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiés ou mis à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces renseignements sous une autre forme, veuillez communiquer avec nous.

Télécharger le format PDF  
(108 Ko, 1 page)

Bulletin
Volume 21, numéro 4
Mai 2013

Les résultats du programme canadien de géocartographie de l'énergie et des minéraux (GEM) jettent un regard neuf sur le champ pétrolier Bent Horn et sur la marge sud du bassin de Sverdrup dans le Haut-Arctique canadien. Ces études, énumérées ci-dessous, apportent un nouvel éclairage sur la roche mère du gisement pétrolifère Bent Horn ainsi que sur la structure et la porosité matricielle du réservoir.

Le champ pétrolier Bent Horn, découvert en 1974, a produit entre 1985 et 1996 un total de 4,5x105 m3, soit 2,8 millions de barils. Le champ a été abandonné avant d'être totalement épuisé. Le gisement pétrolifère se trouve dans la Formation de Blue Fiord du Dévonien, un calcaire récifal, et se situe dans des écailles de chevauchement dans la partie supérieure d'un banc carbonaté isolé, protégé par des récifs. Une étude détaillée de carottes de forage, donnant un nouvel aperçu des propriétés de la matrice de la roche et des paléoenvironnements de dépôt, a été publiée dans Wendte (2012) [Note 1].

Le pétrole du champ Bent Horn provient de fractures partiellement ouvertes dans le calcaire, représentant des porosités entre 1 et 3 %. Le pétrole extrait de ce champ est un brut léger paraffinique (43° API). La production de pétrole provenait de fractures ouvertes de formation tardive, liées à des failles de chevauchement. D'après les analyses des marqueurs biologiques, la maturité et la proximité stratigraphique et géographique du champ pétrolier Bent Horn, la roche mère la plus probable pour les hydrocarbures de Bent Horn semble être la Formation de Cape Phillips du Silurien (Dewing et coll., 2009 [Note 2] et Obermajer et coll., 2010 [Note 3]).

La nature fracturée de la roche réservoir et la structure complexe du champ ont représenté un défi pour la mise en valeur initiale de cette ressource et l'estimation du pétrole récupérable. Duchesne et coll. (2012) [Note 4] ont démontré qu'un retraitement des données sismiques permet d'améliorer l'imagerie de la structure faillée. De meilleures connaissances sur la géologie ainsi que de nouvelles méthodes de forage et de stimulation de la roche réservoir justifient un nouvel examen de ce champ.

Lignes sismiques sur l'île Cameron

Des données géoscientifiques et de l'information connexe sur les terres de Bent Horn sont facilement accessibles sur le Web :

Veuillez visiter notre site web pour obtenir de plus amples informations sur le régime de gestion des ressources naturelles

Note : Ce bulletin est publié à titre d'information uniquement.


Notes en bas de page :

  1. Wendte, J. C., 2012. Core, petrographic, and rock petrophysical evaluation of the Blue Fiord Formation from wells in the Canadian Arctic Islands, Geological Survey of Canada, Open File 6984 (retourner au paragraphe source)
  2. Dewing, K. and M. Obermajer., 2009. Lower Paleozoic Thermal Maturity and Hydrocarbon Potential of the Canadian Arctic Archipelago, Bulletin of Canadian Petroleum Geology, Vol. 57, no. 2. (retourner au paragraphe source)
  3. Obermajer, M., Dewing, K. and M.G. Fowler, 2010. Geochemistry of crude oil from Bent Horn field (Canadian Arctic Archipelago) and its possible Paleozoic origin, Organic Geochemistry, Vol. 41, issue 9. (retourner au paragraphe source)
  4. Duchesne, M. J., Claprood, M. and E. Gloaguen, 2012. Improving seismic velocity estimation for 2D poststack time migration of regional seismic data using kriging with an external drift, The Leading Edge, Vol. 31, no. 2. (retourner au paragraphe source)

 
Date de modification :