Aide au revenu : Mesures actives. Qu'en disent les gens?

Colombie–Britannique :

«Sur le plan individuel, certains des membres de notre bande en ont fait l'expérience et ont obtenu des emplois durables au sein de notre service de foresterie. Je conseille aux autres collectivités d'adopter ce programme [des mesures actives] et de vraiment planifier et trouver des moyens novateurs pour enrichir votre collectivité.»
Chef Jonathan Kruger, bande indienne de Penticton

«Grâce aux mesures actives, nous avons une toute nouvelle philosophie relativement à nos bénéficiaires de l'aide au revenu. Nous les aidons à atteindre leurs buts par étapes et à stimuler leur estime personnelle, ce qui leur permet de s'habituer à aller de l'avant et à désirer profondément changer leur vie et profiter de nouvelles possibilités.»
Samantha Kaji, gestionnaire du développement communautaire, Nation Stó:lō

Saskatchewan :

«Le financement du programme FHETC et de ses activités est suffisamment souple pour qu'on puisse organiser des programmes “préalables à l'emploi” adaptés aux clients et à leurs besoins individuels pour les préparer à participer au marché du travail. Les travailleurs du soutien au revenu des Premières Nations, les agents d'emploi et les agences de placement des Premières Nations ainsi que les conseils tribaux se coordonnent pour apprendre les uns des autres, partager des pratiques exemplaires et parler de solutions novatrices afin de resserrer l'écart entre l'aide sociale et l'emploi. Cette hausse de la participation et de la demande de formation et d'emplois est une tendance très positive qui fera du File Hills Employment and Training Center un service très utile pour la collectivité pendant les années à venir.»
Joan Bellegarde, gestionnaire, File Hills Employment and Training Center, Balcarres

Alberta :

«Ce qu'il y a de mieux dans mon travail, c'est de voir de l'espoir et de la fierté dans les yeux d'une personne qui obtient un emploi. Cela en vaut donc vraiment la peine.»
Theresa Houle, directrice sociale, Première Nation de Paul

«En 2006, notre catégorie Aptes au travail comptait à elle seule 171 clients. Nous avons maintenant entre 78 et 98 clients au total pour les deux catégories de l'aide au revenu. C'est le résultat direct de la participation de Driftpile aux mesures actives, aux partenariats et à l'intégration.»
Connie Snelling-Giroux, directrice sociale, Nation crie de Driftpile

«La culture de notre Nation a toujours été résolument axée sur le travail; le travail inlassable et la contribution sont au cœur de notre identité et sont la clé de la santé et du bien–être de Samson. Les mesures actives ont joué un rôle central dans notre développement dans ce domaine. Samson a donné la priorité à la mobilisation et au perfectionnement de sa main–d'œuvre afin de profiter des débouchés considérables qui existent, ici, en Alberta. Grâce aux ressources et aux dispositifs de soutien comme les mesures actives et la réforme de l'aide au revenu, nos membres peuvent se libérer de la dépendance et mener une vie valorisante et productive.»
Conseiller Derek Bruno, Nation crie de Samson

«Les mesures actives permettent de promouvoir l'indépendance en rendant les gens responsables de leurs actes. Ces mesures, complétées par les initiatives de formation et les mesures de soutien, permettent véritablement aux dirigeants de la collectivité de donner à ses membres les moyens de trouver des formations, des programmes d'études et des emplois durables, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de la réserve.»
Gadwa, Première Nation de Kehewin

«En tant que gestionnaire du recrutement, trouver des travailleurs disponibles, compétents, fiables et qualifiés a toujours constitué un défi, surtout pour travailler dans des camps, à des endroits comme à Fort McMurray. Je suis donc toujours à la recherche de nouveaux bassins de recrutement de personnes de talent. C'est donc là que nos relations avec les groupes autochtones locaux entrent en jeu. En travaillant avec ces groupes, nous avons trouvé une source de travailleurs qualifiés relativement inutilisée, travailleurs auxquels nous pouvons offrir des emplois. C'est réellement devenu une situation où nous sommes tous gagnants, les travailleurs et NACG. C'est un partenariat que nous prévoyons continuer et que nous espérons développer.»
Mateo Tamano, NorthAmerican Construction Group

«La Tribu de Louis Bull soutient l'initiative des mesures actives et y participe. Nous soutenons cette initiative parce qu'elle fera évoluer nos membres pour que nous devenions une collectivité prospère, qu'elle les rendra moins dépendants et qu'elle leur fera saisir les possibilités d'emploi et rejoindre le bassin des travailleurs de l'Alberta.»
Chef Rusty Threefingers, Tribu de Louis Bull

«Cela fait trois ans et demi que PTI Group pratique une politique d'intégration des Autochtones. Nous avons noué des partenariats avec les Premières Nations et les Métis dans de nombreuses régions du Canada. Nous avons participé à des initiatives de formation avec eux et embauché les diplômés de ces programmes. J'ai reçu une excellente rétroaction de nos résidences éloignées, comme de nos usines, qui m'ont dit que l'habileté manuelle et l'éthique du travail de nos jeunes employés autochtones sont excellentes. En date du 31 décembre 2012, nous employions au total 268 Autochtones, soit un taux de participation de 9,2 % à notre main–d'œuvre totale. Ces programmes n'auraient pas été possibles sans le soutien financier d'AADNC et des signataires d'entente de la SFCEA, entre autres. Je félicite le ministre d'avoir haussé ce type de financement pour les Premières Nations. Dans notre expérience, son effet a été et continuera d'être important pour faire participer activement les Autochtones à la population active du Canada.»
Stephen Crocker, PTI Group Inc.

«Le programme des mesures actives changera vraiment votre vie en vous permettant d'obtenir un emploi et de le garder. Il changera votre attitude face à la vie et agira dans votre intérêt. Ces investissements sont importants.»
Chef Rose Laboucan, Première Nation de Driftpile

«L'initiative des mesures actives d'AADNC est fondée sur l'importance de la collaboration dans le cadre de partenariats qui, au bout du compte, aident les personnes à gérer la transition de la dépendance vers l'emploi. Grâce à leur souplesse, les mesures actives peuvent répondre aux besoins de l'industrie et à des possibilités émergentes, ce qui permettra d'intégrer de façon continue les Autochtones à la main–d'œuvre. Ces programmes qui ciblent les compétences essentielles, les mesures de soutien de la transition et la gestion de carrière amélioreront l'emploi des membres des Premières Nations et sont d'une importance fondamentale pour nous tous et, plus généralement, pour notre économie.»
Catherine Pennington, Enbridge Northern Gateway Pipelines

«Les mesures actives ont ouvert des portes aux familles à faible revenu en leur permettant de saisir des possibilités d'emploi et de participer activement à des formations, tout en permettant à la Nation de nouer des partenariats productifs avec plusieurs ordres de gouvernement et avec l'industrie.»
Conseiller Carl Bird, Première Nation de Paul

«Il est important que les mesures actives soient axées sur les jeunes de notre collectivité et sur leur état de préparation à se joindre au marché du travail. Il est important de perfectionner en priorité les compétences de nos membres qui perçoivent l'aide au revenu, mais il est tout aussi important de trouver le moyen de les aider à appliquer ces compétences dans un milieu de travail. Les travailleurs sociaux doivent bien connaître les compétences à posséder pour saisir les possibilités d'emploi qui existent dans notre collectivité et dans ses environs. Ces types de formations destinées aux travailleurs sociaux leur permettront de mieux aider leurs clients.»
Chef James Ahnassay, Première Nation des Dénés Tha'

«La Première Nation de Whitefish Lake no 128 saisit cette occasion pour témoigner de l'efficacité de l'initiative des mesures actives d'AADNC qui vise à mobiliser les membres de notre collectivité pour qu'ils participent à des programmes de formation professionnelle et d'emploi. Notre mandat collectif consiste à réduire la dépendance de notre collectivité à l'aide au revenu et à offrir à nos membres des emplois d'intégration professionnelle et des emplois qualifiés. En adoptant une approche dirigée par les intervenants internes, nous avons réussi à optimiser et à ventiler le financement qu'AADNC nous octroie, ce qui nous a permis de mettre en œuvre la pratique exemplaire de la planification latérale, en continuant de participer à un dialogue et à des négociations sur le développement avec l'industrie, la province et AADNC. Grâce aux mesures actives, nous avons pu relever la barre, mettre en œuvre une pratique exemplaire et innover dans la planification en avançant sur la voie de la définition d'objectifs stratégiques pour nos programmes de formation à l'emploi.»
Chef James Jackson Jr. et Ed Cardinal, administrateur de nation, Première Nation de Whitefish Lake no 128

«Au nom de la Première Nation d'O'Chiese, nous souhaitons exprimer notre soutien de la nouvelle initiative des mesures actives et de la réforme de l'aide au revenu d'AADNC. La Première Nation d'O'Chiese s'est préparée aux mesures actives en se portant volontaire pour les mettre en œuvre et en devenant une collectivité culturelle saine, viable au plan économique et durable. C'est grâce à une vision de la planification adoptée par la Nation que nous avons conçu un plan stratégique pour aller de l'avant vers un avenir meilleur.»
Chef Darren Whitford et membres du conseil, Première Nation d'O'Chiese

Manitoba :

«Le programme des mesures actives a vraiment donné un coup de main à nos jeunes. Plus particulièrement, le programme novateur, comprenant des entrevues de motivation et des étapes du changement, du Conseil tribal de Swampy Cree motive et guide véritablement nos jeunes, non seulement pour qu'ils changent, mais aussi pour qu'ils fassent évoluer leurs collectivités. Nos jeunes montrent la voie à suivre aujourd'hui, en prenant leur avenir en main dès maintenant, grâce aux mesures actives.»
Grand chef Michael G. Constant, Conseil tribal de Swampy Cree