Entreprise Autochtone : Célébrée en Alberta Mars 2013

© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, représentée par le Ministre des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien, 2013
QS-A034-000-FF-A1
ISSN : 1923-0524

Format PDF (3,91 Mo, 8 pages)

Dans ce Numéro :

Prix de distinction des entreprises albertaines

L'appui du développement économique des Autochtones constitue un aspect important du travail d'Affaires autochtones et Développement du Nord Canada (AADNC). Afin d'améliorer le bien-être et la qualité de vie des Canadiens autochtones et de veiller à la prospérité économique future du Canada, le ministère travaille notamment à accroître la participation des Autochtones à l'économie.

AADNC est le ministère responsable de la mise en oeuvre du Cadre fédéral pour le développement économique des Autochtones du gouvernement du Canada. Lancé en 2009, le cadre prévoit une approche moderne et globale permettant de saisir les occasions qui se présentent et de créer des partenariats stratégiques avec les groupes autochtones, le secteur privé ainsi que les provinces et les territoires. Les résultats attendus de ces stratégies sont des collectivités autochtones prêtes à saisir les occasions, des entreprises autochtones viables et une main d'oeuvre autochtone qualifiée.

Le gouvernement du Canada s'emploie à respecter les engagements qu'il a pris dans le cadre d'offrir des programmes qui correspondent aux exigences d'un contexte économique en constante évolution ainsi qu'aux besoins propres aux Premières Nations, aux Métis et aux Inuit. À l'avenir, les programmes fédéraux axés sur le développement économique des Autochtones s'articuleront davantage autour des possibilités à saisir, et les investissements engagés se concentreront sur celles qui offrent les meilleures garanties d'emplois et de croissance économique pour les peuples et les communautés autochtones et qui pourront se traduire par leur participation accrue aux projets de grande envergure partout au Canada.

À long terme, en se concentrant sur les occasions à saisir, en s'adaptant aux circonstances, en tirant parti des partenariats et en privilégiant les résultats à obtenir, le gouvernement du Canada, les Autochtones et les autres partenaires travailleront ensemble àfaire en sorte que les peuples autochtones bénéficient des mêmes possibilités d'emploi, de revenus et de richesse que les autres Canadiens.

Dans l'immédiat, AADNC continue de parrainer avec fierté deux prix de distinction des entreprises albertaines : le Prix de distinction Relations avec les Autochtones – pratiques exemplaires, décerné à une entreprise bien en vue dont les politiques d'entreprise reflètent le leadership en matière de relations et de pratiques auprès des Autochtones; et le Prix de distinction d'entreprise Plume d'aigle, remis à une entreprise autochtone qui s'emploie à améliorer la vie de ses employés et des membres de sa collectivité. Ce qui suit est un court profil des finalistes de cette année, que l'on peut qualifier d'inspirants et d'impressionnants.

UNIVERSITÉ D'ATHABASCA – Assurer aux Autochtones l'accès à un enseignement universitaire

Finaliste - Prix Relations avec les Autochtones

Forte de priorités stratégiques qui consistent, entre autres, à élaborer davantage de services pour les apprenants autochtones, à forger de solides partenariats avec les groupes métis, inuit et des Premières nations et à combler les besoins en apprentissage propres aux Autochtones, l'Université d'Athabasca met de l'avant un engagement envers les étudiants et collectivités autochtones qui s'intègre dans le cadre de son activité de base.

Atelier Dempsey Bob
Atelier Dempsey Bob

« Comme établissement d'enseignement universitaire en ligne et à distance, nous avons pour mission d'éliminer les obstacles à l'enseignement postsecondaire », souligne le Dr Frits Pannekoek, président de l'Université d'Athabasca. « Nous facilitons l'apprentissage chez les personnes vivant en milieu éloigné qui ne sont pas en mesure de déménager pour faire leurs études universitaires sur place, ainsi que chez les groupes qui sont parfois sous-représentés au sein de la population étudiante. Pour ces raisons, le fait de permettre aux Autochtones de bénéficier de services éducatifs et communautaires est un élément fondamental de notre mission. »

La Cérémonie d'ouverture pour le CWIKR
La Cérémonie d'ouverture pour le Centre for World Indigenous Knowlege and Research

Bien que les cours soient offerts principalement en ligne et àdistance, l'université a néanmoins collaboré avec plusieurs collèges autochtones en Alberta afin de donner des cours sur place, notamment au Blue Quills First Nations College (St. Paul), au Yellowhead Tribal College (Edmonton), au Red Crow College (secteur sud de l'Alberta) et au Northern Lakes College (campus répartis un peu partout dans le nord de l'Alberta). Dans le cadre du projet des communautés apprenantes, on a créé, en partenariat avec 20 collectivités autochtones établies dans le nord de l'Alberta, un modèle communautaire d'apprentissage qui permet aux membres des collectivités concernées, d'une part, d'accroître ses possibilités de s'instruire et, d'autre part, de demeurer dans leur collectivité pendant qu'ils font leurs études. Par extension, le projet a pour effet d'améliorer le mieux-être économique et social de ces apprenants et des membres de leur collectivité.

Les cours offerts en ligne et sur place contribuent grandement à répondre aux besoins des étudiants; mais pour certains, il en faut plus. Le coût est l'un des facteurs qui font souvent obstacle à l'accès à un enseignement universitaire. L'Université d'Athabasca réduit ce fardeau financier pour les étudiants autochtones grâce à des prix qui sont souvent le fruit de partenariats et qui s'adressent particulièrement aux apprenants métis, inuit et des Premières nations, comme la Bourse d'études Syncrude/Université d'Athabasca de 2 500 $.

La chef Deborah Chief reçoit sa Maîtrise en administration
La chef Deborah Chief reçoit sa Maîtrise en administration des affaires des mains de Frits Pannekoek, président de l'Université d'Athabasca

Le matériel didactique utilisé dans les cours d'études autochtones offerts à l'université est rédigé par des auteurs métis, inuit et des Premières nations et valorisé par les apprenants tant autochtones que non autochtones, dont les personnes travaillant avec ou pour des organismes autochtones. Ce soutien pédagogique à valeur ajoutée s'inspire, en partie, du Centre for World Indigenous Knowledge and Research (CWIKR). Celui-ci s'emploie à protéger, à préserver et à renforcer le savoir et la recherche autochtones à l'université. Le CWIKR a aidé l'université à orienter l'élaboration de plus de 20 cours de premier cycle dans différents domaines, notamment les entreprises, la gestion, la gouvernance, le droit et la résistance autochtones, ainsi que la langue crie. Il faut aussi noter que le travail de la Dr Tracey Lindberg, professeure adjointe, a su renforcer la recherche autochtone à l'université. En 2010, la Dr Lindberg s'est vu décerner une chaire de recherche du Canada.

Les initiatives ci-dessus ont permis le resserrement des liens entre l'université et les groupes autochtones, jetant ainsi les assises du succès de leurs futurs efforts de collaboration. De plus, ces initiatives ont contribué à une hausse marquée du nombre d'inscriptions universitaires chez les Autochtones. En effet, de 2007-2008 à 2011-2012, le nombre d'étudiants de premier cycle est passé de 876 à 1 046, soit une majoration de 20 p. 100. Au cours de la même période, le nombre de finissants est passé de 50 à 90, soit une hausse de 80 p. 100.

« L'enseignement a eu un effet transformateur sur ceux et celles qui ont le bonheur d'y accéder », ajoute le Dr Pannekoek. « Grâce à ces initiatives, les étudiants autochtones connaissent d'heureux changements. Voilà l'un des aspects de l'Université d'Athabasca qui est une source de grande fierté pour moi. »

PDC-CNC LP – Un engagement envers la qualité et une génération axée sur la guérison

Finaliste - Prix Relations avec les Autochtones

Primco Dene Catering and Canada North Camps (PDC-CNC LP) sont des associés du domaine de la restauration et des services de camp qui collaborent afin, d'une part, de fournir des services de restauration de grande qualité à l'industrie pétrolière et gazière du secteur nord-est de l'Alberta et, d'autre part, d'accroître la représentation des Autochtones dans le secteur tertiaire. De ses 800 employés, environ 600 sont d'origine autochtone.

Finissants du programme de services de camp et de restauration
Finissants du programme de services de camp et de restauration

Primco Dene Ltd. est la société de gestion d'un groupe de compagnies appartenant à la Première nation de Cold Lake. Il y a environ cinq ans, deux de ces compagnies, Primco Dene Catering and Canada North Camp, se sont associées afin de consacrer leurs efforts collectivement à offrir des aliments de qualité supérieure et un service exceptionnel à des prix raisonnables destinés expressément à ceux oeuvrant dans les secteur pétrolier et forestier.

Il y a deux ans, les compagnies ont uni leurs forces avec le Blue Quills First Nations College pour mettre sur pied un programme de services de camp et de restauration au profit des étudiants autochtones sous-employés. Le collège a conçu un programme devant permettre aux étudiants d'acquérir des aptitudes à la vie quotidienne et une formation essentielle en cours d'emploi dans le contexte simulé d'un camp – dans ce cas, il s'agit d'un camp réel offert en don par PDC-CNC LP. Une fois le programme achevé, les étudiants reçoivent de l'aide pour trouver un emploi ainsi que du soutien. L'intégration de personnes n'ayant jamais travaillé à la population active du domaine des services de camp et de la restauration leur fait découvrir tout d'un coup un sentiment de fierté et une raison d'être.

Des résidences offertes en don au Blue Quills First Nations College
Des résidences offertes en don au Blue Quills First Nations College

Paul McCracken, président de PDC-CNC LP et un ancien éducateur, a résumé le succès réalisé collectivement comme suit : « L'éducation est l'un des ingrédients clés du succès en milieu de travail. Notre compagnie a vu la nécessité de rassembler une équipe de personnes locales et a donc procédé au recrutement d'une équipe communautaire. Notre partenariat a favorisé le renforcement des capacités des Premières nations concernées et la collaboration avec d'autres partenaires de l'industrie, y compris des institutions d'enseignement postsecondaire, dans ce cas, le Blue Quills First Nations College. L'adoption d'une vision axée sur une réforme plus profonde au niveau communautaire a permis aux partenaires – soit Canada North Camps, Primco Dene, le Blue Quills First Nation College, les bailleurs de fonds fédéraux et provinciaux et CNRL – de s'unir. »

Mais l'objectif du programme ne s'arrête pas là. En effet,les étudiants ont l'occasion d'apprendre leur identité et leur histoire, en plus de savoir composer avec les toxicomanies. Les étudiants prennent part à des sueries et à des cérémonies de purification leur permettant de voir au-delà des obstacles auxquels ils sont confrontés pour enfin connaître un grand épanouissement personnel.

« Il s'agit d'innover, de rassembler les personnes compétentes autour de la table, de mettre l'accent sur le leadership en matière de relations et d'entreprendre les démarches nécessaires au succès de la transition de l'école au travail », ajoute M. McCracken. « Nous sommes très reconnaissants envers tous nos partenaires… c'est une situation favorable de part et d'autre. L'industrie en sort gagnante et, plus important encore, les Premières nations en sortent gagnantes. Ce qu'il faut, c'est une approche communautaire et humaniste favorable au succès de ce genre. Cela n'aurait pas été possible sans le leadership pratique de première ligne de M. Brett Meredith, notre vice-président des activités, et de Madame Tammy Charland-McLaughlin, vice-présidente des activités de Primco Dene. »

LA BANQUE ROYALE DU CANADA – Créer, favoriser et célébrer des relations avec les Autochtones

Finaliste - Prix Relations avec les Autochtones

La Banque Royale du Canada (RBC) est fière de mettre en valeur son soutien direct aux entreprises autochtones prospères de l'Alberta et d'ailleurs au Canada. L'approche novatrice mise de l'avant par la banque s'inspire d'un protocole d'entente qui a été conclu avec l'Assemblée des Premières nations en 2007. Il s'agit vraiment d'une entente à célébrer, car elle a aidé à former les assises de la prospérité de nombreuses collectivités autochtones au cours des années.

JNA à Edmonton
La Journée nationale des Autochtones à Edmonton

« RBC reconnaît la fière réputation que se sont taillée les Autochtones lorsqu'il s'agit de mobiliser les talents des membres de leur collectivité et de faire naître une culture fondée sur les partenariats en vue de l'avenir », note Gordon M. Nixon, président et chef de la direction de RBC.

En Alberta, RBC regroupe plus de 100 succursales situées aussi bien dans les grands centres urbains qu'en milieu rural. Il s'agissait de la première institution financière à lancer une succursale dans une réserve, qui se composait d'un personnel exclusivement autochtone. Il s'agit également de la première institution financière à offrir des services bancaires téléphoniques en langues crie et inuktitut. Fidèle à son engagement à desservir les différents gouvernements, collectivités, organismes, entreprises et personnes autochtones, RBC se penche sur des enjeux et des occasions qui revêtent de l'importance non seulement pour les Autochtones, mais en outre pour tous les Canadiens et toutes les Canadiennes. Pour comprendre et miser sur la force de la diversité, il faut mobiliser sans réserve les talents de toutes les personnes afin de refléter et de combler les besoins des collectivités ainsi desservies.

Le groupe Royal Eagles d'Edmonton organise un barbecue pour la JNA
Le groupe Royal Eagles d'Edmonton organise un barbecue dans le cadre de la Journée nationale des Autochtones

« Nous nous engageons à travailler de concert avec nos partenaires métis, inuit et des Premières nations afin de les aider à accéder à des capitaux pour des fins de développement économique, de logement, d'infrastructure ou encore pour répondre à toute autre besoin que peut avoir la collectivité », affirme Brian Hjlesvold, directeur des Affaires bancaires autochtones pour les régions de l'Alberta, des Territoires du Nord-Ouest et du Yukon. « Ensemble, nous pouvons réussir tant et aussi longtemps que nous comprendrons les besoins les uns des autres et créerons des relations fondées sur le respect mutuel et la confiance. »

Forte de ses quelque 4 500 employés à l'oeuvre en Alberta, RBC occupe une place dominante dans la province. Cette institution déploie de grands efforts pour accroître le nombre d'employés s'étant déclarés Autochtones, qui représentent 2 p. 100 des effectifs. On y parvient par le biais de nombreuses initiatives – telle la Stratégie Participation des Autochtones au marché du travail (PAMT) – et de l'octroi de bourses annuelles de 4 000 $ réparties sur quatre années d'études postsecondaires pour les étudiants autochtones.

M. Hjlesvold est également fier d'être membre du groupe-ressource des employés de RBC Royal Eagles, lequel regroupe des employés autochtones et non autochtones qui travaillent en collaboration afin de faire en sorte que la culture autochtone et ses peuples soient célébrés en reconnaissance de leurs nombreuses contributions à la société canadienne. « Ce comité est important pour RBC, car il permet aux employés autochtones de réseauter, d'échanger des idées et de redonner à la collectivité », souligne M. Hjlesvold.

Le versement par la section d'Edmonton des recettes de son barbecue organisé à l'occasion de la Journée nationale des Autochtones au profit du programme de repas chauds de l'École secondaire Amiskwaciy Academy à longueur d'année est un bel exemple qui démontre l'action positive de la part de RBC auprès de la communauté autochtone en milieu urbain. Les dons ainsi versés se sont chiffrés à 40 000 $ au cours des 10 dernières années. Dans le même ordre d'idées, les bénévoles des sections d'Edmonton et de Calgary versent des dons de plus de 10 000 $ qui servent à l'achat de fournitures scolaires indispensables qu'ils mettent par la suite dans des sacs à dos. Ces bénévoles, en partenariat avec le Edmonton Canadian Native Friendship Centre et la Calgary Urban Society of Aboriginal Youth, veillent à ce que les enfants autochtones bénéficient d'un bon départ au moment d'entamer la nouvelle année scolaire.

Le programme Sac à dos, appuyé par les Royal Eagles
Le programme Sac à dos, appuyé par Royal Eagles, prépare des sacs à dos remplis de fournitures scolaires et fournit des vêtements neufs aux enfants autochtones

RBC publie un Rapport sur les partenariats autochtones mettant en lumière différentes entreprises fructueuses à travers le Canada. Au nombre des histoires de réussite à saveur albertaine, mentionnons l'initiative qu'a prise la Première nation de Heart Lake, avec le soutien financier de RBC, afin de construire un centre communautaire à même les futurs revenus tirés de son casino. « L'évaluation effectuée par RBC à l'égard de la Première nation révélait, d'une part, que celle-ci avait mis en place un système de saine gestion et, d'autre part, que les futurs revenus du Fonds de développement de la Première nation pourraient être et seraient acheminés à un compte RBC à l'appui de toute demande de financement supplémentaire », ajoute Syrena Courtorielle, directrice des comptes commerciaux auprès des marchés autochtones. « Grâce à cela, nous avons été en mesure d'obtenir le financement demandé à l'origine, ainsi que d'autres fonds à une date ultérieure. »

En s'inspirant d'approches novatrices, RBC continue d'accorder, aussi bien à des entreprises qu'à des particuliers, des prêts – qui sont d'ailleurs moins onéreux en vertu d'ententes conclues avec des organismes autochtones nationaux et provinciaux – afin de promouvoir des collectivités fortes et l'habilitation économique. Il s'agit plus précisément des entités suivantes : l'Association nationale des sociétés autochtones de financement (ANSAF), l'Association des agents financiers autochtones du Canada (AAFA) et la Fondation nationale des réalisations autochtones (FNRA). De plus, l'assemblée générale annuelle et le congrès annuel du Conseil pour l'avancement des agents de développement autochtones sont venus appuyer les agents régionaux de développement économique autochtones.

Au moyen de relations fondées sur la compréhension, la confiance et le respect, RBC continuera de forger des partenariats avec des collectivités autochtones afin de favoriser leur accession à la durabilité économique et à la prospérité. En effet, l'habilitation des Autochtones a pour effet de renforcer leur collectivité ainsi que la société canadienne dans son ensemble.

SAVANNA ENERGY SERVICES CORP. – Perpétuer une tradition de partenariat

Finaliste - Prix Relations avec les Autochtones

Savanna Energy Services Corp. est une société qui s'engage à favoriser la participation des Autochtones à ses activités. Savanna est très fière de sa réputation de chef de file sectoriel en matière de partenariats avec les Autochtones et, comme telle, elle reconnaît le besoin de promouvoir et d'entretenir de façon continue des relations fructueuses et respectueuses avec ses partenaires.

Située à Calgary, en Alberta, Savanna Energy Services Corp. regroupe des sièges sociaux à Houston, au Texas, et à Brisbane, en Australie, ainsi que de nombreux bureaux extérieurs répartis un peu partout dans le Canada, aux États-Unis et en Australie. Les activités de l'entreprise consistent exclusivement à fournir des services pétrolifères, plus précisément des services de forage classique, de forage horizontal, d'entretien de puits et de location d'équipement pétrolifère. La société dispose d'un parc d'appareils de forage et d'appareils d'entretien de puits qui compte parmi le plus moderne du monde. Grâce à son engagement en matière d'effectifs talentueux et de technologie, la compagnie s'est taillé une place prédominante au sein du Canada, ce qui a ouvert la voie à l'agrandissement de sa base de clients au-delà du marché intérieur.

Toutefois, le niveau de succès connu par la société n'aurait pas été possible sans partenariats, plus particulièrement ceux établis avec les Autochtones. Au cours des dix dernières années, Savanna a exploité des appareils de forage et d'entretien de puits en partenariat avec différentes collectivités autochtones à travers l'Alberta. Son premier partenariat à parts égales, forgé avec la Première nation Dene Tha', a vu le jour en 2001; notons d'ailleurs que le plus récent partenariat de ce genre a été conclu avec la Nation sioux d'Alexis Nakota. Ces partenariats ont profité à Savanna au niveau de la mise en oeuvre de sa vision et de ses valeurs et, en même temps, à ses partenaires autochtones en termes de création de possibilités d'investissement, de formation et d'emploi.

Stagiaires en cours de formation au site d'entraînement Savanna
Stagiaires en cours de formation au site d'entraînement Savanna

« Savanna est fière des relations d'affaires et d'emploi qu'elle a édifiées avec des collectivités autochtones à travers l'Ouest canadien », souligne Ken Mullen, président et chef de la direction de Savanna. « Ces initiatives ont grandement contribué au succès connu par Savanna au fil des ans et témoignent nettement de la façon dont une collectivité forte, une importante collaboration et une saine gestion d'affaires peuvent favoriser le succès au sein de ce secteur. Nous continuons de travailler de concert avec nos partenaires autochtones existants afin d'accroître la portée de ces programmes au profit de toutes les parties concernées. »

Excursion des partenaires autochtones au site d'entraînement Savanna
Excursion des partenaires autochtones au site d'entraînement Savanna

Le succès des coentreprises a, sans doute, été rendu d'autant plus possible que l'on a embauché un membre des Premières nations pour le poste de directeur du développement de l'entreprise et des relations avec les partenaires. Cette personne joue un rôle essentiel à la cohésion des partenariats et se charge également d'assurer la stabilité continue des relations entre Savanna et les collectivités autochtones auxquelles elle s'associe. Par ailleurs, Savanna compte parmi son personnel un coordonnateur des relations avec les partenaires, qui est, lui aussi, membre des Premières nations, et dont le mandat est axé sur l'administration, les relations communautaires et le marketing.

Savanna a lancé son programme d'emploi des Autochtones afin d'initier les membres des collectivités partenaires au secteur des services énergétiques. Le programme consiste en un cours de quatre jours qui propose : un survol des processus de présélection et d'entrevue; des renseignements sur les différents certificats que les candidats doivent préalablement obtenir pour oeuvrer dans le secteur; un volet d'apprentissage théorique et un survol des pratiques en matière de sécurité, lequel comprend une introduction à l'appareil de forage et à son fonctionnement. La dernière journée du programme traite du déroulement du travail propre à l'appareil de forage. Ce programme, jumelé à des cours informels et exhaustifs de perfectionnement professionnel parrainés par la compagnie, contribue au maintien en poste et à la satisfaction des employés.

Au fil des ans, Savanna a joué et continue de jouer un rôle actif et de soutien en matière d'initiatives éducatives et de développement communautaire des Autochtones dans le but de promouvoir et de préserver ce qui est devenu une relation tenue en haute estime et très enrichissante et qui continuera de l'être.

LE BLOOD TRIBE AGRICULTURAL PROJECT ET SES ENTITÉS AFFILIÉES – Favoriser un secteur agricole prospère dans le sud de l'Alberta

Finaliste - Prix Plume d'aigle

Le projet agricole Blood Tribe Agricultural Project (BTAP) se trouve dans la réserve de la tribu des Blood, dans le secteur sud de l'Alberta. Constitué en société, le BTAP a pour objectif de promouvoir et d'améliorer l'investissement à caractère agricole dans la tribu des Blood, en plus de créer des incitatifs à l'investissement et à la création d'emplois.

La ferme Mataki - projets de pommes de terre
Mataki Farms – projets de pommes de terre

Le BTAP a pour mission de continuer d'élargir ses relations et de chercher de nouveaux investissements, marchés, technologies et sources de savoir-faire en gestion, de sorte à contribuer à la croissance de l'économie de la tribu des Blood. BTAP dispose d'une main-d'oeuvre composée exclusivement de membres de la tribu des Blood, qui sont aussi propriétaires et exploitants à part entière de l'entreprise. Notons d'ailleurs que les fruits et légumes de ce dernier sont cultivés sur les terres de la tribu des Blood. Celle-ci décrit la dynamique de cette entreprise « comme un arbre reliant toutes les autres branches. Nous communiquons les uns avec les autres à travers chaque branche pour faire en sorte que tout fonctionne en douceur et, à cet effet, nous faisons de notre mieux pour aider toutes les branches à répondre aux besoins de leurs clients. ».

Dans le cadre de cette entreprise, la tribu des Blood collabore avec de nombreuses entités afin d'améliorer le mieux-être et la richesse des siennes.

Usine de transformation des fourrages
Usine de transformation des fourrages

« Le Blood Tribe Agricultural Project et ses entités affiliées sont reconnus comme chef de file mondial autosuffisant dans le domaine de la production agricole grâce à son projet d'irrigation de renommée internationale, qui est la plus importante exploitation du genre dans l'Ouest canadien », affirme Calvin Cross Child, chef de la direction et directeur général du BTAP. « Nous représentons un secteur qui fait preuve d'innovation lorsqu'il s'agit de combler les demandes en produits et services agricoles auprès des marchés émergents dans un contexte qui favorise la prospérité et la création de débouchés quant à la valeur globale des terres de la tribu des Blood. Il en résultera des retombées favorables pour tous les membres de la tribu des Blood et l'établissement de solides partenariats stratégiques avec nos clients situés dans les collectivités environnantes du sud de l'Alberta et avec ceux des marchés internationaux. »

À l'heure actuelle, le BTAP et ses entités affiliées sont en voie d'expansion, et ce à un moment où l'on assiste à une forte demande en phléole de prés – source d'aliments à grande valeur nutritive pour les animaux – au sein des marchés intérieurs et extérieurs. Le BTAP est l'unique Première nation du Canada à exporter des produits agricoles vers des marchés internationaux.

Des balles de paille comprimées
Des balles de paille comprimées

Le BTAP et ses entités affiliées exercent leurs activités d'une manière respectueuse de l'environnement. Leur engagement en matière d'intendance veille à ce que la conservation, la remise en état, l'amélioration et la durabilité de l'air, des eaux, des sols, de l'énergie et des ressources biotiques sont prises en compte dans l'évaluation des activités des entreprises.

« Je suis honoré d'apprendre que le Blood Tribe Agricultural Project a été sélectionné comme finaliste pour ce prestigieux prix », ajoute M. Cross Child. « Bien que nous ne recherchions pas les honneurs, nous apprécions néanmoins sincèrement la reconnaissance de nos efforts ainsi que le personnel dont nous disposons, la direction, le conseil d'administration du BTAP, les actionnaires du BTAP et de ses entités affiliées, qui sont le chef etle conseil de bande de la tribu des Blood, et les nombreuses autres personnes qui appuient nos projets et y contribuent. »

ICEIS Safety Consulting Ltd. – Préparer les Autochtones à des emplois intéressants

Finaliste - Prix Plume d'aigle

ICEIS Safety est une entreprise multiservices de formation et d'expert-conseil en santé et sécurité au travail qui se trouve à Fort MacKay, en Alberta. Au nombre des services proposés, on note la dotation en personnel de sécurité et la prestation de conseils spécialisés en la matière, l'approvisionnement en matériel industriel et de sécurité, ainsi que la prestation d'une solide formation en santé et sécurité au travail dans le cadre de laquelle des cours sont donnés sur place, dans son centre de formation situé à Fort MacKay, ou encore en ligne.

Massey Whiteknife
Massey Whiteknife

Massey Whiteknife, membre de la Première nation des Cris de Mikisew, située à Fort Chipewyan, en Alberta, est le président et l'unique propriétaire de ICEIS Safety. Fort de ses 15 ans de savoir-faire dans les secteurs de la construction et des champs pétroliers, M. Whiteknife a lancé son entreprise en 2005, alors qu'il était agent de sécurité au service d'une entreprise autochtone locale. Au départ, ICEIS fournissait des services d'expert-conseil aux termes de contrats conclus principalement avec d'autres compagnies autochtones. La compagnie a alors étendu ses services de manière à englober la formation de membres des Premières nations de la municipalité régionale de Wood Buffalo.

« J'avais l'idée de transformer mon entreprise en une installation à guichet unique ayant pour mandat de dépêcher sur place des agents de sécurité, d'offrir de la formation et de fournir du matériel de sécurité », souligne M. Whiteknife. Au bout d'une période de deux ans, ICEIS Safety a fini par animer des cours de formation en sécurité à l'intention de plus de 25 collectivités autochtones, en plus de gérer plus de 10 entreprises appartenant à des Autochtones tout en veillant à ce que ces dernières se conforment aux normes sectorielles applicables aux contrats visant les grands sites bitumineux. »

Comme professionnel de la sécurité, M. Whiteknife s'assure de toujours informer ses clients des meilleures pratiques et des façons d'améliorer leurs normes de sécurité sur les chantiers. Son approche consiste, entre autres, à aviser les clients que les pratiques saines exigent un engagement considérable de la part de l'employeur, à effectuer une analyse de sécurité afin de cerner les dangers et à mettre en oeuvre une formation régulière en santé et sécurité, le tout dans une tentative de favoriser une culture soucieuse de la sécurité en milieu de travail.

M. Whiteknife se passionne pour son rôle de porte-parole auprès des entreprises autochtones, dans le cadre duquel il aide ces dernières à forger des relations avec des grandes sociétés et à nouer des liens avec l'industrie. Il se passionne aussi pour l'idée d'aider les peuples et collectivités autochtones à atteindre leur plein potentiel. La majorité des participants aux programmes de formation en sécurité proposés par M. Whiteknife sont des Autochtones, ce qui permet d'assurer la préparation des Autochtones au travail qui les attend sur les différents chantiers industriels.

L'engagement pris par M. Whiteknife et ICEIS Safety d'appuyer les peuples et collectivités autochtones ne s'arrête pas là. En effet, le programme Get Ready permet aux adolescents et jeunes adultes autochtones à risque de participer à un ensemble de cours de formation en sécurité en vue de pouvoir surmonter les obstacles àl'emploi et d'obtenir ainsi un succès à long terme au sein de la population active.

« Mes formateurs se rendent dans leur collectivité et donnent aux adolescents et jeunes adultes à risque l'occasion d'acquérir les compétences nécessaires pour accéder à la population active », ajoute M. Whiteknife.

La formation en question permet aux jeunes ciblés de tirer profit des possibilités qui s'offrent à eux grâce aux florissants secteurs pétroliers et de la construction, dont un bon nombre d'entités exercent leurs activités à l'intérieur ou à proximité de leur collectivité respective. Le programme Get Ready est unique en ce sens qu'il met l'accent sur la longévité en milieu de travail et sur le service de soutien à l'orientation disponible en cas d'urgence.

M. Whiteknife propose également le Programme de mentorat CSO, qui permet aux personnes intéressées à devenir des agents de sécurité agréés sur les chantiers de construction. Il offre du soutien, notamment en matière de formation préparatoire à l'emploi et de mentorat.

M. Whiteknife a été nommé gagnant du prix de distinction du jeune entrepreneur de 2011, parrainé conjointement par les Chambres de commerce de l'Alberta et la Fondation canadienne des jeunes entrepreneurs. Il affirme qu'il attribue son succès au soutien continu qu'il reçoit de la part de sa mère, aux personnes et aux organismes qui lui donnent la chance de réussir et au groupe d'employés loyaux et travailleurs (qui en dénombrent 14) qu'il qualifie de « membres de sa famille ».

MOONSTONE CREATION – Un art autochtone qui ne connaît pas de frontières

Finaliste - Prix Plume d'aigle

La puissance de l'art est vécue par l'artisan et par ceux qui apprécient sa beauté. Depuis le premier contact avec les colons européens, l'art autochtone est vénéré comme un don qui demande beaucoup d'adresse. Ceux qui possèdent un pareil don apprennent l'importance de transmettre leurs enseignements à autrui; voilà ce que Yvonne Jobin fait au juste. Résidant présentement à Calgary, Mme Jobin est une fière membre de la nation crie qui est originaire de High Prairie, en Alberta. Sa passion comme artiste, conceptrice et spiritualiste traditionnelles est manifeste dans tout ce qu'elle fait.

Des pochettes strike-a-lite
Des pochettes strike-a-lite

Moonstone Creation représente fidèlement l'art autochtone et les enseignements culturels autochtones comme entreprise de vente au détail et comme animateur d'ateliers pour ceux qui recherchent une vie plus enrichissante en approfondissant leur compréhension des façons de faire de nos ancêtres. « La majorité de notre clientèle se compose de sociétés à la recherche de produits authentiques fabriqués par des Autochtones à offrir comme cadeaux. Notre slogan est nous représentons des artistes autochtones locaux; nous créons d'ailleurs nous-mêmes une bonne partie des oeuvres d'art dans notre studio, situé à l'arrière de la galerie; l'emploi du mot local est donc très à propos », souligne Yvonne Jobin, propriétaire et exploitant.

Comme femme d'affaires, Mme Jobin aide à mettre en valeur des artisans qui se voient privés d'occasions de promouvoir leurs oeuvres. Mme Jobin propose également des séances de sensibilisation aux Autochtones et a recours à la technologie comme moyen novateur d'assurer son rayonnement. Par ailleurs, son magasin est conçu de manière à accepter les commandes en ligne. Ses démonstrations de tannage de peaux qui paraissent en ligne, plus précisément comme livre électronique, sont un autre exemple qui démontre son utilisation de technologies.

« Nous sommes reconnus – sur la scène tant locale qu'internationale – pour la qualité de nos produits offerts aux collectionneurs et aux admirateurs de l'art autochtone. Nous utilisons PayPal pour traiter les commandes électroniques qui nous viennent de partout en Amérique du Nord. De plus, de nombreux touristes étrangers passent au magasin pour y trouver des cadeaux à rapporter chez eux », explique Mme Jobin.

Des mocassins
Des mocassins

Soucieuse de transférer son savoir traditionnel tout en s'adaptant à la technologie moderne, Mme Jobin tend la main à autant de personnes que possible, notamment la jeunesse sur qui l'on doit compter pour perpétuer les traditions. « J'ai déployé de grands efforts pour faire de l'artisanat autochtone une précieuse forme d'expression artistique; j'espère ainsi inspirer d'autres artistes et jeunes autochtones à se tailler un créneau dans le monde en créant une perle à la fois », affirme Mme Jobin.

En plus de ses compétences artistiques, Mme Jobin fait part de ses enseignements culturels autochtones à autrui. Comme animatrice de discussion et enseignante auprès de personnes d'origine tant autochtone que non autochtone, elle se consacre à la préservation et à l'enseignement de sa culture au moyen de l'art et à l'aide de matériaux authentiques provenant de ses ancêtres.

Elle propose une variété de séances : la broderie perlée, la fabrication de tambours à main, le tissage en piquants de porcépic et bien plus. Les participants ont ainsi l'occasion d'acquérir une nouvelle compétence tout en se plaisant à apprendre les enseignements traditionnels présentés. Bien des gens trouvent cette activité très relaxante. Mme Jobin s'inspire de la roue médicinale pour transmettre l'un de ses principaux enseignements. Ainsi, cet artefact inculque aux gens l'importance d'établir l'équilibre des quatre dimensions de leur être, plus précisément, les dimensions affective, physique, psychologique et spirituelle.

Mme Jobin est fière de constater que son oeuvre est utilisée par des collectionneurs et des musées ainsi que dans des grands films, et ce sans que son caractère traditionnel ne soit compromis. Son oeuvre figure dans des collections privées et publiques au Canada, aux États-Unis et en Europe et continuera de se tailler une place de plus en plus importante au sein de la communauté artistique.

« C'est tout un honneur d'être mise en nomination pour ce prix et je l'accepte avec grâce, non seulement pour mon compte, mais également en l'honneur de mes ancêtres qui s'étaient littéralement départis de leurs objets artisanaux sans rien recevoir en échange, car on y attachait très peu de valeur », explique Mme Jobin.

Ceux qui ont eu la chance de rencontrer Mme Jobin éprouvent de la gratitude envers sa vision, son savoir et sa passion. Grâce à son oeuvre, Mme Jobin parvient à toucher ceux qui s'identifient avec son cheminement spirituel.

NIWIHCIHAW ACCEPTANCE LTD. – Des possibilités économiques favorisent l'habilitation financière des Autochtones

Finaliste - Prix Plume d'aigle

Créée en 1987, Niwihcihaw Acceptance Ltd. a évolué comme fournisseur de prêts personnels auprès des membres de la Nation crie d'Ermineskin, dont les redevances pétrolières servaient à rembourser les prêts ainsi obtenus. Le chef et le conseil de bande voulaient aider les membres à se faire consentir des prêts, lesquels auraient été autrement difficiles à obtenir auprès d'autres institutions financières. En langue crie, Niwihcihaw signifie « coup de pouce », qui est justement ce qu'offre cette compagnie.

Avec le temps, la compagnie a étendu ses services aux employés non membres de la bande, ainsi qu'à d'autres collectivités et organismes des Premières nations, ce qui s'est révélé avantageux pour la compagnie et les clients desservis par elle. Au nombre des clients actuels, on note : la Nation crie de Montana, la Nation crie d'Enoch, la Nation crie d'Alexander et Maskwacis Health Services. L'an dernier, Niwihcihaw célébrait fièrement ses 25 ans.

Le conseil d'administration de Niwihcihaw Acceptance
Le conseil d'administration de Niwihcihaw Acceptance

Niwihcihaw a pour mandat de favoriser la croissance économique et l'autosuffisance en permettant aux membres et collectivités des Premières nations d'accéder aux services financiers. Niwihcihaw souscrit à l'idée d'inspirer les clients à découvrir de nouvelles possibilités de développement économique qui, à la longue, seront des plus avantageuses pour eux et leur famille.

Niwihcihaw crée pour ses clients des Premières nations un environnement fondé sur le respect et la compréhension. En effet, le personnel est bien informé au sujet de la culture crie, ce qui fait naître un sentiment d'appartenance à la collectivité et est utile lorsqu'il s'agit de tirer au clair les processus financiers.

« Les clients qui étaient autrefois convaincus que ce processus leur était inaccessible se sont dits ravis de se rendre compte qu'ils sont bel et bien capables de gérer judicieusement leurs finances, d'obtenir une cote de crédit favorable et d'accéder à un bon niveau de vie », souligne Geraldine Hill, directrice générale. « Grâce aux principes de respect, de confiance et de soutien, il devient possible de connaître du succès financier. »

La compagnie a mis sur pied un fonds de soutien communautaire afin de pouvoir redonner à la collectivité, sous forme de dons et de commandites. Niwihcihaw participe à des festivités de la Journée nationale des Autochtones chaque juin, à des pow-wow annuels et à des célébrations de Noël. « Nous espérons qu'au moyen de la reconnaissance et du soutien des membres communautaires, de la culture communautaire et de différents événements, rassemblements, programmes et services, nous pourrons assurer le maintien de relations favorables entre Niwihcihaw Acceptance Ltd. et les membres de la Nation crie d'Ermineskin pendant de nombreuses années », souligne Mme Hill.

Des employés de Niwihcihaw Acceptance
Des employés de Niwihcihaw Acceptance

Niwihcihaw envisage d'élargir ses activités en offrant des services à d'autres Premières nations de l'Alberta et de développer davantage la Niwihcihaw Community Support Foundation, fondation de soutien communautaire récemment approuvée. Cette fondation, qui regroupe des membres communautaires et des clients venant d'autres Premières nations, viendra appuyer l'ensemble de la collectivité de la Nation crie d'Ermineskin par le biais de dons et de commandites. « Notre compagnie attache beaucoup d'importance à la capacité des membres de nos Premières nations d'atteindre une prospérité à l'échelle personnelle et communautaire qui ouvre la voie à une participation significative à l'économie dans son ensemble, en plus de favoriser l'autonomie », explique Mme Hill.

L'automne dernier, Niwihcihaw Acceptance Ltd. a été récipiendaire du Prix de développement économique à l'occasion de la 19e édition du Congrès annuel Nation Building Capacity – Building Communities, qui a eu lieu en Nouvelle-Écosse. Cette année, Niwihcihaw se dite reconnaissante d'avoir été mise en nomination pour un Prix de distinction des entreprises albertaines, ce qui aide d'ailleurs à promouvoir davantage la compagnie.

Comme membre agréé du Bureau d'éthique commerciale, cette compagnie, connue pour sa résilience, poursuit son essor et relève les défis auxquels elle est confrontée et, par la même occasion, elle crée de nouvelles possibilités de développement économique. Niwihcihaw continue d'offrir « un coup de pouce » afin de répondre aux besoins des siennes, en plus d'inviter d'autres Premières nations intéressées à bénéficier des services de ses institutions financières.

Conseil pour l'avancement des agents de développement autochtones

CANDO fait preuve d'excellence au chapitre du développement économique des Autochtones depuis plus de 20 ans. En effet, CANDO est un organisme qui s'est taillé une réputation nationale selon laquelle il assure une formation et l'acquisition des compétences destinés exclusivement à renforcer les capacités économiques chez les collectivités autochtones.

Nous nous engageons non seulement à demeurer un chef de file dans le domaine des programmes et des services s'adressant aux agents de développement économique, mais en outre à rehausser les possibilités de formation pour les futurs agents de développement économique (ADE). Fidèle à notre vision, nous ne cesserons de renforcer les économies autochtones, ce qui commence à tous les niveaux de la formation. Notre vision consiste à « Renforcer les capacités de sorte à favoriser la vigueur des économies autochtones en proposant des programmes et des services aux agents de développement économique. »

Cette année, CANDO a une fois de plus coordonné les mises en candidatures et le processus de sélection des finalistes pour deux Prix de distinction des entreprises albertaines parrainés par Affaires autochtones et Développement du Nord Canada : le Prix de distinction pour les pratiques exemplaires – Relations avec les Autochtones et le Prix de distinction Plume d'aigle.

CANDO tient également à féliciter toutes les entreprises mises en candidature et sélectionnées comme finalistes. Certes, nous sommes très fiers de votre esprit d'entreprise et de vos réalisations.

Veuillez adresser vos correspondances, commentaires et demandes à :

Entreprise Autochtone : Célébrée en Alberta
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Bureau régional de l'Alberta
Place du Canada
9700, avenue Jasper
Bureau 630
Edmonton (Alberta) T5J 4G2

Sans frais : 1 800 567-9604
TTY seulement 1-866-553-0554

Imprimerie : Capital Colour Press
Conception graphique : MGS Graphics
Traduction : Translatech

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les droits de reproduction, veuillez communiquer avec Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) par téléphone au 613-996-6886, ou par courriel à l'adresse suivante : droitdauteur.copyright@tpsgc-pwgsc.gc.ca.

Date de modification :