ARCHIVÉE - Nations Construction Consulting

Renseignements archivés

Cette page a été archivée dans le Web. Les renseignements archivés sont fournis aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Ils ne sont pas assujettis aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiés ou mis à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces renseignements sous une autre forme, veuillez communiquer avec nous.

Deanna Johnson, une Autochtone vivant à Chilliwack, en Colombie-Britannique, est un exemple que les femmes peuvent connaître du succès dans le domaine de la construction. Grâce à son entreprise Nations Construction & Consulting, elle contribue à bâtir des maisons de qualité pour les membres des Premières Nations en plus d'être un modèle pour sa collectivité.

Nations Construction – Transcription vidéo

Bonjour, je m'appelle Deanna Johnson, et je suis la propriétaire de Nations Construction & Consulting, à Chilliwack. L'entreprise Nations a vu le jour il y a 11 ans. Nous vivions alors dans la bande de Chehalis, et il y avait, chez les membres des Premières Nations, un véritable manque de maisons de qualité. Beaucoup de gens venaient demander des choses comme « Pourriez-vous me dire ce que je devrais faire avec ceci ? » ou encore « Comment est-ce que je peux réparer cela ? », et d'autres questions du genre. Je me suis donc dit qu'il y avait un réel besoin à satisfaire. J'ai donc dit à mon mari que j'allais démarrer une entreprise de construction, c'est ce que nous avons fait, et c'est ainsi que l'aventure a commencé. Il y a eu des difficultés à surmonter, surtout quand vous commencez, parce que beaucoup de gens croient que les femmes ne sont tout simplement pas faites pour le domaine de la construction. Mais ce n'est pas vraiment difficile, vous savez, si vous avez la passion pour la construction, d'apprendre tout ce qu'il y a à savoir dans ce domaine. Et comme les femmes ont le souci du détail, vous pouvez vraiment tirer profit de ce trait de caractère pour effectuer un travail de qualité, notamment dans la finition et les trucs du genre. Se lancer dans ce domaine est tout un défi, mais c'est excitant. Je crois que ça a vraiment aidé beaucoup de membres des Premières Nations, au moins dans la région de Chehalis, car ils commencent à sortir de chez eux et à aller faire des études dont ils ont besoin pour aller de l'avant. J'ai donc le sentiment d'avoir apporté ma contribution à cet égard. Et je suis fière d'avoir été capable de dire : « Vous savez, si je retourne aux études seulement pour quelque temps, je serai capable d'accomplir davantage et de partir ma propre entreprise ». C'est simple, je suis fière d'être rendue où je suis. C'est excitant de savoir que les gens peuvent aller loin dans la vie quand ils se donnent simplement la peine d'essayer. Il ne faut pas avoir peur. Vous savez, un jour je suis revenue à la maison et j'ai tout simplement dit : « Voilà ce que je vais faire... Je démarre ma propre entreprise », et c'est ce que j'ai fait. Ensuite, je me suis laissée aller par le courant de la vie afin de voir jusqu'où cela me mènerait. Je ne m'attendais pas à ce que mon entreprise prenne autant d'envergure en aussi peu de temps, mais il faut dire qu'elle vient quand même de loin. Nous venons de terminer le projet Kwe, qui est un projet en trois éléments pour un total de près de 6 milliards de dollars avec le gouvernement fédéral, dans une institution fédérale. Vous savez, j'aime mon travail, alors quand je pars pour travailler, c'est comme si je m'en allais m'amuser. Quand on trouve un domaine qui nous intéresse, c'est là-dedans qu'il faut se lancer.

Date de modification :