ARCHIVÉE - Examen du bureau régional de l'Atlantique et du Plan d'action de gestion

Renseignements archivés

Cette page a été archivée dans le Web. Les renseignements archivés sont fournis aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Ils ne sont pas assujettis aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiés ou mis à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces renseignements sous une autre forme, veuillez communiquer avec nous.

Date : 2010

Format PDF   (122 Ko, 13 pages)

 


Table des matières




Portée de l'examen

Examen du rôle du bureau régional de l'Atlantique relativement aux enjeux associés à la Première nation de Tobique

Examen de la gestion du projet de l'école dans la Première nation de Tobique par le bureau régional de l'Atlantique

Examen de la gestion, de la surveillance et du contrôle de la région de dix autres Premières nations dans la région

Examen de la fonction de surveillance de l'AC d'AINC

Retournez à la table des matières





Méthode d'examen

Entrevues et examen de la documentation sur les ententes de financement entre la Première nation de Tobique et le bureau régional.

Examen de la documentation et entrevues portant sur la gestion de la construction de l'école de la Première nation de Tobique.

Examen de la situation financière et des interventions auprès d'un échantillon de dix Premières nations dans la région de l'Atlantique. L'échantillon comprenait à la fois des Premières nations en situation de déficit et de surplus.

Examen des procès-verbaux du Comité régional de vérification et de responsabilisation.

Examen des mesures d'intervention prises par la région sur une période de dix ans.

Entrevue avec des membres clés du personnel de la région qui sont chargés de traiter avec les Premières nations échantillonnées.

Entrevue avec du personnel de l'AC afin de déterminer les méthodes utilisées pour établir les renseignements fournis par les régions dans le but de surveiller la situation financière des Premières nations.

Examen de la documentation servant à l'établissement des rapports utilisée par l'AC et les régions au sujet de la situation financière des Premières nations.

Retournez à la table des matières





Conclusions : rôle de la région de l'Atlantique auprès de la Première nation de Tobique

Certaines décisions et mesures prises par le bureau régional dans ses rapports avec la Première nation de Tobique ne correspondaient pas aux politiques d'AINC et du SCT.

Les décisions prises par le bureau régional ont contribué en partie aux difficultés financières de la Première nation de Tobique.

Retournez à la table des matières





Conclusions : la région de l'Atlantique et le projet de la nouvelle école de la Première nation de Tobique

En raison de la nature de ce projet et des problèmes de gestion financière dans cette Première nation, il y a lieu de prendre des précautions particulières, notamment :

Retournez à la table des matières





Conclusions : surveillance et contrôle par le bureau régional des autres Premières nations de la région

L'utilisation de diagrammes de tendances financières par la région en tant qu'outil de surveillance et d'évaluation s'avère utile. D'autres mesures de contrôle de la qualité sont nécessaires pour assurer l'uniformité des données financières avec les états financiers vérifiés.

Il faut améliorer les communications en ce qui concerne le financement, la conformité et les recouvrements, surtout sur l'impact potentiel de ces derniers sur la situation financière d'une Première nation.

Actuellement, la région accorde une grande importance au pourcentage de déficit cumulé pour évaluer la stabilité financière d'une Première nation.

La région n'a pas de politique sur la fréquence des réunions avec les Premières nations. Les réunions avec les Premières nations qui ne sont pas visées par un plan de redressement ne sont pas tenues régulièrement. Il faut rendre systématiques la rédaction de comptes rendus de réunions et le suivi sur ces réunions.

L'examen des résultats financiers des Premières nations était inadéquat, pour les raisons suivantes.

Le manque de connaissance des nouvelles règles du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public (CCSP) et de leurs répercussions par le personnel de la région.

Le manque de capacité, qui empêche le personnel de la région de mener des examens détaillés des états financiers.

Le fait que le personnel de la région s'en remet trop à l'évaluation d'une Première nation par le vérificateur.

La différence de présentation des renseignements financiers figurant dans les états financiers des Premières nations porte à confusion.

La présentation au CCSP pourrait ne pas répondre aux besoins d'AINC quant à l'évaluation de la situation financière d'une Première nation et à son utilisation des fonds d'AINC.

Retournez à la table des matières





Conclusions : fonction de contrôle de l'AC d'AINC

Absence de contrôle

Recommandations

Retournez à la table des matières





Réponse de la direction aux conclusions : commentaires généraux

Le bureau régional a pris des mesures pour régler les domaines problématiques et a cerné certaines faiblesses, dont les suivantes : besoin de surveillance active par la haute direction des dossiers d'intervention; améliorations du cadre de contrôle de gestion; collaboration avec le bureau régional pour améliorer la fonction du PGQ; réaffectation des ressources en fonction du risque et amélioration de la fonction de reddition de comptes; améliorations du PTPNI et de la formation sur le PTPNI.

Il y a encore beaucoup à faire concernant les règles du CCSP. Il faudra obtenir le soutien du DPF pour fournir les outils et indicateurs nécessaires à l'évaluation des états financiers des bénéficiaires, et offrir de la formation additionnelle à cet égard. La région compte bientôt faire appel à Services de vérification Canada dans le cadre du processus d'examen et de vérification.

La décision d'approuver ou non une garantie d'emprunt ministérielle (GEM) dépend largement des renseignements fournis notamment par les cogestionnaires. Ce sont des décisions difficiles à prendre eu égard aux répercussions négatives importantes que pourrait avoir un refus sur une collectivité.

La politique sur les paiements de transfert permettait des avances d'une année à l'autre dans le cadre d'une entente quinquennale. Il a été jugé acceptable de rajuster le flux de trésorerie au cours d'un exercice financier.

Ce genre de situation fera l'objet d'un examen beaucoup plus minutieux maintenant, et la gestion de l'encaisse sera uniquement considérée en cas d'exception.

Les problèmes à l'origine des difficultés de la Première nation de Tobique existent depuis des décennies.

Des facteurs externes comme des conflits internes dans la collectivité, la présence de Peace Hill Trust, la présence de terminaux de loterie vidéo, l'élargissement du financement provincial et l'impact de la décision Marshall ont tous eu un effet plus marqué sur la situation financière de la collectivité que les mesures prises par le bureau régional de l'Atlantique.

Retournez à la table des matières





Réponse de la direction aux conclusions : mesures de suivi

Un groupe de travail de la Première nation de Tobique a été créé; il a pour mandat de régler les questions financières et d'exécution des programmes, comprenant tous les bailleurs de fonds fédéraux.

Le comité de gestion régional, avec la participation du bureau du DPF -AC examinera à intervalles mensuels l'état de tous les dossiers d'intervention.

Les paramètres des ententes de financement ont été révisés pour définir clairement le besoin de conclure et de mettre en place des ententes sur les frais de scolarité avec les provinces avant qu'AINC transfère les fonds.

Signature d'un protocole d'entente par AINC, la province du Nouveau-Brunswick et les Premières nations du Nouveau-Brunswick. Le protocole établit une méthode globale de gestion des questions liées à l'éducation et aux arriérés entre toutes les parties.

Toutes les institutions financières ont été informées des obligations en vertu d'une EFMPN, notamment que les résolutions de conseils de bande sur une réaffectation irrévocable des fonds d'AINC ne peuvent être imposées à AINC.

La région suit maintenant la nouvelle politique sur les DPF et a créé un guide régional qui dicte les processus d'approbation.

La région a renforcé son cadre de contrôle de gestion relativement à la conception d'une directive de recouvrement qui indique clairement les rôles et responsabilités.

Le besoin d'approbations de DPF est maintenant à l'ordre du jour du Comité de vérification et de responsabilisation de la région et de la haute direction.

La région collabore avec la Première nation de Tobique pour régler les arriérés sur les prêts.

La région a réaffecté des ressources pour aider le personnel de première ligne à l'égard de la fonction de reddition de comptes. Une unité de la conformité a été créée et dotée en personnel.

La région se conforme au cadre de contrôle de gestion et au cadre de gestion de la qualité, ainsi que la politique de gestion de la trésorerie.

La région a amélioré sa surveillance et ses contrôles de base en mettant au point des indicateurs stratégiques, en menant des surveillances continues et en examinant régulièrement les dossiers d'intervention.

Le bureau du DPF a consolidé ses mises à jour sur les bénéficiaires visés par une intervention pour faciliter une surveillance plus active.

Depuis le 1er janvier 2010, toutes les régions doivent mettre à jour la date du plan de mise en œuvre dans le PTPNI. À compter du 1er avril 2010, des rapports sommaires, dont une liste des PN visées par une intervention, sont transmis tous les mois au DFS, au DSM et au DGRA. Le centre d'expertise fournira des statistiques et transmettra les points saillants sur le plan de mise en œuvre à la haute direction (CGF) tous les trimestres.

Un outil d'évaluation générale et d'évaluation de l'état de préparation a été créé à l'AC pour déterminer les PN qui gèrent des risques élevés afin de documenter la nature des ententes et les besoins en matière de développement des capacités.

La gouvernance et le contrôle du projet des écoles sont adéquats. La région, de concert avec le DPF, la DPVE et le bureau régional, a conçu un modèle d'entente national qui atténuera les risques.

Date de modification :