ARCHIVÉE - Mine Faro (Planification de l'assainissement achevée)

Renseignements archivés

Cette page a été archivée dans le Web. Les renseignements archivés sont fournis aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Ils ne sont pas assujettis aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiés ou mis à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces renseignements sous une autre forme, veuillez communiquer avec nous.

Mine Faro

Mine Faro.

La mine Faro est l'un des sites contaminés les plus vastes et complexes au pays. Située dans le Centre-Sud du Yukon, proche de la ville de Faro, cette mine de plomb-zinc à ciel ouvert a été exploitée de 1969 jusqu'à son séquestre provisoire en 1998. Couvrant à peu près 2 500 hectares, elle contient 70 millions de tonnes de refus de criblage et 320 millions de tonnes de déchets de roche. Les refus et déchets contiennent des métaux lourds, en forte concentration, susceptibles de s'introduire dans l'environnement en l'absence d'un assainissement, c'est-à-dire que le site pose d'importants risques environnementaux à long terme. On a établi un régime d'entretien et de maintenance sur place, y compris la collecte et le traitement de l'eau contaminée, de même qu'un entretien général et la sécurité du site.

La mine Faro est l'un de sept sites de type II inscrits dans l'Accord de transfert d'attributions au Yukon (2003). En conséquence, les gouvernements du Canada et du Yukon ont collaboré avec les Premières Nations en cause, par l'entremise d'un comité de surveillance mixte, à un plan de fermeture et d'assainissement du site. Ce plan a été établi sous la direction d'une équipe pluridisciplinaire composée d'ingénieurs, de scientifiques et de Premières Nations, et sous-tendu par des centaines d'études techniques, aussi bien que par des consultations avec les membres des collectivités des Premières Nations touchées et de la ville de Faro. Un comité indépendant d'examen par les pairs a en outre réalisé un examen global des options d'assainissement présentées. Au début de 2009, le comité de surveillance a confirmé le plan de fermeture, ce qui représentait un grand jalon.

Le plan met l'accent sur la stabilisation des contaminants plutôt que sur leur enlèvement du site. Les points principaux sont la mise à niveau des barrages pour maintenir les refus de criblage en place, la ré-inclination des déchets de roche, la pose d'une couverture de sol travaillée composée d'environ 320 millions de tonnes de refus de criblage et de déchets de roche, l'amélioration des dérivations de cours d'eau et l'installation de systèmes très avancés de collecte et de traitement des eaux.

Le plan passe maintenant au stade réglementaire prévu dans la Loi sur l'évaluation environnementale et socioéconomique au Yukon (LEESY); sa mise en œuvre débutera à la réception de toutes les approbations réglementaires. On prévoit que l'étape de construction pourrait durer jusqu'à15 ans, suivie par une étape d'adaptation de 20 à 25 ans consistant à faire des essais, à mener une surveillance et à apporter toutes les améliorations nécessaires aux couvertures, structures, et systèmes de collecte et de traitement du site.

La mise en œuvre du plan réduira le total du passif que représente ce site, mais celui-ci nécessitera une surveillance constante, et le gouvernement fédéral conservera donc en perpétuité une certaine responsabilité financière résiduelle sur ce site.

 

Date de modification :