FAQ sur l'exploration minérale dans le Nord

Qu'est-ce que l'exploration minérale?

L'exploration minérale est un processus séquentiel de collecte de renseignements dont le but est d'évaluer le potentiel minier d'une zone donnée. Le point de départ est une idée, ou un modèle géologique, qui cerne les terres qu'il pourrait être intéressant d'explorer davantage. On peut ensuite, pour s'assurer des droits miniers, jalonner des zones cibles comme claims miniers. Consultez la FAQ sur le régime minier au Nunavut et dans les Territoires du Nord-Ouest pour plus de renseignements sur les façons dont les régimes miniers protègent les droits sur les découvertes minérales. L'étape suivante est d'effectuer une exploration de base en vue de détecter des zones minéralisées ou des anomalies géologiques qui peuvent mener à une découverte minérale.

À mesure qu'on accumule des connaissances géologiques sur le bloc de claims miniers, on retient ou on rejette les différents claims pour la suite des travaux. Des programmes intensifs de forage sont ensuite entrepris sur les claims les plus prometteurs en vue d'obtenir de solides estimations statistiques sur l'importance et la qualité du gisement. L'exploration a pour produit intermédiaire une meilleure connaissance géologique d'une zone délimitée. Des gisements minéraux dont l'extraction est économiquement réalisable sont le produit final d'une exploration réussie.

Comment se déroule l'exploration minérale?

Voici les étapes générales d'un projet d'exploration minérale :

  1. Planification – L'exploration commence par la collecte et l'analyse de l'information accessible au public concernant les zones d'exploration potentielles. Le but est de détecter des zones d'intérêt potentiel pour l'exploration et de planifier les étapes suivantes de l'exploration. L'information accessible au public comprend les rapports des levés géologiques gouvernementaux, les cartes et les rapports d'évaluation sur les projets d'exploration déposés auprès du bureau du registraire minier d'AADNC par les entreprises. On peut aussi faire usage de l'information rendue publique par d'autres entreprises d'exploration minière et par des producteurs miniers anciens ou actuels dans les secteurs d'intérêt.
  2. Enregistrement des claims miniers – Une fois qu'on a détecté des zones favorables sur le plan géologique qui justifient une exploration plus poussée, le prospecteur s'assurera des droits miniers. Sur les terres publiques, cela prend la forme du jalonnement des claims miniers et de leur enregistrement au bureau du registraire minier.
  3. Reconnaissance – La reconnaissance a pour but de détecter rapidement des anomalies géologiques qui dénotent la présence de zones minéralisées dans les secteurs mis en relief à l'étape de la planification. Ces anomalies deviennent l'objet d'une exploration approfondie. Voici des activités de reconnaissance possibles :

    • Prospection et cartographie géologique : la détection visuelle sur place des types de roche favorables, des altérations et des zones minéralisées en surface.
    • Échantillonnage de roches : si un indice est décelé, on en prend un échantillon, qui est envoyé pour une analyse chimique appelée « essai ».
    • Levés géophysiques : mesure des propriétés physiques de la roche. Cela comprend les levés électromagnétiques, gravimétriques et radiométriques ainsi que ceux de conductivité électrique. Les levés géophysiques régionaux peuvent être effectués par avion, mais les levés détaillés sont réalisés par des équipes au sol.
    • Levés géochimiques : examen des échantillons de sol, d'eau et de sédiment prélevés dans les terres, les lacs et les ruisseaux du secteur d'intérêt. Ils peuvent déterminer si la concentration des éléments chimiques ou des minéraux indicateurs est significativement plus élevée que la normale.
  4. Exploration avancée – Une fois qu'on a détecté des anomalies importantes, l'exploration peut passer à un stade plus intensif afin qu'on puisse déterminer si on se trouve devant des gisements de minéraux ayant un intérêt économique. Les activités d'exploration avancée peuvent inclure :

    • Décapage et excavation : activité qui peut consister à utiliser de l'équipement lourd pour décaper les couches supérieures des terrains, puis des explosifs pour creuser par concassage une tranchée dans la roche et obtenir ainsi des volumes importants de matériaux pour un échantillonnage et des essais plus approfondis.
    • Forage : le forage donne des carottes de roche pouvant être analysées en vue de déterminer la concentration des minéraux et la profondeur où se trouvent les zones minéralisées. Des trous de forage largement espacés fournissent au géologue l'information nécessaire pour faire une estimation de la taille, de la géométrie et de la qualité du minerai que recèle le gisement. Le forage est normalement l'étape d'exploration la plus coûteuse et représente en moyenne la moitié des dépenses totales d'exploration.
  5. Échantillonnage et essais – L'échantillonnage est la collecte d'une portion représentative du gisement minéral. Les essais sont des tests chimiques qui déterminent la teneur en métal d'un échantillon de roche. L'échantillonnage et les essais peuvent être utilisés à différents stades de l'exploration, mais le plus souvent à l'étape de l'exploration avancée.
  6. Évaluation économique – Une fois qu'on a établi avec une forte probabilité la taille et la qualité d'un gisement minéral, on peut procéder à une évaluation économique du développement d'une mine. Cette évaluation, appelée aussi étude de faisabilité, estimera les coûts d'immobilisations et de fonctionnement d'une mine, les recettes attendues du concentré de minerai ou des métaux produits, la durée de vie de la mine et les coûts de restauration après sa fermeture. Si on estime que le projet atteindra le « taux de rendement cible », il est économiquement réalisable d'aller de l'avant. Le taux cible étant le taux de rendement nécessaire pour justifier un investissement dans un projet à forte capitalisation et à risque élevé.

Où se produit l'exploration dans le Nord? Qui procède à cette exploration?

Consultez le site Principaux projets minéraux au nord du 60ème parallèle au Canada pour obtenir une liste et une carte illustrant les grands projets miniers et les gisements au nord du 60ème parallèle.

Quelle est l'ampleur de la prospection minérale dans le Nord?

Le graphique ci-dessous montre la tendance dans les dépenses d'exploration minérale et de mise en valeur des gisements dans le Nord. Depuis 2003, le Nord a connu une période de forte croissance durable des dépenses d'exploration. Cette croissance a coïncidé avec une montée en flèche des prix des matières premières, qui a entraîné une forte hausse des activités d'exploration dans le monde entier. La chute brutale des dépenses d'exploration en 2009 a été causée par la crise économique mondiale, qui a entraîné l'effondrement des prix des matières premières. Toutefois, le retour à des prix plus élevés des métaux en 2010 s'est traduit par une reprise des activités d'exploration dans le Nord.

Dépenses d'exploration et de mise en valeur de gisements dans le Nord, 2001-2010.


Source : Site Web du Secteur des mines et métaux de RNCan. Description complète de ce graphique.

Les prix des produits minéraux sont un facteur déterminant de l'ampleur de l'activité d'exploration dans le Nord. Des prix plus élevés non seulement augmentent la valeur potentielle des gisements miniers détectés, mais rendent aussi rentable l'exploitation d'un plus grand nombre de gisements.

Deux autres facteurs sont particulièrement déterminants pour l'exploration dans le Nord. En premier lieu, le Nord représente près de 40 % de la masse terrestre du Canada. Le potentiel minier de cette vaste étendue est largement inexploré, ce qui ouvre de grandes possibilités à ceux qui sont disposés à l'explorer. En deuxième lieu, la découverte de gisements importants donne lieu à une exploration plus importante et soutenue de la part aussi bien des firmes à l'origine des découvertes que de nouvelles entreprises d'exploration attirées par le plus grand potentiel minier des terres à proximité de la découverte originale. En 1988, par exemple, la découverte de diamants dans les Territoires du Nord-Ouest a provoqué une forte hausse de l'exploration des diamants, qui se poursuit encore aujourd'hui.

Quels sont les minéraux recherchés dans le Nord?

Le graphique ci-dessous illustre les dépenses minières dans les trois territoires du Nord en fonction des produits miniers actuellement en demande. La prospection de métaux précieux (or et argent) a obtenu les plus forts investissements, suivie par les métaux communs (cuivre, nickel, zinc et plomb). La prospection de diamants bat son plein dans les Territoires du Nord-Ouest aussi bien qu'au Nunavut. Au Nunavut, la prospection de deux importants gisements de minerai de fer fait l'objet d'importants investissements. Ce territoire bénéficie aussi de fortes dépenses pour l'uranium. Parmi les autres minéraux recherchés dans le Nord figurent le tungstène, les métaux des terres rares, le cobalt, la houille (charbon) et les métaux du groupe du platine.

Dépenses d'exploration et de mise en valeur de gisements par produit minéral, 2010


Source : Site Web du Secteur des mines et métaux de RNCan. Intentions de dépenses révisées en date de septembre 2010. Description complète de ce graphique.

Pourquoi faut-il encourager l'exploration minérale?

L'exploration est une source considérable d'emplois dans le Nord pour les travailleurs directement engagés dans les activités d'exploration ainsi que par la création d'emplois dans les services de soutien.

Une bonne partie de l'information recueillie par les entreprises d'exploration minérale est rendue publique au moyen de rapports d'évaluation des travaux d'exploration que les entreprises déposent auprès du bureau du registraire minier, ou au moyen des annonces publiques faites par ses entreprises. L'exploration privée est donc la source d'un bien public, à savoir l'amélioration des connaissances géologiques du Nord, facteur qui alimente le cycle du développement des ressources minérales.

Autres liens d'intérêt :