ARCHIVÉE - L'eau potable, c'est la vie - Jon Widney : Opérateur de réseau d’alimentation en eau/Lotissement de Takhini River, Premières nations de Champagne et de Aishihik (PNCA)

Archivé: Cette page Web a été archivée dans le Web.

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

 

Télécharger : Format MP4

Script

Jon :

Je m'appelle Jon Widney et je travaille pour les Premières nations Champagne et Aishihik. Je suis un opérateur de réseau d'alimentation en eau et livreur d'eau.

Nous sommes établis au lotissement de Takhini River; c'est à environ 50 km de Whitehorse, juste à la périphérie du territoire traditionnel des Premières nations Champagne et Ashihik.

Les gens ne se rendent pas compte de tout le travail investi dans le traitement de l'eau. Chaque fois que j'ouvre un robinet, je ne peux pas m'empêcher de penser à ce que j'ai fait pour garantir que cette eau soit propre. Nous devons déjouer la nature et les contaminants qui pourraient polluer l'eau.

Et je dois la tester – chaque fois que je remplis le camion. Tester, tester, tester – tout doit être testé et retesté. Il faut vérifier les pressions, s'assurer que tout fonctionne bien; il faut faire en sorte que le camion-citerne et que le système d'eau soient propres.

Ensuite, je dois relever les pressions et les voltages et toutes sortes de détails à chaque chargement.

Sans moi, les gens n'auraient pas d'eau – pas de bain, pas de douche, rien à boire.

Je suis simplement un gars qui livre de l'eau…

Tester… Je dois vérifier ce qu'il y a à l'intérieur de mes citernes – ce dont je remplis le camion, et je dois faire un test à la première maison et à la dernière maison sur chaque parcours.

Je dois vérifier si toute la zone est propre.

Je dois parfois donner des avis parce que je ne peux pas livrer l'eau quand les réservoirs sont sales. Il n'y a rien à faire. Les gens en général les nettoient rapidement et je reviens leur livrer l'eau une heure plus tard.

Je dois m'assurer que rien n'entre en contact avec la buse du tuyau d'alimentation, il faut qu'elle reste propre, que rien ne pénètre à l'intérieur.

Je crois que si vous pensez à travailler dans le domaine du traitement et de la distribution de l'eau, vous devriez le faire. Personnellement, je ne regrette pas de l'avoir fait, et je crois que je ne le regretterai jamais – c'est un des meilleurs emplois que j'ai jamais eus. C'est valorisant, parce que vous avez le sentiment que grâce à vous les gens peuvent se doucher et boire de l'eau sans crainte de tomber malade.

J'ai suivi beaucoup de cours de formation, par exemple sur l'utilisation du chlore et sur les opérations de livraison de l'eau; j'ai suivi un cours de formation de niveau 1 d'opérateur de réseau d'alimentation en eau.

Quand je gare mon camion, je vérifie toujours qu'il est désinfecté et propre – pour qu'il soit prêt à servir pour la livraison suivante.

Pour le cas où il y aurait des contaminants dus à la neige ou de la saleté sur les tuyaux.

Je dois désinfecter le camion-citerne une fois par mois. Je dois traiter la citerne au chlore et laisser le chlore faire son effet pendant 24 heures, après quoi je le vide en neutralisant le chlore parce que je ne peux pas me permettre de le laisser s'échapper dans la nature.

C'est l'eau de notre système de traitement, c'est le produit final. Je sais qu'elle est bonne à boire.

J'ai une femme et des enfants dans la même communauté, et je livre également l'eau de ma propre maison, et je dois vraiment faire en sorte qu'elle soit propre parce que j'ai un fils de trois ans et une fille de six ans qui pourraient facilement tomber malades.

C'est ma famille, et je tiens à ce que mes enfants boivent de la bonne eau.

 

Narrateur :

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter votre gouvernement de Première nation local ou Affaires autochtones et Développement du Nord Canada à Whitehorse, sur le Web, ou composer le 1‑800‑661‑0451.

 

Publié avec l'autorisation du
ministre des Affaires autochtones et Développement du Nord
Canada
Ottawa, 2012
www.aadnc-aandc.gc.ca
1 800 567-9604
ATME seulement 1 866 553-0554

QS- Y370-000-FF-A1
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2012