ARCHIVÉE - Rénovation des programmes à l'appui du développement économique et des terres - Séance d'engagement de la région des Territoires du Nord-ouest

Renseignements archivés

Cette page a été archivée dans le Web. Les renseignements archivés sont fournis aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Ils ne sont pas assujettis aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiés ou mis à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces renseignements sous une autre forme, veuillez communiquer avec nous.

Les 8 et 9 décembre 2010
Yellowknife (T.N.-O.)

Ce rapport a été produit dans le cadre d'un contrat avec Affaires indiennes et du Nord Canada (AINC) par une entreprise de spécialistes indépendants de contenu de conférence dont la responsabilité était de saisir et de synthétiser aussi exactement que possible les discussions de cette séance d'engagement. Les opinions exprimées sont celles des participants cités et on ne doit pas considérer qu'AINC les endosse.


Table des matières

Rapports sur l'engagement des intervenants

Le Cadre fédéral pour le développement économique des Autochtones, qui a été publié en juin 2009, offre, pour le développement économique des Autochtones, une approche nouvelle et globale qui reflète les possibilités importantes, réelles et de plus en plus nombreuses qui s'offrent pour les peuples autochtones au Canada. Le Cadre prévoit une approche pangouvernementale ciblée qui tient compte des conditions économiques nouvelles et changeantes et qui mobilise les partenariats en vue d'éliminer les obstacles persistants qui empêchent les Autochtones de participer pleinement à l'économie canadienne.

Alors que le Cadre représente une approche moderne et stratégique pour le développement économique des Autochtones, plusieurs des programmes de développement économique offerts par Affaires indiennes et du Nord Canada (AINC) sont en place depuis de nombreuses années et doivent être actualisés de façon à répondre davantage aux besoins uniques des Premières nations, des Métis et des Inuits et à leur permettre de tirer parti des possibilités qui s'offrent à eux.

Conformément à l'engagement pris par le gouvernement du Canada à établir de fructueux partenariats avec des intervenants, Affaires indiennes et du Nord Canada a organisé une série de séances d'engagement nationales et régionales avec des intervenants en vue d'obtenir leur apport concernant des façons de rénover les programmes de développement économique des Autochtones de manière à mieux répondre aux besoins des peuples autochtones de l'ensemble du Canada.

Ces séances, qui ont eu lieu de mai à décembre 2010, visaient à obtenir l'apport de personnes et d'organisations qui ont une expérience directe du développement économique des Autochtones. Le processus était aussi centré sur l'établissement de partenariats et sur le renforcement des partenariats déjà en place avec tous les intervenants et sur la détermination des besoins et des objectifs uniques des Premières nations, des Métis et des Inuits en ce qui concerne le développement économique. Au total, dix-neuf séances ont eu lieu, et quelque 860 intervenants y ont participé.

Tous les commentaires obtenus au cours des séances d'engagement régionales ont été recueillis par un service de secrétariat professionnel indépendant. Le secrétariat indépendant a résumé soigneusement les commentaires obtenus lors de la séance d'engagement des intervenants des Térritoires du Nord-Ouest et a préparé le présent rapport final. Le rapport rend compte des discussions tenues au cours de la séance des Térritoires du Nord-Ouest, y compris des détails au sujet des aspects des programmes qui, selon les intervenants, fonctionnent bien, les points à améliorer et les principales recommandations se rattachant aux priorités en matière de financement et aux changements à apporter à la conception et à l'exécution des programmes.

L'apport offert par les intervenants, tel qu'exposé en détail dans le rapport, sert actuellement à étoffer les possibilités de rénovation des programmes de développement économique des collectivités et de développement des terres et des entreprises qui sont administrés par AINC.

Retourner à la table des matières




Jour 1 objet de la réunion

L'objet de la réunion consiste à demander aux peuples autochtones des Territoires du Nord-Ouest (T.N.-O.) en quoi des changements aux programmes de développement économique peuvent permettre de mieux répondre à leurs besoins. Un nouveau Cadre fédéral pour le développement économique des Autochtones reconnaît que les conditions, les besoins et les possibilités des Canadiens autochtones ont changé. Affaires indiennes et du Nord Canada (AINC) s'affaire à rénover ses programmes de financement afin de les adapter au nouveau Cadre. Afin d'être en mesure d'apporter des changements efficaces, AINC doit obtenir les opinions des intervenants.

Retourner à la table des matières




Mot d'ouverture et aperçu de l'ordre du jour

Conférenciers
Michel Paper
Aîné de la Nation dénée

George Mackenzie
Animateur

L'aîné Michel Paper récite la prière d'ouverture.

George Mackenzie remercie l'aîné d'avoir récité la prière et souhaite la bienvenue aux participants. Il indique qu'AINC parraine la tenue de la présente séance afin d'obtenir une rétroaction de la part des participants au sujet de la rénovation des programmes de développement économique et des terres.

Monsieur Mackenzie présente Trish Merrithew-Mercredi, qui est la directrice générale régionale des T.N.-O. et que bien des gens connaissent et sont heureux d'accueillir de nouveau dans le Nord, et Kimberley Fairman, qui est la directrice générale, Opérations, à l'Agence canadienne de développement économique du Nord (CanNor).

Retourner à la table des matières




Mot de bienvenue

Conférencières
Trish Merrithew-Mercredi
Directrice générale régionale, Territoires du Nord-Ouest
Affaires indiennes et du Nord Canada

Kimberley Fairman
Directrice générale, Opérations
CanNor

Trish Merrithew-Mercredi remercie les participants de prendre le temps de mettre leurs connaissances et leur expérience à l'appui du développement économique et des terres.

« Vous prenez part à un engagement pancanadien qui consiste à améliorer des programmes qui visent à accroître la participation des Autochtones au développement économique », dit-elle.

Elle fait remarquer que les programmes pour les Autochtones sont généralement axés sur les besoins du Sud ou sur les besoins des Premières nations vivant dans des réserves, mais que la présente séance d'engagement des T.N.-O. peut aider à axer les programmes sur les questions touchant le Nord. « Le développement économique dans le Nord comporte des défis uniques. » Madame Merrithew-Mercredi affirme que les administrations autochtones, fédérale et territoriales doivent travailler de concert avec l'industrie afin d'assurer la solidité et la prospérité des peuples des Premières nations du Nord.

Au fil des ans, la participation au marché du travail, le travail indépendant et les niveaux de revenu des Autochtones ont tous connu de l'amélioration. Les recettes annuelles provenant des mines de diamants sont supérieures à 600 millions de dollars, et le taux d'emploi d'Autochtones dans les mines est passé de 35 à 55 p. 100 au cours des dernières années. « Nous avons toutefois encore beaucoup de chemin à faire », affirme madame Merrithew-Mercredi.

Des événements survenus récemment montrent que tous sont touchés par des enjeux mondiaux, comme la récession dans les pays éloignés. Les Territoires du Nord-Ouest connaissent des changements tout comme le reste du monde, alors que des mines d'or ferment et que des mines de diamants ouvrent, tandis que l'exploration pétrolière et gazière autrefois prospère est en voie de s'écrouler, indique madame Merrithew-Mercredi. Elle signale qu'il faut célébrer les réussites et tirer des leçons des résultats négatifs, et elle indique qu'il est important de préciser le rôle que doit jouer le gouvernement dans ce milieu en évolution.

Les programmes gouvernementaux doivent correspondre à la réalité du Nord, et ils doivent être adaptés aux nouvelles situations et possibilités économiques. Les intervenants, comme les participants à la séance d'engagement d'aujourd'hui, sont les personnes les mieux placées pour parler de ce milieu en évolution, indique madame Merrithew-Mercredi.

« Nous comptons sur votre aide pour connaître du succès et pour déterminer quels sont les nouveaux défis et obstacles, et tout particulièrement ceux qui sont exclusifs au Nord. »

Elle indique que l'objectif du nouveau Cadre fédéral pour le développement économique consiste à offrir du soutien pour obtenir ce qui suit :

La Stratégie intégrée pour le Nord, mise en œuvre par le gouvernement du Canada, a pour vision d'avoir des collectivités saines où des citoyens sûrs d'eux et autonomes gèrent leurs propres affaires et prennent leur avenir en main, où les écosystèmes fragiles sont protégés et où des gouvernements solides et responsables travaillent en collaboration au profit des résidents du Nord et de tous les Canadiens.

Un nouveau bureau de développement économique pour le Nord, l'Agence canadienne de développement économique du Nord (CanNor), servira de point central permettant aux clients d'obtenir des conseils et de l'orientation. La CanNor peut offrir des services de recherche et de défense des intérêts en ce qui concerne les affaires du Nord. La recherche et la science portant sur le Nord sont essentielles, affirme madame Merrithew-Mercredi. Il devrait y avoir recours à la fois aux connaissances écologiques traditionnelles et à la science occidentale afin d'exercer une influence sur la planification de l'utilisation des terres, de déterminer quelles sont les répercussions du développement et d'atténuer les effets néfastes.

La CanNor offrira, à l'échelon communautaire, du soutien pour la surveillance, le renforcement des capacités et la participation à la prise de décision. Cela comprend l'établissement d'une infrastructure pour la recherche et l'octroi d'une somme de 8 millions de dollars sur deux ans pour la surveillance et la production de rapports à l'échelon communautaire dans le cadre du Programme de surveillance des effets cumulatifs (PSEC).

Les ressources potentielles des T.N.-O. sont reconnues à l'échelle mondiale. Le développement économique responsable devrait se poursuivre, et les peuples autochtones du Nord devraient y participer activement et en tirer profit, affirme madame Merrithew-Mercredi. L'apport des participants au cours de la présente réunion aidera à s'assurer que les collectivités sont prêtes à créer des possibilités sur le plan économique et à y participer.

Kimberley Fairmanremercie le chef Sansgris et la collectivité de Dettah d'accueillir les participants à cet événement. Elle dit que les discussions éclaireront grandement la CanNor et qu'elle aimerait beaucoup obtenir une rétroaction à la fois au cours des ateliers et en provenance d'observations faites par écrit.

Madame Fairman indique que les points de vue formulés par les participants au cours des discussions ont une très grande valeur et que les recommandations auront une incidence sur les travaux de la CanNor et d'AINC.

Retourner à la table des matières




Raison de notre présence : Contexte du revouvellement des programmes

Conférencier
Terence Wade,
Animateur

Terence Wade se dit honoré de se trouver à Dettah, sur le territoire des Dénés. Il souligne aussi que la Native Communications Society diffuse en direct dans cinq langues différentes dans l'ensemble des T.N.-O. Monsieur Wade, qui a travaillé à Patrimoine canadien, indique que CKLB est l'un des meilleurs radiodiffuseurs au Canada, ce qui illustre bien ce qui peut être accompli dans le Nord.

Monsieur Wade indique que son rôle, à titre d'animateur, consiste à écouter ce qu'ont à dire les participants et à s'assurer de transmettre leurs messages à AINC. Monsieur Allan Clarke, qui occupe un poste de directeur général à AINC et qui n'a malheureusement pas pu assister à la séance d'aujourd'hui, a demandé à monsieur Wade, qui a animé les séances d'engagement tenues partout au Canada, d'expliquer en son nom le contexte de la rénovation des programmes.

Monsieur Wade indique que le dernier cadre stratégique, à savoir la Stratégie canadienne de développement économique des Autochtones (SCDEA), a été publié il y a 21 ans. Le nouveau Cadre stratégique pour le développement économique des Autochtones, qui a été publié en 2009, constitue une réponse aux conditions changeantes et aux nouvelles possibilités qui s'offrent pour les Autochtones du Canada. Les engagements pris partout au pays, y compris celui-ci, visent à orienter la mise en application de ce Cadre.

Priorités stratégiques

Monsieur Wade indique que le Cadre comporte les cinq priorités stratégiques suivantes :

Le plan de mise en œuvre comporte deux éléments clés : premièrement, un nouvel investissement de 50 millions de dollars par année pendant quatre ans; deuxièmement, une rénovation des programmes afin de mieux appuyer le développement économique des Autochtones. Monsieur Wade cite en exemple la nouvelle Initiative sur les partenariats stratégiques, qui vise à appuyer la participation des Autochtones dans les secteurs de la foresterie, des pêches, de l'exploitation minière et de l'énergie. Elle se veut un effort coordonné pour des projets d'importance qui, à l'échelle régionale, sont axés sur des possibilités réelles et bien précises. Il dit que les engagements sont importants pour aider à mettre en œuvre des programmes qui permettent de tirer parti des possibilités qui s'offrent pour les collectivités et les régions.

Principaux moteurs

Monsieur Wade donne un aperçu des principaux moteurs qui orienteront la rénovation des programmes :

Monsieur Wade souligne l'importance de la nouvelle politique du Conseil du Trésor sur les paiements de transfert. La nouvelle politique sur les subventions et les contributions comporte plus de souplesse pour les programmes à l'intention des Autochtones et rend les programmes de financement proportionnels au risque. Les programmes ne peuvent pas s'adresser à tous en comportant les mêmes conditions : « Les programmes rénovés doivent répondre à des besoins différents qu'ont des collectivités à titre individuel ».

Programmes actuels

Monsieur Wade décrit les trois domaines visés par l'examen. Il indique qu'AINC reconnaît que les programmes doivent être mieux coordonnés et intégrés.

  1. Entrepreneuriat autochtone : Soutenir les institutions financières autochtones, promouvoir l'accès à des capitaux et à du financement par emprunt, soutenir les petites et moyennes entreprises et développer des ressources importantes.
    • Programme de développement des entreprises autochtones (PDEA)
    • Programme d'accès au capital (PAC)
    • Programme des institutions financières (PIF)
    • Initiative d'investissement dans les grands projets d'exploitation des ressources et de développement énergétique (IIGPERDE)
    • Programme de réserve pour pertes sur prêts (RPP)
  2. Possibilités pour les collectivités
    • Initiative sur la participation des Autochtones au marché du travail (IPAMT)
    • Programme de développement économique des communautés (PDEC)
    • Programme de services de soutien aux communautés (PSSC)
    • Programme d'opportunités économiques pour les communautés (POEC)
    • Stratégie d'approvisionnement auprès des entreprises autochtones (SAEA)
  3. Gestion des terres et de l'environnement
    • Programme de gestion des terres et de l'environnement dans les réserves (PGTER)
    • Régime de gestion des terres des Premières nations (RGTPN)
    • Programme des baux commerciaux (PBC)
    • Programme de gestion des sites contaminés (PGSC)

Principes directeurs

Les principes directeurs de la rénovation des programmes sont les suivants :

Monsieur Wade indique que la rénovation consistera à miser sur ce qui fonctionne et à changer ce qui ne fonctionne pas, en se fondant sur la rétroaction obtenue des collectivités.

« Nous avons appris qu'une planification communautaire globale intégrée est essentielle à l'obtention d'expériences réussies sur le plan économique. » Les programmes de développement pour les Autochtones devraient appuyer l'atteinte d'objectifs à moyen et long termes et tenir compte du bien-être social, économique et environnemental des collectivités autochtones du Nord. Le gouvernement a reçu un message très clair lui indiquant qu'il doit établir des partenariats avec les peuples et les collectivités autochtones, indique monsieur Wade.

Objectifs

Monsieur Wade résume ce qu'AINC tente de réaliser. Il dit que la liste n'est pas exclusive et qu'AINC veut connaître toutes les préoccupations des participants, mais que celle-ci représente un point de départ.

Engagement des intervenants

Monsieur Wade indique qu'un solide processus d'engagement est en cours, alors que 18 rencontres ont eu lieu jusqu'ici dans l'ensemble du pays. Il résume ce qu'a entendu AINC jusqu'ici :

Monsieur Wade indique qu'il a aussi été grandement fait mention de la nécessité de soutenir la planification communautaire globale du développement économique, qui est essentielle au bien-être social des collectivités. Les collectivités et les Premières nations veulent exercer un contrôle sur la prise de décision. Les priorités relatives aux programmes devraient être établies par les collectivités, et non par Ottawa.

Monsieur Wade affirme que l'obtention d'une rétroaction de la part des participants sera intégrée au processus de rénovation des programmes. Les recommandations seront adoptées progressivement dès l'été 2011 selon l'ampleur des rénovations. Il remercie les hôtes de leur accueil et il indique qu'il a très hâte d'entendre les commentaires des participants.

Retourner à la table des matières




Réflexions concernant les programmes actuels

Animateur
Stan Wesley

Stan Wesley remercie la Nation dénée d'avoir accueilli la tenue de la conférence sur son territoire. Il demande aux participants réunis par tables de discuter entre eux de ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas pour ce qui est des programmes de développement économique d'AINC. Il indique qu'AINC est présent pour écouter, « non pour argumenter, mais pour vous écouter et entendre vos idées sur la bonne façon de fonctionner. Ces programmes ont une incidence sur vous-mêmes, sur votre frère, sur votre neveu, sur votre sœur. Nous comprenons vos réactions ».

Comptes rendus des discussions

Les participants font mention de points forts :

Les participants manifestent de la frustration relativement à certaines questions :

Absence de vraies relations entre les gouvernements

Manque d'obligation de rendre compte de la part d'AINC

Insuffisance du financement

Manque d'information au sujet des programmes

Inégalité relative à l'accessibilité des programmes

Problèmes liés à la rapidité d'exécution et au manque de souplesse

Lourdeur des processus de demande et de production de rapports

Manque de soutien pour le renforcement des capacités

Manque de planification holistique à long terme

Manque de soutien pour l'économie traditionnelle

Programmes bien précis

Monsieur Wade remercie les participants de leur apport. Il fait mention des programmes qui seront administrés par la CanNor (PDEA, IPAMT, PDEC, POEC et PSSC), et il indique que Nicole Jauvin, qui est la présidente de la CanNor, est sur place et est à l'écoute.

Monsieur Wade indique que certaines préoccupations sont exclusives au Nord, mais que bon nombre correspondent à des préoccupations semblables manifestées dans l'ensemble du pays. Il fait mention de celles qui suivent :

Monsieur Wade indique qu'il est bien que ces points aient été soulevés partout, car AINC est à l'écoute. Les questions qui seront abordées au cours de la deuxième journée permettront aux participants d'envisager des solutions.

Pour terminer la journée, un aîné de la Nation dénée, monsieur Alfred Baillargeon, récite une prière.

Retourner à la table des matières




Jour 2 aperçu de l'ordre du jour

Terence Wade
Animateur

Terence Wade indique qu'au cours de cette deuxième journée de la séance d'engagement, les participants discuteront des options de programmes, de façons d'améliorer les programmes et de moyens de mesurer le succès des programmes rénovés.

Retourner à la table des matières




Options de programmes novateurs – développement économique et des terres

Sommaire de la deuxième discussion en petits groupes

Animateurs
George Mackenzie
Stan Wesley
Beverley O'Neil
Terence Wade

Un aîné de la Nation dénée, monsieur Mike Francois, commence la journée en récitant une prière.

Stan Wesley présente les questions qui seront abordées au cours des discussions en petits groupes au sujet de façons de rénover les programmes de manière à éliminer les obstacles, à soutenir le développement des capacités et à répondre aux besoins des signataires d'un traité moderne. Il indique que l'innovation est la clé du succès, de la subsistance et de la survie pour tous les peuples.

Monsieur Wesley et madame Beverley O'Neil présentent un résumé des commentaires faits par les participants à la séance plénière de la journée précédente, en soulignant que les participants ont exprimé avec ardeur leurs préoccupations à l'égard des programmes et d'AINC en général.

Les participants discutent de moyens de faire en sorte que les programmes éliminent les obstacles au développement économique.

Les participants discutent de façons possibles pour les programmes de mieux soutenir le développement de différentes capacités.

Les participants discutent de façons pour les programmes de soutenir les activités commerciales des signataires de traité.

Discussion

Une participante indique qu'il devrait y avoir égalité pour la rémunération et les avantages sociaux, qu'une personne travaille pour le gouvernement fédéral, un gouvernement territorial ou un gouvernement des Premières nations. Elle dit aussi que de nombreuses personnes qui travaillent à des projets sont licenciées ou quittent en raison de croyances ou de pratiques traditionnelles, notamment pour assister à des funérailles ou pour pratiquer la chasse. « Nous devons examiner les règles qui portent atteinte aux droits et aux coutumes traditionnelles. »

Enfin, les participants indiquent que l'on a beaucoup discuté et que le temps est venu de passer à l'action et d'obtenir des résultats.

George Mackenzie remercie les participants de leurs commentaires.

Monsieur Wade indique que les programmes de développement économique qui passent aux mains de la CanNor demeurent les mêmes programmes et qu'ils s'adressent exclusivement aux peuples, aux collectivités et aux organisations autochtones. Il ajoute que Nicole Jauvin, la présidente de la CanNor, est présente afin de connaître les préoccupations des gens.

Monsieur Wade fait remarquer qu'un message clé ressortant des discussions est que le renforcement des capacités et le développement social et économique vont de pair. Il ajoute que le nouveau Cadre reconnaît la nécessité d'établir un lien entre les programmes dans tous les ministères.

Retourner à la table des matières




Faire en sorte que les programmes fonctionnent

Sommaire de la troisième discussion en petits groupes

Monsieur Wade présente les questions à débattre en vue de faire en sorte que les programmes fonctionnent. Il demande aux participants d'examiner les priorités générales relatives au financement, en désignant les plus importantes. Certains enjeux peuvent s'appliquer dans l'ensemble du pays. Un financement calculé en fonction de la taille de la population fonctionne bien pour les grandes collectivités, et moins bien pour les plus petites. Bien souvent, les petites collectivités ont de plus grands besoins, mais disposent de moins de ressources.

Monsieur Wesley et madame O'Neil font le compte rendu des discussions tenues par leurs groupes.

Les participants font mention de priorités relatives au financement avec le budget global actuel qui est consacré au développement économique des Autochtones.

Les participants discutent de façons d'améliorer le mode de financement actuel.

Monsieur Wade fait remarquer que cette discussion visait réellement à répondre aux besoins du Nord et que l'un des thèmes abordés a été la rapidité d'exécution. On a indiqué qu'il est important d'être prêt à tirer parti des possibilités au moment où elles se présentent et qu'il n'est pas toujours possible d'attendre du financement et des approbations, de même qu'une expertise provenant de l'extérieur. « Vous devez abattre l'orignal lorsqu'il se trouve devant vous. » Il remercie les participants d'avoir émis leur opinion et il présente les questions suivantes à débattre.

Retourner à la table des matières




Faire en sorte que les programmes fonctionnent (suite)

Sommaire de la quatrième discussion en petits groupes

Les animateurs font le résumé des résultats suivants des discussions de groupe :

Les participants discutent des éléments clés de bonnes normes de service pour les programmes.

Monsieur Mackenzie remercie les participants de leur contribution et ouvre la séance suivante.

Retourner à la table des matières




Mesurer le succès

Madame O'Neil présente les questions à débattre, en indiquant que le développement économique donne aux jeunes de bonnes raisons d'avoir de l'espoir. Elle dit qu'il pourrait y avoir de nombreuses façons de mesurer le succès.

Sommaire des discussions en petits groupes

Les participants font mention des façons suivantes de mesurer le succès, en faisant remarquer que les indicateurs varient selon les collectivités :

Les participants indiquent qu'il y a de nombreuses façons de rendre des comptes à la collectivité, en faisant remarquer que chaque collectivité dispose de son propre processus :

Les participants font mention de façons pour AINC de mesurer le rendement de programmes :

Les participants discutent de façons de rendre plus utile et plus « conviviale » la production de rapports à l'intention d'AINC :

Monsieur Mackenzie indique que l'indicateur ultime du succès sera l'autosuffisance des peuples et des organisations des Premières nations et que, d'ici là, un soutien de la part d'AINC est nécessaire.

Un participant affirme que l'apport de toutes les Premières nations est important. Celles-ci savent ce qui est nécessaire afin de s'assurer que leurs collectivités atteignent leurs buts et leurs objectifs. « Nous aimerions savoir comment cela se reflète sur les programmes; que les bonnes décisions sont prises. »

Retourner à la table des matières




Revue de la séance d'engagement et prochaines étapes

Conférencier
Terence Wade
Animateur

Terence Wade parle au nom de monsieur Clarke, qui n'a pu assister à la présente séance d'engagement.

Il indique que les rapports seront envoyés par courriel et qu'ils se trouveront sur le site Web d'AINC. Il y a de nombreux enjeux communs, tandis que d'autres enjeux sont propres à chaque région. Les prochaines étapes consisteront à examiner toutes les recommandations et à valider les options auprès des intervenants.

Le ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien fera des recommandations au Cabinet, et le processus de rénovation commencera une fois que le Cabinet aura pris les décisions nécessaires. Certains changements peuvent être apportés tout de suite par AINC, tandis que d'autres demanderont plus de temps, de sorte que le processus de rénovation se déroulera de façon graduelle.

Retourner à la table des matières




Prière de la fin

Chef Edward Sansgris
Première nation des Dénés Yellowknives

Le chef Edward Sansgris, de la Première nation des Dénés Yellowknives, indique qu'il a été très heureux d'accueillir les participants à la séance d'engagement. Il déclare qu'« une loi dénée veut que l'on ne juge pas les gens avant de les avoir entendus; nous avons fait connaître notre opinion; nous nous quittons en amis ».

Il indique que de nombreux enjeux touchent la génération actuelle et celle qui suivra. Au cours de la séance, les gens ont fait part de leurs préoccupations concernant leurs collectivités et leurs peuples. Toutes les Premières nations sont touchées de façon différente. Certaines choses sont plus faciles pour une collectivité comme Dettah, qui se trouve près de la capitale, que pour des collectivités plus petites ou plus éloignées. Une distribution équitable du financement de base et une obligation de rendre compte aux Premières nations – voilà ce que veut la Nation dénée, affirme le chef Sansgris.

Au cours de la première journée, on a beaucoup parlé du transfert de responsabilités. Il y a ici un lien. En quoi ce transfert de responsabilités influera-t-il sur l'exécution des programmes par AINC et la CanNor? Les Premières nations doivent être habilitées à prendre des décisions. « Nous devons obtenir de l'information au sujet des programmes et de la façon dont l'argent est dépensé. »

Le chef Sansgris remercie la collectivité de Dettah pour son accueil, et les participants de leur présence. « Nous devons tous rester en contact. Chacun a ses propres idées et opinions. Il se peut que nous ne soyons pas d'accord, mais nous sommes à l'écoute et nous nous respectons les uns les autres. »

« Maintenant que nous avons pris part à ces importantes discussions, j'espère que tous les moyens seront pris pour que ce rapport ne soit pas mis au placard pour les dix prochaines années. Mahsi cho. »

Avant de lever la séance, le chef Sansgris récite une prière au rythme d'un tambour déné.

Retourner à la table des matières




Liste des participants

Date de modification :