Visions du Nord - printemps/été 2008

date : 2008
QS-Y153-100-FF-A1

Format PDF  
(569 Ko, 4 pages)

 


Table des matières


Revitaliser une tradition de sculpture

Sculpture de la Première nation Carcross/Tagish - Fig. 1Sculpture de la Première nation Carcross/Tagish - Fig. 2
Sculpture de la Première nation Carcross/Tagish - Fig. 3Sculpture de la Première nation Carcross/Tagish - Fig. 4

La santé d’une communauté n’est pas seulement une affaire de prévention de la maladie. C’est une question de fierté mutuelle et de promotion de l’identité culturelle.

Le programme de formation à l’art de la sculpture qui a été établi par la Première nation Carcross Tagish (PNCT) a pour objet de contribuer à la santé de la communauté en renforçant le lien qu’entretiennent les membres de la PNCT avec la culture Carcross/Tagish.

« Il s’agit de revitaliser une culture, explique Justin Ferbey, responsable gouvernemental de la Première nation Carcross/Tagish. Il s’agit de faire en sorte que les artistes locaux puissent vivre de leur art, en créant un espace social propice à la rencontre et à la pratique de nos traditions.»

Avec l’aide financière d’Affaires indiennes et du Nord Canada (AINC), le programme de formation aux arts de la sculpture mis sur pied par la PNCT a permis de mettre en commun les talents du maître sculpteur Keith Wolf-Smarch et de six autres sculpteurs de la PNCT. Ensemble, ils s’emploieront à étudier et à explorer les arts traditionnels de la gravure et de la sculpture totémique des Tlingit de l’Intérieur, sur le thème du mythe créateur où chacun créera un totem emblématique du clan du loup et du clan de la corneille.

Une fois que chacun aura confectionné son totem, le programme pourra continuer en étendant son champ d’exploration aux six clans de la nation.

« C’est une véritable célébration de notre culture, sous le patronage de Keith Smarch, qui s’inspire de coutumes et de traditions conformes à nos vertus et à nos valeurs concernant le bois. Nos aînés ont donné leur bénédiction au bois que nous utilisons et ils font la première entaille », explique Justin Ferbey.

Le programme devrait se poursuivre jusqu’à la saison estivale, avec la construction d’un atelier de sculpture au centre de Carcross.

Pour plus d’information, s’adresser à : Première nation Carcross/Tagish, (867) 821-4251

Étude sur la sécurité alimentaire des communautés nordiques

Pour les communautés du Nord comme Old Crow, le changement climatique pose deux questions particulières : comment le réchauffement du climat influera-t-il sur les sources de nourriture, et que faudra-t-il faire pour s’adapter au changement environnemental. Pour s’assurer que leurs communautés seront prêtes à affronter les éventuels changements qui pourraient s’opérer dans leurs sources de nourriture et leur sécurité alimentaire, la Première nation Vuntut Gwitchin (PNVG) et le Conseil des Teslin Tlingit ont entrepris de travailler avec professeur Dr. Laurie Chan de l’Université du Nord de la Colombie-Britannique (UNCB).

Cette étude, intitulée Stratégies d’adaptation aux impacts du changement climatique sur les habitudes alimentaires et sur la santé des populations, est financée par le biais de l’Année polaire internationale et est conduite en collaboration avec le Conseil des Premières nations du Yukon, l’Université du Nord de la Colombie-Britannique, la Première nation Vuntut Gwitchin et le Conseil des Teslin Tlingit. Les chercheurs ont passé l’année 2007 à faire des entrevues et des analyses à Old Crow, et ils entreprendront la même chose à Teslin ce printemps-ci.

« Une grande partie de cette étude porte sur l’inquiétude que suscite l’impact du changement climatique sur nos sources de nourriture et sur les moyens de se préparer à ce qui pourrait arriver, explique Shel Graupe, directeur des Ressources naturelles pour le gouvernement Vuntut Gwitchin. Nous sommes heureux de participer à une étude qui concerne l’une des plus importantes sources de préoccupation de notre communauté », explique-t-il.

Dans la première partie de l’étude, trois chercheurs ont séjourné à Old Crow pour étudier les archives du savoir traditionnel de la communauté afin de trouver des histoires relatant les stratégies d’adaptation utilisées par le passé, et pour conduire des rencontres d’information avec les aînés et les autres membres de la communauté concernant les moyens d’adaptations transmis par la tradition orale. Un suivi a également été fait sur une étude effectuée en 1995 concernant la fréquence des sessions d’alimentation et on a procédé à une petite étude des habitudes alimentaires de la communauté. La participation de la communauté Vuntut Gwitchin a été un élément critique du succès de ce projet.

« La participation de la communauté est d’une importance cruciale pour les travaux de recherche concernant le Nord et c’est toujours un plaisir que de travailler avec les communautés du Yukon parce qu’elles sont compétentes et intéressées – on peut dire que c’est un véritable projet de partenariat, explique Dr. Laurie Chan, responsable du Programme des sciences de la santé communautaire à l’UNCB.

En plus de consigner l’information fournie par les gens d’Old Crow, les chercheurs ont utilisé les données fournies par les écologistes de la faune pour mieux comprendre les changements intervenus dans les populations animales de la région.

« Nous espérons pouvoir mieux comprendre les impacts que pourrait avoir la qualité des sources d’alimentation sur les gens et pouvoir travailler avec eux pour formuler un plan adapté. Par exemple, s’il y a moins de caribou, pourrait-on consommer davantage de viande d’orignal ? Ou si certaines espèces de poissons ne sont pas aussi disponibles, quelles seraient les autres sources de protéines et de minéraux disponibles ? » explique Laurie Chan.

Les résultats de la première partie de l’étude seront bientôt communiqués à la communauté d’Old Crow.

Pour plus d’information, s’adresser à : Shel Graupe, PNVG, (867) 966-3213

Chercheurs à Old Crow (de gauche à droite) : Jennifer Lee, gestionnaire des terres à la PNVG; Pam Tobin, gestionnaire de la recherche sur le terrain, UNCB; Sonia Wesche, boursière de recherches postdoctorales, UNCB (oct. 2007)
Chercheurs à Old Crow (de gauche à droite) : Jennifer Lee, gestionnaire des terres à la PNVG; Pam Tobin, gestionnaire de la recherche sur le terrain, UNCB; Sonia Wesche, boursière de recherches postdoctorales, UNCB (oct. 2007)

Qu’est-ce que Visions du Nord ?

Visions du Nord : revendications territoriales du Yukon est un bulletin semestriel destiné à sensibiliser le public sur les accords de règlement des revendications territoriales, les ententes d’autonomie gouvernementale et autres questions connexes intéressant les communautés autochtones et non autochtones du Yukon.

Visions du Nord est produit et distribué par Affaires indiennes et du Nord Canada (AINC), avec la participation du gouvernement du Yukon et du Conseil des Premières nations du Yukon (CPNY).

Initiatives du Conseil des Premières nations du Yukon en matière de santé

Le département de la Santé et du Développement social du Conseil des Premières nations du Yukon s’emploie activement à améliorer la santé et le bien-être des Autochtones du Yukon, agissant tantôt comme coordonnateur et agent de liaison, tantôt comme défenseur de la cause de la santé – mais toujours là, prêt à agir, qu’il s’agisse d’enjeux d’intérêt national ou de questions régionales ou locales. Le département a pour double mandat d’aider les collectivités autochtones à mettre en œuvre et à évaluer leurs programmes de santé et de développement social et d’agir comme secrétariat pour la Commission de la santé et du développement social.

La Commission de la santé et du développement social est un regroupement d’aînés et de responsables de services communautaires voués à la santé et au développement social. Elle tient des réunions bimestrielles pour discuter des enjeux importants et des initiatives régionales ou nationales concernant le domaine de la santé.

Le département de la Santé et des Services communautaires est engagé dans plusieurs projets très intéressants, notamment dans une étude longitudinale des conditions de santé de la région (voir article ci-dessous). Il a également chargé un groupe de travail de faire une étude de faisabilité concernant l’établissement d’un Centre pour la santé et le bien-être des Autochtones du Yukon. Enfin, il participe aux travaux du Fonds de transition pour la santé des Autochtones, dont l’objet est notamment de faciliter l’intégration des citoyens Autochtones au système de santé.

Pour plus d’information, s’adresser au : Département de la Santé et du Développement social, (867) 393-9213

Commissaires de la santé en route pour des réunions à Moosehide (juin 2007)
Commissaires de la santé en route pour des réunions à Moosehide (juin 2007)

Le Comité de la politique de formation (CPF)

Le Comité de la politique de formation (CPF)

Le Comité de la politique de formation (CPF) a pour objet d’aider les Premières nations dans l’atteinte de leurs objectifs de formation de bénéficiaires. Il a également pour objet de subventionner les actions de formation pour les bénéficiaires des Premières nations du Yukon et de surveiller et évaluer la qualité des prestations fournies. Le CPF administre le Yukon Indian People Training Trust Fund, négocié aux termes du chapitre 28 de l’Accord-cadre définitif.

Le CPF comprend cinq membres : trois pour le Conseil des Premières nations du Yukon, un pour le gouvernement du Yukon et un pour le gouvernement du Canada.

Le mandat du CPF est décrit dans le chapitre 28 de l’Accord-cadre définitif.

Pour toute question ou pour obtenir des formulaires de subventionnement ou autre demande assimilée, prière de s’adresser au bureau du CPF (par téléphone ou en personne). Numéro de téléphone : (867) 668-7812; Adresse civique : Bureau 21 – 4078 4ième Avenue (angle 4ième et rue Hanson), Whitehorse

Étude longitudinale des conditions de santé de la région

Adhésion, contrôle, accès et prise de possession – tels sont les maîtres mots de l’étude longitudinale des conditions de santé de la région, projet conduit par le Conseil des Premières nations du Yukon (CPNY) et financé par l’intermédiaire de Santé Canada. Il s’agit d’un projet inédit – une étude nationale sur la santé conduite sous l’égide d’un regroupement de Premières nations.

En 2002 et 2003, neuf collectivités autochtones du Yukon ont accepté de participer à cette étude et ont pris part à chaque étape du projet depuis sa mise en œuvre initiale au Yukon.

Le deuxième volet de l’étude régionale sur la santé a débuté en 2007, et le CPNY espère que les quatorze Premières nations du territoire accepteront de participer.

À la fin de l’exercice, la propriété du processus de recherche reviendra aux communautés et les valeurs et interprétations autochtones seront incorporées au concept.

Les données recueillies seront utilisées par la Commission de la santé et du développement social du CPNY et par les communautés participantes pour leurs besoins de planification et d’activités programmatiques aux niveaux local, régional et national. Les résultats pourront aussi être mis à contribution dans chaque communauté pour évaluer et surveiller sa situation en matière de santé.

Pour plus d’information, s’adresser au : Ministère de la santé et du développement social, CPNY, (867) 393-9213

Équipe nationale de l’enquête sur la santé régionale à Peggy’s Cove (Nouvelle-Écosse) (août 2007); Helen Stappers (la sixième à partir de la gauche, en bleu) est l’une des deux représentantes du Yukon dans l’équipe, et Amanda Mudry (absente de la photographie) est la deuxième représentante du Yukon.
Équipe nationale de l’enquête sur la santé régionale à Peggy’s Cove (Nouvelle-Écosse) (août 2007); Helen Stappers (la sixième à partir de la gauche, en bleu) est l’une des deux représentantes du Yukon dans l’équipe, et Amanda Mudry (absente de la photographie) est la deuxième représentante du Yukon.

Réseautage pour la promotion de la santé communautaire

Le téléphone ne dérougit pas au bureau de l’Arctic Health Research Network-Yukon (AHRN-YT). Les deux directrices, Jody Walker et Norma Kassi, se relaient à la réception des appels et prennent un moment pour expliquer la mission de leur organisation à but non lucratif, établie en février 2007 et dont les bureaux sont installés au centre commercial Horwood à Whitehorse.

« Il y a un écart à combler entre les besoins de santé de nos communautés et les capacités de recherche et de compétences professionnelles du Sud, explique Jody Walker. Le défi est de créer les conditions propices à la rencontre de ces compétences et de ces besoins. Beaucoup de communautés ne sont pas en mesure de participer de manière significative aux actions de recherche locales. Notre organisation s’est donc donnée pour objet de développer les capacités régionales pour faciliter les actions de recherche à l’échelle locale », explique-t-elle.

Dans les actions de recherche locales, la communauté est considérée comme la meilleure source d’expertise et elle doit être associée à chacune des étapes du processus de recherche. Mais pour que les communautés puissent participer de manière significative, il faut développer les capacités. C’est ce que veut faire l’AHRN-YT en offrant une formation sur la planification d’études en matière de santé communautaire.

Norma Kassi (gauche) et Jody Walker, codirectrices de l’Arctic Health Research Network – Au Yukon, vue descendante sur Old Crow Flats
Norma Kassi (gauche) et Jody Walker, codirectrices de l’Arctic Health Research Network – Au Yukon, vue descendante sur Old Crow Flats

« Les résultats de ces travaux de recherche doivent répondre aux questions de la communauté, ce qui est bien différent des études entreprises dans un seul but d’information scientifique », ajoute Jody Walker.

En 2007, l’AHRN-YT a co-organisé une « École de printemps » où vingt-trois travailleurs autochtones du domaine de la santé sont venus à Whitehorse pour une formation sur la planification des actions de promotion de la santé au sein de leurs communautés respectives.

Ce programme de cours a été élaboré et mis en oeuvre à la demande et sous l’égide de la Commission du développement de la santé et du développement social du Conseil des Premières nations du Yukon (CPNY), en partenariat avec l’ARHN-YT, le Collège du Yukon et l’Université de Toronto. Le financement a été fourni par une subvention accordée à Dr. Kue Young par le Canadian Institutes of Health Research (CIHR) et par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Yukon.

« Conformément aux recommandations formulées lors du premier programme de formation, l’ARHN-YT s’est associé au CPNY, au Collège du Yukon, à l’Université de Toronto, à l’Université du Manitoba et à plusieurs autres acteurs pour élaborer une proposition visant l’élaboration et la mise en oeuvre de deux cours de formation par année pour les trois prochaines années, explique Jody Walker. Nous avons soumis cette proposition aux organisateurs de l’Année polaire internationale et nous pensons être fixés sur le dispositif de financement au printemps 2008 », explique-t-elle.

L’ARHN-YT a adopté une stratégie de formation sur le long terme afin que les futurs programmes de cours puissent capitaliser sur les formations antérieures.

Après chaque session de formation, les participants mettront à profit leurs nouvelles connaissances pour développer les capacités de recherche en matière de santé au sein de leurs communautés. Parallèlement, l’ARHN-YT continuera de faciliter l’établissement de partenariats entre les collectivités intéressées du Yukon et les chercheurs des autres régions.

Bureau de l’Arctic Health Research Network-Yukon
Bureau de l’Arctic Health Research Network-Yukon

Le bureau de l’Arctic Health Research Network à Whitehorse est l’un des trois bureaux établis dans la région du Nord. Il aidera à coordonner l’information et les actions de recherche locales avec les bureaux des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut.

L’ARHN s’emploiera également à promouvoir les bonnes pratiques en matière d’études communautaires, notamment en ce qui concerne les protocoles de recherche locaux et l’adoption des principes de mobilisation, de contrôle, de facilité d’accès et de prise en charge. Il fera le lien entre les activités de recherche en santé et en bien-être et s’emploiera à trouver des occasions de partenariat en matière d’éducation et de financement dans le domaine de la recherche en santé concernant le Nord, avec un accent particulier sur la santé des Autochtones.

Pour plus d’information s’adresser à : Arctic Health Research Network, (867) 668-3393.

Séminaire de réflexion sur le mieux-être des femmes du Yukon

Le gouvernement Tr’ondëk Hwëch’in et le gouvernement du Yukon se sont associés à un regroupement féminin de Dawson City pour organiser un atelier de réflexion à l’intention des femmes du Yukon.

Cette rencontre se tiendra au cours des prochains mois, sur le territoire traditionnel des Tr’ondëk Hwëch’in, au sud de Dawson (route de Dempster).

Jennifer Nunan, qui travaille auprès des personnes en pré/post-traitement, explique que cet atelier aidera à réduire l’isolement des femmes du Yukon en situation de vulnérabilité en leur permettant de rencontrer d’autres femmes qui ont eu des expériences semblables à la leur. La rencontre sera aussi l’occasion d’informer les participantes sur les enjeux qui ont un impact sur leur existence.

« Le bien-être des femmes du Yukon est une condition essentielle à la santé de nos enfants, de nos familles et de nos communautés, explique Jennifer Nunan. Or, les études révèlent qu’un réseau de relations positives est un facteur primordial pour le bien-être des femmes. Malheureusement, beaucoup de femmes du Yukon sont isolées et n’ont pas accès aux relations de soutien essentielles à leur bien-être. »

L’atelier de retraite permettra aux participantes de tisser des liens qui les aideront à faire face à l’adversité et à préserver leur sobriété et leur estime de soi : « Durant cette activité de retraite, des éducateurs et des spécialistes de la région et d’ailleurs au Yukon viendront présenter des ateliers sur divers thèmes : relations positives, affirmation de soi, toxicomanie, violence, éducation parentale, nutrition, condition physique, image corporelle, etc. » explique Jennifer Nunan.

Mo Caley-Verdonk, qui travaille auprès du Service d’aide aux victimes de Dawson, explique que certaines des femmes qui participeront à la retraite ont été victimes de maltraitance et ont des problèmes de toxicomanie. Ce sont des femmes qui essaient de trouver une autre façon de vivre et de reconstruire leur existence pour qu’elle soit plus positive : « Ce projet est pour elles une très bonne occasion de renforcer leurs atouts et de développer leur aptitude à faire de meilleurs choix de vie », explique Mo Caley-Verdonk.

Le regroupement des femmes de Dawson City pilotera le programme d’activités proposé pour cet atelier.

Selon Jennifer Nunan, cette activité est une excellente opportunité de développement communautaire : « Par exemple, les femmes de la région auront l’occasion de s’impliquer directement dans le développement de leur santé et de leur mieux-être en participant à l’organisation des activités qui animeront les trois journées de la rencontre », explique-t-elle.

Cet atelier de retraite sur le mieux-être des femmes du Yukon se déroulera du 19 au 23 mai 2008, et sera financé en partie par le Fonds de développement communautaire du gouvernement du Yukon.

Pour plus d’information, s’adresser : Gouvernement du Yukon, (867) 667-5406

Lieu de retraite sur la route Dempster
Lieu de retraite sur la route Dempster

Une étudiante de Vuntut Gwitchin reçoit une aide financière pour des études médicales

Alisa Kelly, étudiante en médecine à l’Université McMaster, déclare qu’elle a toujours été intéressée par la santé et le processus de guérison, mais ce n’est qu’après avoir exercé des métiers peu satisfaisants et rencontré quelques docteurs qu’elle a finalement décidé de tenter de se lancer en médecine.

Kelly, qui a vécu à Elsa et Mayo jusqu’à l’âge de huit ans, est une membre de la Première nation Vuntut Gwitchin. Elle a un grade de premier cycle de l’Université de Victoria. Aujourd’hui, elle étudie la médecine grâce à une bourse d’études en médecine du gouvernement du Yukon, l’une des nombreuses bourses d’études que le gouvernement du Yukon dispense pour attirer et conserver des travailleurs dans le domaine de la santé.

« J’avais quelques amis qui faisaient des études en médecine, et en discutant avec eux j’ai compris que c’était un domaine pour moi , déclare Kelly. Plus j’ai rencontré de médecins, mieux j’ai compris la variété du travail qu’ils font. »

Kelly déclare que plusieurs aspects de la médecine l’ont attirée vers sa profession, et son expérience positive des études médicales l’ont incitée à encourager d’autres personnes à se lancer dans le même domaine.

« Ça donne la satisfaction de jouer un rôle dans la vie des gens; on peut continuer à apprendre tout au long de sa carrière et à se lancer dans la recherche si on veut. On travaille de façon intime dans la collectivité où on a décidé de pratiquer, et on a la satisfaction de contribuer au bien-être des gens », déclare Kelly.

« La bourse d’études dans le domaine de la santé du Yukon m’a beaucoup aidée à supporter le coût de la scolarité, déclare Kelly. Ça me permet de me concentrer sur l’étude et l’apprentissage sans le souci constant de trouver des moyens pour payer mes frais de subsistance et mes études pendant que je suis les cours de l’école de médecine. »

Cette future docteur affirme qu’elle aimerait beaucoup revenir travailler au Yukon où elle a grandi et contribuer au bien-être des collectivités des Premières nations avec ce qu’elle aura appris.

Pour de plus amples renseignements, contacter : Santé et Services sociaux, au (867) 667-5695

Alisa Kelly avec des étudiants de l’école Chief Zzeh Gittlit, Old Crow (novembre 2007)
Alisa Kelly avec des étudiants de l’école Chief Zzeh Gittlit, Old Crow (novembre 2007)

Programmes de santé transférés aux Premières nations en régime d’autonomie gouvernementale

Les ententes d’autonomie gouvernementale des Premières nations du Yukon donnent aux Premières nations le pouvoir de négocier le transfert de certains programmes et services de juridiction territoriale ou fédérale dans les domaines de leur ressort, notamment la prestation de services de santé aux membres de leurs collectivités.

Le processus de transfert des programmes et des services est expliqué à l’article 17 des ententes d’autonomie gouvernementale concernant les Premières nations du Yukon. Ce processus aboutit à une entente de transfert de programmes et de services ou ETPS.

Dès lors qu’une Première nation en régime d’autonomie gouvernementale prend en charge un programme de juridiction fédérale ou territoriale, elle a pleins pouvoirs de gestion, d’administration, d’élaboration et de prestations selon ses priorités particulières et selon les besoins de sa communauté.

Depuis que des ententes d’autonomie gouvernementale ont été établies concernant le Yukon, le Canada a transféré plusieurs programmes et services aux Premières nations ayant le statut d’autonomie gouvernementale. Le tableau ci-dessous énumère les programmes qui ont été transférés dans le domaine de la santé :

Année du transfert Première nation Programme
1999 Première nation Little Salmon/Carmacks
Première nation des Nacho Nyak Dun
Première nation Champagne et Aishihik
Conseil Teslin Tlingit
Tr’ondëk Hwëch’in
Première nation Selkirk
Première nation Vuntut Gwitchin
Services de santé ; Services de toxicomanie ; S’unir pour un avenir meilleur ; Pour des collectivités en bonne santé ; Soins prénataux ; Carrières en santé ; Liaison Santé/Assistance Gestion Santé
2003 Première nation Kluane Mêmes programmes que ci-dessus
2005 Première nation Carcross/Tagish

Première nation Kwanlin Dun
Mêmes programmes que ci-dessus

Mêmes programmes que ci-dessus et programme de soins infirmiers de Santé Canada
2007 Conseil Teslin Tlingit
Première nation Carcross/ Tagish
Tr’ondëk Hwëch’in
Première nation Vuntut Gwitchin
Première nation Little Salmon/Carmacks
Premièere nation Kluane
Première nation Selkirk
Première nation Champagne et Aishihik
Initiative sur le diabète chez les Autochtones ; Spectre de l’alcoolisation foetale VIH/SIDA ; Stratégie nationale pour la jeunesse autochtone ; Programme de prévention du suicide ; Santé de la mère et de l’enfant Soins à domicile et soins communautaires*

*sauf Première nation Kluane

Pour plus d’information, s’adresser à : Santé Canada, (867) 393-6805

Rivière Porcupine, Old Crow
Rivière Porcupine, Old Crow


Visions du Nord
Revendications territoriales au Yukon
Printemps-Été 2008/2009 – Région du Yukon

Publié avec l'autorisation du ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien et interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits Ottawa, 2008

www.ainc-inac.gc.ca
1-800-567-9604
ATME seulement : 1 866 553-0554

QS-Y153-100-FF-A1
ISSN : 1498-3753

© Ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux du Canada, 2008

Pour en savoir plus ou pour nous faire part de vos commentaires :

Service des communications – MAINC
Tél. : (867) 667-3888; http://www.ainc-inac.gc.ca

Communications – Conseil des Premières nations du Yukon
Tél. : (867) 393-9226; http://www.cyfn.ca

Communications – Gouvernement du Yukon
Tél. : (867) 667-8968; http://www.gov.yk.ca

Ce bulletin a été produit grâce aux efforts de plusieurs intervenants. Nous tenons à remercier plus particulièrement les membres des Premières nations et les fonctionnaires qui ont fourni les renseignements qui ont servi à rédiger les articles qu’il contient.

Collaborateurs : Meagan Perry, Amanda Mudry, Beth Theriault, Roberta Hartman, Justin Ferbey, Shel Gaupe, Bob Vandijken, Alisa Kelly, Paul Doehle, Dr. Laurie Chan, Pam Tobin, Jennifer Lee, Sonia Wesche, Rod Jacob, Peter Lesniak et Marie-Louise Boylan

Photographies offertes par : Gouvernement du Yukon, OldCrow.ca, Première nation Carcross/Tagish, Justin Ferbey, Amanda Mudry, Jody Walker et Meagan Perry.

This publication is also available in English under the title: Visions North.