Omble chevalier anadrome

Autres composantes d'intérêt dans cette région :
Ours blanc | Baleine boréale | Baleines à dents | Omble chevalier anadrome | Oiseaux migrateurs |
Espèces préoccupantes | Activités traditionnelles d'exploitation | Pêche commerciale

Été
Polar Bear - Summer

Hiver
Polar Bear - Winter

Lancer l'OGERP pour une vue détaillée et interactive de ces derniers et les autres couches.

Caractéristiques des composantes valorisées

Justification du choix

L'omble chevalier anadrome est une espèce de poisson importante sur les plans culturel, nutritionnel et économique. L'omble chevalier est bien adapté aux lacs et rivières arctiques et, dans bien des cas, constitue la seule espèce de poisson pouvant habiter les systèmes aquatiques plus nordiques.

Habitat essentiel

Dans tout le Nunavut, les populations d'omble chevalier sous soumises à la très forte pression de la pêche (Carder et Peet, 1983; Carder, 1991, 1995; Read, 2000; Read, 2004). Ainsi, il faudrait soigneusement gérer la pêche commerciale, récréative et de subsistance de l'omble chevalier, afin d'éviter la surexploitation de la ressource et d'assurer la viabilité à long terme des pêches. La fraye, la croissance et l'hivernage, qui sont tous essentiels au maintien de populations viables, surviennent dans des rivières ou des lacs d'eau douce. Les ombles chevaliers adultes se nourrissent dans les eaux côtières proches des embouchures de rivières. L'omble chevalier adulte satisfera la plupart de ses besoins annuels en énergie dans ces eaux côtières durant la courte saison d'eaux libres. L'accès à ces zones côtières et le maintien de leur intégrité écologique sont essentiels à la santé des populations d'omble chevalier. Il faudrait envisager des mesures spéciales de gestion ou d'atténuation visant les activités et/ou le moment de ces activités dans les eaux côtières utilisées par l'omble chevalier.

Facteurs de viabilité

La surpêche est la principale menace pour les populations d'omble chevalier anadrome. Les changements climatiques pourraient aussi constituer une menace. La réduction du débit fluvial découlant des changements climatiques pourrait empêcher l'omble chevalier de remonter les rivières à l'automne ou mener à l'échec de la fraye ou de l'hivernage en raison d'un manque d'eau. Les changements climatiques permettraient aussi à de nouvelles espèces d'occuper des zones précédemment utilisées par l'omble chevalier, ce qui pourrait mener ces nouvelles espèces à concurrencer l'omble chevalier pour l'accès aux habitats et à la nourriture. L'intérêt croissant pour la prospection de gisements d'hydrocarbures dans l'est de l'Arctique pourrait, à l'avenir, exercer de nouvelles pressions sur la viabilité de l'omble chevalier.

Vulnérabilité aux activités pétrolières et gazières

Exploration sismique

Peu d'études ont été réalisées sur les effets de l'exploration sismique sur les salmonidés et la plupart de ces études portaient sur les effets de l'utilisation d'explosifs dans les activités sismiques. Aucune étude ne portait spécifiquement sur les effets de l'exploration sismique sur l'omble chevalier. L'utilisation de canons à air a considérablement réduit la mortalité chez les poissons lors des levés sismiques. Les mortalités sont généralement limitées aux quelques mètres situés immédiatement sous le canon à air, et touchent principalement les œufs et les larves de poissons. Les mortalités d'œufs et de larves de poissons attribuables aux canons à air sont considérablement moindres que les mortalités naturelles (Saetre et Ona, 1996). Le hareng du Pacifique manifeste un certain nombre de réactions comportementales, comme le sursaut, la panique et l'évitement (Schwarz et Greer, 1984) durant la réalisation d'activités sismiques, mais ces réactions s'arrêtent peu après la cessation des opérations. Les opérations sismiques peuvent aussi provoquer des réductions des prises de poissons. Des réductions de plus de 50 % des prises de morue (Løkkeborg, 1991; Engas et al., 1996), d'aiglefin (Engas et al., 1996) et de sébaste (Skalski et al., 1992) ont été signalées.

Il est possible que les migrations alimentaires de l'omble chevalier soient perturbées lors des opérations sismiques dans les eaux côtières. La perturbation de ces migrations pourrait réduire la quantité d'énergie que l'omble chevalier peut absorber durant la courte saison d'alimentation, ce qui pourrait réduire la survie ou le succès reproducteur de l'espèce en raison d'un manque de réserves énergétiques.

Activités sur la glace

Du fait que l'omble chevalier fréquente les lacs et les rivières d'eau douce durant la saison de couvert de glace, les activités sur la glace dans les régions maritimes et côtières ne devraient pas entraîner d'effets sur l'espèce.

Navigation et infrastructures côtières connexes

La navigation elle même devrait avoir des effets minimes sur l'omble chevalier. Les infrastructures côtières associées à la navigation, comme les quais ou les ponts jetées (chaussées empierrées), pourraient avoir des effets potentiels à court ou à long terme sur l'espèce. La construction de quais n'aurait vraisemblablement que des incidences à court terme, durant la période de construction, quand la migration de l'omble chevalier pourrait être perturbée. La construction de ponts jetées qui s'avancent dans la mer pourrait aussi provoquer des perturbations à court terme des migrations alimentaires. On ne connaît pas le potentiel d'effets à plus long terme, mais les migrations d'adultes d'espèces semblables, comme le Dolly Varden et le cisco arctique, ne semblent pas affectées par les ponts jetées construits dans la partie alaskienne de la mer de Beaufort (Fechhelm et al., 1999).

Forage et production

Les activités de forage d'exploration ou de production n'auraient vraisemblablement que des effets potentiels sur l'omble chevalier si ces activités étaient réalisées près des côtes, à l'embouchure de rivières ou dans les rivières fréquentées par cette espèce. Il n'existe aucune donnée sur les effets des activités de forage et de production sur l'omble chevalier, mais le bruit sous marin créé par les activités de forage ou de production pourrait perturber la migration de l'espèce ou mener à une réduction des prises par les pêcheurs locaux. Il est peu probable que le forage ou la production au large des côtes ait des effets sur les populations d'omble chevalier. Les activités auxiliaires connexes à la production, comme la construction de pipelines reliant les installations extracôtières et la terre, causeraient une perturbation temporaire de la migration et de l'alimentation de l'espèce dans les secteurs proches du rivage, si la construction se faisait durant la saison des eaux libres.

Rejets d'hydrocarbures

Le rejet accidentel d'hydrocarbures dans l'environnement marin pourrait entraîner la mort d'individus adultes, nuire à leur santé ou réduire leur qualité par suite de l'altération de leur chair. Il est peu probable que de petits rejets d'hydrocarbures aient un effet important, sauf peut être sur quelques individus. De petits rejets répétitifs d'hydrocarbures pourraient nuire à la santé ou à la qualité de la chair des populations d'omble chevalier, ce qui pourrait mener à un hivernage réduit ou à une baisse du succès reproducteur. D'importants rejets d'hydrocarbures durant des périodes clés de migration de l'omble chevalier pourraient entraîner des mortalités à grande échelle ou une réduction de l'état de santé des poissons, ce qui pourrait mener à la non reproduction d'une ou de plusieurs classes d'âge.

Effets potentiels des changements climatiques

L'on ne connaît pas les effets des changements climatiques sur l'omble chevalier. Les modifications du débit fluvial pourraient avoir des effets positifs ou négatifs sur leurs populations. L'augmentation du débit pourrait faciliter l'accès à la mer et la remonte et fournir un meilleur habitat d'hivernage. Une réduction du débit pourrait mener à des blocages empêchant l'omble chevalier de retourner à son cours d'eau natal pour hiverner ou frayer. Les changements climatiques pourraient aussi avoir une incidence sur la température et les courants marins, modifiant ainsi la disponibilité d'aliments. Cela pourrait se traduire par un avantage, si la disponibilité d'aliments est accrue ou par un effet négatif, s'il y a réduction des aliments disponibles. La hausse des températures de l'eau pourrait aussi entraîner une concurrence accrue pour l'espace et les aliments par des espèces dont l'aire de répartition était auparavant limitée par la température. Cette concurrence pourrait mener à des stocks réduits d'omble chevalier.

Cotes de sensibilité

Les cotes de sensibilité sont basées sur l'utilisation des eaux marines par l'omble chevalier anadrome adulte, la taille des regroupements utilisant des régions côtières particulières et la saison. L'utilisation des zones côtières par l'omble chevalier pour s'alimenter est importante pour l'hivernage et le succès de la reproduction. Les cotes de sensibilité de l'habitat de l'omble chevalier dans la zone d'étude de l'est de l'Arctique sont résumées aux figures 4 11 (hiver) et 4 12 (été).

Sensibilité élevée (5)

Il n'existe pas de zone de sensibilité élevée pour l'omble chevalier dans les eaux marines. La fraye, la croissance et l'hivernage se font en eau douce.

Sensibilité modérée à élevée (4)

La cote de sensibilité modérée à élevée s'applique à l'embouchure des rivières/fleuves et aux estuaires durant la saison des eaux libres (été).

Les embouchures et les estuaires des rivières/fleuves fréquentés par les ombles chevaliers sont d'importantes zones de regroupement pour l'alimentation et comme voies d'accès pour les ombles qui remontent les rivières pour hiverner et frayer, et qui descendent vers la mer pour s'alimenter. Les activités ou les déversements d'hydrocarbures à l'intérieur ou à proximité de l'embouchure et de l'estuaire d'une rivière fréquentée par l'omble chevalier pourraient avoir des effets négatifs sur une grande proportion de la population adulte, nuisant ainsi à l'hivernage ou au succès reproducteur d'une ou de plusieurs classes d'âge.

Sensibilité modérée (3)

La cote de sensibilité modérée s'applique à l'habitat situé dans un rayon de 0,5 km du rivage durant la saison des eaux libres (été).

Les regroupements d'individus adultes utilisent les régions côtières proches du rivage pour s'alimenter pendant la saison des eaux libres. L'omble adulte tire la majeure partie de ses réserves énergétiques durant cette période d'eaux libres. Les activités ou les déversements susceptibles d'entraver ses activités d'alimentation pourraient réduire cet apport énergétique, réduisant ainsi l'hivernage ou le succès reproducteur. L'omble chevalier a tendance à demeurer à proximité du rivage, mais l'on ignore jusqu'à quelle distance du rivage il se déplace, de sorte qu'on a adopté une approche de précaution pour sélectionner une distance de 0,5 km du rivage pour délimiter cette zone de sensibilité.

Sensibilité faible à modérée (2)

Cette zone de sensibilité s'étend de 0,5 km à 10 km au large durant la saison des eaux libres. Cette étendue est arbitraire, en raison du manque d'information disponible sur l'utilisation de cette zone par l'omble chevalier, mais elle vise à suivre une approche de précaution pour déterminer l'utilisation potentielle de cette zone par l'espèce. Bien que l'on soupçonne que la plupart des ombles chevaliers demeurent relativement proches du rivage, certains individus pourraient s'aventurer plus loin au large. L'on ignore la distance d'éloignement du rivage et le nombre d'individus, le cas échéant, qui pourraient utiliser ces eaux. En raison de cette incertitude, la sensibilité est cotée faible à modérée.

Faible sensibilité (1)

L'omble chevalier ne fréquente pas les eaux marines côtières ou extracôtières durant la saison où ces eaux sont couvertes de glace. Comme le risque pour la viabilité de l'espèce est nul ou minime dans ces zones durant cette période, la cote de sensibilité pour l'omble chevalier est faible.

Bien que certains individus puissent s'aventurer dans les eaux extracôtières (> 10 km du rivage), l'omble chevalier semble demeurer surtout dans les eaux côtières proches du rivage durant la saison des eaux libres. Les individus qui se rendraient au large seraient vraisemblablement en nombre relativement petit et largement dispersés. Il est peu probable que les activités menées dans les eaux extracôtières aient des effets sur la viabilité des populations. La cote de sensibilité de la zone extracôtière durant la saison des eaux libres est faible pour la CVE qu'est l'omble chevalier.

Mesures d'atténuation

Les mesures d'atténuation suivantes réduiront le risque d'effets négatifs sur les populations d'omble chevalier anadrome :

  • Le démarrage progressif des opérations sismiques.
  • Le maintien de communications régulières avec les organisations de chasseurs et de trappeurs et avec les exploitants locaux concernant la programmation des opérations, sismiques ou autres, menées à proximité du rivage, afin d'éviter les périodes de migration de pointe de l'omble chevalier.
  • La programmation des activités de construction (p. ex., des pipelines) à proximité du rivage de manière à éviter les grandes périodes de migration de l'omble chevalier. Lorsque cela est possible, il est préférable de mener les activités de construction durant la période des glaces.

Résumé

L'omble chevalier anadrome est une espèce de poisson importante pour les habitants locaux, en raison de ses avantages culturels, nutritionnels et économiques. Les zones de sensibilité la plus élevée pour l'omble chevalier anadrome dans le milieu marin sont les embouchures et les estuaires de rivières et les eaux côtières adjacentes à proximité du rivage. Ces zones sont essentielles à l'alimentation de l'omble chevalier adulte. Bien que la saison des eaux libres soit courte, la majeure partie des réserves énergétiques annuelles nécessaires à l'omble chevalier est obtenue durant cette période. Les mesures d'atténuation comprennent le démarrage progressif des opérations sismiques, le maintien de communications régulières avec les organisations de chasseurs et de trappeurs et avec les pêcheurs quand des activités sont prévues à l'embouchure d'une rivière ou dans les zones côtières adjacentes, et le maintien, à bord ou à terre, de matériel de lutte contre les déversements adéquat et bien entretenu.

Références

Voir les références utilisées pour l'information de l'omble chevalier anadrome