Déversements

Autres composantes d'intérêt dans cette région :
Ours blanc | Baleines boréales | Bélugas | Phoques annelés | Caribou de Peary
Oiseaux migrateurs | Chasse traditionnelle | Déversements

Été
Déversements - Été et automne

Long des côtes
Déversements - Long des côtes

Hiver
Déversements - Hiver et printemps

Lancer l'OGERP pour une vue détaillée et interactive de ces derniers et les autres couches.

Déversements en mer – été et automne/hiver et printemps

On a basé la sensibilité en mer sur la sensibilité biologique et sur les facteurs qui régissent la persistance du pétrole. Les éléments les plus importants qui régissent le moment de survenue, la durée et l'emplacement des déversements, au large, sont les régimes des glaces et des eaux libres. Le pétrole qui se déverse sur la glace de rive ou sur la banquise permanente reste emprisonné dans une zone localisée et isolé de l'environnement marin jusqu'au printemps. Par la suite, le pétrole est introduit dans l'environnement par la rupture des glaces et par la formation de chenaux et de polynies.

La zone d'étude en mer a été divisée en quatre sous-zones durant la période hiver/printemps : polynie, transition, glace de rive et surinondation. La zone de glace de transition est composée principalement de la glace de première année qui s'étend de la limite nord de la polynie de Bathurst à la limite sud de la banquise permanente. La glace de rive est celle qui se forme entre la rive et la lisière des glaces. La zone de surinondation, quant à elle, comprend les zones côtières des baies Mackenzie, Kugmallit et de Wood où l'augmentation soudaine du débit d'eau relativement chaude entraîne une surinondation (Dickins et al., 1987).

Déversements le long des côtes

On a basé la sensibilité du littoral sur la sensibilité biologique et sur les facteurs qui régissent la persistance du pétrole, comme l'exposition aux vagues, la morphologie des côtes, le substrat et la stabilité côtière. Par exemple, dans les zones côtières, le pétrole a tendance à persister aux endroits qui sont peu exposés aux vagues et où le relief est bas (p. ex. estuaires, échancrures, deltas et toundra inondée) plus longtemps que dans les endroits très exposés (p. ex. îles-barrières et flèches).

En plus d'avoir évalué les effets des déversements sur la côte, on a établi un classement pour la zone allant jusqu'à 1 km du littoral, en fonction des eaux libres et de la zone de transition. Celle ci se compose de glace de première année reliant la banquise permanente, au nord, et les eaux libres, au sud. Certains étés, la zone de transition disparaît complètement jusqu'à la prise des glaces, en octobre (Dickins et al., 1987).