Fiche d'information - Résultats de l'Évaluation nationale des systèmes d'aqueduc et d'égout dans les collectivités des Premières Nations

Table des matières

Les résultats de l'Évaluation nationale des systèmes d'aqueduc et d'égout dans les collectivités des Premières Nations, l'évaluation la plus rigoureuse et exhaustive de son genre jamais entreprise au Canada, ont été fournis à Affaires autochtones et Développement du Nord Canada (AADNC) par Neegan Burnside Ltd, l'entrepreneur indépendant qui a mené l'évaluation, et le Ministère les a rendus publics. Cette fiche d'information donne un aperçu des résultats clés de cette évaluation sans précédent pour les provinces de l'Atlantique.

Comment les Premières Nations s'approvisionnent-elles en eau et comment éliminent-elles les eaux usées?

Les collectivités des Premières Nations s'approvisionnent en eau grâce à diverses méthodes : 72 % des maisons sont reliées à la canalisation, 13,5 % reçoivent l'eau d'un camion de livraison, 13 % sont reliées à un puits individuel et 1,5 % n'a pas d'approvisionnement en eau. Pour ce qui est des réseaux de traitement des eaux usées, 54 % des maisons sont reliées à la canalisation, 8 % des maisons ont recours au transport par camion des eaux usées, 36 % des maisons ont des fosses septiques et d'autres réseaux personnels de traitement des eaux usées et 2 % des maisons n'ont accès à aucun service.

Résumé des résultats pour la région de l'Atlantique

Dans le cadre de l'Évaluation nationale, on a inspecté les systèmes d'aqueduc et d'égout de 33 Premières Nations des provinces de l'Atlantique.

Risque

L'entrepreneur a utilisé les Directives sur l'évaluation du niveau de risque d'AADNC afin d'attribuer une cote de risque à chacun des 35 réseaux d'approvisionnement en eau inspectés : six présentent un risque global élevé, 19 un risque global moyen et 10 un risque global faible.

Des 28 réseaux de traitement des eaux usées inspectés, sept présentent un risque global élevé, 12 un risque global moyen et neuf un risque global faible.

Coût

Après avoir évalué le niveau de risque de chaque réseau, l'entrepreneur a estimé ce qu'il en coûterait à AADNC pour respecter ses protocoles sur les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées. Le coût total pour les réseaux des provinces de l'Atlantique s'élèverait à 42 millions de dollars, ce qui comprend, entre autres, l'élaboration de meilleures pratiques de gestion, l'amélioration de la formation des opérateurs, l'augmentation de la capacité des réseaux et la construction de nouvelles installations, le cas échéant.

Croissance

L'entrepreneur a aussi prévu le coût, sur une période de 10 ans, que devrait assumer le Ministère pour veiller à ce que les systèmes d'aqueduc et d'égout des Premières Nations soient en mesure de suivre le rythme de croissance des collectivités des Premières Nations. En tenant compte des 42 millions de dollars susmentionnés pour respecter les protocoles actuels du Ministère sur les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées pour les provinces de l'Atlantique, le coût associé aux nouveaux services s'élèverait à 210 millions de dollars, selon l'entrepreneur.

Investissements dans les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des Premières Nations de la région de l'Atlantique

En 2011-2012, AADNC prévoit faire des investissements dans deux systèmes d'aqueduc dans les provinces de l'Atlantique présentant un risque élevé associé à la conception et un risque global élevé. Trois autres projets sont prévus de 2012-2013 à 2015-2016.

Le gouvernement du Canada a procédé à des investissements importants dans l'infrastructure d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des collectivités des Premières Nations. Entre le 1er avril 2006 et le 31 mars 2010, AINC a investi environ 36 millions de dollars dans l'infrastructure d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des Premières Nations du Canada atlantique. Citons notamment les projets suivants :




Résumé des résultats pour le Québec

Dans le cadre de l'Évaluation nationale, on a inspecté les systèmes d'aqueduc et d'égout de 37 Premières Nations au Québec.

Risque

L'entrepreneur a utilisé les Directives sur l'évaluation du niveau de risque d'AADNC afin d'attribuer une cote de risque à chacun des 39 réseaux d'approvisionnement en eau inspectés : sept présentent un risque global élevé, 12 un risque global moyen et 20 un risque global faible.

Des 39 réseaux de traitement des eaux usées inspectés, sept présentent un risque global élevé, 26 un risque global moyen et six un risque global faible.

Coût

Après avoir évalué le niveau de risque de chaque réseau, l'entrepreneur a estimé ce qu'il en coûterait à AADNC pour respecter ses protocoles sur les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées. Le coût total pour les réseaux du Québec s'élèverait à 28 millions de dollars, ce qui comprend, entre autres, l'élaboration de meilleures pratiques de gestion, l'amélioration de la formation des opérateurs, l'augmentation de la capacité des réseaux et la construction de nouvelles installations, le cas échéant.

Croissance

L'entrepreneur a aussi prévu les coûts des infrastructures pour l'eau potable et les eaux usées en fonction de la croissance prévue de la population au cours des 10 prochaines années. En tenant compte des 28 millions de dollars susmentionnés pour respecter les protocoles actuels du Ministère sur les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées pour le Québec, le coût associé aux nouvelles infrastructures s'élèverait à 380 millions de dollars, selon l'entrepreneur.

Investissements dans les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des Premières Nations du Québec

En 2011-2012, AADNC prévoit faire des investissements dans deux systèmes d'aqueduc au Québec présentant un risque élevé de conception et un risque global élevé. Deux autres projets sont prévus de 2012-2013 à 2015-2016.

Le gouvernement du Canada a procédé à des investissements importants dans l'infrastructure d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des collectivités des Premières Nations. Du 1er avril 2006 au 31 mars 2010, AADNC a investi environ 113,7 millions de dollars dans l'infrastructure d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des Premières Nations du Québec. Citons notamment les projets suivants :

  • Modernisation des installations de traitement de l'eau potable à Unamen Shipu (La Romaine) dans le cadre du Plan d'action pour l'approvisionnement en eau potable et le traitement des eaux usées des Premières Nations, y compris l'agrandissement des installations et l'installation d'un nouveau système de traitement (8,7 millions de dollars);
  • Augmentation de la capacité du réservoir d'eau potable de Wemotaci pour répondre aux besoins de la collectivité pendant les 25 prochaines années (1,85 million de dollars);
  • Remise en état du réservoir de Manawan – les travaux visaient à rendre les parois imperméables ainsi qu'à faire en sorte qu'elles gardent leur intégrité structurelle, et à faciliter l'entretien (350 000 $).



Résumé des résultats pour l'Ontario

Dans le cadre de l'Évaluation nationale, on a inspecté les systèmes d'aqueduc et d'égout de 120 Premières Nations de l'Ontario.

Risque

L'entrepreneur a utilisé les Directives sur l'évaluation du niveau de risque d'AADNC afin d'attribuer une cote de risque à chacun des 158 réseaux d'approvisionnement en eau inspectés : 72 présentent un risque global élevé, 61 un risque global moyen et 25 un risque faible.

Des 77 réseaux de traitement des eaux usées inspectés, 28 présentent un risque global élevé, 38 un risque global moyen et 11 réseaux, un risque faible.

Coût

Après avoir évalué le niveau de risque de chaque réseau, l'entrepreneur a estimé ce qu'il en coûterait à AADNC pour respecter ses protocoles sur les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées. Le coût total pour les réseaux en Ontario s'élèverait à 309 millions de dollars, ce qui comprend, entre autres, l'élaboration de meilleures pratiques de gestion, l'amélioration de la formation des opérateurs, l'augmentation de la capacité des réseaux et la construction de nouvelles installations, le cas échéant.

Croissance

L'entrepreneur a aussi prévu les coûts des infrastructures pour l'eau potable et les eaux usées en fonction de la croissance prévue de la population au cours des 10 prochaines années. En tenant compte des 309 millions de dollars susmentionnés pour respecter les protocoles actuels du Ministère sur les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées pour l'Ontario, le coût associé aux nouvelles infrastructures s'élèverait à un milliard de dollars, selon l'entrepreneur.

Investissements dans les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des Premières Nations de l'Ontario

En 2010-2011, AADNC a fait des investissements dans deux systèmes d'aqueduc en Ontario présentant un risque élevé de conception et un risque global élevé. Un autre projet est prévu pour 2011-2012. Douze autres projets sont prévus de 2012 2013 à 2015-2016.

Le gouvernement du Canada a procédé à des investissements importants dans l'infrastructure d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des collectivités des Premières Nations. Entre le 1er avril 2006 et le 31 mars 2010, AADNC a investi environ 318,6 millions de dollars dans l'infrastructure d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des Premières Nations de l'Ontario. Parmi les principaux projets, citons :




Résumé des résultats pour le Manitoba

Dans le cadre de l'Évaluation nationale, on a inspecté les systèmes d'aqueduc et d'égout de 62 Premières Nations au Manitoba.

Risque

L'entrepreneur a utilisé les Directives sur l'évaluation du niveau de risque d'AADNC afin d'attribuer une cote de risque à chacun des 74 réseaux d'approvisionnement en eau inspectés : 21 présentent un risque global élevé, 32 un risque global moyen et 21 un risque global faible.

Des 61 réseaux de traitement des eaux usées inspectés, six présentent un risque global élevé, 38 un risque global moyen et 17 réseaux présentent un risque faible. Il est 2,5 fois plus probable que les réseaux d'approvisionnement en eau dans les collectivités éloignées présentent un risque élevé plutôt que faible.

Coût

Après avoir évalué le niveau de risque de chaque réseau, l'entrepreneur a estimé ce qu'il en coûterait à AADNC pour respecter ses protocoles sur les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées. Le coût total pour les réseaux du Manitoba s'élèverait à 82 millions de dollars, ce qui comprend, entre autres, l'élaboration de meilleures pratiques de gestion, l'amélioration de la formation des opérateurs, l'augmentation de la capacité des réseaux et la construction de nouvelles installations, le cas échéant.

Croissance

L'entrepreneur a aussi prévu les coûts des infrastructures pour l'eau potable et les eaux usées en fonction de la croissance prévue de la population au cours des 10 prochaines années. En tenant compte des 82 millions de dollars susmentionnés pour respecter les protocoles actuels du Ministère sur les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées pour le Manitoba, le coût associé aux nouvelles infrastructures s'élèverait à 690 millions de dollars, selon l'entrepreneur.

Investissements dans les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des Premières Nations au Manitoba

De 2012-2013 à 2015-2016, AADNC prévoit faire des investissements dans neuf systèmes d'aqueduc et d'égout au Manitoba. Il s'agit de réseaux présentant une cote de risque élevé pour la conception et un risque global élevé.

Le gouvernement du Canada a investi d'importantes sommes dans l'infrastructure d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées dans les collectivités des Premières Nations. Du 1er avril 2006 au 31 mars 2010, AADNC a investi environ 227 millions de dollars pour l'infrastructure d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées pour les Premières Nations au Manitoba. Parmi les projets majeurs, citons :




Résumé des résultats pour la Saskatchewan

Dans le cadre de l'Évaluation nationale, on a inspecté les systèmes d'aqueduc et d'égout de 69 Premières Nations en Saskatchewan.

Risque

L'entrepreneur a utilisé les Directives sur l'évaluation du niveau de risque d'AADNC afin d'attribuer une cote de risque à chacun des 103 réseaux d'approvisionnement en eau inspectés : 27 présentent un risque global élevé; 47, un risque global moyen; 29, un risque global faible.

Des 88 réseaux de traitement des eaux usées inspectés, 4 présentent un risque global élevé; 44, un risque global moyen; 40, un risque global faible.

La cote de risque pour les opérateurs est très faible en Saskatchewan en raison d'un programme dynamique et efficace qui facilite la certification des opérateurs des réseaux d'aqueduc et d'égout des Premières Nations. Ce programme est appuyé par l'efficace section régionale du Programme de formation itinérante.

Coût

Après avoir évalué le niveau de risque de chaque réseau, l'entrepreneur a estimé ce qu'il en coûterait à AADNC pour respecter ses protocoles sur les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées. Le coût total pour les réseaux de la Saskatchewan s'élèverait à 203 millions de dollars, ce qui comprend, entre autres, l'élaboration de meilleures pratiques de gestion, l'amélioration de la formation des opérateurs, l'augmentation de la capacité des réseaux et la construction de nouvelles installations, le cas échéant.

Croissance

L'entrepreneur a aussi prévu le coût, sur une période de 10 ans, que devrait assumer le Ministère pour veiller à ce que les systèmes d'aqueduc et d'égout des Premières nations soient en mesure de suivre le rythme de croissance des collectivités des Premières nations. En tenant compte des 203 millions de dollars susmentionnés pour respecter les protocoles actuels du Ministère sur les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées pour la Saskatchewan, le coût associé aux nouveaux services s'élèverait à 680 millions de dollars, selon l'entrepreneur.

Investissements dans les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des Premières nations en Saskatchewan

En 2011-2012, AADNC prévoit faire des investissements dans trois réseaux en Saskatchewan présentant un risque élevé de conception et un risque global élevé. De plus, cinq autres projets sont prévus de 2012-2013 à 2015-2016.

Le gouvernement du Canada a investi d'importantes sommes dans l'infrastructure d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées dans les collectivités des Premières nations. Entre le 1er avril 2006 et le 31 mars 2010, AADNC a investi environ 214,8 millions de dollars dans l'infrastructure d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des Premières nations de Saskatchewan, notamment les projets suivants :




Résumé des résultats pour l'Alberta

Dans le cadre de l'Évaluation nationale, on a inspecté les systèmes d'aqueduc et d'égout de 44 Premières Nations en Alberta.

Risque

L'entrepreneur a utilisé les Directives sur l'évaluation du niveau de risque d'AADNC afin d'attribuer une cote de risque à chacun des 82 réseaux d'approvisionnement en eau inspectés. Il a ainsi jugé que 21 de ces réseaux présentaient un risque global élevé, que 48 présentaient un risque global moyen et que 13 présentaient un risque global faible.

Des 73 réseaux de traitement des eaux usées inspectés, 12 ont reçu une cote de risque global élevé, 44, une cote de risque global moyen et 17, une cote de risque global faible.

Coût

Après avoir évalué le niveau de risque de chaque réseau, l'entrepreneur a estimé ce qu'il en coûterait à AADNC pour respecter ses protocoles sur les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées. Le coût total pour les réseaux de l'Alberta s'élèverait à 162 millions de dollars, ce qui comprend, entre autres, l'élaboration de meilleures pratiques de gestion, l'amélioration de la formation des opérateurs, l'augmentation de la capacité des réseaux et la construction de nouvelles installations, le cas échéant.

Croissance

L'entrepreneur a aussi prévu les coûts des infrastructures pour l'eau potable et les eaux usées en fonction de la croissance prévue de la population au cours des 10 prochaines années. En tenant compte des 162 millions de dollars susmentionnés pour respecter les protocoles actuels du Ministère sur les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées pour l'Alberta, le coût associé aux nouvelles infrastructures s'élèverait à 800 millions de dollars, selon l'entrepreneur.

Investissements dans les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des Premières Nations de l'Alberta

AADNC prévoit faire des investissements dans les réseaux d'approvisionnement en eau en Alberta lorsqu'ils présentent un risque élevé associé à la conception et ont reçu une cote de risque global élevé. Un processus de planification est en cours afin de déterminer quels projets seront réalisés, en fonction des priorités établies dans l'Évaluation nationale.

Le gouvernement du Canada a investi d'importantes sommes dans l'infrastructure d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées dans les collectivités des Premières Nations. Du 1er avril 2006 au 31 mars 2010, AADNC a investi environ 144,9 millions de dollars dans l'infrastructure d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des Premières Nations de l'Alberta, notamment dans les projets suivants :

  • Usine de traitement de l'eau de la Première nation de Driftpile, qui emploie la technologie de nanofiltration sur membrane pour traiter l'eau de source de la collectivité (Plan d'action pour l'approvisionnement en eau potable et le traitement des eaux usées des Premières Nations – 8 millions de dollars);
  • Usine de traitement de l'eau de la Première nation des Dénés Tha', qui emploie aussi la technologie de nanofiltration sur membrane (Plan d'action économique du Canada – 12,8 millions de dollars);
  • Création de « New Water Limited », une entreprise appartenant à 25 % aux Cris des Bois, dans le cadre d'un partenariat entre le Northern Sunrise County, le Village de Nampa, la Première nation des Cris des Bois, l'administration municipale et le gouvernement provincial, dans le but d'offrir à plusieurs collectivités une eau salubre (4,01 millions de dollars).



Résumé des résultats pour la Colombie‑Britannique

Dans le cadre de l'Évaluation nationale, on a inspecté les systèmes d'aqueduc et d'égout de 188 Premières Nations de la Colombie‑Britannique.

Risque

L'entrepreneur a utilisé les Directives sur l'évaluation du niveau de risque d'AADNC afin d'attribuer une cote de risque à chacun des réseaux d'approvisionnement en eau inspectés : 154 des réseaux évalués ont reçu une cote de risque global élevé, 52 ont reçu une cote de risque global moyen et 84 ont reçu une cote de risque global faible.

La majorité des réseaux à risque élevé desservent une petite population. Les réseaux d'eau dans les collectivités éloignées sont 2,5 fois plus susceptibles de présenter un risque élevé que de présenter un risque faible. Quarante‑deux pour cent des réseaux de la Colombie‑Britannique sont classés dans la catégorie des petits réseaux. Des 153 réseaux de traitement des eaux usées inspectés, 8 ont reçu une cote de risque global élevé, 69 de risque global moyen et 76 de risque global faible. 

Il est important de noter que le nombre de Premières Nations et de réseaux est considérablement plus élevé en Colombie‑Britannique que dans les autres provinces. Il y a 198 Premières Nations en Colombie‑Britannique, et 290 réseaux ont été inspectés dans le cadre de l'Évaluation nationale. L'Ontario vient en deuxième : elle compte 121 Premières Nations et le nombre de réseaux inspectés s'élève à 158.

Coût

L'entrepreneur a aussi prévu les coûts des infrastructures pour l'eau potable et les eaux usées en fonction de la croissance prévue de la population au cours des 10 prochaines années. En tenant compte des 324 millions de dollars susmentionnés pour respecter les protocoles actuels du Ministère sur les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées pour la Colombie‑Britannique, le coût associé aux nouvelles infrastructures s'élèverait à 710 millions de dollars, selon l'entrepreneur.

Croissance

L'entrepreneur a aussi prévu le coût, sur une période de 10 ans, que devrait assumer le Ministère pour veiller à ce que les systèmes d'aqueduc et d'égout des Premières Nations soient en mesure de suivre le rythme de croissance des collectivités des Premières Nations. En tenant compte des 324 millions de dollars susmentionnés pour respecter les protocoles actuels du Ministère sur les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées pour la Colombie‑Britannique, le coût associé aux nouveaux services s'élèverait à 710 millions de dollars, selon l'entrepreneur.

Investissements dans les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des Premières Nations de la Colombie‑Britannique

En 2011‑2012, AADNC prévoit faire des investissements dans cinq réseaux d'eau en Colombie‑Britannique qui présentent un risque élevé associé à la conception et un risque global élevé. Vingt‑six autres projets sont prévus de 2012‑2013 à 2105‑2016.

Le gouvernement du Canada a investi d'importants montants dans l'infrastructure d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées dans les collectivités des Premières Nations. Du 1er avril 2006 au 31 mars 2010, AADNC a investi environ 174,4 millions de dollars dans l'infrastructure d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des Premières Nations de la Colombie‑Britannique, notamment dans les projets suivants :

  • Améliorations au réseau d'eau potable de la Première nation des Simpcw, y compris la construction d'une nouvelle usine de traitement de l'eau (1,7 million de dollars);
  • Modernisation de l'usine de traitement de l'eau de la Première nation kwicksutaineuk afin d'offrir aux résidants un approvisionnement fiable en eau potable (4,7 millions de dollars);
  • Installation d'un système de désinfection aux rayons ultraviolets et au chlore dans la Première nation d'Iskut pour améliorer le réseau d'eau potable de la collectivité (1,4 million de dollars).



Résumé des résultats pour le Yukon

Dans le cadre de l'Évaluation nationale, on a inspecté les systèmes d'aqueduc et d'égout de 17 Premières Nations du Yukon.

Risque

L'entrepreneur a utilisé les Directives sur l'évaluation du niveau de risque d'AADNC afin d'attribuer une cote de risque à chacun des 24 réseaux d'approvisionnement en eau inspectés. De ces 24 réseaux, on a jugé que six présentaient un risque global élevé, cinq un risque global moyen et 13 un risque global faible.

Des onze réseaux de traitement des eaux usées inspectés, on a jugé qu'un présentait un risque global moyen et 10 un risque global faible.

Coût

Après avoir évalué le niveau de risque de chaque réseau, l'entrepreneur a estimé ce qu'il en coûterait à AADNC pour respecter ses protocoles sur les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées. Le coût total pour les réseaux du Yukon s'élèverait à 11 millions de dollars, ce qui comprend, entre autres, l'élaboration de meilleures pratiques de gestion, l'amélioration de la formation des opérateurs, l'augmentation de la capacité des réseaux et la construction de nouvelles installations, le cas échéant.

Croissance

L'entrepreneur a aussi prévu le coût, sur une période de 10 ans, que devrait assumer le Ministère pour veiller à ce que les systèmes d'aqueduc et d'égout des Premières Nations soient en mesure de suivre le rythme de croissance des collectivités des Premières Nations. En tenant compte des 11 millions de dollars susmentionnés pour respecter les protocoles actuels du Ministère sur les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées pour le Yukon, le coût associé aux nouveaux services s'élèverait à 50 millions de dollars, selon l'entrepreneur.

Investissements dans les réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des Premières Nations du Yukon

En 2011‑2013, AADNC prévoit faire des investissements dans deux réseaux d'approvisionnement en eau au Yukon. Ces réseaux présentent un risque élevé associé à la conception et ont reçu une cote de risque global élevé.

Le gouvernement du Canada a investi d'importantes sommes dans l'infrastructure d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées dans les collectivités des Premières Nations. Entre le 1er avril 2006 et le 31 mars 2010, AADNC a investi environ 21,6 millions de dollars dans l'infrastructure d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des Premières Nations du Yukon, notamment dans les projets suivants :

Date : le 14 juillet 2011

Date de modification :