Partenariat en éducation en Colombie-Britannique

Le vaste partenariat en éducation établi en Colombie-Britannique est en place depuis très longtemps.

En 1998, l'Aboriginal Education Partners Group a été formé. Peu de temps après, soit le 2 février 1999, on a conclu un protocole d'entente (PE) sur l'éducation des Autochtones, qui lie les intervenants ayant pour but commun d'améliorer les chances de succès des élèves autochtones en Colombie-Britannique. Le PE a notamment été signé par le BC Chiefs Action Committee (au nom des chefs de la Colombie-Britannique), le ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien (au nom du gouvernement du Canada) et le ministre de l'Éducation (au nom du gouvernement de la Colombie-Britannique). Les autres signataires étaient la First Nation Schools Association, le BC College of Teachers, la BC School Trustees Association, la Fédération des enseignantes et enseignants de la Colombie-Britannique ainsi que la BC Principals and Vice Principals' Association.

Le PE a mené à la formation du Comité tripartite sur l'éducation, qui au fil du temps, a principalement mis l'accent sur l'élaboration d'un cadre au moyen duquel les Premières nations de la Colombie-Britannique pourraient être autonomes en matière d'éducation. De plus, le PE a permis l'établissement d'un accord-cadre entre les Premières nations et les districts scolaires afin de promouvoir la conclusion d'ententes sur l'amélioration des services éducatifs destinés aux Autochtones. Par l'intermédiaire de ces ententes, la province a fait des investissements supplémentaires afin d'accroître la réussite scolaire des étudiants autochtones dans les écoles provinciales.

En 2003, un PE tripartite sur l'éducation des Premières nations, qui précise les éléments pertinents à la compétence en matière d'éducation, a été signé entre le gouvernement du Canada, la Colombie-Britannique et le First Nations Education Steering Committee (FNESC). Les travaux effectués dans le cadre de ce PE ont mené, en 2006, à la signature de l'Entente-cadre sur la compétence en matière d'éducation entre trois parties, ainsi qu'à la négociation d'ententes-modèles bilatérales qui seraient signées par les Premières nations qui détiennent une compétence en matière d'éducation. Cet ensemble d'ententes établit les structures, les processus et l'engagement visant à assurer la prestation de services éducatifs qui « permettent aux étudiants de passer, sans perte de scolarité, à un niveau équivalent dans une autre école du système scolaire de Colombie-Britannique ».

L'Entente-cadre sur la compétence en matière d'éducation de 2006 a été officialisée par la Loi sur la compétence des premières nations en matière d'éducation en Colombie-Britannique et la Loi sur l'éducation des Premières nations.

En novembre 2009, le gouvernement provincial et FNESC ont signé un accord de réciprocité sur les droits de scolarité, dans le cadre duquel la province fournit un financement complet des études pour tous les élèves admissibles vivant hors réserve qui fréquentent une école administrée par la bande et à tous les élèves admissibles n’ayant pas le statut d’Indien vivant dans la réserve. Cette initiative découlait également de l’Accord-cadre de 2006.

En décembre 2010, le gouvernement du Canada a annoncé une nouvelle approche pour assurer la comparabilité de l’éducation des Premières Nations de la Colombie‑Britannique afin que tous les élèves de ces dernières puissent passer d’un système à un autre (écoles provinciales et écoles gérées par les Premières Nations) sans pénalité sur le plan scolaire. Les Premières Nations pourront se prévaloir de la nouvelle approche, qui comprend un nouveau modèle de financement, en signant un accord sur l’autonomie gouvernementale en matière d’éducation ou l’Accord-cadre tripartite en matière d’éducation.

Le Canada, FNESC et le gouvernement de la Colombie‑Britannique ont signé l’Accord-cadre tripartite en matière d’éducation en janvier 2012.