ARCHIVÉE - Un rêve éconergétique devenu réalité!

Renseignements archivés

Cette page a été archivée dans le Web. Les renseignements archivés sont fournis aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Ils ne sont pas assujettis aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiés ou mis à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces renseignements sous une autre forme, veuillez communiquer avec nous.

La Première Nation des Tlingit de Taku River, située dans le Nord de la Colombie‑Britannique, investit dans la technologie verte en vue de produire de l'électricité de façon rentable, efficace et écologique.

Projet de microcentrale hydroélectrique de la Première Nation Tlingit de Taku River.
Projet de microcentrale hydroélectrique de la Première Nation Tlingit de Taku River. (Photo par : Shari-Lynn MacLellan)

Le 1er avril 2009, la Première Nation a inauguré sa première microcentrale hydroélectrique, qui fournit en continu de l'électricité à la collectivité éloignée grâce au débit de la rivière.

« Ce projet a exigé beaucoup de temps. Nous y avons travaillé pendant huit ans, mais quel plaisir nous avons eu! », a déclaré T. J. Esquiro, directeur de Xeitl Limited Partnership, dont les yeux pétillent lorsqu'il parle du fonctionnement du projet de centrale au fil de l'eau.

 « Les projets de microcentrale sont bien plus discrets que les barrages hydroélectriques traditionnels, a‑t‑il expliqué. Ils n'exigent pas nécessairement la construction de barrages sur les rivières ni l'inondation de vallées pour former des réservoirs. Tout ce qu'il faut, c'est un volume d'eau et une descente; Pine Creek, près d'Atlin, nous offre les deux. »

Une somme de 750 000 $ a été investie dans ce projet dans le cadre du Programme d'action pour les collectivités autochtones et nordiques (PACAN) du gouvernement fédéral. De plus, des programmes provinciaux d'énergie verte ont aidé la Première Nation à obtenir l'argent nécessaire pour construire la microcentrale.

Taku River (Yukon) (Photo par : Shari-Lynn MacLellan)

Propriété de la Première Nation des Tlingit de Taku River, la microcentrale est exploitée par Xeitl Limited Partnership. Le terme « Xeitl » est un mot tlingit qui signifie « éclair » ou « énergie ». Peter Kirby, président-directeur général de Xeitl, est fier de cette réussite. « L'ingénieur indépendant embauché par la société de crédit, qui travaille dans le domaine depuis 25 ans, nous a dit que c'était le meilleur projet qu'il ait connu à ce jour », a‑t‑il précisé.

Il est à prévoir que la microcentrale au fil de l'eau apportera aussi des avantages environnementaux importants. On estime que l'utilisation de la technologie de microcentrale, plus écoénergétique, pourrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de pas moins de 4 500 tonnes par année.

La Première Nation prévoit rembourser les coûts d'immobilisation du projet au cours des 10 prochaines années. Tout en effectuant le remboursement, la Première Nation percevra suffisamment de recettes de l'énergie excédentaire pour enregistrer un petit bénéfice annuel. La Première Nation des Tlingit de Taku River consulte actuellement ses membres pour décider de l'utilisation de ce bénéfice. « Ce projet est un excellent moyen de générer de l'argent qui demeurera dans la collectivité », a affirmé Stuart Simpson, gestionnaire de Xeitl. 

T.J. Esquiro fait visiter la microcentrale.
T.J. Esquiro fait visiter la microcentrale. (Photo by: Shari-Lynn MacLellan)

« À ma connaissance, cette microcentrale hydroélectrique est la première dans le monde qui soit entièrement la propriété d'un groupe autochtone », a déclaré M. Kirby. Il ajoute que le projet démontre que les petites Premières Nations peuvent construire et exploiter de grands projets et, ce faisant, tendre vers l'autosuffisance. « Ces projets sont à la portée des collectivités qui ont un bon noyau de personnes pour les mener à bien. »

Tout au long de l'élaboration du projet, les citoyens de la collectivité des Tlingit de Taku River ont acquis de formidables capacités. Vingt‑cinq personnes ont été embauchées durant la construction de la microcentrale, qui est entretenue et exploitée par des citoyens de la localité.

« Notre rêve de créer une microcentrale appartenant aux gens d'ici et exploitée par eux s'est concrétisé », a souligné M. Kirby.

D'autres Premières Nations du Yukon et du Nord de la Colombie‑Britannique se tournent maintenant vers la Première Nation des Tlingit de Taku River pour obtenir une orientation et des conseils sur la façon d'élaborer leurs propres projets d'énergie renouvelable. Le projet de microcentrale suscite aussi de l'intérêt au pays et à l'étranger, car il démontre comment une petite collectivité peut mener un projet qui réduit les émissions de gaz à effet de serre, favorise la propriété locale et crée des emplois dans la collectivité.

 

Date de modification :