ARCHIVÉE - Un gigantesque nettoyage à la mine Giant

Renseignements archivés

Cette page a été archivée dans le Web. Les renseignements archivés sont fournis aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Ils ne sont pas assujettis aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiés ou mis à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces renseignements sous une autre forme, veuillez communiquer avec nous.

Plus de 50 ans se sont écoulés depuis que le premier lingot d'or a été fondu à la mine Giant à Yellowknife (Territoires du Nord-Ouest). La mine Giant a produit 7,6 millions d'onces d'or entre 1948 et 2004; cependant l'héritage laissé par la mine assombrit la belle époque où elle était un important catalyseur économique dans le territoire. 

Mine Giant, Yellowknife (T.N.-O.). (Photo par : AINC)

À l'instar de ce qui s'est produit dans le territoire limitrophe, le Yukon, la recherche de l'or a attiré des gens sur le territoire – la mine Giant est une des principales raisons de la fondation de Yellowknife. En fait, la mine Giant est située à seulement 10 minutes de voiture du centre-ville, et avec sa surface de 850 hectares et sa profondeur de 700 mètres, la mine est deux fois la taille du centre-ville. Sa proximité de la capitale n'est néanmoins qu'une des nombreuses raisons pour lesquelles le site est toujours problématique. Le bâtiment et les surfaces de la mine sont contaminés à l'amiante et à l'arsenic. Il y a 95 hectares de bacs de décantation des résidus – assez pour couvrir 300 terrains de football. Durant une seule saison, l'équivalent de 200 piscines olympiques (500 000 m3) d'eau contaminée à l'arsenic doit être traitée. Mais la question qui soulève le plus d'intérêt est celle des 237 000 tonnes de poussière de trioxyde de diarsenic qui ont été laissées sur place.

La contamination à l'arsenic est une conséquence de la production d'or à la mine Giant. Le minerai d'or est riche en arsénopyrite, un minerai qui comprend beaucoup d'arsenic. Le processus de grillage utilisé pour d'extraire l'or du minerai produit également de la poussière de trioxyde de diarsenic (As2O3), une substance très toxique qui était recueillie et pompée sous terre dans 14 enceintes et chambres sur le site de la mine, où elle se trouve toujours scellée de nos jours.  

En 2004, AINC est devenu responsable du site et de la surface de la mine Giant, ainsi que du nettoyage souterrain à effectuer. Après avoir largement sollicité la participation des groupes autochtones, du public et d'autres organismes gouvernementaux, AINC a commencé à préparer un plan exhaustif de remise en état pour régler efficacement le problème dont il a hérité. 

Le plan a aussi été examiné rigoureusement puis adapté par des experts internationaux des domaines de l'ingénierie, de l'assainissement des mines, de la géologie, des sciences de la santé ainsi que d'autres ministères. (Photo par : AINC)

AINC et le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest ont intégré huit années de recherche et de travaux d'ingénierie pour créer le plan d'assainissement de la mine Giant. Pendant son élaboration, le plan a évolué et a été amélioré grâce à des séances de participation tenues auprès de la collectivité et des intervenants. Le plan a été examiné rigoureusement puis adapté par des experts internationaux des domaines de l'ingénierie, de l'assainissement des mines, de la géologie, des sciences de la santé, ainsi que par d'autres ministères. Le plan d'assainissement décrit toutes les activités nécessaires pour nettoyer le site de la mine, y compris la démolition et le retrait de tous les bâtiments et les installations, et l'entreposage et le confinement à long terme dans le sous-sol de la poussière de trioxyde de diarsenic.

Cette étape est peut-être la partie la plus intéressante et la plus importante du plan d'assainissement. Après tout, 237 000 tonnes de trioxyde de diarsenic équivalent à sept édifices à bureau de 11 étages, et presque toute cette poussière est entreposée dans 14 enceintes et chambres souterraines (cavités irrégulières, où le travail minier est terminé) taillées dans la roche solide. Des cloisons de ciment, qui servent de bouchons, scellent l'ouverture de ces enceintes et chambres. La poussière de trioxyde de diarsenic est complètement entourée de roche solide et de ciment. À l'origine, lorsqu'on a conçu cette technique d'entreposage souterrain, on comptait que le pergélisol naturel de la région agirait comme une barrière glacée. On croyait que quand le temps serait venu de fermer la mine Giant, le pergélisol se reformerait autour de ces enceintes et chambres, scellant ainsi le trioxyde de diarsenic.

Vue aérienne du site de la mine Giant. (Photo par : AINC)

Pour veiller à la santé et à la sécurité des résidants et à la protection de l'environnement, il fallait à tout prix éviter les situations d'urgence découlant du vieillissement des infrastructures de la mine. Le conseiller technique (en fait, un groupe d'entreprises) et un comité indépendant d'évaluation par les pairs composé d'experts internationaux avaient recommandé l'option la plus sécuritaire et la meilleure solution disponible à l'époque : la méthode du bloc congelé. Conformément au plan, la poussière de trioxyde de diarsenic sera congelée à fond dans les 14 enceintes souterraines scellées pour créer une barrière de « bloc congelé » visant à prévenir toute fuite d'arsenic.   

Pour procéder à la congélation, il faut tout d'abord installer des tuyaux sous les enceintes et les chambres et autour de celles-ci, puis pomper un liquide extrêmement froid dans les tuyaux. On créera ainsi une barrière impénétrable qui empêchera l'eau d'entrer dans les enceintes et l'arsenic d'en sortir. On utilise la même technologie pour faire des patinoires. On l'a aussi employée pour empêcher le déversement d'eaux souterraines dans d'autres mines souterraines et, à plus petite échelle, pour isoler les lieux où le sol est contaminé.

On devrait avoir besoin de 10 ans pour terminer l'assainissement. (Photo par : Paul Vecsei)

Une fois que la poussière et la roche avoisinante seront complètement congelées, le système de congélation sera converti en un système de thermosiphon. Les thermosiphons sont des tubes remplis de gaz carbonique comprimé agissant comme des thermopompes passives, c'est-à-dire qu'ils refroidissent le sol sans intrant énergétique. Les thermosiphons sont utilisés fréquemment dans le Nord afin de garder le sol congelé. Par exemple, on en utilise dans le parc de stationnement de l'assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest pour empêcher la fonte du pergélisol naturel. Selon des analyses et essais thermiques effectués sur le site, même en supposant un réchauffement climatique extrême, les thermosiphons maintiendraient des conditions de gel dans les enceintes et les chambres. Ils fonctionnent de manière permanente et exigent seulement un entretien périodique et des remplacements ponctuels. 

Le plan d'assainissement étant soumis à une évaluation environnementale, AINC a été en mesure de procéder à une étude sur l'optimisation de la congélation. Il s'agit d'un test de la méthode congélation, effectué à plus petite échelle, pour confirmer et comparer les méthodes de congélation. L'étude sera utilisée pour guider le processus d'évaluation environnementale et offrir des renseignements sur le fonctionnement, comme les besoins en énergie, le taux de congélation, ainsi que des estimations des coûts plus précises. 

Afin d'assurer la protection de la population et de l'environnement, AINC effectue du travail d'entretien à la mine Giant depuis qu'il en est devenu propriétaire en 1999. Pendant l'évaluation environnementale, AINC continue de travailler afin de s'assurer que la condition du site demeure stable en atténuant les risques au site de la mine et aux infrastructures vieillissantes. Un nouveau système de pompage souterrain de la mine a été installé en décembre 2008, doublant la capacité de pompage. On a également modernisé l'usine de traitement des effluents pour en améliorer l'efficacité. Un important programme de surveillance de l'eau est en vigueur sur le site afin de veiller au respect du Règlement sur les effluents des mines de métaux du Canada. En outre, on procède à la surveillance de l'eau souterraine et des puits dans les environs de la mine en effectuant régulièrement des échantillonnages.

Ces activités et d'autres activités d'entretien atténuent l'éventualité de situations d'urgence et de problèmes permanents. Cependant, seul un assainissement complet du site peut éliminer les problèmes causés par la mine. On prévoit que l'assainissement de la surface et la congélation complets des enceintes et des chambres s'effectueront dans les 10 ans suivant l'approbation réglementaire. L'assainissement du site de la mine Giant laissera aux résidants du Nord un meilleur héritage, dont ils auront raison d'être fiers.

 

Date de modification :