Bande indienne d’Osoyoos

Située dans la vallée de l'Okanagan en Colombie-Britannique, la Bande indienne d'Osoyoos a de grandes ambitions pour son avenir qu'elle concrétise dans le cadre d'initiatives dans les domaines de l'agriculture, de l'écotourisme et du développement commercial, industriel et résidentiel. La combinaison d'une riche terre agricole et de terrains désertiques fournit une formule idéale pour un grand nombre d'entreprises de la Bande, plus particulièrement ses vignobles et ses vineries.

Download: MP4 format

Transcript: Bande indienne d'Osoyoos

La Bande indienne d'Osoyoos est un modèle de progrès et d'initiative en raison de sa détermination d'atteindre l'autosuffisance grâce au développement économique.

Sous la direction de son chef de longue date, Clarence Louie, la Bande est devenue une société à plusieurs facettes qui emploie des centaines de personnes, dans les réserves et hors réserve, dans de nombreuses entreprises et opérations commerciales couronnées de succès.

Je crois que la responsabilité d'un chef est de répondre aux besoins immédiats de son peuple et pour ça, il faut avoir des emplois.

Nous avons ici énormément d'occasions... Je crois que c'est là notre plus grand succès. Il y a tellement d'emplois et de possibilités de carrières ainsi que de choses à faire pour nous garder actifs. Il se produit toujours du nouveau.

La majorité des 465 membres de la Bande indiennes d'Osoyoos vivent dans la réserve dont le territoire s'étend sur 32 000 acres dans le sud de la Colombie-Britannique. La combinaison d'une riche terre agricole et de terrains désertiques fournit une formule idéale pour un grand nombre d'entreprises de la Bande, plus précisément ses vignobles et ses vineries.

Nk'Mip Cellars, qui donne sur les berges du lac Osoyoos, constitue la première vinerie autochtone en Amérique du Nord.

En fait, j'acquiers ma formation en effectuant mes tâches et je me prépare en vue de gérer la vinerie... C'est mon objectif pour l'avenir. Un jour, j'aurai les compétences nécessaires pour gérer l'entreprise.

Comme je suis un vinificateur autochtone et que je travaille pour notre compagnie, je parle très souvent au chef, et il me donne l'impression que je suis assez important et un bon mentor pour les jeunes. Je leur montre qu'ils peuvent s'engager et démontrer ce qu'ils peuvent faire.

C'est sûr que je suis fier d'être un vinificateur pour la Bande. C'est notre propre compagnie, et je trouve que c'est ce qu'il y a de mieux pour nous.

La Bande indienne d'Osoyoos administre également ses propres services de santé, sociaux, éducatifs et municipaux, tout en respectant, préservant et promouvant sa culture et son patrimoine de l'Okanagan.

La Bande indienne d'Osoyoos réussit très bien ici, pas seulement au niveau des affaires et du développement économique, mais aussi au niveau de ce que l'on fait pour l'histoire et la culture de nos Premières Nations. Nous enseignons et nous parlons de la terre, des gens et de la culture.

Nous ne gérons pas nos entreprises, ici, en suivant strictement les méthodes ou la philosophie canadiennes : nous contribuons au niveau social et culturel, nous embauchons nos employés plus tôt, nous les gardons plus longtemps, et nous utilisons nos profits d'entreprises pour financer tous nos programmes sociaux et culturels.

Le chef Clarence Louie a été invité dans de nombreuses autres collectivités, au Canada et à l'étranger, pour parler du développement économique et de ce que peuvent faire les Premières Nations pour améliorer leur situation et prospérer.

Nous devons d'abord nous prendre en charge en créant nos propres emplois et en gagnant notre propre argent. C'est l'autonomie des Premières Nations... et c'est la façon de ramener la fierté des Premières Nations.

Date de modification :