Les Jeux d'hiver de l'Arctique

Une façon originale d'allier sport et culture

Avez-vous déjà rêvé de participer à un biathlon international en raquettes à neige à Iqaluit, au Nunavut, où il fait plutôt frisquet?

Que diriez-vous de défier votre concurrent dans une joute de bras-de-fer ou encore de rencontrer des athlètes de la Russie et de la Scandinavie?

Vous pouvez faire l'expérience de toutes ces activités captivantes et plus encore aux Jeux d'hiver de l'Arctique.

Aux deux ans, des athlètes en provenance de toutes les régions nordiques circumpolaires du monde se rassemblent pour une semaine excitante de compétitions sportives. Cet événement unique donne l'occasion aux personnes de la région du Cercle polaire de compétitionner dans de nombreux sports différents et de se familiariser avec les cultures de tous les coins de la planète. On pourrait qualifier l'événement - les Jeux olympiques du Nord.

Quand ces jeux ont-ils été instaurés?

Les premiers Jeux d'hiver de l'Arctique ont eu lieu en 1970 à Yellowknife, la capitale des Territoires du Nord-Ouest. Ils ont été inaugurés par l'homme d'affaires, Cal Miller, le commissaire des Territoires du Nord-Ouest, Stuart Hodgson et le commissaire du Yukon, James Smith. L'un des principaux objectifs était de faire participer le plus grand nombre d'athlètes possibles des régions nordiques et de leur offrir une arène de compétition. Les Jeux ont été officiellement ouverts par le premier ministre, Pierre Elliott Trudeau, et ont remporté un vif succès. Environ 500 athlètes, entraîneurs et arbitres ont participé aux premiers Jeux d'hiver de l'Arctique. Les participants venaient du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et de l'Alaska. Avec le temps, les Jeux sont devenus une célébration importante du sport et des cultures circumpolaires.

Les valeurs inspirant les Jeux

Les Jeux ont pour raisons d'être la tenue de compétitions athlétiques, d'expositions culturelles et d'échanges sociaux. L'emblème du Comité international des Jeux d'hiver de l'Arctique illustre d'ailleurs ces trois activités. On y voit trois anneaux entrelacés représentant chacun une de ces trois raisons d'être. Au terme des Jeux, un trophée est décerné à l'équipe qui a manifesté le mieux l'esprit et les valeurs des Jeux durant la semaine de compétitions.

Les sports et la culture

Comme aux Jeux olympiques, les Jeux de l'Arctique rassemblent des athlètes de divers pays qui compétitionnent dans des activités sportives; ils se distinguent par le fait que seuls des athlètes du Nord y participent. Les athlètes et les artistes viennent du Groenland, de l'Alaska, de la Russie, de l'Islande, du Nord scandinave et du Nord canadien. Les Jeux présentent aussi des artistes et des vedettes du spectacle en provenance du Nord durant son programme culturel qui se déroule tous les soirs.

On peut assister à des spectacles de chant guttural inuit, de tambour déné, de violon métis au rythme effréné et à d'autres spectacles tout aussi envoûtants. Non seulement les athlètes se mesurent les uns aux autres, mais ils ont aussi l'occasion de se familiariser avec la culture et les valeurs des autres régions nordiques du monde.

Les Jeux d'hiver de l'Arctique sont un événement sportif sans pareil, car ils ne comportent pas seulement les sports pratiqués aux Jeux du Canada ou aux Jeux olympiques, comme le ski, le hockey, le basket-ball et la gymnastique. Ils mettent également en vedette les jeux des Inuit et les jeux des Dénés, ainsi que des courses de traîneaux à chiens — des sports qui sont particuliers aux cultures nordiques. Au nombre des compétitions sportives figurent le ski alpin et la planche à neige, les sports arctiques inuits, les sports arctiques dénés, le badminton, le basket-ball, le ski de fond, le curling, les courses de traîneaux à chiens, la gymnastique, le hockey, le soccer intérieur, la raquette à neige, le patinage de vitesse, le tennis de table, le volley-ball et la lutte.

Les jeux des Inuit et les jeux des Dénés sont tous des sports traditionnels d'origine nordique. Dans le contexte des Jeux de l'Arctique, les jeux des Inuit comportent 11 compétitions différentes : le coup de pied simple, le coup de pied double, l'avion, le saut à cloche-pied, la savate alaskane, l'attrapé d'une main, la traction de la nuque, le bras-de-fer, le saut en traîneau et le triple saut — tous exigeant beaucoup d'habileté, de force et de concentration. Les jeux des Dénés posent aussi beaucoup de défis et comprennent la traction du doigt, le jeu de mains (un jeu d'équipe) le serpent à neige, la traction au bâton et la poussée de la perche (un autre jeu d'équipe).

Pour participer aux Jeux, les athlètes doivent se soumettre à un processus en trois volets : épreuves régionales, épreuves territoriales et, enfin, les Jeux eux-mêmes.

Les médailles et les cérémonies

Comme dans toutes les compétitions sportives importantes, les Jeux de l'Arctique commencent par une cérémonie d'ouverture à l'occasion de laquelle la ville hôte a l'occasion de s'exposer aux athlètes participants et au monde entier. On décerne les médailles aux athlètes gagnants lors de cérémonies de remise des prix. Les Jeux de l'Arctique ont leur propre médaille qu'on appelle la médaille « Ulu ». Elle a la forme du couteau traditionnel tout usage dont se servaient les Inuit. Les athlètes gagnant les première, deuxième et troisième places dans leurs compétitions sportives sont récompensés respectivement par une Ulu d'or, d'argent et de bronze. Les Jeux se terminent par une cérémonie de clôture pour souligner les réalisations des athlètes, des bénévoles, des commanditaires et en remerciement à la ville hôte d'avoir organisé les Jeux.

Voici les règles du jeu pour deux des sports arctiques — faites-en l'essai avec des amis et nous verrons combien vous êtes habile!

Le bras-de-fer

Pour commencer, deux joueurs s'assoient par terre l'un en face de l'autre. Chaque concurrent garde sa jambe gauche étendue et plie sa jambe droite sur la jambe allongée de son opposant. Les deux joueurs immobilisent leur bras droit en le pliant avec celui de l'adversaire à la hauteur du coude et tiennent avec leur main gauche la cheville droite de l'opposant. Il vaut mieux enlever les montres et les bracelets.

Le jeu commence lorsque les joueurs tirent lentement, mais constamment à la hauteur du coude tout en s'agrippant de la main opposée sur la jambe, le pied ou la cheville de l'adversaire. Les joueurs ne doivent forcer que de l'intérieur du coude. La compétition compte trois rondes et le meilleur des trois remporte la partie. On détermine le choix du bras pour la première ronde en faisant pile ou face, à la deuxième ronde, on prend l'autre bras et à la troisième, on revient au bras utilisé lors de la première ronde.

Pour gagner une ronde, un joueur doit tirer son opposant vers lui, faire en sorte que son bras se déplie ou encore que sa main touche la poitrine du gagnant. Si un joueur tombe sur le côté ou que la main du bras accroché touche au sol, il faut recommencer le bras-de-fer.

Le serpent à neige

Le but du jeu est de lancer votre serpent à neige le plus loin possible sur une piste de neige damée. Pour commencer, on doit déblayer une piste de neige sur laquelle peut glisser votre serpent à neige : construisez un long banc de neige d'environ un mètre de hauteur et de largeur et de 100 mètres de longueur. Votre piste peut être plus longue ou plus courte selon l'espace dont vous disposez. Il faut creuser une longue piste sur le banc de neige d'environ six pouces de largeur et la rendre le plus lisse possible. On peut, si c'est possible, y verser de l'eau pour qu'elle soit glacée.

Il vous faut ensuite un serpent à neige — traditionnellement, on sculptait le serpent à partir d'un bâton en bois franc bien droit, d'environ 1,5 mètre de longueur et de cinq à dix centimètres de diamètre à l'extrémité la plus large. On enlève l'écorce et on fait une marque pour la tête qui doit mesurer environ de cinq à dix centimètres de longueur à partir de l'extrémité la plus large. Le diamètre du reste du bâton mesure environ trois centimètres. La tête du serpent doit être recourbée comme un ski. Auparavant, on avait l'habitude de faire des sculptures et beaucoup de décorations sur les surfaces du serpent qui ne servaient pas à glisser. Pour une version plus rapide du serpent, prenez un vieux bâton de hockey dont le bas est coupé et sculptez une extrémité de manière à ce qu'elle soit un peu recourbée. Ceci aide le serpent à glisser le long de la piste de neige. Vous pouvez aussi, si vous le désirez, faire des sculptures et peindre des décorations sur votre serpent.

Pour jouer, chaque concurrent lance à tour de rôle le bâton sur la piste. Si vous voulez jouer en équipe, la personne qui lance le serpent le plus loin compte un point pour son équipe et à chaque fois, on ajoute un point à l'équipe dont le joueur a lancé plus loin tout au long de la partie. Les athlètes aux Jeux de l'Arctique peuvent lancer leur serpent à neige à plus de 90 mètres. Pensez-vous pouvoir en faire autant?

Pour en savoir plus sur les Jeux d'hiver de l'Arctique - visitez le site Web. (site Web non disponible en français)

Autres liens d'intérêt :

Date de modification :