ARCHIVÉE - Potentiel élevé d'investissement dans les activités pétrolières et gazières du Nord canadien

Renseignements archivés

Cette page a été archivée dans le Web. Les renseignements archivés sont fournis aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Ils ne sont pas assujettis aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiés ou mis à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces renseignements sous une autre forme, veuillez communiquer avec nous.

Bulletin
Volume 1, numéro 1
Juin 1994

Compétence

Le pétrole et le gaz du Nord canadien (au nord du 60e parallèle) relèvent de la compétence du gouvernement fédéral. La Direction du pétrole et du gaz du Nord, qui fait partie du ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien, gère cette zone qui englobe environ le tiers du Canada. La zone en cause comprend les régions continentales côtières du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest, les îles de l'Arctique, ainsi que les régions extracôtières de la mer de Beaufort et de l'océan Arctique.

Ressources

Le Nord compte environ 25 p. 100 des ressources découvertes non encore exploitées de pétrole brut léger classique et de gaz naturel.

L'importance des bassins du Nord est encore plus évidente lorsqu'on tient compte des quantités de pétrole et de gaz classiques qui seront probablement découvertes. Selon les estimations, le Nord recèlerait environ 40 p. 100 des ressources qui restent à découvrir au Canada, tant en ce qui a trait au pétrole brut léger classique qu'au gaz naturel.

L'exploration de ces ressources en est encore à ses débuts. En effet, comparativement aux 150 000 puits forés jusqu'à maintenant en Alberta, on en compte moins de 1 500 dans le Nord.

Attribution des droits

Le régime d'attribution des droits de prospection est simple, clair, juste et concurrentiel. Les demandes d'inclusion de terres dans un appel d'offres sont suivies des appels d'offres, et toutes les conditions sont stipulées au préalable. Un seul critère sert au choix des soumissions à retenir.

Chaque année, on présente une demande d'inclusion de terres dans un appel d'offres pour la mer de Beaufort et le delta du Mackenzie (la présentation de la prochaine demande concernant cette région est prévue pour janvier 1995).

On prévoit, en 1994, la première réouverture de l'attribution des droits pour la vallée du Mackenzie depuis 25 ans, la région en cause comprenant également la zone entourant le champ pétrolifère de Norman Wells et la partie sud des Territoires du Nord-Ouest, à proximité des champs gazéifères en production et de nombreux gisements de pétrole et de gaz découverts.

À la fin de 1993, l'industrie détenait les droits sur 2,6 millions d'hectares en vertu de 151 permis de prospection, licences de découverte importante et licences de production toujours en vigueur.

Géologie

La partie méridionale des territoires comprend la portion nord du prolifique bassin sédimentaire de l'Ouest canadien, et elle offre des coûts d'exploration comparables à ceux du nord-est de la Colombie-Britannique et du nord-ouest de l'Alberta, qui sont deux secteurs d'exploration très dynamiques. On trouve dans ces trois régions plusieurs zones d'exploration, et la prospection restreinte jusqu'à maintenant dans les territoires indique un potentiel de découvertes dont la densité est comparable à celle des secteurs adjacents des provinces.

Redevances

Les principales différences qui existent entre le nord de la Colombie-Britannique et de l'Alberta et la partie méridionale des territoires reposent sur le fait que les territoires offrent des conditions de soumission plus avantageuses et des taux de redevances moins élevés.

Le régime de redevances s'appliquant au pétrole et au gaz du Nord, qui tient compte des bénéfices, est l'un des plus concurrentiels au monde. En effet, les sociétés récupèrent leur investissement initial, y compris un taux de rendement raisonnable, et le taux des redevances est extrêmement faible. Avant qu'un projet soit rentable, le taux des redevances est d'abord fixé à 1 p. 100 des recettes brutes, pour augmenter progressivement (de 1 p. 100 tous les dix-huit mois de production) jusqu'à un taux maximal de 5 p. 100. Lorsque l'investissement initial est récupéré, y compris un taux de rendement raisonnable, les redevances sont fixées à la plus grande des deux valeurs suivantes: 5 p. 100 des recettes brutes ou 30 p. 100 des bénéfices nets (c.-à-d. nettes des provisions pour frais d'immobilisation et d'exploitation).

Infrastructure des transports

Il existe une capacité de réserve dans l'oléoduc qui part de Norman Wells et se rend au réseau d'oléoducs du nord de l'Alberta, et dans le gazoduc qui part de Pointed Mountain pour se rendre au réseau de gazoducs de la Colombie-Britannique.

Exploitations pétrolières et gazières

Norman Wells

Pour ce qui est de l'importance des réserves, le champ pétrolifère de Norman Wells vient au quatrième rang des champs en production au Canada, ses réserves ultimes exploitables étant estimées à 37,5 millions de mètres cubes. En 1993, la production à Norman Wells s'est établie à 1,8 million de mètres cubes de pétrole et à 134 millions de mètres cubes de gaz naturel. La production cumulative de pétrole atteint maintenant 19,5 millions de mètres cubes.

Imperial Oil prévoit forer 12 puits en 1994-1995 au coût de 30 millions de dollars. On s'attend que la production se poursuivra jusqu'aux environs de 2 020.

Pointed Mountain

Dans le sud des Territoires du Nord-Ouest, le champ gazéifère de Pointed Mountain fournit du gaz naturel depuis 1972; à la fin de l'année, la production cumulative de 1993 atteignait 8,6 milliards de mètres cubes. Amoco poursuit actuellement des travaux de reconditionnement au puits K-45.

Kotaneelee

La production de gaz naturel du champ de Kotaneelee exploité par Anderson et al dans le sud du Yukon s'est élevée en 1993 à 492 millions de mètres cubes. La production cumulative s'établit à 1,3 milliard de mètres cubes.

Cameron Hills

Le champ pétrolifère de Cameron Hills dans le sud des Territoires du Nord-Ouest fait actuellement l'objet d'une mise en valeur échelonnée. En 1993, Paramount Resources et al y a mené des essais de production à trois puits de même qu'un programme sismique tridimensionnel. En 1994, des travaux sont prévus à d'autres puits.

Bent Horn

En 1993, la production de pétrole au champ de Ben Horn dans l'archipel Arctique s'est élevée à quelque 57 milliers de mètres cubes. Pendant la saison libre de glace, Panarctic et al expédie la production de ce champ vers le sud dans un pétrolier à double coque.

Revendications territoriales des Autochtones

En 1970, l'industrie détenait les droits sur toutes les zones éventuelles de prospection du Nord dans le cadre de certains types de permis de prospection. Toutefois, l'attribution de nouveaux permis (à l'expiration des anciens) a été suspendue afin de permettre la négociation et le règlement des revendications territoriales des Autochtones. On s'attendait que ce processus ne prendrait que quelques années, mais il s'est échelonné sur plus de vingt ans, période au cours de laquelle presque tous les droits antérieurs relatifs au pétrole et au gaz ont pris fin.

On est parvenu à régler les revendications des groupes autochtones concernant la mer de Beaufort et le delta du Mackenzie, la vallée du Mackenzie dans la région entourant Norman Wells (le quatrième champ pétrolifère en importance au Canada), et dans l'est de l'Arctique; en outre, les négociations relatives au Yukon ont marqué des progrès importants. Ces règlements instaurent un climat de certitude dans l'industrie en définissant la propriété du territoire. La plus grande partie du sous-sol appartient au gouvernement fédéral, qui en assure la gestion; les groupes autochtones détiennent les titres de surface relatifs à des parcelles précises et les titres du sous-sol pour certaines d'entre elles. Dans la gestion des ressources pétrolières et gazières, le gouvernement fédéral travaille de concert avec les groupes autochtones et les gouvernements territoriaux.

Résumé

Il serait sage pour les investisseurs d'envisager maintenant le rendement éventuel de l'exploration pétrolière et gazière dans le Nord canadien. Les bassins recèlent un excellent potentiel géologique pour la découverte de pétrole brut léger classique et de gaz naturel. Le régime d'attribution des droits est simple, clair, juste et concurrentiel. Les redevances sont peu élevées et tiennent compte des bénéfices. Les parties méridionales des territoires présentent des coûts d'exploration comparables à ceux du nord de l'Alberta et de la Colombie-Britannique, et elles sont desservies par des oléoducs et des gazoducs qui offrent une capacité de réserve.

La Direction du pétrole et du gaz du Nord ouvre de nouvelles zones à l'exploration à proximité des gisements existants de pétrole et de gaz.

Survol des ressources en pétrole et en gaz naturel du Nord

Production (en 1993)
Pétrole 1847 milliers de mètres cubes (11,6 millions de barils)
Gaz naturel 726 millions de mètres cubes (25,6 milliards de pieds cubes)

Ressources découvertes cumulatives (ressources initiales récupérables, y compris le condensat, à la fin de l'année)
Pétrole 346 millions de mètres cubes (2,2 milliards de barils)
Gaz naturel 811 milliards de mètres cubes (28,6 billions de pieds cubes)

Ressources récupérables non découvertes Pétrole 1686 millions de mètres cubes (10,6 milliards de barils)
Gaz naturel 4370 milliards de mètres cubes (154,3 billions de pieds cubes)

Date de modification :