ARCHIVÉE - Mer de Beaufort et delta du Mackenzie ouverts à une demande de désignations

Renseignements archivés

Cette page a été archivée dans le Web. Les renseignements archivés sont fournis aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Ils ne sont pas assujettis aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiés ou mis à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces renseignements sous une autre forme, veuillez communiquer avec nous.

Bulletin
Volume 2, numéro 1
Janvier 1995

Demande de désignations visant les environs d'Amauligak

L'industrie est invitée jusqu'au 10 avril 1995 à désigner des parcelles qui pourraient l'intéresser dans les régions de la mer de Beaufort et du delta du Mackenzie, dans les Territoires du Nord-Ouest. La zone visée par la demande comprend également la péninsule de Tuktoyaktuk et les îles arctiques les plus à l'ouest.

La Direction du pétrole et du gaz du Nord fait une demande de désignations pour près de 98,8 millions d'hectares (385 000 milles carrés). Le processus de sélection est entièrement confidentiel.

Les parcelles désignées pourront être incluses dans un appel d'offres concurrentiel dont la date de clôture est prévue pour septembre 1995. Les soumissionnaires retenus se verront attribuer une licence d'exploration dont le mandat sera de neuf ans, divisé en deux périodes.

Selon l'emplacement de la parcelle, le forage d'un puits au cours des cinq ou six premières années du mandat permet à la société exploratrice de conserver la licence d'exploration pendant toute la période des neuf années. La sélection des offres retenues se fera selon un critère unique. Les licences d'exploration seront attribuées en fonction de l'offre la plus élevée, c'est-à-dire le montant total que le soumissionnaire se propose de consacrer à l'exploration sur chaque parcelle durant la première période du mandat - soit cinq ou six ans. La tenure ne dépend pas du fait que le montant total de l'offre a été dépensé ou non.

Demande de désignations

Pour recevoir un exemplaire de la Demande de désignations ou plus d'information sur la gestion des ressources pétrolières et gazières dans le Nord du Canada, veuillez communiquer avec la Direction du pétrole et du gaz du Nord, ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien, à Ottawa, au : (819) 994-1606.

On peut également obtenir des copies de la demande de désignations auprès du Bureau d'information sur les terres domaniales de l'Office national de l'énergie, 6e étage, 311 - 6th Ave S.W., à Calgary.

Processus normal de délivrance

En reconnaissance du long délai d'exécution nécessaire pour que l'industrie établisse des partenariats financiers visant à élaborer des stratégies d'acquisition de droits dans la région de la mer de Beaufort et du delta du Mackenzie, un processus annuel de demandes de désignations a été institué, lequel permet avec certitude et sur une base ferme la planification de programmes d'exploration à long terme. Depuis 1989, six demandes de désignations ont été faites, et les appels d'offres subséquents se sont traduits par l'attribution de sept licences d'exploration : trois en 1990 et une en 1991 concernant la région centrale de la mer de Beaufort, et trois en 1991 concernant le delta du Mackenzie.

Terres faisant l'objet de licences

À la fin de 1994, 309 494 hectares faisaient l'objet de licences d'exploration, 277 293 hectares faisaient l'objet de licences de découvertes importantes, et 16 618 hectares faisaient l'objet de licences de production dans la région.

Géologie et estimation des réserves

Malgré des activités exploratoires limitées, quelque 250 puits ont été forés jusqu'à présent dans le bassin de la mer de Beaufort et du delta du Mackenzie, lequel constitue déjà un territoire établi de réserves d'hydrocarbures en raison des 53 découvertes de pétrole et de gaz qui y ont été faites.

En 1988, la Commission géologique du Canada a effectué une évaluation des ressources pétrolières du delta du Mazkenzie et du bassin de la mer de Beaufort. Pour ce qui est du pétrole, on estime qu'il peut y avoir dans la région des richesses totales se chiffrant entre 6,2 et 7,8 milliards de barils (prévision moyenne de 7,1 milliards de barils), dont 1,5 à 2,0 milliards de barils, ou environ 24 %, sont des ressources découvertes. En ce qui concerne le gaz naturel, les richesses totales de la région sont estimées entre 57,5 et 73,1 Tpi3 (prévision moyenne de près de 67 Tpi3), dont 10,4 à 12,6 Tpi3 (ou environ 17 %) sont des ressources découvertes (voir bulletin 474 de la Commission géologique du Canada). On juge que les possibilités de découvertes futures dans le bassin sont élevées.

Bien que la plupart des hydrocarbures déjà découverts dans la région visée par la demande de désignations se trouvent dans la section des dépôts deltaïques du Tertiaire du bassin de la mer de Beaufort et du delta du Mackenzie, des hydrocarbures ont été découverts dans les carbonates paléozoïques et les grès du Crétacé inférieur situés au sud du delta du Mackenzie et le long de la péninsule de Tuktoyaktuk. Les terres situées à l'extérieur des régions susmentionnées (généralement au nord du 71° de latitude et à l'est du 131° 30' de longitude) sont peu explorées, à l'exception d'une petite partie de l'extrémité ouest du bassin de Sverdrup et de la région côtière de l'île Banks. Le potentiel varie beaucoup, de très élevé dans le cas des strates du Mésozoïque et du Paléozoïque supérieur du bassin de Sverdrup et du flanc adjacent de la zone orogénique des îles Parry, à éventuellement élevé le long du plateau continental où la marge tertiaire est essentiellement non explorée, à modéré, là où les strates paléozoïques sont épaisses et où se trouvent des bassins mésozoïques locaux, et à faible dans le prisme paléozoïque rétrécissant qui recouvre les strates précambriennes adjacentes au Bouclier canadien. La très importante découverte de gaz dans la formation d'Hecla a été faite dans la partie du bassin de Sverdrup compris dans la région visée par la demande de désignations. La découverte a été faite en 1972 sur un large anticlinal de faible amplitude après un forage dans des grès du Jurassique, près du bord de leur sous-affleurement.

Mise en valeur

Outre ce grand ensemble de ressources découvertes, on estime qu'il faudrait découvrir seulement 100 millions de barils de plus dans la région continentale pour justifier la prolongation de l'oléoduc vers le nord allant du champ pétrolifère de Norman Wells jusque dans la vallée centrale du Mackenzie. La probabilité du prolongement vers le nord de l'oléoduc de Norman Wells a augmenté en raison du règlement des revendications territoriales des Gwich'in et des Sahtu concernant la vallée du Mackenzie et de la réouverture de la région à l'attribution de nouveaux droits d'exploration.

Outre les 2,2 Tpi3 de gaz, la découverte faite par la société Gulf, à Amauligak, de ressources pétrolières estimées à 335 millions de barils représente le plus gros gisement de pétrole extracôtier. Amauligak constituera probablement le principal projet extracôtier; on finira par expédier le pétrole exploité en mer sur les rives de l'île Richards, qui se trouve dans le delta, puis par la vallée du Mackenzie jusqu'aux marchés du sud.

Les plus grandes découvertes sur terre, soit celles de Taglu, de Niglintgak et du lac Parson sont des ressources gazières. Le projet gazier du delta, mis de l'avant pour mettre en valeur les ressources provenant de ces trois découvertes, prévoit un taux de production dépassant 1 milliard de pieds cubes par jour et des expéditions vers les marchés du sud au moyen d'un gazoduc de grand diamètre remontant la vallée du Mackenzie. En 1989, l'ONE a attribué une licence d'exportation d'une durée de 20 ans concernant 9,2 Tpi3 de gaz.

Date de modification :