Rapports - Territoires du Nord-Ouest

Table des matières

1.0  Description

Le présent sommaire régional vise à présenter aux directeurs et au personnel régionaux une analyse des données contenues dans l'inventaire des ressources minérales, afin de les aider à se préparer adéquatement en prévision de la réaction des bandes indiennes à la distribution du rapport.

2.0  L'inventaire

L'inventaire est un rapport composé de quarante-cinq volumes, qui comprend environ 18 000 pages et 10 000 cartes. Intitulé « Potentiel des ressources minérales des réserves indiennes », il a été dressé à l'étape 1 (étude de l'information) pour chaque réserve indienne du Canada. L'inventaire d'étape 1 est défini comme l'examen et le relevé de toute la documentation disponible sur la géologie, la géophysique, la géochimie, la géologie économique et l'exploitation minière passée ou présente d'une réserve et de sa région environnante. Les substances examinées sont groupées en cinq grandes catégories : minéraux métalliques, minéraux non métalliques (industriels), granulats (sable et gravier), eau souterraine et tourbe.

2.1  Rapport des Territoires du Nord-Ouest

L'inventaire pour la région des Territoires du Nord-Ouest est composé d'un volume et comprend environ 24 pages et 10 cartes. Cet inventaire a été terminé en mars 1989.

2.2  Le territoire dans les T.N.-O

L'inventaire pour les Territoires du Nord-Ouest englobe deux réserves indiennes. Le territoire total de ces deux réserves couvre environ 562,1 hectares.

La superficie moyenne des réserves indiennes de la région est sensiblement inférieure à la moyenne nationale de 1 176 hectares (2 907 acres) par réserve. Dans de nombreux cas, la superficie restreinte des réserves est un important facteur qui intervient dans l'évaluation du potentiel minéral global de la réserve.

3.0  Analyse de l'inventaire régional des ressources minérales

Pour chaque réserve incluse dans l'inventaire, une fiche de relevé informatique a été utilisée pour recueillir jusqu'à 51 éléments d'information descriptifs puisés dans le texte de l'inventaire lui-même. Cette méthode systématique permet d'effectuer des calculs et des analyses statistiques détaillés, variés et d'une grande précision sur les minéraux présents dans les réserves et les activités connexes, ainsi que de créer des sommaires par bande, par région et à l'échelle du pays.

Les sections suivantes présentent sommairement l'information nécessaire et utile à l'évaluation de l'environnement actuel des ressources minérales des réserves indiennes dans la région des Territoires du Nord-Ouest.

3.1  Évaluation globale

L'évaluation globale mesure le potentiel économique des ressources minérales de chaque réserve dans son ensemble, selon une échelle de 1 à 3 (faible-moyen-bon). Les facteurs qui influent sur l'évaluation sont les suivants : superficie de la réserve; situation par rapport aux marchés, transport, accès, valeur et type de substances; barrières sociales et culturelles à l'exploitation minière dans certains territoires et secteurs; viabilité commerciale d'une substance à un moment donné, etc.

L'évaluation « moyen » signifie qu'il existe certaines indications d'un potentiel minéral et qu'il faudrait approfondir l'analyse pour recueillir l'information technique permettant de déterminer si le potentiel de la réserve doit être coté à un niveau supérieur ou inférieur.

La répartition des évaluations globales des réserves est la suivante :

Évaluation globale Nombre de réserves
Faible 1
Moyen 1
Bon 0

3.2  Évaluation des substances offrant un potentiel

L'inventaire des ressources minérales fait état de seulement deux occurrences minéralisées dans la région pour l'ensemble des cinq types de minéraux ou substances (minéraux métalliques, minéraux non métalliques, granulats, tourbe et eau). L'inventaire compte en tout près de 120 minéraux et substances différents.

L'évaluation des substances mesure, sur une échelle clairement définie allant de 1 à 5, le potentiel d'exploitation d'un minéral ou d'une substance en fonction de divers facteurs - géologie, type, emplacement, viabilité commerciale, etc. - selon l'information disponible. Cette estimation se fonde sur les données provenant de nombreuses sources et tient compte de l'environnement géologique des réserves. Ainsi, la présence d'une occurrence minéralisée dans une réserve peut n'offrir aucune valeur et se voir attribuer une cote faible, tandis qu'une ressource peut recevoir la cote « très élevé » parce qu'il y a une indication selon laquelle il existe un dépôt en dehors de la réserve qui pourrait se prolonger jusqu'à l'intérieur de la réserve.

Aucune des réserves ne recèle de substances cotées 3 ou plus à l'heure actuelle. Une occurrence de granulat cotée 2 et une occurrence de gypse cotée 1 sont tout ce que recèlent ces deux réserves selon l'estimation.

3.3  Réserves à la phase d'exploration

Cette phase comprend les multiples activités qui interviennent dans la détection, l'évaluation et la mesure des dépôts de minéraux.

L'inventaire des ressources minérales qui a été parachevé correspond à l'étape I (étude de l'information) de la phase d'exploration. L'inventaire ne fait état d'aucune réserve de la région où s'est déroulé un travail d'exploration au delà de l'étape 1.

3.4  Réserves à la phase de mise en valeur

Cette phase, qui se situe entre les phases d'exploration et de production d'un minéral ou d'un groupe de minéraux particulier, vise la préparation du terrain et du dépôt minéral en vue de l'exploitation minérale proprement dite. Les activités peuvent comprendre aussi bien l'abattage d'arbres, le clôturage et le décapage du terrain que des programmes détaillés de forage, le fonçage de puits et de galeries, des fouilles ouvertes, etc.

Selon l'information disponible, aucun travail de mise en valeur des ressources minérales, quel qu'il soit, n'a eu lieu dans aucune réserve. Certains sites inconnus du Ministère peuvent avoir fait l'objet de travaux et avoir révélé un potentiel minéral faible ou inexistant, ou encore des travaux peuvent s'y être déroulés avant d'être abandonnés en raison de facteurs extérieurs comme des fermetures d'entreprises ou la baisse des marchés.

3.5  Réserves à la phase de production

La phase de production, au sens utilisé ici, désigne l'extraction proprement dite, passée ou présente, d'une substance ou d'un minéral par tout processus minier et sa mise en dépôt, son utilisation ou sa vente à l'extérieur de la réserve.

Dans la région des Territoires du Nord-Ouest, il n'y a pas de cas relevés de production minérale dans des réserves indiennes.

4.0  Cession de ressources minérales

Un examen des dossiers révèle que ni l'une ni l'autre des réserves examinées ici n'a cédé ses ressources minérales.

5.0  Permis et baux d'exploitation minière

Le Registre des terres indiennes des Services fonciers et fiduciaires ne relève aucun cas de permis lié à l'exploitation de ressources minérales pour les réserves indiennes des Territoires du Nord-Ouest.

Le registre fait état de 459 permis, baux ou ententes dans l'ensemble du Canada. En moyenne à l'échelle nationale, 72 % des ententes d'exploitation minière sont conclues avec le secteur privé. Viennent ensuite le gouvernement provincial (14 %), les municipalités (6 %), les bandes (3 %) et les organismes fédéraux (seulement 1 %). Trois pour cent du nombre total d'entrées du registre ne précisent pas cette information.

6.0  Situation par rapport aux principales mines

Parmi les réserves des Territoires du Nord-Ouest, aucune n'est située dans un rayon de 10 ou même 50 kilomètres d'une des dix principales exploitations industrielles de minéraux et de minéraux métalliques de la région. Les deux réserves, toutefois, sont distantes de 100 à 150 kilomètres de mines et pourraient être candidates à des navettes aériennes pour favoriser l'emploi.

En tenant compte d'une moyenne nationale de 479 travailleurs par mine, ces exploitations représentent un total de près de 2 400 emplois. Selon les statistiques, au moins 70 de ces emplois devraient être occupés par des autochtones.

Octobre 1991

Date de modification :