Sites de la Wek’èezhìi

La région de Wek’èezhìi est la région administrative du secteur désigné de Tlicho, traditionnellement défini comme le secteur Môwhì Gogha De Niitlee. Les frontières de la région sont délimitées dans l'Accord tlicho  , signé par le gouvernement du Canada, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest et le Conseil des Dogrib assujettis au Traité no 11, le 25 août 2005 à Behchoko (T.N.-O.). C'est le premier accord des Territoires du Nord-Ouest qui combine à la fois le règlement de revendications territoriales et l'auto-détermination.

Il y a quatre collectivités dans la région de Wek’èezhìi : Gameti, Wekweètì, Whatì et Behchokò, où est situé le gouvernement Tlicho. Le langage traditionnel du peuple Tlicho est le tlicho (dogrib).

Certains sites contaminés ont été identifiés et classés par ordre de priorité et l'identification et l'évaluation se poursuivent dans la région de Wek’èezhìi.

Les sites contaminés de la région de Wek’èezhìi qui ont été désignés pour faire l'objet de recherches approfondies et être éventuellement assainis sont situés sur les terres de la Couronne.

Sites de la Wek’èezhìi

Cette carte n’est fournie qu’à titre d’information. Elle n’a pas pour vocation de servir d’outil de référence technique et ne constitue pas un document juridique. Affaires autochtones et Développement du Nord Canada ne pourra être tenu responsable des erreurs et inexactitudes éventuelles.

No. Nom du site Phase
 1  Région du plateau Horn et
du lac Marian
Évaluation
 2  Mines Indore et Beaverlodge
(Hottah)
Évaluation
 3  Lac Norris Évaluation
 4  Sun-Rose Claim Group Évaluation
 5  Lac Wijinnedi Évaluation
 6  Sites de la Nighthawk Gold Corporation
(site d’exploration du lac Chalco, mine Diversified/Indigo, site d’exploration du lac Spider)
Assainissement
 7  Mine Colomac Assainissement
terminés / surveillance
 8  Mine North Inca Assainissement
terminés / surveillance
 9  Mine Rayrock Assainissement
terminés / surveillance

 


Sites d'évaluation

Région du plateau Horn et du lac Marian : propriété de Rex

La propriété Rex est un ancien site d’exploration uranifère situé sur la rive nord du lac Sheldon, à 156 km au nord-ouest de Yellowknife et à 66 km au nord ouest de Behchokò. Même s’il est appelé « plateau Horn » sur les cartes, le site n’est pas géographiquement lié au plateau Horn, qui se trouve plus au sud. Entre les années 1950 et 1970, différents groupes ont réalisé des travaux d’exploration minière à ce site, principalement de la prospection uranifère.

Les préoccupations relatives à ce site sont, entre autres :

  • des sédiments et des stériles présentant un niveau de radiation légèrement élevé;
  • des débris de camps et de dépotoirs;
  • des galeries laissées par les activités d’exploration.

Travaux achevés :

2012-2013 Évaluation environnementale de site, phase I et phase II.

Prochaines étapes?

Un examen des résultats de l’évaluation environnementale du site déterminera les travaux requis.



Mines Indore et Beaverlodge (Hottah)

Les mines Indore et Beaverlodge (Hottah) sont situées à 12 km l'une de l'autre sur lac Hottah, à environ 100 km au nord de Gameti dans les Territoires du Nord Ouest. La mine Indore a été initialement jalonnée à des fins d'exploration de l'uranium en 1950, puis exploitée par intermittence jusqu’à sa fermeture en 1956. La mine Beaverlodge (Hottah) est une ancienne mine d’uranium qui a eu plusieurs propriétaires entre 1943 et 1977, date à laquelle la responsabilité du site est retournée à la Couronne.

Parmi les préoccupations suscitées par la mine Indore, citons :

  • la présence d’une petite quantité de résidus sur le terrain;
  • des sédiments et des stériles présentant un niveau de radiation légèrement élevé;
  • des ouvertures de mine non scellées, y compris un puits de mine et une galerie d’accès;
  • des débris des anciens bâtiments et dépotoirs;
  • divers débris et matériaux contenant de l’amiante;
  • des concentrations d’uranium élevées dans les stériles.

Parmi les préoccupations suscitées par la mine Beaverlodge (Hottah), citons :

  • des ouvertures de mine non scellées, y compris un puits de mine et des tranchées;
  • des concentrations d’uranium et des niveaux de radiation élevés dans les stériles près des puits;
  • des débris calcinés d’anciens bâtiments;
  • divers débris et de la ferraille.

Travaux achevés :

2008-2009 Évaluation environnementale de site, phase III.

2008-2009 Évaluation des risques pour la santé humaine.

2009-2010 Visites du site par les aînés.

2010-2011 Des solutions en matière d’assainissement ont été sélectionnées en se fondant sur les commentaires de l’administration et des aînés Tlichô.

2011-2012 Le mauvais temps n'a pas permis l'accès au site pour la campagne d'exploration de cette année.

2012-2013 Une évaluation archéologique et une reconnaissance du site ont été effectuées afin d’obtenir des données manquantes.

Prochaines étapes?

Une réunion avec les aînés Tlichô est prévue au début de 2013 pour discuter du plan d’assainissement. On prévoit que les travaux d'assainissement initiaux débuteront après la construction de la route d'hiver et l'acheminement des ressources vers le site en mars 2015. L’assainissement devrait durer environ un an et comportera le scellage d’ouvertures de mine, l’élimination des stériles, la démolition des bâtiments et des réservoirs et l’enlèvement des résidus hors site.



Lac Norris

La propriété du lac Norris, un ancien site d’exploration aurifère et de métaux communs, est située à la rivière Emile, à environ 235 km au nord-ouest de Yellowknife et à 32 km à l’ouest de la mine Colomac. Les activités d’exploration minière ont commencé en 1938 et se sont poursuivies sporadiquement jusqu’en 1982.

Les préoccupations relatives à ce site sont, entre autres :

  • des débris des anciens camps et dépotoirs;
  • des barils d’huile usée;
  • des débris de métaux et de stériles;
  • un sol contaminé aux hydrocarbures.

Travaux achevés

2012-2013 Évaluation environnementale de site, phase I et phase II.

Prochaines étapes?

Un examen des résultats de l’évaluation environnementale du site déterminera les travaux requis.



Sun-Rose Claim Group

La propriété Sun Rose est un ancien site d’exploration uranifère. Elle située sur la rive nord du lac Chico, à 123 km au nord-ouest de Yellowknife et à 35 km au nord de Behchokò. Le site est adjacent à la route d’hiver entre le lac Marian et la jonction hydro au lac Snare. Cette route a également été utilisée pendant une brève période comme route toutes saisons vers la mine Rayrock.

Les préoccupations relatives à ce site sont, entre autres :

  • des sédiments et des stériles probablement radioactifs;
  • des débris des anciens bâtiments, routes et dépotoirs;
  • des galeries laissées par les activités d’exploration.

Travaux achevés

2012-2013 Évaluation environnementale du site, phase III.

Prochaines étapes?

Un examen des résultats de l’évaluation environnementale du site déterminera les travaux requis.



Lac Wijinnedi

La propriété du lac Wijinnedi est un ancien site d’exploration aurifère, qui est situé sur la rive sud du lac Wijinnedi, à172 km au nord-ouest de Yellowknife, et à 133 km au nord-est de Behchokò. Des activités d’exploration ont été réalisées dans les années 1940 par Vive Yellowknife Gold Mines et Yellowknife Volcanic Gold Mines Limited. Elles ont pris fin à la fin des années 1940, mais un prospecteur campait de temps à autre dans la seule cabane en bois rond qui restait entre les années 1970 et 2001.

Les préoccupations relatives à ce site sont, entre autres :

  • des débris des anciens bâtiments et dépotoirs;
  • des barils de carburant;
  • un sol contaminé aux hydrocarbures.

Travaux achevés :

2012-2013 Évaluation environnementale de site, phase I et phase II.

Prochaines étapes?

Un examen des résultats de l’évaluation environnementale du site déterminera les travaux requis.



Sites en cours d’aasainissement

Sites de la Nighthawk Gold Corporation :
site d’exploration du lac Chalco, mine Diversified/
Indigo, site d’exploration du lac Spider

En décembre 2011, Affaires autochtones et Développement du Nord Canada (AADNC) a négocié un accord avec la Nighthawk Gold Corporation (anciennement la Merc International) portant sur l’échange de certaines concessions minières du site de la mine Colomac contre l’assainissement par Nighthawk de trois autres sites contaminés dans la région du Wek’èezhìi.

Nighthawk a accepté de protéger les travaux d’assainissement au site de la mine Colomac et collaborera avec l’Office des terres et des eaux du Wek’èezhìi et le gouvernement Tlichô pendant les travaux d’assainissement exécutés conformément aux plans de fermeture et de remise en état qui ont été soumis pour les sites de Diversified/Indigo, du lac Spider et du lac Chalco dans la demande de permis d’utilisation des terres.

Travaux achevés :

  • Site d'exploration du lac Chalco
    En 2012, les entrepreneurs chargés de l’assainissement du site ont enlevé le sol et les débris contaminés par du pétrole et collecté des échantillons de confirmation. En septembre 2012, un avion Hercules a été mobilisé au site de Colomac pour transporter les dépôts de sol contaminé qui s’étaient empilés à Colomac.
  • Mine Diversified/Indigo
    En mars et en avril 2012, le chevalement a été démoli ainsi que bon nombre des bâtiments et des structures.
  • Site d’exploration du lac Spider
    Il y a eu peu d’activités au lac Spider jusqu’à maintenant.


Assainissement terminés / surveillance

Mine Colomac

La mine Colomac, une mine d’or exploitée de 1989 à 1997, est située à 222 km au nord-ouest de Yellowknife. La période de production minière a duré de 1990 à 1997. L’année suivante, la Royal Oak Mines Inc. a placé la mine en mode entretien. La mine a été retournée à l'État en 1999 lorsque la Royal Oak Mines Inc. a été mise sous séquestre.

Parmi les sources de préoccupation, citons :

  • la gestion et le traitement de l’eau contaminée;
  • des résidus exposés et les effets possibles sur la faune;
  • la contamination par des hydrocarbures dans la zone de l’ancien parc de stockage, de l’usine de traitement et de l’atelier;
  • la contamination par des hydrocarbures de l’assise rocheuse, de l’eau souterraine, du sol et des sédiments sur les rives du lac Steeves;
  • la gestion des stocks d’huiles usées et des produits chimiques à la fermeture de la mine;
  • des bâtiments désaffectés au complexe minier;
  • des puits à ciel ouvert et des carrières désaffectées.

Travaux achevés :

1999-2000 Travaux d’entretien et de nettoyage urgents.

2001-2003 Traitement de l’eau contaminée par du cyanure et des composés cyanurés, de l’ammoniac et des métaux lourds dans les bassins à résidus et le puits de la zone 2.0.

2004-2005 Démolition et excavation du parc de stockage, et construction d'une barrière de confinement et d'une installation de traitement du sol.

2006-2007 Traitement de l'eau dans le bassin à résidus et dans le puits de la zone 2.0 selon les niveaux de rejet et travaux civils majeurs (barrage 1B, recouvrement des résidus et conduit d'écoulement).

2008-2009 Aménagement de bermes pour caribous, démantèlement de la clôture à caribous, regroupement des déchets et inventaire des huiles usées.

2010-2011 Dernières étapes de l’assainissement, y compris la démolition des bâtiments, la remise en état des rives du lac Steeves, le traitement de l’eau et du sol contaminés par des hydrocarbures, l’enlèvement des produits à l’état libre et la surveillance de routine de la qualité de l’eau.

2011-2012 Traitement du sol restant contaminé par des hydrocarbures, nettoyage final du site et départ du site.

2012-2013 La phase de surveillance à long terme est commencée. La surveillance est communautaire et comprend la continuité du programme de gestion adaptée des hydrocarbures pour les hydrocarbures résiduels dans le substrat rocheux. La surveillance environnementale comprend la qualité de l’eau, les niveaux d’eau dans les lacs et les puits, la stabilité géotechnique du barrage 1B, le recouvrement des résidus, le déversoir et le canal de décharge et le site d’enfouissement de déchets non dangereux. La surveillance de la remise en état comprend le débit fluvial et la restauration de l’habitat, l’érosion et la santé aquatique et terrestre.

Le grand entrepôt en acier appelé « Big Blue » est demeuré sur le site à la demande des Tlichô et sa gestion a été reprise par le gouvernement Tlichô en juin 2012.

Prochaines étapes?

L’unité de l’équipe de gestion du projet de Colomac continuera de surveiller le site jusqu'à ce que l'on puisse établir que les travaux d'assainissement ont été efficaces et que les conditions sur le site ont atteint un état stable. Entretemps, la Nighthawk Gold Corporation a obtenu un permis d’utilisation des terres de la région pour l’exploration minière; des inspections réglementaires prévues dans ce permis seront effectuées par des inspecteurs d’AADNC. Les activités de Nighthawk sont de nature exploratoire et ne compromettront pas le travail qui a été fait pour assainir le site.



Mine North Inca

La mine North Inca est située à environ 190 km au nord de Yellowknife. Ce site a servi à l’exploration aurifère entre 1945 et 1949, y compris du forage souterrain et en surface. Le site n’a pas fait l’objet d’une exploration importante depuis 1949.

Parmi les sources de préoccupation, citons :

  • un puits de mine partiellement ouvert;
  • des bâtiments qui se délabrent;
  • deux réservoirs de stockage de combustibles à la surface;
  • des matériaux contenant de l'amiante.

Travaux achevés :

2009-2010 Les travaux d'assainissement, y compris le scellage des ouvertures de la mine, la démolition des bâtiments et l'enlèvement des réservoirs de stockage de combustibles, ont commencé.

2010-2011 Les derniers travaux d'assainissement du site ont été terminés avec l'enlèvement de tous les matériaux du site, et les premières activités de surveillance du site ont été entreprises.

2011-2012 D'autres inspections du site seront entreprises en 2012 pour confirmer l'efficacité des travaux d'assainissement. De plus, une étude géotechnique a été réalisée sur la couverture du puits et les stériles nivelés.

Prochaines étapes?

Une autre inspection du site est prévue pour 2014 afin de vérifier si les travaux d’assainissement continuent de bien se dérouler.



Mine Rayrock

La mine Rayrock est située à 145 km au nord-ouest de Yellowknife. C’était une mine d'uranium souterraine exploitée par Rayrock Mines Ltd. de 1957 à 1959. Durant la période d’exploitation de la mine, environ 70 000 tonnes de minerais ont été broyées pour en extraire 207 tonnes de concentrés d’uranium.

Parmi les sources de préoccupation, citons :

  • les résidus radioactifs qui ont été déposés sur le terrain dans deux zones de confinement, ainsi qu’un dépotoir;
  • la mine était également une source potentielle de contamination radioactive en raison des émissions de radon provenant des ouvertures de la mine et des puits de ventilation;
  • de la ferraille et des débris divers qui pourraient contenir de l’amiante.

Travaux achevés :

1996-1997 Travaux d’assainissement, dont le scellage de toutes les ouvertures de la mine et des puits de ventilation, l’enlèvement des matières radioactives présentes dans les dépotoirs pour les déposer sur les tas de résidus, et couverture des tas de résidus d'une épaisse couche d'argile limoneuse, suivie de la revégétation du site.

1998-1999 Programme de surveillance à court terme, et élaboration du programme de surveillance à long terme.

1999-2009 Début de la surveillance annuelle de dix ans prévue dans le cadre des activités de surveillance à long terme (exigence pour l'obtention d'une licence de la Commission canadienne de sûreté nucléaire).

2009-2010 Une évaluation du rendement a été entreprise pour examiner l’état du site depuis les activités d’assainissement en 1996 par rapport aux objectifs d’assainissement et aux critères de fermeture.

2010-2011 L'étude annuelle de surveillance du radon a été achevée, et le comité des aînés de Rayrock (K’wetiia’a) s'est réuni pour la première fois afin de discuter des préoccupations de la collectivité à l'égard du site.

2011-2012 Le rapport d’évaluation du rendement a été produit et proposait une nouvelle fréquence et portée pour la surveillance. On a également réalisé une analyse de l'écart des données existantes relatives au site (faune, poissons, végétation, eau souterraine et sédiments) afin de déterminer les renseignements supplémentaires nécessaires pour effectuer une évaluation détaillée des risques pour la santé humaine et l'environnement.

Prochaines étapes?

Parmi les activités de surveillance cette année, mentionnons la reconnaissance d’une zone inconnue de contamination aux hydrocarbures et la reconnaissance de matières enfouies afin d’améliorer les connaissances. Le comité des aînés de Rayrock (K’wetiia’a) continuera à se réunir pour discuter des constatations découlant des reconnaissances et trouver des solutions pour la surveillance et l'entretien. En outre, un exercice de cartographie avec les aînés Tlichô en février 2012 a permis de mieux comprendre la route de transport historique.