ARCHIVÉE - La planification communautaire globale de la Première nation T’Sou-ke : une initiative qui fait intervenir diverses formes de participation communautaire

Archivé: Cette page Web a été archivée dans le Web.

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

 

Pour la Première nation T'Sou-ke, l'établissement d'une planification communautaire globale (PCG) ne se résume pas à organiser des réunions dans des salles de conférence. La petite communauté autochtone de l'île de Vancouver, qui est située à 28 km à l'ouest de Victoria, profite de l'exercice pour organiser des rencontres à la belle étoile, autour d'un feu de camp, ou encore dans des cliniques de santé.

« L'accent est mis sur les "visions" de la communauté – sur ce que nous envisageons pour nos membres à l'horizon des cent prochaines années », explique Willow Dodge, artiste t'sou-ke   et professionnelle de la santé publique, qui participe au processus de la PCG depuis plus d'un an. « Il n'y a pas de limite à ce que nous pouvons faire si nous mettons nos idées en commun. »

Willow Dodge a dessiné un œil stylisé pour représenter la vision d'avenir de la Première nation T'Souke
Membre de l'équipe de la PCG depuis un an, Willow Dodge a dessiné un œil stylisé pour représenter la vision d'avenir de la Première nation T'Souke.

Intitulé « Visions et progrès », le programme PCG de la Première nation T'Sou-ke veut rallier la participation du plus grand nombre possible de membres de la communauté (population totale : 219) pour établir des objectifs au niveau individuel, familial et communautaire.

« Ce processus est une excellente occasion de nouer des liens et de faire un exercice qui réunira la participation de toute la communauté », explique Andrew Moore, responsable de la planification communautaire globale de la Première nation T'Sou-ke.

Depuis le début du processus en mars 2007, certaines des interventions les plus franches et les plus éclairantes faites par la communauté ont eu lieu à l'extérieur du bureau, expliquent Willow Dodge et Andrew Moore.

Ainsi, chaque jeudi matin, les mères et les enfants qui participent au Groupe T'Sou-ke de développement de l'enfant se rencontrent au bureau du centre de santé local. Tandis que les enfants s'amusent ensemble, les mamans discutent avec les membres de l'équipe PCG des rêves qu'elles nourrissent pour leurs enfants et de ce qu'elles pensent de la planification communautaire globale proposée.

Les mamans T'Sou-ke se rencontrent chaque jeudi pour raconter des histoires, organiser des jeux et réfléchir ensemble sur les projets d'aménagement de la communauté.
Les mamans T'Sou-ke se rencontrent chaque jeudi pour raconter des histoires, organiser des jeux et réfléchir ensemble sur les projets d'aménagement de la communauté.

« Les mères espèrent que la prochaine génération n'aura pas les mêmes problèmes que la génération précédente, explique Andrew Moore. Ce qu'elles espèrent pour l'avenir, c'est que leur communauté offre un milieu de vie où leurs enfants pourront grandir en santé et en sécurité. »

Les jeunes de la communauté sont également invités à participer au processus de la PCG. Bien qu'ils aient été dès le début associés à l'exercice, ils n'étaient pas toujours à l'aise pour donner leur point de vue, surtout lors des réunions formelles. Comme on leur enseigne très tôt à respecter leurs aînés, ils hésitent à dire ce qu'ils pensent en présence de ceux-ci.

Afin de favoriser leur participation, les responsables de la PCG ont organisé un « Camp et Conseil de fin de semaine » en 2007. Lors de cet exercice de trois jours, quinze jeunes des deux réserves T'Sou-ke ont discuté de leur rôle au sein de la communauté, entre les diverses activités de plein air qui avaient été organisées pour l'occasion (canoë, nage, kayak, etc.).

Les jeunes de la Première nation T'souke donnent leur avis à l'équipe PCG de leur communauté.
Les jeunes de la Première nation T'souke donnent leur avis à l'équipe PCG de leur communauté.

L'équipe PCG a invité les jeunes de la communauté, comme Amanda Mobely (16 ans), à s'exprimer sur les enjeux locaux, dans le cadre d'un exercice où ils devaient répondre à la question « Que feriez-vous si vous étiez chef ? »

« Si j'étais chef, j'utiliserais une partie des fonds destinés à l'éducation pour inciter les jeunes à ne pas décrocher, et j'essaierais de les inciter à être assidus en classe et à avoir de bonnes notes en leur donnant une allocation hebdomadaire, a proposé Amanda Mobely. Je ferais des sondages auprès des jeunes pour avoir leur opinion et les inciter à participer. Les jeunes doivent apprendre très tôt à être responsables afin de pouvoir réussir quand ils seront grands. »

Depuis le « Camp et Conseil de fin de semaine », le groupe a formé un conseil jeunesse qui se réunit une fois par mois pour discuter des questions qui sont importantes pour eux et qui concernent la planification communautaire globale. Amanda Mobely et plusieurs autres jeunes T'sou-ke participent aux rencontres de ce conseil jeunesse depuis le camp de l'été dernier.

« Grâce au conseil jeunesse, j'apprends plein de choses et j'apprends à montrer le chemin aux autres jeunes », explique Amanda.

Les rencontres régionales PCG favorisent le réseautage

La mutualisation des stratégies et des pratiques exemplaires est un important aspect du processus mis en place pour la PCG. En juin 2008, Affaires indiennes et du Nord Canada a tenu deux ateliers à Westbank   (C.-B.), où des aménagistes de diverses régions de la province se sont réunis pour réfléchir sur les moyens d'améliorer leurs planifications communautaires et de les mettre en œuvre de manière efficace.

Les ateliers de deux jours ont également permis aux aménagistes de réseauter et de s'encourager mutuellement.

« Lorsque nous organisons des rencontres entre communautés, l'un des principaux bénéfices est le réseautage qui s'établit et le soutien mutuel qui en résulte », explique Colette Anderson, agente de planification stratégique auprès d'Affaires indiennes et du Nord Canada qui a aidé à organiser les ateliers.

Pour plus d'information sur les PCG, communiquer avec nous par courriel, bc ccp@inac.gc.ca ou contacter le gestionnaire de la planification stratégique au numéro 604 666 2247.