ARCHIVÉE - La Première nation Snuneymuxw aide les jeunes à entrer sur le marché du travail

Renseignements archivés

Cette page a été archivée dans le Web. Les renseignements archivés sont fournis aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Ils ne sont pas assujettis aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiés ou mis à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces renseignements sous une autre forme, veuillez communiquer avec nous.

De Miranda Post

Été 2009
Cas de réussites les plus récents | Archive des cas de réussite

D'après un proverbe africain très connu, « il faut tout un village pour élever un enfant ». Or, le village proverbial de la Première nation Snuneymuxw poursuit son travail en ce sens, soit aider les jeunes à mûrir et à devenir des adultes. 

La Première nation Snuneymuxw est d'avis qu'il est prioritaire pour la collectivité d'aider les jeunes à surmonter les obstacles personnels auxquels ils font face et à devenir des adultes équilibrés. Elle en a donc fait un objectif pour le village tout entier.

Selon la conseillère en formation et en orientation de Snuneymuxw, Nancy Seward, il faut compter sur le travail d'équipe pour faciliter l'entrée des jeunes sur le marché du travail et encourager ces derniers à se prendre en main. C'est ce qui l'a inspirée, en compagnie d'une petite équipe dévouée, à lancer un programme pilote de développement social pour aider les jeunes de la nation.

L'équipe du programme pilote de développement social de la Première nation Snuneymuxw aide les jeunes membres à trouver un emploi et à acquérir des compétences. De gauche à droite : Michelle Sokolowsi, Nancy Seward, Michèle Hillier, Lorraine Littlefield et Wanda Good; Karen Ahenakew est absente de la photo.

« Le taux de chômage était de 56 % et de nombreux jeunes de 19 à 30 ans étaient prestataires de l'aide sociale. Nous voulions changer les choses et nous avons pensé mettre à l'essai un programme de développement social axé sur l'accompagnement professionnel », explique Mme Seward.

La petite équipe regroupe les services d'éducation, de développement social, de ressources humaines et de santé de la Première nation Snuneymuxw. Les responsables allient le counseling d'emploi individualisé à des ateliers bimensuels de groupe portant sur la rédaction d'un curriculum vitæ, la préparation à l'emploi et les techniques d'entrevue. L'objectif global du programme est de réduire le nombre de jeunes aptes au travail de la Première nation Snuneymuxw qui reçoivent des prestations d'aide au revenu, tout en aidant ces jeunes à améliorer leur qualité de vie.

La première étape, selon Mme Seward, consiste à rencontrer chaque jeune et à considérer sa vie de façon intégrale. L'équipe a élaboré à cette fin une trousse d'évaluation qui permet d'examiner globalement les besoins du jeune en tenant compte de son éducation, de ses antécédents familiaux, de son réseau d'entraide, de ses antécédents professionnels et de ses besoins en matière de santé. 

Toujours selon Mme Seward, « certains de nos clients n'ont jamais occupé un emploi officiel, mais ils ont tout de même des compétences. Ils ont travaillé dans le jardin, gardé des enfants ou fait du bénévolat à la longue maison communautaire. Nous nous efforçons vraiment de mettre l'accent sur les compétences. »

Mme Seward demande également aux jeunes avec lesquels elle travaille de dresser un plan de vie, soit se fixer des objectifs personnels et professionnels qui leur serviront de feuille de route. Les jeunes lui font part de leur plan afin qu'elle puisse mieux les guider et organiser des ateliers qui les aideront à réaliser leurs ambitions. Entre-temps, en collaboration avec les autres membres de l'équipe, elle aide les clients à combler les besoins en matière de soins dentaires et médicaux ou d'éducation qu'ils ont été cernés au cours de l'évaluation.

Mme Seward et sa collègue Wanda Good ont recours à deux grandes tactiques pour inciter les jeunes à entrer sur le marché du travail. Elles insistent sur le fait qu'ils peuvent avancer à leur propre rythme, mais avant tout, elles soulignent les avantages financiers que procure un emploi. « Même à temps partiel, ils peuvent gagner de 10 $ à 15 $ l'heure », dit Mme Seward. 

Pour faire valoir les avantages de trouver un emploi, l'équipe invite tous les mois un représentant d'un commerce local à venir parler des possibilités d'emploi. Des sociétés représentées localement, comme BC Ferries, Terasen Gas et Quality Foods, ont participé à ces rencontres, et certaines ont même recueilli des demandes d'emploi par la même occasion.

Parfois, les participants au programme s'adressent à des bureaux de placement à Nanaimo pour assister à divers ateliers. L'organisme de services aux jeunes de Nanaimo offre des ateliers adaptés aux besoins des Snuneymuxw, ce qui leur permet de suivre les cours et la formation dont ils ont besoin dans une ambiance détendue. 

« Nous sommes avantagés parce que nous vivons dans une réserve urbaine et nous avons donc accès à diverses ressources, dit Karen Ahenakew, travailleuse sociale et collègue de Nancy Seward. Nous pouvons également miser sur notre culture. Nos pratiques dans la longue maison sont vraiment bien établies – les gens y participent et ça les met à l'aise. »

Le programme de développement social en est à sa deuxième année et continue d'offrir des services d'emploi pratiques et adaptés à la culture. Depuis sa mise sur pied, l'approche de village holistique de la Première nation Snuneymuxw à l'égard des services d'emploi a aidé 15 jeunes à décrocher un emploi et plus de 20 autres à perfectionner leurs compétences et à poursuivre leur éducation.

Snuneymuxw en bref

Le programme pilote de développement social a donné jusqu'à présent des résultats impressionnants :

*** Le programme pilote de la Première nation Snuneymuxw est financé en partie dans le cadre des mesures actives du ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien. Les mesures actives permettent de renforcer les capacités des clients et des intervenants, d'améliorer les possibilités ou d'en créer de nouvelles, et de mettre en contact les ressources et les partenaires.

Date de modification :