ARCHIVÉE - Gens d'ici - Entreprises autochtones en Alberta - Hiver 2006

Renseignements archivés

Cette page a été archivée dans le Web. Les renseignements archivés sont fournis aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Ils ne sont pas assujettis aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiés ou mis à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces renseignements sous une autre forme, veuillez communiquer avec nous.

auteur : Publié avec l'autorisation du ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien et interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits
date : Ottawa, 2005
ISSN : 1704-6262
QS- : A023-070-FF-A1

Format PDF  
( 1,474 Ko, 9 pages)

Avis d'accessibilité

Si vous avez besoin d'aide pour accéder le format PDF, visitez la section d'aide.




Table des matières


Hommage aux entreprises Autochtones en Alberta

En reconnaissance de l'apport des Premières nations à l'économie de l'Alberta, Affaires indiennes et du Nord Canada (AINC), bureau régional de l'Alberta, et la Chambre de commerce de l'Alberta ont créé, il y a cinq ans, deux prix de distinction des entreprises albertaines. L'un des prix, la Mention d'honneur Plume d'aigle, met en valeur une entreprise prospère appartenant à une Première nation. Les finalistes pour l'édition 2006 de ce prix sont :

L'autre prix, le Prix de distinction AINC / Initiative sur la Participation des Autochtones au marché du travail pour les pratiques exemplaires est remis à des entreprises « de la société majoritaire » qui s'associent avec des collectivités autochtones. Les finalistes pour l'édition 2006 de ce prix sont :

Les Prix de distinction des entreprises albertaines sont les prix d'entreprise les plus prestigieux à être présentés en Alberta chaque année. Ces prix, qui soulignent l'excellence au sein du milieu d'affaires de l'Alberta, sont décernés lors d'une soirée de gala qui se déroule avec le même éclat que les Oscars.

Les entreprises autochtones jouent un rôle important dans la viabilité de l'économie de l'Alberta; ce numéro spécial est donc publié en leur honneur.

Retournez à la table des matières





La Samson Oil and Gas Inc. investit dans son avenir

La société Samson Oil and Gas Inc. a été constituée en société en 1990 à titre de société de portefeuille privée responsable d'avoirs en pétrole et en gaz naturel accumulés par la nation crie de Samson, établie dans le secteur central de l'Alberta. La nation est l'unique propriétaire et participante au capital de la compagnie.

Dennis Louis et Merle Yellowbird
Dennis Louis et Merle Yellowbird,
employés de la seciété Samson Energy
Services

En 1996, la nation a loué à la société Velvet Exploration Ltd. les droits d'exploitation souterraine relatifs au pétrole et au gaz naturel situés sur les terres de réserve. Dans le cadre de l'entente de location, la Samson Oil and Gas Inc. détenait le titre d'associé et, à cette fin, a poursuivi l'exploration de gisements de pétrole et de gaz sur ses terres de réserve.

En 2003, la Samson Oil and Gas Inc. a formé avec la Western Lakota Energy Services Inc., un partenariat pour acheter 50 % des intérêts dans trois appareils de forage pétrolier et gazier. Par ailleurs, les parties au partenariat déploieront tous les efforts possibles pour garantir un certain nombre de jours de forage auprès de nombreuses entreprises d'énergie et de production pétrolière.

On évalue à près de 15 millions de dollars les revenus cumulatifs tirés des opérations liées à chacun des appareils de forage au cours des cinq dernières années (totalisant ainsi environ 45 millions de dollars pour les trois appareils de forage), sans mentionner des gains nets d'environ 2,4 millions de dollars pour la même période.

Le partenariat d'exploitation d'appareils de forage a permis de créer 16 emplois à temps plein pour les membres de la nation crie de Samson. L'acquisition par les membres de la formation et des compétences nécessaires pour oeuvrer dans un champ de forage fait également partie intégrante de cette entreprise.

« Depuis sa fondation, la Samson Oil and Gas Inc., a accédé à l'autonomie financière en plus de faire de sains investissements, engendrant ainsi des flux de revenus continus et des emplois pour les membres de la Première nation », a déclaré M. Victor Buffalo, chef de la nation crie de Samson et administrateur du conseil d'administration de la société.

Brian Cardinal, président de la Samson Oil and Gas Inc.
Brian Cardinal, président de la Samson
Oil and Gas Inc.
Photo prise par : Samson Oil and Gas Inc.

« Notre entreprise représente non seulement un investissement et un modèle de création d'emplois, mais également une occasion pour notre nation, nos propriétaires d'entreprise et nos membres d'obtenir une plus grande autonomie. »

« Afin d'accroître l'autonomie collective et individuelle, la Samson Oil and Gas Inc., a forgé de solides relations avec d'autres Premières nations et partenaires non autochtones en plus de faire plusieurs investissements stratégiques afin de nous rapprocher de nos objectifs », a affirmé M. Brian Cardinal, président de la Samson Oil and Gas Inc.

Même si l'embauche de membres de la bande demeure le principal objectif de la compagnie, la vente récente d'actions dans les appareils de forage a eu pour résultat un important rendement des sommes investies pour la compagnie. Á son tour, la Samson Oil and Gas Inc. étudie maintenant la possibilité d'affecter une portion du produit de la vente d'actions à l'établissement d'une nouvelle entreprise de forage qui orienterait ses activités vers le forage moins profond, ce qui permettrait alors à la nation d'en tirer un revenu mensuel et d'en devenir propriétaire à part entière.

Grâce à une expansion prudente, la Samson Oil and Gas Inc. a pu mettre sur pied une filiale appelée Samson Energy Services (SES). La SES est actuellement propriétaire de trois camions-citernes à eau qui devraient profiter à la collectivité au cours des trois prochaines années au moyen de contrats de services de soutien dans le secteur de l'exploitation pétrolifère.

La Samson Oil and Gas Inc. continue de rechercher des partenariats qui assureront son expansion soutenue dans le secteur pétrolier et gazier, en plus d'être une source de soutien pour de nombreux événements communautaires dans la région.

« Voilà l'une des raisons pour lesquelles la Samson Oil and Gas Inc. a connu un si grand succès », a ajouté le chef Buffalo.

Retournez à la table des matières





En langue crie, Pimee veut dire « pétrole »

La société Pimee Well Servicing Ltd. oeuvre dans le secteur de l'exploitation pétrolifère depuis 21 ans. Lors de sa création en 1984, la société ne disposait que d'un seul appareil de forage, elle jouit présentement de sept appareils de forage et des équipements connexes.

Des employés
Des employés de la société Pimee
Well Servicing à l'oeuvre sur un
chantier de forage.
Photo prise par : Pimee Well
ServicingLtd.

La société a élargi ses activités, qui englobent la Tarsands Steam Cleaning Ltd., entreprise de nettoyage à vapeur dont elle est propriétaire et exploitante, ainsi que la Seven Lakes Oilfield Services Corporation, co-entreprise formée avec les Premières nations de Cold Lake. Le siège social de la société se trouve dans la nation crie de Kehewin, établie dans le centre-est de l'Alberta. De plus, la société détient de nombreux contrats de service, principalement dans la région de Cold Lake.

La société appartient à six Premières nations signataires du traité no 6 : Kehewin, Saddle Lake, Heart Lake, Frog Lake, Goodfish Lake et Beaver Lake. La société compte environ 75 employés membres des Premières nations, incluant les effectifs de la Tarsands Steam Cleaning Ltd et la Seven Lakes Oilfield Services Corporation.

« Au fil des ans, nous avons apprécié l'importance de saines pratiques d'affaires, des programmes de formation poussée et des procédures de sécurité au travail », a fait remarquer M. Tim Schultz, directeur d'affaires de la compagnie.

« Grâce à cette approche, la Pimee Well Servicing continue de remporter des prix de sécurité remis par la Compagnie pétrolière Impériale, la Canadian Association of Oilwell Drilling Contractors et d'autres associations affiliées au secteur pétrolier et gazier. »

L'entreprise est très dynamique : il a fallu trois ans seulement pour que ses effectifs et équipements augmentent du double, que ses revenus affichent une hausse de près de 90 p. cent, qu'elle fasse l'acquisition de trois nouveaux appareils de forage et des équipements connexes, que son actif grimpe de 3,5 millions de dollars et qu'elle forme un partenariat à parts égales avec les Premières nations de Cold Lake.

La compagnie a diversifié ses opérations pour offrir les services suivants : réparation des puits de forage pétrolier et gazier; diagnostic des puits / de la teneur en fluide; services de lavage au jet d'eau / de nettoyage à vapeur; services de pulvérisation de mousse de polyuréthanne (y compris le sablage et le revêtement d'appareils), entretien général des équipements pétroliers et gaziers; services de main-d'oeuvre; échafaudages et équipages; ramassage de déchets; et programme de recyclage.

« La Seven Lakes Oilfield Services Corporation a obtenu un contrat de 10 ans auprès de la Pétrolière Impériale Ressources pour fournir des échafaudages ainsi que des services de ramassage de déchets et d'entretien général sur des champs pétrolifères », a souligné M. Schultz.

Il attribue le succès de la compagnie en grande partie à l'intégration des croyances et des valeurs culturelles dans son milieu de travail, appuyé fortement au besoin par la collectivité et les employés.

« Nous favorisons la stabilité économique des municipalités concernées et des entreprises appartenant à la bande en achetant nos produits et services à des fournisseurs locaux; nous préservons notre identité culturelle en parrainant des événements culturels communautaires; nous contribuons et participons à des programmes jeunesse; et nous inspirons aux collectivités, dirigeants et employés autochtones un sentiment de prise en charge et de fierté », a expliqué M. Schultz.

Une somme annuelle de plus de 4 millions de dollars est retournée aux Premières nations sous forme de revenu d'emploi et de retombées économiques pour d'autres Premières nations et entreprises appartenant à la bande.

« Nous sommes très fiers de pouvoir créer des emplois à long terme et aider ainsi nos membres à devenir autosuffisants. Nous comptons parmi nos effectifs de nombreux employés qui ont plus de 10 ans de service », a affirmé M. Schultz.

« Notre compagnie est perçue comme une entreprise appartenant à une Première nation, comme en témoignent son logo et son nom commercial. En effet, en langue crie, Pimee veut dire « pétrole ». »

Retournez à la table des matières





Une expansion au rythme du développement des sables bitumineux de l'Alberta

La Goodfish Lake Development Corporation, possédée et exploitée par la Première nation de Whitefish (Goodfish) Lake no 128, établie dans le centre-est de l'Alberta, a vu le jour en 1978. C'est alors que la Première nation a désiré lancer un établissement de nettoyage à sec et de blanchissage qui embaucherait des membres de la bande indienne de Goodfish Lake. Les fondateurs osaient à peine imaginer que la compagnie deviendrait la plus importante entreprise de nettoyage à sec à gros volume au Canada.

La Première nation de Goodfish Lake signe les documents
La Première nation de Goodfish Lake signe
les documents relatifs aux droits d'occupation de
terres nécessaires au lancement de son nouvel
établissement de nettoyage à sec et de blanchissage.
Photo prise par : St. Paul Journal

La compagnie a vite appris qu'il existait une importante demande pour les vêtements industriels dans le secteur des sables bitumineux de l'Alberta qui était en plein essor. Forte d'une clientèle qui comprenait des grandes sociétés d'exploitation comme Syncrude Canada Ltée, Suncor Energy Inc. et la Pétrolière Impériale Ressources Ltée, la société était belle et bien sur la bonne voie.

Nous voici 20 ans plus tard. La Goodfish Lake Development Corporation profite au maximum du secteur des sables bitumineux de l'Alberta en voie d'expansion.

Le 27 octobre 2005, des représentants du secteur privé et des gouvernements municipaux, provincial et fédéral se sont rassemblés avec des membres de la Première nation à l'occasion de l'inauguration en grande pompe de son établissement de nettoyage à sec et de blanchissage; celui-ci couvre une superficie de 17 000 pieds et à été construit au coût de 5,4 millions de dollars.

Inauguration du nouvel établissement de nettoyage à sec et de blanchissage
Inauguration du nouvel établissement
de nettoyage à sec et de blanchissage
Photo prise par : St. Paul Journal

Le nouvel établissement vient élargir la division du nettoyage à sec et du blanchissage de la Goodfish Lake Development Corporation, qui se trouve ainsi en mesure de répondre à la demande croissante attribuable aux projets d'exploitation des sables bitumineux dans la région de Fort McMurray.

Affaires indiennes et du Nord Canada a octroyé une subvention de 1 million de dollars pour contribuer à l'expansion de l'entreprise.

La société a aussi entrepris son programme de certification de base en matière de santé et de sécurité et a donc fait des pas de géant pour créer un milieu de travail sain et sécuritaire. Par ailleurs, elle s'engage à élaborer un Système de gestion environnementale (SGE) afin d'assurer des pratiques exemplaires et soucieuses de l'environnement. Á cet effet, elle compte accélérer les démarches nécessaires pour que le SGE soit certifié, d'ici le début de 2006, par l'Organisation internationale de normalisation comme entreprise ISO 14001. Il s'agirait de la première entreprise de nettoyage à sec à être certifiée ISO 14001 au Canada et de l'une des rares entreprises autochtones à mettre en application un SGE.

La division du nettoyage à sec et du blanchissage figure parmi deux autres divisions exploitées par la société. Il s'agit de la division de la couture et du vêtement et d'un magasin de vente au détail qui s'appelle Protective Clothing Supplies Ltd., situé à Fort McMurray. Ce dernier se propose d'emménager prochainement dans de nouveaux locaux plus près de sa clientèle.

Les trois divisions de la Goodfish Lake Development Corporation regroupent 100 employés, qui se composent majoritairement de femmes et dont 90 % sont des membres de la bande indienne de Goodfish Lake. La société fait affaire avec des compagnies en Alberta et ailleurs au Canada, aux États-Unis, en Corée, en Chine et en Europe.

Située dans la région visée par le traité no 6, la Première nation de Whitefish (Goodfish) Lake no 128 compte 2 500 résidants.

Retournez à la table des matières





La collaboration pose les assises d'une meilleure planification et prise de décision et de meilleurs résultats chez Suncor Energy Inc.

En tant que pionniers du développement des sables bitumineux de l'Athabasca, Suncor Energy Inc. a grandement profité de la collaboration avec ses voisins autochtones.

« Nous savons que le fait de mettre à profit les compétences et le savoir-faire des collectivités autochtones de la région, nous nous rapprochons ensemble de nombreux objectifs communs sur les plans économique, social et environnemental », a noté Mme Sue Lee, viceprésidente principale, Ressources humaines et communications.

« Suncor s'engage à prendre une série de mesures pour assurer le développement responsable, lesquelles examinent les effets de l'activité industrielle sur les terres traditionnelles, les ressources et les collectivités. »

En 1977, pour faire ressortir cet engagement, Suncor est devenue l'une des premières sociétés d'énergie à élaborer une politique sur les affaires autochtones, qui tenait compte de la position unique des Autochtones comme premiers habitants des terres sur lesquelles Suncor exerce ses activités.

Cette politique a entraîné l'adoption de certaines mesures visant à profiter à Suncor et aux collectivités autochtones dans lesquelles Suncor mène ses opérations. Par exemple, des initiatives de développement économique se sont traduites par la création de débouchés pour des entrepreneurs autochtones et par la conclusion d'ententes d'achat avec Suncor. La proximité des fournisseurs locaux et le degré de familiarité avec eux sont des éléments particulièrement avantageux pour Suncor, tandis que les entreprises et collectivités autochtones récoltent les fruits financiers de l'exploitation des ressources naturelles. Au nombre des exemples récents, mentionnons des partenariats d'affaires établis avec des entreprises appartenant à des Autochtones, telles que Chip Manufacturing et Mikisew Slings and Safety Ltd.

Kelsey Janvier, l'un des campagnons charpentiers
Kelsey Janvier, l'un des campagnons
charpentiers de la société Suncor
Photo prise par : Suncor Energy Inc.

Parmi les initiatives mises de l'avant chez Suncor, on note l'embauche de personnes des collectivités autochtones voisines et d'un spécialiste du recrutement axé sur les groupes sous-représentés, post occupé à temps plein, et l'accroissement du nombre d'employés autochtones et étudiants stagiaires.

« Nous investissons dans la prochaine génération d'employés autochtones », a souligné Mme Lee.

« Au moyen de bourses d'étude et de programmes de placement et de formation, nous sommes en mesure de concrétiser ces initiatives en partenariat avec les collectivités et écoles locales ainsi qu'avec les gouvernements locaux en vue de favoriser la création de nouvelles possibilités. »

Robyn Villeburn
Robyn Villeburn (à droite), infirmière en salle de soins au service de la société Suncor, fait de la lecture en compagnie d'un élève de l'école Fort McKay. Elle prend part à un programme d'alphabétisation Fort McKay Readers, organisé par la société Suncor et l'école.
Photo prise par : Suncor Energy Inc.

Suncor participe à des projets de soutien communautaire sous forme de temps et d'énergie (bénévolat offert au sein de collectivités autochtones pour prendre part à des programmes d'alphabétisation ou pour construire un terrain de jeu) et sous forme d'argent (soutien financier apporté à la Fondation nationale des réalisations autochtones, aux Jeux d'hiver arctiques Wood Buffalo et au Centre de développement des enfants Chip).

Mais l'engagement démontré par Suncor ne s'arrête pas là. Vers la fin de 2005, on a examiné et mis à jour la politique autochtone pour veiller à ce que les efforts déployés par la compagnie soient à la hauteur des attentes changeantes des intervenants autochtones.

« Les rapports sont en perpétuelle évolution et nous souhaitons faire en sorte que leur fondement soit solide pour que nous puissions nous en inspirer pour l'avenir », a ajouté Mme Lee.

« Cette approche permet de mieux planifier, de prendre de meilleures décisions et d'obtenir de meilleurs résultats au profit de tout le monde. »

Retournez à la table des matières





Syncrude Canada Ltée et des Autochtones forgent un partenariat avantageux de part et d'autre

Producteur de plus de 1 milliard de barils de pétrole depuis 1978, Syncrude Canada Ltée a fait sa marque comme le plus grand producteur mondial de pétrole brut des sables bitumineux et la principale source de pétrole brut au Canada.

Équipe de sensibilisation aux Autochtones de Syncrude
Équipe de sensibilisation aux Autochtones de
Syncrude
Photo prise par : Syncrude Canada Ltée.

Syncrude est aussi l'un des plus importants employeurs d'Autochtones au pays : près de 1 000 Autochtones y travaillent directement ou indirectement par l'intermédiaire d'entrepreneurs. En 2004, la société a réalisé un chiffre d'affaires de plus de 107 millions de dollars attribuable aux transactions effectuées auprès d'entreprises autochtones, pour ainsi devenir l'un des plus importants clients de fournisseurs autochtones au monde.

La compagnie reconnaît qu'il existe nettement un rapport entre sa viabilité et ses solides partenariats forgés avec des employés et entrepreneurs autochtones. Même avant d'avoir produit son tout premier baril de Sweet Blend en 1978, Syncrude, notamment ses dirigeants, avait pris consciemment la décision de travailler de concert avec les Autochtones, pour des raisons tant morales que pratiques.

« Nous avons jugé noble de travailler avec les Autochtones », a fait remarquer M. Jim Carter, président et chef des opérations de Syncrude Canada Ltée.

« Nous l'avons également jugé sage de le faire. »

Les sables bitumineux de l'Athabasca constituent la plus riche source d'énergie pétrolière en Amérique du Nord, comme en témoignent les 2,5 trillions de barils de pétrole en place et les 175 milliards de barils récupérables grâce à la technologie d'aujourd'hui. Toutefois, l'immense ouche de sables bitumineux se trouve sous la forêt boréale du muskeg ndulé du nord-est de l'Alberta. La rigueur du climat hivernal et l'éloignement géographique de Fort McMurray – ville située à environ 440 kilomètres au nord-est d'Edmonton – posait d'éventuels obstacles au recrutement de travailleurs qualifiés dans la région. Pour cette raison, Syncrude a reconnu l'importance d'embaucher et de former des résidants locaux, y compris les Autochtones.

300 bisons des bois accueillis par Syncrude sur des terres assainies
300 bisons des bois accueillis par
Syncrude sur des terres assainies
Photo prise par : Syncrude Canada
Ltée.

« Nous étions d'avis que les sables bitumineux représentent une ressource locale qui devrait profiter à tout le monde, incluant les nombreux Métis et membres des Premières nations vivant dans la région », a souligné M. Charles Ruigrok, chef de la direction de Syncrude Canada Ltée.

En plus d'être une source régulière de main-d'oeuvre qualifiée, les collectivités autochtones de la région contribuent leurs connaissances traditionnelles et prêtent main forte dans des domaines tels que la rotection de l'environnement et l'assainissement des terres.

Aux termes d'un partenariat avec la Première nation de Fort McKay, Syncrude a rétabli un troupeau de 300 bisons des bois dans la région, en plus d'assainir des terres qui lui servaient autrefois de mine à ciel ouvert. Bien qu'elle soit fière de ses antécédents avec les collectivités autochtones de la région, Syncrude ne dormira pas sur ses lauriers. En effet, elle se prépare à accroître sa production pour atteindre les 130 millions de barils par année à la suite de l'agrandissement de son cuiseur et d'équipements auxiliaires (UE–1), réalisé au coût de 8 milliards de dollars. Dans le cadre du projet d'agrandissement, on a engagé dernièrement un consultant – qui a interrogé 24 intervenants autochtones – pour évaluer Syncrude dans 15 domaines.

« Pour Syncrude et les collectivités autochtones, il y a de quoi s'inspirer. »

« Syncrude offre à bien des Autochtones des possibilités d'affaires et de carrière enrichissantes. On assiste à une amélioration des résultats scolaires des Autochtones. Il y a vraiment lieu de croire que la viabilité communautaire et la gestion des effets environnementaux s'améliorent. Lorsque nous considérons ces réalisations importantes et notre relation avantageuse de part et d'autre, Syncrude et ses partenaires autochtones ont vraiment de quoi être fiers. »

Retournez à la table des matières





A société Devon Canada se montre dévouée envers les Autochtones

Au cours des six dernières années, la société Devon Canada Corporation (la filiale d'exploitation canadienne de la société Devon Energy Corporation d'Oklahoma City) a élaboré un programme exhaustif sur les relations avec les Autochtones, piloté par une section dévouée.

La Section des relations avec les Autochtones se charge d'établir et d'entretenir de bonnes relations avec les collectivités autochtones touchées par les activités de la compagnie. En outre, la section concrétise la politique sur les relations autochtones de la compagnie et, à cet effet, offre des programmes internes de sensibilisation aux Autochtones.

Finissants du programme Trades in Motion
Finissants du programme Trades in Motion, dirigé
par l'Institut de technologie du Nord de l'Alberta
(Northern Alberta Institute of Technology – NAIT)
Photo prise par : Devon Canada Corporation.

« La communication, l'investissement dans la collectivité, la formation et les possibilités d'affaires et d'emploi sont tous des éléments qui jouent un rôle essentiel dans notre façon d'aborder les relations avec les Autochtones », a affirmé M. Chris Seasons, président de la société Devon Canada Corporation.

« Notre projet Jackfish – pour citer un exemple de cette approche intégrée – consiste en une installation de récupération thermique de pétrole lourd qui se trouve au sud de Fort McMurray. »

Situé à 130 kilomètres au nord de Lac La Biche, ce « projet de récupération de pétrole lourd faisant appel au drainage par gravité au moyen de la vapeur » se trouve à proximité des hameaux de Conklin et Janvier, et près de la Première nation des Chipewyan des Prairies.

« Au moyen de consultations exhaustives, dont des bulletins, des journées porte ouverte et des ateliers, une évaluation des répercussions environnementales et une étude sur l'utilisation des ressources traditionnelles, nous avons pu acquérir les connaissances nécessaires pour nous permettre de structurer notre projet d'une manière respectueuse de la région, des personnes qui y vivent et de leurs valeurs », a ajouté M. Seasons.

Cérémonie de bénédiction
Cérémonie de bénédiction de la Terre
lors du roulement du projet de récupération
pétrolière de Jackfish de la société
Devon Canada Corporation
Photo prise par : Devon Canada Corporation.
Au cours du processus de planification du projet, la société Devon a reconnu à la fois la nécessité d'assurer l'embauche de résidants locaux au chantier de récupération pétrolière de Jackfish et l'importance du mentorat auprès des jeunes de la région afin de les préparer à de futurs débouchés. En effet, la société Devon parraine des programmes comme Trades in Motion, dirigé par l'Institut de technologie du Nord de l'Alberta (Northern Alberta Institute of Technology – NAIT) afin de répondre à certains des besoins scolaires de la collectivité et d'assurer la dotation en personnel à partir de la population locale.

Selon la démarche entreprise par la société Devon pour aborder les relations avec les Autochtones, son programme sur les relations communautaires est taillé à la mesure des besoins uniques de chaque collectivité. Les éléments de communication ouverte, honnête et proactive favorisent un cadre solide sur lequel le personnel de la compagnie peut s'appuyer pour édifier des rapports forts, fructueux et avantageux de part et d'autre. Le succès du programme se manifeste sur plusieurs plans : l'existence de rapports ouverts entre le personnel de la société Devon et les intervenants; l'impact de diverses initiatives d'investissement dans la collectivité; les partenariats d'affaires et de création d'emplois qui se sont concrétisés; et la capacité de la compagnie à faire affaire de façon soutenue au sein de collectivités autochtones.

Les avoirs pétroliers et gaziers de la société Devon Canada Corporation représentent une production stable et soucieuse de l'environnement ainsi qu'un fondement propice à la croissance future. La société produit environ 202 000 barils de pétrole pur par jour, soit un tiers de sa production globale. La société compte à peu près 1 400 employés dans ses opérations canadiennes.

Retournez à la table des matières





Le programme de développement économique d'AINC

Quelles modifications a-t-on apporté au programme de développement économique d'AINC?

En 2004-2005, AINC a examiné ses programmes de développement économique et autorités sous-jacentes. Outre les annonces faites lors du deuxième volet de l'examen des dépenses du gouvernement du Canada, on a apporté de nombreuses modifications au programme de développement économique d'AINC au cours de la dernière année.

Pour faire suite aux suggestions proposées par les différents intervenants et la Vérificatrice générale du Canada pour simplifier les programmes et en accroître la souplesse, on a instauré de nouveaux programmes de développement économique à partir du 1er avril 2005. Par ailleurs, on a élargi la portée des lignes directrices relatives aux programmes pour englober une plus vaste gamme d'activités pouvant être appuyées.

AINC s'est orienté vers des volets du programme propices à un environnement qui permettra aux collectivités inuites et des Premières nations de saisir et de conserver les possibilités d'emploi qui s'offrent à elles au moyen d'investissements stratégiques dans l'infrastructure économique et dans des initiatives de renforcement des capacités et d'exploitation des terres et des ressources naturelles au niveau communautaire.

Quels programmes de développement économique des communautés AINC propose-t-il?

Quel est l'objet des programmes de développement économique d'AINC?

Le développement économique consiste principalement à édifier la pierre angulaire des collectivités inuites et des Premières nations fortes, saines et dynamiques. Á cet effet, AINC travaille de concert avec les Premières nations et les Inuits afin de poursuivre des possibilités de développement économique à long terme qui sont respectueuses des solutions locales et sensibles à leur culture.

Quels organismes peuvent bénéficier des programmes de développement économique d'AINC?

Ces programmes s'offrent aux collectivités inuites et des Premières nations ou aux organismes autorisés ou désignés par elles.

Á qui puis-je poser mes questions, s'il y en a?

Veuillez communiquer avec Gordon Sawatzky, gestionnaire intérimaire de la Section du développement économique des communautés, AINC, bureau régional de l'Alberta, à Edmonton. Vous pouvez le joindre au (780) 495-2058.

Veuillez adresser vos correspondances, commentaires et demandes à :

Gens d'ici - Entreprises autochtones en Alberta
Affaires indiennes et du Nord Canada
Bureau régional de l'Alberta
Place du Canada
9700, avenue Jasper
Bureau 630
Edmonton (Alberta) T5J 4G2
Sans frais : 1 800 567-9604

Conception graphique : Capital Colour Press
Traduction : Translatech

Retournez à la table des matières





Date de modification :