ARCHIVÉE - Première Nation d'Eel Ground (Nouveau-Brunswick)

Renseignements archivés

Cette page a été archivée dans le Web. Les renseignements archivés sont fournis aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Ils ne sont pas assujettis aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiés ou mis à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces renseignements sous une autre forme, veuillez communiquer avec nous.

L'innovation peut profiter à tous, et c'est ce que prouve la Première Nation d&rsqu;oEel Ground en combinant les nouvelles technologies aux enseignements culturels traditionnels. La Première Nation, qui utilise des outils technologiques comme le tableau blanc électronique, la vidéoconférence et Internet, est reconnue comme l'une des Premières Nations les plus avancées au Canada sur le plan technologique. La fréquentation de l'école de la Première Nation d'Eel Ground a triplé depuis son ouverture, en raison de son approche novatrice en matière d'apprentissage.

Transcription : Première Nation d'Eel Ground

C'est par le golfe du Saint-Laurent que la région de Miramichi, dans le Nord-Est due Nouveau-Brunswick, a accés à la mer.

C'est dans cette région que se trouve la Première Nation d'Eel Ground, et le territoire traditionnel de cette collectivitié de plus de 800 Mi'kmaqs.

Et dans cette région, une petite école que fréquentent des élèves de la maternelle à la huitième année fait parler d'elle, parce qu'elle est l'une des plus technologiquement avancées au Canada.

Depuis son ouverture en 1978, le nombre d'inscriptions à l'école de la Première Nation d'Eel Ground a triplé.

L'école ne comptait auparavant que quelques ordinateurs et un seul accès Internet commuté. Aujourd'hui, grâce à son directeur et à son personnel, elle possède des capacités technologiques de pointe.

Grâce à sa vision claire de l'avenir et à l'aide de nombreuses sources, comme le Centre de dépannage des Premières Nations du Canada atlantique, l'école a réussi à obtenir le financement dont elle avait besoin pour l'acquisition de matériel.

Des projets dirigés par des élèves, dont bon nombre portant sur la santé et des questions sociales, comme le syndrome d'alcoolisation fœtale, l'abus de drogues et le virus du Nil occidental, ont gagné des prix.

Aujourd'hui, des salles d'informatique et de classe complètement outillées permettent l'utilisation pratique de logiciels et de matériel informatique dans tout le programme d'enseignement.

Les enseignants de l'école, pour la plupart membres des Premières Nations, mettent constamment leurs compétences à jour au moyen d'ateliers de perfectionnement professionnel sur l'évolution des technologies et les techniques d'utilisation.

Les élèves de l'école d'Eel Ground, comme ceux d'ailleurs, apprennent les matières de base, mais dans leur cas, les technologies sont intégrées dans tous leurs cours.

Dès les premières années scolaires, les enseignants et les élèves utilisent des tableaux blancs électroniques – des tableaux interactifs grâce auxquels il est possible d'afficher et de manipuler des images générées par ordinateur au toucher du doigt.

Tous les élèves de l'école d'Eel Ground apprennent leur culture et leurs traditions en tant que Mi'kmaqs, y compris leur langue, souvent à l'aide de programmes d'ordinateur.

Les élèves de ce cours de mathématiques de deuxième année apprennent à faire de simples additions en déplaçant des images numériques de la caméra, à l'ordinateur, au tableau blanc électronique.

Les élèves aiment beaucoup les cours de science à l'école d'Eel Ground. Les cours de science de troisième et de quatrième année sont intéressants et très informatifs. Les élèves utilisent un microscope numérique Proscope permettant de grossir, d'illuminer et d'analyser des objets dont l'image est projetée sur un écran.

Les cours multimédias de septième et de huitième année offrent des possibilités infinies aux élèves, qui expérimentent au moyen de divers projets technologiques créatifs.

Comme ce projet de modelage animé, qui comprend de nombreuses étapes : modelage des personnages, création des décors, tournage image par image.

Tous les élèves ont accès à Internet haute vitesse. Non seulement on leur montre toutes les possibilités qu'offre Internet, mais on les informe sur l'importance de la sécurité Internet et les risques pour ses utilisateurs.

Eel City Beats est un volet du programme de musique de l'école. Les élèves écrivent leurs propres chansons au moyen des technologies informatiques et créent leurs propres arrangements, pour ensuite les diffuser dans le Web.

L'école d'Eel Ground a son propre site Web, qui est constamment actualisé. On y trouve des travaux d'élèves et des renseignements pour l'ensemble de la collectivité. Des internautes des quatre coins du monde le visitent.

L'école garde une connexion au monde extérieur grâce à l'utilisation courante de vidéoconférences et de webémissions en direct.

Diverses personnes, comme des aînés mi'kmaqs, des élèves des Premières Nations et des collectivités inuites de partout au Canada, et même l'auteur de littérature jeunesse Robert Munsch, connu à l'échelle internationale, ont effectué des visites interactives en temps réel à des élèves et à des enseignants de l'école.

Les technologies sont même intégrées aux activités parascolaires.

Les élèves d'un club parascolaire animent à la station FM de Miramichi une émission de radio hebdomadaire où il est question des activités scolaires.

L'école de la Première Nation d'Eel Ground est également avancée d'autres façons dans la voie du progrès.

Les élèves reçoivent de l'information sur les questions relatives aux habitudes de vie et à la santé, qui sont importantes pour leur croissance et leur développement.

Par exemple, l'école offre depuis cinq ans un programme de dépistage du diabète. Tous les élèves sont testés tous les ans, puis on leur sert un déjeuner nutritif.

Les élèves de l'école d'Eel Ground ont les compétences et l'éducation qu'il leur faut pour s'engager dans l'avenir en toute confiance, armés d'une bonne connaissance de leur patrimoine et d'une fierté de leur territoire, leur chez-eux.

Date de modification :